Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, septembre 5 2017

Forum Convergences : vivre autrement

                    Forum Convergences 10ème édition Palais Brongniart, Paris

Croiser les initiatives dans une multitude de domaines, c'est constater qu'il y a une ligne directrice sur laquelle s'accordent les porteurs de projet ODD (Objectif de développement durable). Il est maintenant prouvé qu'on peut faire autrement, vivre autrement, penser autrement. Des choix il y a quelques années marginaux gagnent du terrain, la façon de se nourrir de s'habiller de se transporter, de produire et de consommer, change. Les banques, les assurances, les grands groupes viennent trouver au Forum Convergences les signes d'un futur qui est déjà là et avec lequel il faut compter. #Convergences2017    Zéro exclusion, Zéro carbone, Zéro pauvreté… quelques exemples parmi le foisonnement.      Janique Laudouar

L'agroécologie peut-elle devenir un jour la norme en agriculture?

Comme beaucoup d'autres de sa géneration, Linda Bedouet décide de change de vie à 30 ans et quitte l'immobilier pour se lancer dans l'agriculture biologique. D'abord à Paris en investissant dans l'AMAP du 15 ème (fournisseur le Bec Hellouin) puis dans une ferme à côté de Rouen, la Ferme des Rufaux. Aujourd'hui “Ce sont plus de 100 espèces différentes de légumes, fruits et aromatiques qui sont produits sur la ferme”. L'objectif : réduire l'empreinte de l'homme sur l'environnement. Elle puise dans le voisinage immédiat : le fumier est a 800 mètres, la paille à peine plus loin. Elle découvre que l'agriculture est un monde en soi, avec ses codes, son langage, ses acteurs, ses blocages. Et ses drames aussi. En visite en Charentes Maritimes, elle apprend que 7 décès viennent d'avoir lieu. “ Avoir connu d'autres milieux est une force” dit-elle “on est prêt a tout expérimenter”. Y compris faire du lobbying aupres des élus. “Le paysan, c'est très important, c'est celui qui prend soin du pays”.Elle rejoint Fermes d'avenir où elle aujourd'hui responsable réseau, et a publié “« Créer sa micro-ferme » aux Editions Rustica,

Anthony Bugeat a fait le pari de proposer avec Axioma, une start-up agricole, http://wikiagri.fr/articles/axioma-une-start-up-agricole-stimulante/14368 des associations de plantes, des oligo-éléments pour remplacer le tout- pesticide. Objectif : les biostimulants agricoles. Axioma, dont l’ensemble de la gamme est certifiée bio, vise le maintien des rendements sans usage des intrants nuisibles habituels et a trouvé des partenaires : une levée de fonds, un financement de 250 000 euros que la Région Aquitaine dont il est originaire a doublé.
Mais peut-on “nourrir le monde” avec ces solutions? Mais peut-on “nourrir le monde” avec ces solutions?Boris Patentreger co-fondateur d'Envol Vert qui anime la table ronde se fait l'avocat du diable. Pour Linda Bedouet “La plupart des humains sont nourris avec cette agriculture, sans produit chimique qu'ils n'ont pas les moyens d'acheter, il faut multiplier les terrains bio plutôt qu'un énieme centre commercial. La terre est un bien commun. Il faut aussi former les agriculteurs. Il y a de nouveaux métiers, comme paysan boulanger. Il y a une demande des consommateurs, il pourrait y avoir une augmentation de la production de 30% en bio au lieu des 6% actuels. Fermes d'avenir a fait une tournée en France de 27 étapes pour voir de près les initiatives locales, “ à la rencontre des Fermiers Acteurs de la Transition !”

Que faut-il maintenant pour que l'agroécologie gagne du terrain et devienne un jour la nouvelle norme? Face au principal et puissant syndicat FNSEA et aux pressions qui influencent les décisions, “il faut du courage, du courage politique” dit Linda. Reformer la PAC, par exemple, qui continue a distribuer des aides au nombre d'hectares privilégiant les grandes surfaces et pénalisant les micro-fermes d'un ou deux hectares. Une aberration qui ne tient pas compte de la demande nouvelle des consommateurs.

Y-a-il une mode éthique ou comment s'habiller responsable

Pour Sebastien Kopp, co-fondateur de Veja “singulariser la mode n'est pas la bonne approche. Le changement est dans tous les domaines. Avant, on produisait a l'autre bout du monde et personne n'allait vérifier. Aujourd'hui il suffit d'un téléphone portable dans une usine chinoise ou dans un labo de Volswagen pour lancer une alerte. Il y a une demande de transparence.” Levée de fonds? Non, auto-financement. “Veja, on l'a d'abord conçu pour nous . On a déconstruit chaque étape de la fabrication d'une basket pour la reconstruire. Le coton est bio, la semelle est a 45 % en caoutchouc sauvage, c'est une basket complètement différente.”

Nourri par un tour du monde avec son partenaire à la recherche des initiatives “équitables” avant de lancer Veja, Sébastien Kopp déplore que les grands groupes choisissent de réduire les coûts de fabrication au profit des dépenses en communication. Les “grands groupes” cherchent d'ailleurs à se rapprocher des entreprises comme Veja : inclure de l'éthique dans leur démarche devient aujourd'hui indispensable pour H&M, par exemple. Veja et est connu de tous grâce en grande partie au bouche à oreille. Le Centre Commercial, c'est un style de vie choisi . “C'est en produisant Veja que j'ai changé ma façon de consommer”, ajoute Sébastien Kopp “je ne crois pas au changement d'échelle, je crois aux petits pas. On me demande comment on a fait je réponds, si vous avez un projet, plantez!”. Les tonnes de paires de baskets vendues c'est la preuve que ça marche, Et si l'alliance de la robustesse et de l'éthique était la nouvelle façon de s'habiller? Moins acheter mais mieux acheter, choisir, troquer, recycler conclut la table ronde.

La preuve par l'exemple

La démarche de Veja preuve par l'exemple, on la retrouvera partout ailleurs au Forum Convergences. Le Triangle de Gonesse (Carma) une expérience à suivre toujours dans le domaine de l'agroécologie, B2020 http://b2020generation.com un accompagnement pour engager sa communauté dans le domaine du développement durable. Un atelier participatif  "Structurer une économie unie et puissante du Social Business” mettait l'accent sur l'accompagnement. Peut-être le mot clef de ce Forum. 

L'Hermitage, à une heure de Paris, se veut un laboratoire de éthique de vie en train de se mettre en place. Agroécologie, transition énergétique, data au service de l'intérêt général. Le projet Hermitage reprend presque toutes les catégories présentes à Convergences pour les appliquer in situ. Grâce à un crowdfunding très efficace il y a eu une première levée de fond qui va permettre au projet de démarrer. Une journée Porte Ouvertes a déjà suscité la curiosité. “C'est le "proof of concept” explique l'un des responsables. La société civile déploie maintenant un nombre d'initiatives réussies qui donnent de l'espoir et sans doute aussi, puisque c'est d'actualité, de nouveaux emplois.

Une soirée media avec Spark News, et la soirée de clôture de l'événement aujourd'hui mardi 5 septembre.

Janique Laudouar

dimanche, juillet 9 2017

OuiShare Fest 2017 passe à l'action

Photo  OuiShare Fest 2017 Stefano Borghi

lls viennent de Lisbonne, Barcelone, Berlin Gand, Montréal, San Francisco, Detroit, d'Islande, d'Argentine, de Tchécoslovaquie forts de leur expérience concrète. C'est comme ça que OuiShare avance et nous fait avancer : en multipliant les retours d’expériences des acteurs qui partout dans le monde contribuent au changement. La révélation de l’économie collaborative a eu lieu, sa critique aussi, OuiShare Fest 2017 passe a l'action. Après l'exploration, c'est l'explosion. Un feu d'artifice d' expériences concrètes, de démarches, de réussites, des outils, des méthodes, avec un zeste d'ambiance  new New Age sous le soleil californien de Pantin.  

                                                                                                                                                                          Janique Laudouar

De Révolution à Évolution

En 2014, Pia Mancini portait un message révolutionnaire “ quelle démocratie a l'heure d'Internet?” et démontrait l’archaïsme des systèmes de gouvernance. Elle affirmait. “Nous voulons notre place a la table des décideurs” en proposant une plate-forme de vote Democracy OS et le Net Parti a Buenos Aires.Les collectifs citoyens français s'en sont inspirés pour faire entendre leur voix lors des élections présidentielles et législatives. “Reprendre le pouvoir par l'action collective” était la thématique du premier jour du Fest, avec un  fish bowl sur la mise à jour de la démocratie – la Civic Tech peut-elle aider?.

Pia Mancini revient a OuiShare Fest pour contribuer a la conversation : les institutions peuvent-elles rivaliser avec des citoyens agiles, connectés, impatients de participer a la co-construction des lois et qui ont développe des plate formes numériques opérationnelles? Amelie Bazet tente de défendre le point de vue d'Etalab qui a plusieurs reprises a fait appel a la société civile pour participer au projet Open Gov, une initiative à échelle mondiale qui vise à améliorer les modes de gouvernance. Mais le temps long de l'administration est-il compatible avec la réactivité des start-ups privées qui offre déjà les services dont les citoyens ont besoin? Et l'administration n'a-t-elle pas dans ses gênes l'instinct de conservation avant tout?
Ce sont des activistes comme Jeremy Heimans présent à OuiShare qui ont initié des mouvements comme Avaaz, (
qui revendique 20 millions de membres) “qui permet aux citoyens de peser sur les décisions politiques partout dans le monde” et ont impulsé de nouveaux usages numériques. "Il prône une transformation en profondeur de l’idée même de pouvoir dans les sociétés connectéesavec Purpose purpose.com/".  "Gunnar Grimson geek et analyste venu d'Islande est catégorique, il tweete : “si nous n'avons pas de participation citoyenne, nous n'avons pas de démocratie” et une suggestion “le meilleur moyen de s'assurer de la participation citoyenne, c'est de s'assurer qu'ils s'amusent en participant! ”Mais le fun ne garantit pas d'avoir un représentant à l'Assemblée nationale au bout du compte. ” La Civic Tech elle même doit apprendrea se relier entre collectifs ayant des objectifs similaires. Cette reliance tant clamée ne semble pas avoir eu lieu entre mouvements, malgré les efforts de Synergie Démocratique, par exemple, pour cartographier les mouvements citoyens ou Voxe.org qui poursuit sa mission “pédagogique” d'information politique avec le robot VoxeBot . Les administrations et certains ministères ont trop longtemps -depuis plus de quinze ans - sous-estimé la mutation mondiale et le changement d'ère – que représentait le numérique, tandis qu'une partie de la société civile agile avançait dans ce nouveau monde en bravant les entraves. Créer de nouvelles alliances avec les citoyens et les entrepreneurs semble la solution la plus réaliste. Justement, à OuiShare, on découvre comment. 

Nouvelles alliances

Aujourd'hui le nouveau monde est là et les institutions réalisent qu'il faut faire avec. Plus question de résister il faut s'allier. C'est ce qu'ont compris des territoires et des villes innovants, qui ont choisi de se faire accompagner dans leur transition par de jeunes entrepreneurs qui ont dans leur parcours l’expérience de la civic tech et du développement de plate formes dédiées a la démocratie digitale.  d'abord un mouvement en faveur de la participation 

"De la vision au changement: façonner l'histoire de nos villes avait pour objectif de discerner les meilleurs outils de dialogue entre ville et citoyen:« l'engagement démocratique nécessite un certain nombre d'outils disponibles et accessibles pour chaque citoyen. Les plate-formes open source sont un point clef. Mais il y a aussi d'autres formes de communication, face à face, différents media, applications, chats, commentaires, quels sont les plus pertinents ? »

http://www.opensourcepolitics.eu/d'abord un mouvement en faveur de la participation citoyenne est devenu une entreprise, qui propose des solutions civic tech, forte de toute l’expérience citoyenne de Valentin Chaput et Virgile Deville, ses co-fondateurs, qui ont accompagné, avec CivicWise, le vaste projet Arc de l'innovation. ambition de fédérer les territoires a l'Est de Paris autour de valeurs communes par le rapprochement d'acteurs investis dans l'innovation.“ la collaboration territoriale comme levier de développement de la nouvelle économie" “la gouvernance ouverte et agile du projet” lui a valu d'être lauréat des Defis Urbains 2017. Un processus itératif de co-construction, avec l'esprit d'entreprise sociale que revendique Open Source Politics et l'expérience internationale de CivicWise sur les villes. Un bon exemple de passage de l'activisme politique a la concrétisation.

Un atelier sur les communs et un nouveau lieu The Camp ....soon soon soon ...

Le Bien Commun, le Bien Commun! Il faut ancrer vos productions dans les communs" martelait en conclusion de OuiShare 2016 Yochai Benkler (Harvard). Les communs ont bien été abordés dans unatelierqui a eu l'air de passionner les participants “Quels communs pour un tiers-lieu ? Quels sont les critères de réussites, notamment d’un point de vue juridique “? je suis arrivée au moment de la restitution des ateliers, pas assez pour commenter mais assez pour savoir qu'un nouveau lieu allait être lancé
The Camp (Marina Rachline et Antoine Meunier). Manquait sans doute une bibliographie celle fournie par P2P Fondation entre autres, expert du sujet. On pouvait prolonger sa curiosité avec la mini-librairie proposée dans le Circus des Magasin Généraux selon la tradition de OuiShare.

Dépasser le modèle de la Silicon Valley


Non la France ne doit succomber à la dictature de l’innovation qui règne dans la Silicon Valley,”,écrit Mehdi Medjaoui, speaker qui nous alerte sur les abus de création de start-up comme produits financiers éphémères, ça passe ou ça casse. Et ça casse dans beaucoup de cas comme le confirmera Nicolas Colin (The Family) Il y a heureusement d'autres modèles pour booster les entrepreneurs. Encore faut-il réajuster la notion d'entrepreneur et la démystifier, ce que fait magistralement Nicolas Colin en 13 slides coups de poing dans la session modérée par par Benjamin Tincq avec, Jennifer Clamp(Techweek Nouvelle Zelande) et Rui Quinta(With Company, Portugal). Moins connu que Barcelone, la démarche de Lisbonne est présentée par Rui Quinta Managing Partner and Strategist à With Company. adepte de la culture du Design Thinking. C'est ainsi qu'est né le projet #definelisboa Define Lisboa http://definelisboa.pt/, une démarche de co-construction entre la ville de Lisbonne et ses habitants qui commence par une provocation Lisbonne est-il le nouveau Berlin? Un appel sur la plate forme dédiée : Comment voyez-vous Lisbonne?
Et les lisboètes se sont exprimés par dessins, par couleur, par petite phrase
http://definelisboa.pt/resultsComment voyez-vous son écosystème d'entrepreneurs? “ Le premier incubateur est né d'une volonté de la ville de Lisbonne http://fablablisboa.pt/, d'autres ont suivi. Lors d'un récent voyage à Lisbonne on a pu constater la vitalité des start-ups et des lieux de co-working.

La démarche de Rui Quinta et de tous les nombreux participants (60 entretiens) abouti à la co-construction d' une cartographie de l'écosystème des start-ups. Il nous livre sa recette pour s'assurer de l'engagement citoyen.

  1. Provocation
  2. Participation
  3. Inspiration
  4. Co-création
  5. Validation
Par ailleurs Rui Quinta colle parfaitement avec la culture de la ville puisqu'il est aussi impliqué dans la traditionnelle poissonnerie de famille Peixaria Centenária  dans le quartier de Praça de Flores....et sur facebook naurellement!

L'exemple de Barcelone BARCELONA DIGITAL CITY est souvent cité https://barcelonaencomu.cat/ et Francesca Pick nous en fait la présentation en slides https://www.slideshare.net/francescabria/bcn-digital-ouishare-fest-2017. On peut également lire l' entretien par Albert Cañigueral OuiShare Barcelona Connector dans OuiShare Magazine

Lors d'une autre table ronde, Le maire de la ville de Genk, Wim Dries,très pro-actif et très applaudi fait part de façon honnête des difficultés concrètes qu'il rencontre : comment convaincre les habitants qui laissent leur voiture inutilisée pendant 7 heures par jours de la partager? On attend avec impatience la traduction de l'essai sur la cartographie sur les ressources citoyennes réalisée en mai juin 2017 par Michel Bauwens P2P Fondation,

La conclusion commune à la thématique des villes : il ne suffit pas pour les villes de multiplier les incubateurs ou les espaces de co-working, il faut s'assurer que l’intérêt du citoyen est réellement pris en compte. Les données, oui, mais au service du citoyen.


Sharing : partager l'humain

Les gens heureux sont des gens connectés - Développer son réseau social équivaut à se développer soi-même”. Paola Tubaro et Miriam Notten Managing consultant, La Red (Pays-Bas) poursuivent l'étude commencée avec Antonio Casilli sur les connexions établies à OuiShare. Avant OuiShareFest et après OuiShare Fest. Elles ont mené un atelier sur le sujet. L'art de la connexion n'est pas inné, il se cultive, et oui, c'est vrai nous apprenons des autres. https://databigandsmall.com/sharing-networks-2017/

De la sharing economy, l’économie de partage, on retient davantage à OuiShare Fest 2017 le mot partage humain plutôt qu’économie de partage, même si l’économie et la finance sont abordes sous divers aspects. Un thème récurrent est celui du partage de la découverte de ce nouveau monde, sortir de l’élite connectée, aller vers les autres. Pendant ces trois jours on aura moins parle de connexion à Internet que de connexion entre êtres humains : connexion entre les gens, les projets, les communautés, les villes, leurs habitants.

Le co-living, qu'est-ce que c'est ? Un phénomène qui prend son essor. Inês Santos Silva, Aliados (Portugal) Futuriste, expert en social good, modérait une session au Théâtre en posant la question, c'est pour qui le co-living? Ed Thomas présentait The collective, "une nouvelle façon de vivre à Londres", enthousiasmant,  Fabrice Simondi CEO Pure House. Autre session avec Pure House qui cherche à savoir ce qui est à partager en nous interrogeant. Révélateur !Partager sa chambre, sa salle de bains, son jardin? J'ai participé à une conversation informelle et je ressors...avec de nouvelles connexions dont une start-up luxembourgeoise Äerdschëff , "traduction luxembourgeoise de « earthship » et que nous nous inspirons de ce concept inventé par Mike Reynolds dans les années 70 dans le désert de Taos, aux États-Unis. Un Äerdschëff est un bâtiment dont les 5 principes fondateurs se basent sur la production et la gestion off-grid de ses propres ressources pour satisfaire les besoins de l’Homme de manière résiliente et durable : l’autonomie en eau, en assainissement,en électricité, en chauffage, et même l’autonomie alimentaire." Peut-être que dans le désert rural français...

J'aurais aimé répondre à l'invitation « d'expérience sensorielle »de Gabriela Montero fondatrice de Gastronomia Viva, Viva con Amor!  sur le Floating Fest le long du canal …trop tard ! Mais je vais la « suivre ». Une autre conférence " Faire de la souveraineté alimentaire plus qu'un concept de marketing régional" consacrait la révolution culturelle qui s'opère actuellement autour de produire et se nourrir. On pouvait revoir Malik Yakini, directeur exécutif du Réseau de la sécurité alimentaire de la communauté noire de Detroit, raconter comme dans le film Demain le renouveau de Detroit.

La technologie, oui mais quel impact?

Et le numérique? Tout le monde – ou presque - est maintenant conscient qu'on ne parle plus d'outil mais d'une mutation irréversible qui affecte tous les domaines et toutes les couches de la société. “C'est l'étape d’après” lance Antoine Brachet qui travaille dans une entreprise numérique et a co-fondé Les 100nBarbares qui a réuni il y a 2 ans 100 entrepreneurs du numérique décides a se faire entendre. Il suit une masterclass sur l'intelligence collective qui confirme son intuition que chaque personne est singulière et que c'est cette singularité qu'il faut savoir valoriser et laisser s'exprimer. « De la même manière que la permaculture tire partie de la biodiversité, on peut créer de la valeur en tirant le meilleur parti des compétences et aspirations des individus » démontre un récent article d'Usbek et Rica (Vincent Lucchese), « Le coût humain de l’effondrement sera dramatique » https://m.usbeketrica.com/article/le-cout-humain-de-l-effondrement-sera-dramatique une mise en garde qui aborde l'innovation sous l'angle du biomimétisme et de la a permaéconomie. Le contraire de notre éducation nationale, qui se méfie des singularités et les électrons libres et ignore ses élèves “hauts potentiels”! D'où le succès d'initiatives privées, comme Station F, qui vient d'ouvrir ses portes là encore, la société civile avance. Le biomimétic design était présent à OuiShare"Design Biomimétique: Écouter la Nature et (se) Construire avec elle". A suivre.

La master class sur les API d'un niveau “tout public” avait comme objectif de nous initier à l'API (Application Programming Interface) ce qu' a fait qu' a fait Arnaud Lauret IT architect at AXA Banque, the API handyman en nous décryptant le monde des API appliqués à la sharing économy : Facebook, Salesforce, Google, Netflix, Paypal, Twitter, Amazon Web Services. Les chiffres parlent : 1 million d'API dans le monde.

Plus philosophique et culturelle Mehdi Medjaoui, USA (https://oauth.io/home, apidays conferences http://www.apidays.io/ ) nous ouvre les yeux sur l'incroyable expansion de l'univers des API qui est en train de métamorphoser le commerce mondial. "Mehdi Medjaoui : “Le design des API conditionne la forme du monde de demain” On lira avec profit l'article de Diana Filippova pour KMF  "sa vision de l’entrepreneuriat, des API et de la tech est d’abord politique." Pas une masterclass technique, mais une master class éveil au véritable « challenge culturel » que représente l'expansion mondiale des API. Des entrepreneurs classiques y assistaient, conscients de la nécessité de mener à bien la transition digitale de leur entreprise.

Un regret : ne pas avoir suivi les masterclass sur l'organisation des plate-formes de Francesca Pick, http://ouishare.net/en, https://encode.org/ https://enspiral.com/  et Simone Cicero , Platform Design Toolkit.

Distribution de badges OuiShare Fest à un groupe de jeunes près du Canal de l'Ourcq, une jeune fille demande "C'est la Seine?"

Tous engagés dans vos villes?

Paradoxalement, c'est au moment où les villes et les territoires s'avisent de faire participer les citoyens, de booster les entrepreneurs sur leur territoire, que le problème se pose : comment susciter l'engagement citoyen? Sortir de l'entre-soi est définitivement l'un des points communs à bon nombre de sessions et d'outils présentés à OuiShare Fest 2017. Sharitories: de l'exploration aux expériences, une feuille de route pour les actions collaboratives dans les villes moyennes attire un public nombreux à la Factory. Bilan.

OuiShare Magazine dans un article de Samuel Roumeau retrace les débuts de ce projet d'accompagnement, dont l'ambition était de co-construire une boîte à outils commune. "A l’automne 2014, OuiShare a lancé un projet ambitieux d’accompagnement des collectivités locales visant à saisir les nombreuses opportunités offertes par l’économie collaborative sur un territoire. Ce nouveau projet se nomme Sharitories.
Aujourd'hui les plate-formes de consultation des citoyens existent, Civocracy, (Héloïse Le Masne) Collecticity (Julien Quistrebert). "Ne laissez pas les autres décider sans vous!" nous dit Civovracy, décidez du futur de votre école, de la sécurité des rues..tandis que Collecticity est dédié au financement participatif des projets publics. Oui mais...on ne peut pas forcer un maire de ville ou de village à utiliser les plateformes ou un citoyen à être actif dans sa ville. Sauf que ...nous dit Floris Voorink, City of Hilversum (Pays Bas) "décider "d'en haut" et sans consultation, ça ne marche plus! A la moindre décision, vous risquez d'avoir tout un groupe de citoyens qui proteste! Vous devez donc trouver un moyen de les faire participer!"

L'engagement citoyen est devenu une nécessité mais être un citoyen actif suppose un certain nombre de pré-requis, pas toujours partagés par le plus grand nombre. On ne peut plus parler de “fracture numérique” au sens informatique du terme, il est aujourd'hui facile et bon marché d'être connecté. Les associations locales, le réseau existant des EPN (Espaces Publiques Numériques), les tiers-lieux son là pour acculturer à la pratique d'Internet. Oui, mais il ne s'agit plus seulement de pratiquer le “numérique”, mais d'être immergé dans un monde global digital L'outillage n'est plus le même. Avoir un smartphone ne signifie pas savoir s'en servir pour communiquer et se relier en tant que citoyen à sa ville. Car la panoplie du citoyen est considérablement “augmentée” : savoir utiliser les applis, la vidéo, what's app ou snapchat, les facebook live, skype, s'y retrouver dans l'univers des APIS, réserver un hotel, un appartement, un billet de train. On peut imaginer -mais une étude a-t-elle été faite – qu'une partie de la population est aguerrie, quelque soit son âge, car les seniors ne sont pas en reste, mais les autres? L'échange se limite au texto individuel de base?

Darwin (Bordeaux) est un exemple de création bottom up d'une synergie dans la ville. Adopté et occupé par les habitants, il est difficile aujourd'hui de le remettre en cause pour un projet top down de plan d'urbanisme officiel conçu bien avant. Le temps de la technocratie entre la décision et la mise en œuvre ne peut rivaliser avec les nouvelles valeurs de la société civile : réactif, créatif, ephémére, mobile, adaptable.

Après le film DEMAIN de Cyril Dion et Mélanie Laurent, le documentaire "PRINTEMPS CITOYEN "vous emmène à la rencontre de personnes qui un peu partout sur la planète s'efforcent de ré-imaginer et d'améliorer nos systèmes politiques. Dans cette quête de changement la ville devient un terrain privilégié pour expérimenter de nouvelles pratiques démocratiques.” et un débat suit comment les citoyens peuvent-ils se réapproprier leurs villes? Au-delà d'un gadget participatif, comment porter les Civic Tech à l'étape d'après ?

Antonin Léonard (à droite)  et un chapeau OuiShare Fest 2017 pensent déjà à l'étape d'après

L'étape d'après?

Is France the place to set up your creative business? “ Pub dans le New York Times, rendez-vous annuel à Las Vegas, l'état s'est emparé de l'innovation et du numérique et la French Tech est devenu un label. Mais clairement c'est la société civile et les entrepreneurs privés qui mènent la danse du Futur aujourd'hui. Des Peter Thiel, des Elon Musk, existent en Europe et il faut les soutenir plutôt que réinventer des structures étatiques qui seront de toute façon en retard. On peut citer Faut-il imposer la mise à jour de nos administrations trop frileuses face au numérique? Pas de “top down” préconise Xavier Damman , CEO d'Open Collective co-fondé avec Pia Mancini. “Ne perdons pas de temps à convaincre ceux qui n'ont toujours rien compris, il y a suffisamment de gens dans le monde qui veulent changer et innover, identifions les obstacles qu'ils rencontrent et soutenons les.”Et les obstacles restent nombreux : l'écart entre riches et pauvres, la frilosité et l'archaïsme des institutions, le manque de curiosité des médias classiques qui se cantonnent confortablement dans l'ancien monde et font défiler “toujours les mêmes”.
Le thème de la justice sociale était abordé sous de multiples angles « Grands ensembles: comment sortir de 'l'erreur collective » réunissait sous la tente urbanistes, architectes, associations
Fatima Idhammou,  Sarcelloscope, Layla Zanifi,, L'ATELIER D'EDGAR, Arthur de Grave et bien d'autres parmi les participants..Taoufik Vallipuram de OuiShare qui co-modérait a animé un grand nombre de conférences et élaboré des évènements prospectifs dont le Forum Demain Habiter en Partage (Habitat groupé, coopératif, multigénérationnel, espaces partagés, co-living). De nombreuses initiatives interrogent la place du collectif dans le logement. Furent cités Levi-Strauss par Arthur de Grave et Julien Talpin, Community organizing : De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis de et Sylvie Tissot L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique ».Nous avons des chercheurs, sachons nous inspirer de leurs analyses, et des réflexions pertinentes émises par un public averti. Des expressions comme « politique de la ville » ou « le vivre ensemble » ont fait leur temps et nombre de concepts de « l'ancien monde » ont prouvé leur inefficacité.
La colère contre l'establishment risque de prendre des formes bien plus violentes que le Brexit ou le rejet des partis politiques classiques. Aux mêmes dates que Le Fest se déroulait à Hambourg en Allemagne des manifestations contre le G20, voitures et vitrines saccagées, les affrontements entre les manifestants anti-G20 et les forces de l’ordre continuent à se dérouler non stop dans la nuit de jeudi soir.

OuiShare sur Instagram #ouishare

L'identité OuiShare

Se pose la question de l'identité de OuiShare. Quel positionnement futur? OuiShare, c'est un état d'esprit, oasis de civilité et de partage, OuiShare Fest, un moment de grâce. Comment le prolonger? Lamarque OuiShare a su s'internationaliser avec des événements à Barcelone, en Amérique latine, un réseau de 20 villes, une'équipe de 80 connecteurs dans le monde rodée à l'organisationnel, sans compter les milliers de fans connectés. Cette année OuiShare s'est approché des missions d'un organisme de formation en outillant les participants avec les masterclass. J'imagine OuiShare en CapGemini du Futur, en consultant de l’Éducation nationale ou du Ministère du Travail. Ce Think Tank du nouveau monde, quel bénéfice pour nos institutions encore trop souvent démarchées par des entreprises de "l'ancien monde"! L’évangélisation est toujours dans l'ADN de OuiShare qui prouve une fois de plus sa capacité à capter les nouvelles valeurs et à renouveler ses dispositifs. Oui, mais qu'en faire, comment les disséminer et les partager? Avoir une vision d'ensemble du projet n'est pas si facile malgré les données ouvertes et le travail considérable de l'équipe. OuiShare se veut modeste, responsable, et l'est, et prône les valeurs d'open source http://opensource.ouishare.net/ mais de façon ...aristocratique, ce qui est une valeur ajoutée, mais risque de déconcerter des organisations et les services publics moins sophistiqués. On sort de OuiShareFest galvanisé, mais l'effet risque d'être de courte durée s'il n'est pas relayé tout au long de l'année et par un changement d'échelle significatif en 2018 – laissons un peu de temps. 2018: IMPACT!

Et on quitte les bords du canal de l'Ourcq et la sympathique fiesta brésilienne et tous ces gens qu'on aime bien un peu frustré : la profusion de propositions nuit un peu à l'appropriation.Less is more. Un peu moins d'intervenants et un peu moins de redondance entre sessions? Un peu plus d'espace de synthèse et d'échanges où on réunirait les attendees participants à une même session pour savoir ce qu'ils en ont retenu et ce qu'ils vont pouvoir mettre en pratique dans leur vie? En théorie, c'est prévu dans le programme, mais pas vraiment matérialisé. Trop de soleil, peut-être, sur les Magasins Généraux. L'application Sched utilisée pendant les Fest le permet et OuiShare la maîtrise parfaitement. Les connexions existent - en théorie, et d'ailleurs sont effectives, je suis sûre que comme moi les participants suivent maintenant sur twitter les intervenants qu'ils ont apprécié, et et les liens qui sont pertinents pour leur activité. Ce que je retire de OuiShare cette année : l'envie de me plonger dans les vidéos, ce que je ne fais jamais. Parce que j'ai entrevu des micro-solutions dans tous les domaines qui touchent de près ma vie, manger, habiter, se connecter, communiquer, aider les collectifs que je soutiens à gérer leur-plateforme, et que j'ai envie d'approfondir et de partager . Nous avons glané à OuiShare fest 2017 une panoplie d'outils pour le nouveau monde, il faut entretenir la flamme. Une suggestion assez simple à réaliser : un Best of de OuishareFest avant la fin de l'année avec projection des vidéos et un débat. Formule un peu classique mais on peut y ajouter danses sacrées, méditation etmindfull business, ce dont nous avons tous besoin.

                                                                                                                                                                               Janique Laudouar

Bye bye OuiShare Fest Paris, rendez-vous 19 au 21 novembre à Barcelone  http://bcn.ouisharefest.com/





dimanche, juillet 2 2017

Pourquoi nous aimons OuiShare Fest 2017

                                               OuiShare Fest 2017

Courageux

Parce que c'est courageux d'organiser un événement et de s'assurer qu'il va continuer à se distinguer des autres. Toujours en avance, parfois à rebours, et à coup sûr excitant OuiShare Fest 2017 ne décevra pas. Villes de tous les pays, unissez-vous! Parce que miser sur les villes et sur leurs habitants, c'est une piste durable, et que nous avons besoin d'exemples concrets et aussi de concepts et d'outils pour nous organiser au-delà des états nations. A signaler Michel Bauwens P2P Fondation vient de publier sa cartographie de la Ville de Gand que nous avions annoncé dans un précédent article – en attente de la traduction en anglais. Les villes de Barcelone, Detroit, New York, entre autres, seront présentes. Le pouvoir et l'empowerment sont toujours d'actualité. Ancien pouvoir contre Nouveau pouvoir modéré par Arthur de Grave : « Le concept de “nouveau pouvoir” a été cite par CNN comme l’une des dix idées qui peuvent changer le monde. » Pouvoir collectif (Day 1 Regaining collective power from the bottom-up), les plateformes (Day 2 , Rethinking our cities as platforms), les villes connectées (Day 3 Building global urban networks).

Nouveau lieu, Les Magasins Généraux à Pantin, nouvelle ouverture au public : le OuiShare Fest ouvre ses portes jusqu'à 22h00 TOUS les soirs et l'entrée est libre à partir de 18h00.

Happy

Parce qu'être connecté nous rend heureux et même en meilleure santé quand nous savons utiliser nos réseaux. C'est le titre d'une session mercredi 5 juillet 16h 17  Les gens heureux sont des gens connectés - Développer son réseau social équivaut à se développer soi-même .Miriam Notten is managing consultant La Red, Delft, Pays Bas et Paola Tubaro, chercheuse au CNRS qui travaille sur les liens noués pendant le fest. https://databigandsmall.com/ « Nos amis dévoilent un vrai trésor de ressources qui aurait pu rester invisible ou inaccessible ». Vrai, nous ne mesurons sans doute pas assez à quel point les réseaux sociaux sont devenus une source première d'information. On travaillera sur vos réseaux, comment les améliorer et l'outil utilisé sera “Networking Wishlist”


International

Parce que pour cause d'élections présidentielles et législatives nous sommes un peu englués dans le franco-française que OuiShare Fest 2017 continue à nous dé-formater, parce que vraiment international. La gouvernance des villes collaboratives : une étude de cas comparative de neuf villes européennes  mercredi de 15h à 19h45 et pendant les 3 jours mené par Lies van den Eijnden, chercheuse Sharing Cities, ShareNL Pays Bas.https://sharingcitiesalliance.com.« La stratégie de Barcelone pour la souveraineté numérique: construire la ville en réseau à partir d'un rassemblement de citoyens » Quelle est la stratégie digitale de Barcelone ? Comment la technologie peut-elle conduire à une plus grande participation aux procédés démocratiques ? Cette session se penchera sur la stratégie de Barcelona Ville Rebelle, qui réfléchit au droit à la smart city et à une transformation numérique durable, participative et efficiente. Francesca Bria, Vice-president, innovation at city of Barcelona.

Humain

On aime OuiShare parce que la dimension humaine est présente sur place, et aussi parce que les thèmes abordés n'oublient jamais les avancées dans l'humain. Un exemple ? Faire de la souveraineté alimentaire plus qu'un concept de marketing régional. «  Au-delà de la consommation, de plus en plus de gens participent à des activités de production ou de distribution: jardins communautaires, coopératives alimentaires, groupes d'achats, fermes urbaines. La culture du Do It Yourself pénètre dans le secteur alimentaire, ouvrant la voie à l'émergence d'une nouvelle culture alimentaire. La table ronde explorera l'interaction entre les politiques alimentaires et les initiatives citoyennes dans leur capacité à susciter la souveraineté alimentaire et à assurer la résilience du système alimentaire. » modéré par Myriam Bouré, Entrepreneur, Open Food France, Daniel Wathelet Président, International Urban Food Network, Jeudi 6 juillet 16:20 – 17:30.

L'actualité sur la problématique du travail « Peut-on encore fonder notre société sur le travail ? Ou au contraire, faut-il inscrire le droit à la paresse dans la constitution ? » speaker entre autres Arthur de Grave journaliste et editeur de Ouishare Magazine, mercredi 5, 18h 15 19h 45.

Tech mais pas trop

Parce que maintenant que tout le monde presque est connecté, l'accent sur le numérique prend des tournures plus précises de service au citoyen comme  Un laboratoire d'avenir permanent : la technologie pour les citoyens  qui a lieu pendant les trois jours mené par Samir Lahiri et Jurjen de Vries Permanent Future Lab. Ou encore modéré par Benjamin Tincq co-fondateur de Ouishare, Des écosystèmes d'entrepreneurs dans les villes: dépasser le modèle de la Silicon Valley.  Ce n'est plus le passage obligé des tech entrepreneurs et d'ailleurs le New York Times a consacré une page aux French Star-ups. «La Silicon Valley n'est plus le seul modèle d'innovation, de création d'emplois et d'impact local. Au fur et à mesure que les communautés de start-ups apparaissent dans toutes les grandes villes du monde, cette session explorera ce qui crée un bon écosystème entrepreneurial et comment construire et en nourrir un dans votre ville. » Nicolas Colin de The Family fera partie des speakers.  Et encore : dans une master class de 9 h à 14 h le 6 juillet tout sur les API au service de la sharing economy (B to B), design, architecture, management.

Ateliers

Parce que OuiShare est une occasion de mettre à jour ses compétences. Des ateliers comme Sharitories :Sharitories: de l'exploration aux expériences, une feuille de route pour les actions collaboratives dans les villes moyennes. Mais on peut dire aussi que pour une somme assez modique qui commence avec des tickets à 50 euros pour les free-lance et les étudiants, OuiShare "permanent beta" est un atelier de 3 jours non stop qui se clôture par un carnaval brésilien et beaucoup d'étoiles dans la tête...

                                                                                                                                                                                                 Janique Laudouar

Les Magasins généraux,  1, rue de l’Ancien Canal, 93500 Pantin

METRO : Eglise de Pantin

mercredi, mai 31 2017

Business Storm and Festa June in Lisbon

Source image : http://lisboanarua.com/

Why Lisbon?

But why is everybody rushing to Lisbon? Not only because of the sunny weather, or the price of life which did not raise when euro started : the price of the bica, expresso is still less than one euro, 70 cents, as in France it is closer to 1 euro 50 - the lowest price - up to 3 or 4 euros. Not only because portuguese people are nice AND efficient and smiling. Portugal is dynamic and has understood many things about the art of living in the 21st century. When other countries are still fighting to desperately try to keep the old world alive, Portugal seems to have entered innovation and a healthier way of living in the most natural way. Creativity is booming in food. Try Descobre Restaurante  and their special Bacalau and Leite Creme de Laranja in Belem. Local tascas allow locals to eat plenty, a whole lunch for 10 euros, marescos and peixe. While France is making comments about Brigitte Macron's skirt, portuguese TV is busy making sure young people eat fruits. There is a concern for alternative education and more qualified cursus for industry and tehnical jobs. Pope Francois and Fatima and saudade and tradition are still srong. Lisboa Festa,  Santo António, muito venerado, is coming in June. Start-ups and young entrepreneurs seem to create exciting events as well such as The Business Storm.

The Business Storm Cascais

"The Business Storm is a world famous, new-millennium, unique business event format that aims to disrupt the business world." A rendez-vous designed for start-ups to optimize their process. “Portugal is a top destination to create, test, fail fast and try again” says StartUP Portugal.“Viable’s mission is to reduce that entrepreneurship failure rate!”. A new partner, inspiring Business incubator : Startup Lisboa. A dozen French coworkers from Officience in Paris decided to join in a work trip in Lisboa and Cascais, an “offytrip”.such as http://somanyways.org, / ,  And they have a look at Cascais where the event is taking place June 1 st. They will for sure speak about the new ways of working of the younger generation and the way to re-think jobs. We'll give you news.

https://medium.com/scribe/il-est-temps-de-repenser-notre-mani%C3%A8re-de-travailler-9071170ca485

http://lisbon.business-storm.com

Casa das Histórias Paula Rego Avenida da República, 300
2750-475 Cascais

Custo: 99,00€ | 269,00€
Horário: 1 junho das 8h00 às 19h00 | 2 junho das 9h00 às 16h00
Inscrições e Insformações: a decorrer até à data do evento | 967 261 334 | maia.pedro@business-storm.com | htpps://goo.gl/wPgU2p
Organização: Business Storm Global
http://lisbon.business-storm.com/#register

mercredi, avril 19 2017

Avec #MaVoix33 au marché de Talence

"MaVoix33 Bordeaux Circo 3

“Le week-end avant les élections, ils vont tous être la!” C'est vrai, les militants des partis classiques sont là. Ce dimanche sur le marche de Talence, comme la veille sur le marche de Bègles #MaVoix est là aussi avec l'affiche miroir et son slogan spécial Bordeaux “Votez pour vous!”

C'est sur cette 3eme “circo” de Bordeaux que les candidat(e)s se présentent. Florence, de Villenave-d'Ornon hésite encore. S'inscrire comme l'ont fait plus de 285 candidats #MaVoix en France c'est facile.Un formulaire en ligne. S'organiser pour faire campagne pour les élections législatives demande réflexion. L'objectif de #MaVoix est maintenant bien connu de ceux qui s'intéressent de prés au renouveau de la démocratie. “Pour la 1ère fois dans le monde peut-être, des simples citoyennes et citoyens, auto-géré.e.s, s’inviteront à la table des décisions, ayant conquis des sièges dans un parlement, leur permettant de décider directement sur quelques sièges gagnés leurs décisions.” peut-on lire sur Facebook. Atteindre l'objectif de 20 000 votes a Bordeaux et aux alentours est un challenge porté avec conviction par l'équipe bordelaise.

Sur le marché de Talence (33)

Une première dame âgée et avenante est accostée par David. Elle approuve notre démarche et va même plus loin “ ces vieux sénateurs, pourquoi en a-t-on encore besoin, ça nous coute cher!” et “ces députés, a quoi ça sert?”. Comme beaucoup d'autres elle hésite a voter pour des candidats citoyens inconnus “jeunes, qui n'ont pas d'expérience, est-ce qu'ils seront capables d'être députés?”.                                    David en pleine discussion

Pourtant Madame, vous-même semblez avoir les idées claires ! Et nous lui expliquons le principe : des députés citoyens formés sur notre Mooc, accompagnes par l'équipe, ayant a disposition tout le réseau de compétence du collectif #MaVoix. Le déluge législatif des dernières années laisse un gout amer : lois dont les décrets d'application ne sont jamais parus, lois inapplicables, lois inutiles ou combattues, le bilan est loin d'être satisfaisant et le pari de faire mieux dans l'intérêt de tous semble séduire : la soif de changement est palpable en ce Lundi de Pâques,

Pas facile de nouer le dialogue avec tous ceux qui, sans doute lassés de l'infernal débat sur les présidentielles, passent leur chemin. L'idée que les citoyens sont en capacité d'agir pour l'intérêt général ne va pas de soi. L'habitude de s'en référer a plus éduqué et surtout “mieux placé” ou “haut placé a la vie dure. Plus loin c'est un socialiste pur et dur “Votez pour Benoit Hamon pour changer de système”. Aux élections législatives, il votera pour un élu local “Moi, j'ai besoin de connaitre ceux pour qui je vais voter, de savoir ce qu'ils valent” Le hashtag de #MaVoix perturbe parfois “J'ai pas envie que ça se passe sur twitter, Internet c'est bien, mais moi je veux les connaitre, je veux leur parler”. #MaVoix a toujours été en faveur des rencontres “dans la vraie vie” comme méthode de travail, même si des réunions régulières ont lieu en ligne via deshangouts. Mais pour cet habitué de la politique locale, avoir quelqu'un de local, et de bien identifie est essentiel. “Comment garantir que le députe #MaVoix ne subira pas de pression? Réponse : l'engagement moral des députes sera très fort. Il sera connu de dizaines, centaines de personnes du mouvement. La “réputation” est une garantie.

Le députe #MaVoix un élu national, pourquoi?

Aller sur les marchés, être a l'écoute des arguments, voila qui est tout a fait dans la ligne expérimentale de #MaVoix. Du coup nous nous posons des questions pragmatiques liées au tirage au sort : un élu local? Et Florence, candidate potentielle, s'interroge : comment vais-je faire campagne pour me faire élire? Face aux moyens des partis classiques, #MaVoix compte sur le bénévolat et un maximum de dons grâce à la défiscalisation, ça a très bien fonctionné lors des élections partielles de Strasbourg. Après débat sur le forum, il a été conclu que le tirage au sort serait national, avec la possibilité toutefois pour chaque groupe local, de faire le choix d'un tirage au sort local. Le 6 mai il y a un tirage national très organisé a Paris, qui se déroulera sous l'égide d'un officier assermenté et désignera les candidat·e·s #MAVOIX qui seront présentés dans une cinquantaine de circonscriptions lors des législatives des 11 & 18 juin 2017. Le 18 avril l'équipe parisienne se réunissait aux Grands Voisins (voir ci-dessous) pour en préparer la logistique et répondre aux dernières questions.

Mais en région, on ne change pas les habitudes ancrées aussi facilement et l'argument d'un vote en faveur du député qui connait son territoire reste prégnant et a prendre en compte. L'idée d'un événement a fort impact local est émise. L'idée aussi que le candidat députe ne doit pas forcement habiter la circonscription, mais doit pourvoir s'y rendre en mois d'une heure de voiture. “C'est l'équipe locale qui fait vivre la démocratie" répond Jeff sur le Forum #Ma Voix, "il n'y a pas que l'élu.”

Organiser le changement

Sur le marche les militants des partis classiques se montrent intéressés. Au retour je suis raccompagnée dans Bordeaux par Olivier, que j'ai rencontré un paquet de tracts Fillon a la main. Entrepreneur industriel, père de 5 enfants, et militant de droite, il nous félicite pour notre démarche “originale” qui correspond a un vrai besoin de renouveler la politique. Non adhérent, c'est un militant ponctuel de droite. “Le système ne peut plus continuer comme avant.Les primaires ouvertes ont échappe aux partis. Ce sont les militants qui ont choisi. Et de préférence un outsider” Pour lui aussi la consultation permanente lui semble essentielle “Il faut que les gens puissent donner leur avis en amont, avant de formaliser une loi”. Olivier restera en contact avec #Mavoix et est convaincu “qu'il vaut mieux organiser le changement que le subir”.

                                                                                                                                        Janique Laudouar

TAS Le tirage au sort de #MaVoix aura lieu le 6 mai à Paris "Les Grand Voisins" 82 avenue Denfert-Rochereau 75014. Bénévoles demandés la veille le 5 mai.

DONS : n'oubliez pas que si vous faites un don à #MaVoix pour la campagne électorale, il est défiscalisé et vous recevrez une attestation pour votre déclaration d'impôts.

S'inscrire comme député : jusqu'au 25 avril : https://candidature.mavoix.info/

S'inscrire sur le Forum #MaVoix pour tout savoir sur la campagne électorale : https://forum.mavoix.info/

jeudi, mars 30 2017

La Discut' : soirée citoyenne à Préaux-du-Perche

         La Discut', tirage au sort des tables au Relais-Saint-Germain, Preaux-du-Perche

“Quand et comment écrivez-vous ? ”Je pose la question à Patrick Bard, photographe et auteur, accompagné de Marie-Berthe, photographe également venus à La Discut' au restaurant Relais-Saint-Germain à Préaux du Perche (Orne 61). Réponse :“Le matin tôt” “Comme Balzac, à 4 heures du matin”? Réponse : “Il faut écrire tous les jours, même quand on n'en a pas envie” C'est le secret de presque tous les écrivains.


Écrire, c'est ce que tous les participants ont fait pendant cette soirée placée sous le haut patronage d'Aristote et de son essai toujours actuel “Politique”. Objectif, “mutualiser la curiosité”, « susciter la discussion” « s'approprier la chose publique » en posant des questions autour des programmes des candidats à la présidentielle, tous partis confondus. Lire des extraits des programmes sans nommer qui est le candidat et essayer d'en dégager le sens et les ouvertures possibles. Tapas et apéro. Géraldine et Franck sont aux manettes de ce restaurant face à l’Église de Préaux, qui fait partie de ceux qui ont du succès dans le Perche. Ils ont su animer le lieu en proposant des soirées à thème, littéraires ou musicales

«Mutualiserla curiosité »

Règle du jeu de la soirée La Discut' : “la bienveillance et les réglés de savoir vivre”, “s’écouter les uns les autres”, “ne pas se juger” et des dispositifs inventifs issus de l'éducation populaire. On tire au sort sa table. Je dois me séparer de Fabrice Deschamps avec qui je suis venue, qui a fondé le Cercle du Pays Nogentais ; à côté de lui Ecopertica, qui a popularisé l'usage du chanvre comme isolant dans le Perche .Puis “présentations croisées”, chacun demandant à son voisin de gauche “Qu'est-ce que tu es venu faire là ce soir?” Ma blonde voisine se nomme Martine, et revient d'un voyage d'hiver, Asie, entre autres, et elle a envie de s'informer sur ce qui se passe en France. La politique? Après avoir envisagé le vote blanc, elle est comme beaucoup de français et ne sait toujours pas pourquoi elle va voter. En tout cas, “je ne voterai pas “utile”, ça non, on ne m'y reprendra plus, plus jamais!”. Nous sommes d'accord! Salomé fait partie des animatrice de la soirée. Chloé est venue discuter. Cécile espère être étonnée.

Celui qui nous surprend, c'est Thierry, qui habite Préaux et est plus connu comme chanteur sous un autre nom. D'abord il nous la joue sceptique et détaché “je suis venu boire une petite bière” et “je reste deux minutes pour voir”. Et peu à peu on découvre : “je m’intéresse a la politique depuis toujours”. Et son diagnostic est très clair, il y a maintenant deux France qui se côtoient, “Une France qui est déjà là, active, qui assiste à l'agonie d'une France archaïque, antédiluvienne”. “Il y a une prise de conscience, on sait maintenant que les gens en politique sont des gestionnaires ce ne sont pas des politiques”. En tout cas pas au sens d'Aristote. Et puis, dans une envolée lyrique, Thierry se lance dans une métaphore, celle “du promeneur qui se trouve devant un arbre qui tombe mais moi, je vois les mille arbres qui poussent sans avoir conscience qu'ils sont déjà une forêt”. Oui, mais cette France qui pousse, pèse-t-elle vraiment face à la France “verticale” qui fonctionne toujours du Haut vers le bas? Est-ce que toutes ces initiatives des français “agiles” et actifs vont arriver à former un réseau? “Le réseau”, nous dit Thierry, “il va s'auto-créer, il ne faut surtout pas fabriquer des réseaux factices.”

Quelles propositions dans les programmes ?

Et puis nous passons à l'exercice pratique de la lecture des propositions par thématique. Économie et travail. Tollé général ! Découpées en tranche les propositions nous apparaissent comme imprécises, “Davantage”, nous dit Salomé “des prises de positions”. De simples “constats” , de la “langue de bois”. “La dictature financière”? Lola “ceux qui ont le pouvoir sont aussi en liaison avec l'argent, la finance joue un rôle énorme, avantager le fric c'est ça, le pouvoir” La proposition de dégressivité des allocations et de leur suppression en cas de second refus d'un emploi? “Mais ça existe déjà!” “Le travail est-ce qu'on se pose la question sur ce qu'est le travail aujourd'hui?” Anne nous raconte l'histoire de cette femme, radiée avec son fils, car elle n'a pas d'ordinateur pour actualiser sa situation en ligne. Oui, mais parfaitement rodée au système, elle sait que ses allocations lui reviendront le mois d'après. Où est la logique? Lola nous recommande un film « Moi Daniel Blake. Santé, éducation, légalisation du cannabis, tous les sujets y passent. Puis peu à peu la table 1 fait des propositions innovantes, à la fois plus audacieuses et réalistes que les programmes des candidats.

Dehors, c'est le printemps, il fait bon, Franck nous parle de son rêve de désert, la Mongolie. « ne rien faire », « ne plus penser ». A chacun son utopie. A une autre table, on discute avec Élise des propositions de loi sur les semences et l'accès à l'eau. Et une fois de plus on s'aperçoit que les habitants d'un territoire sont souvent parfaitement informés, et donc mûrs pour participer à l'élaboration de la loi. Une conclusion ludique nous dévoile le nom des candidats attaché à chaque proposition.

A quand la prochaine réunion ?

On attend le compte-rendu de cette rencontre conviviale et citoyenne les propositions d'une prochaine réunion tournent autour de “la démocratie directe” et la présentation des collectifs citoyens hors parti comme #MaVoix. C'est sûr que tous sont convaincus qu'il va falloir trouver autre chose que la démocratie représentative avec un élu qui les représente sans les consulter pendant 5 ans. La participation citoyenne à la gouvernance est devenue une dimension nouvelle dont les candidats sont obligés de tenir compte.         Janique Laudouar

Alors, à la prochaine pour discuter de la démocratie et de la participation des citoyens ..;

                                                                                                                      

lundi, mars 13 2017

Mobilité citoyenne

#MaVoix, le formulaire de candidature est en ligne(lire ci-dessous), plus d'une centaine de citoyenn(e)s ont répondu à #Distuveuxbienêtremadéputée

Partout en France les actions citoyennes se multiplient à l'approche des élections législatives et présidentielles. Rapidement, quelques rendez-vous où vous pouvez participer ou créez votre propre événement. Une fois de plus on ne peut que constater que les applications et les plate-formes numériques offrent une possibilité inédite d'intégration des propositions citoyennes jusqu'à présent sous-exploitée par les partis politiques, même si certains commencent à percevoir positivement l'agilité citoyenne au lieu de s'en inquiéter.
Janique Laudouar

L'autre Débat : porter la voix des citoyens, un Facebook live

L'Autre débat : la présidentielle ouverte par la Civic Tech Les initiatives pour faire connaître la volonté citoyenne se multiplient : ce jour lundi 13 mars à 20 heures, en direct sur Facebook Live, les candidats les moins visibles sont invités à débattre face à des millions de Français.

Voxe.org, Stig, Accropolis, Change.org et GOV unissent leurs voix pour porter celles des citoyens et faire parvenir leurs questions aux candidats à l’élection présidentielle. Au cours de ce débat de 2 heures qui pourra rassembler plus d’un million de Français, Laura Rouaux (Voxe.org) et Jean Massiet (Accropolis) interrogeront les candidats sur les propositions et les questions des citoyens remontées en amont et pendant l’émission.

Pour en savoir plus : www.voxe.org/lautre-debat

"Je suis citoyenne indignée mais pas résignée"#MaVoix

« Je suis citoyenne indignée mais pas résignée. Je me porte volontaire pour devenir députée. Je VEUX que cette expérience /expérimentation soit durable et pérenne." (...)  Je fais le choix de l'action. Je choisis de désobéir à l'establishment qui voudrait que l'on continue d'être de doux électeurs, esclaves modernes. »

Céline Marseille (13008)

Après des mois de travail collaboratif continu autour de l'objectif « hacker l'Assemblée citoyenne », #MaVoix met en ligne un formulaire de candidature https://candidature.mavoix.info/

#Distuveuxbienêtremadéputée Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 25 avril à minuit.

La Primaire.org : parrainez !

Pour que Charlotte Marchandise, élue démocratiquement, obtienne les parrainages nécessaires, « le moyen le plus efficace pour atteindre un(e) élu(e) cela reste la lettre manuscrite personnalisée ». Pour faciliter la tâche La Primaire propose un formulaire destiné à recueillir les parrainages des élus

https://charlotte-marchandise.fr/parrainages-elu-e-s/

Tournée citoyenne et démocratie permanente

La tournée citoyenne continue dans le département de l'Eure-et-Loir. J'ai suivi l'un des rendez-vous de la Tournée Citoyenne intiée par Territoires Hautement Citoyens. Accueilli par le maire Victor Provot à Thiron Gardais et Armel Le Coz et Enora Démocratie Ouverte. Autour du buffet local raffiné de Fantine, nous étions une conviés à discuter autour de la question suivante : « À quoi devrait ressembler la démocratie permanente dans la région d’ici 2 ou 3 ans ? ». Présent un élu pas comme les autres, Charles Fournier, vice-Président de la Région Centre qui a tout compris de l'indignation citoyenne mais aussi de la capacité des citoyens à être force de propositions dans les territoires.

"Vers des territoires collaboratifs", Bretagne

L’économie collaborative ne s'essouffle pas elle se diversifie nous dit http://www.territoires-collaboratifs.net/ Au terme d'un travail (projet Domno) sur 4 territoires en Bretagne et 44 une rencontre les 29 et 30 mars Rennes "vers des territoires collaboratifs" permettra de faire un point sur ces initiatives collaboratives sur les territoires locaux.

Warn : nous sommes prêts !

Participe à une soirée démocratique !La première se tiendra le 22 mars au SenseSpace à Paris. Il y en aura d'autres en région. Le Warn a repéré et agrégé les initiatives citoyennes. « Le #WARN! c’est quoi ? Nous sommes des acteur.ices du changement qui voulons apporter des réponses concrètes aux défis actuels – emploi, santé, environnement… » #nousendemocratie « Nous nous rejoindrons pour découvrir ces alternatives et partager avec leurs porteurs-ses de projets autour d’un forum participatif. Le temps d’une soirée, projetons dans la démocratie que nous cherchons à instaurer… » http://wearereadynow.net/

Hackathons, meetups, workshops.

Depuis le printemps 2016, Open Source Politics http://www.opensourcepolitics.eu/ est une entreprise relevant du champ de l’économie sociale et solidaire, si vous voulez de l'accompagnement pour vos projets de participation citoyenne, il est là « Hackathons, meetups, workshops... Nous concrétisons votre démarche participative grâce à des événements physiques. »

Le printemps citoyen

Encore Kawaa ! Des débats, des rencontres, des ateliers du 21 mars au 5 avril 2017, http://www.printempscitoyen.fr/

Osons Les Jours Heureux !

Prochaine rencontre : Du 24 au 26 mars à l’ancien Monastère de Sainte-Croix dans la Drôme.

Un objectif important du séminaire de Die est de définir le pilotage du mouvement #LesJoursHeureux.

mardi, janvier 24 2017

Expérimentations démocratiques

L'actualité nationale et internationale récente le prouve : les résultats des élections ne sont plus ceux qui sont attendus. Vrai pour les États-Unis, vrai pour la France. Un raison supplémentaire pour s'intéresser aux nouvelles formes de la démocratie. C'est ce que propose le colloque du GIS (Groupement d'Intérêt Scientifique) Démocratie et Participation, Les expérimentations démocratiques aujourd’hui : convergences, fragmentations, portées politiques les 26, 27, 28 Janvier 2017 à la MSH Paris-Nord (Saint-Denis). Les inscriptions sont closes, preuve de l'intérêt manifesté. Preuve aussi de son actualité en cette année électorale   Janique Laudouar

«Des jardins partagés aux sciences participatives, des Civic tech à l’économie sociale et solidaire, des fablabs aux mouvements des places, l’objectif du colloque est de dresser une cartographie des multiples expérimentations démocratiques, d’établir des liens conceptuels éclairant les dynamiques en cours » Et pour conclure la synthèse du colloque donnera lieu à un manifeste « Demain la démocratie,un Manifeste pour l'orientation du Gis Démocratie et Participation ».

Que la recherche ait « l’ambition d’interroger leurs significations politiques, leurs potentialités de transformation de l’action et de la décision publiques et, plus profondément, de renouvellement des pratiques politiques » est une bonne nouvelle. L'originalité de ce colloque est de reposer sur un dialogue entre acteurs au cœur des collectifs citoyens et des initiatives de la société civile, et chercheurs. Introduit par Loïc Blondiaux Cessp, Univ. Paris 1) et Jean-Michel Fourniau (Dest-Ifsttar et Gspr-EHESS) le jeudi 26 janvier, il s'achèvera sur la rédaction d'un Manifeste définissant les nouvelles orientations 2017-2021 du Gis Démocratie et Participation et ses modes de coopération avec les acteurs de la participation

Quel projet politique pour les civic tech ?

Jeudi 26 Agir ensemble sera le thème du premier jour. Le Blog de la Ménagère interviendra en fn de matinée dans l'atelier animé par Clément Mabi (Costech, Univ. Compiègne)Lucie Anizon et David Prothais (Institut de la concertation et de la participation citoyenne) avec Réflexion sur la diversité des projets politiques incarnés dans des « civic tech » avec :

  • Elisa Lewis (Démocratie Ouverte)
  • Janique Laudouar (Le blog de la ménagère)
  • Valentin Chaput (Open Democracy Now / Democracy OS)
  • Nicolas Patte (Cap Collectif)

Quel projet politique pour les civic tech ? "L'objectif central de l'atelier est de mettre en discussion l'idée qu'il n'y pas "une" mais "des" Civic Tech" avec différents rapports à la démocratie, différents modèles de participation "embarqués" dans les outils." précise Clément Mabi. Depuis longtemps Le Blog de la Ménagère observe les avancées de la société civile en économie comme en politique, et en particulier la démocratie vue par les citoyens. Aujourd’hui'hui des collectifs, des mouvements, des associations ont pour objectif un renouvellement de la démocratie dans un foisonnement enthousiaste où le bénévolat repose souvent sur de vraies compétences. Le numérique permet à moindre coût de s'inscrire dans la mouvance civic tech Les trentenaires de la civic tech sont tous hyper connectés, tout en ayant le souci d'éduquer au numérique et de ne pas laisser isolés ceux qui le sont moins.

Quelles ressources pour agir ?

Aujourd'hui, comment agir ensemble ? Des mouvements à la fois proches mais œuvrant séparément vont-ils se regrouper ? Et de quels moyens et outils disposent-ils pour le faire, dans quel objectif ?

Dans un atelier parallèle, la « Capitalisation des connaissances pour les acteurs de la participation » sera animé par Gilles Pradeau Atelier commun du Gis Démocratie et Participation et de Décider ensemble dans le cadre des 1ères Rencontres de la participation à Bordeaux

L'après-midi le thème « Pouvoir(s) » permettra de faire le point sur des mouvements qui ont bouger les lignes comme Nuit Debout, Fais ta loi, Democracy OS et Regards Citoyens : « L’expérience comme méthode démocratique », mais aussi des expériences de jardins partagés comme « la citoyenneté en actes dans les jardins partagés de Strasbourg et de Rome » (Victoria Sachsé et Sandrine Glatron (DynamE, Univ. de Strasbourg)

Vendredi 27 sera consacré aux Savoir(s), et à la redistribution « (Re) Distribuer (les places, rôles sociaux, ressources, capacités…) et en soirée «  soirée : Des Indignés aux “municipalités du changement”

Samedi 28 en matinée : (S’)Émanciper, thème introduite par Julien Talpin ( (Ceraps, Cnrs), Saillans : où en est l’expérimentation démocratique ?Atelier animé par Loïc Blondiaux. Expérimentons ensemble (présentation de projets en cours), Atelier animé par Gilles Pradeau (Gis Démocratie et participation) où interviendront entre autres Jean-Michel Knutsen (Citizens UK) : « Pratique du Broad-Based Community Organising dans l’Angleterre post-Brexit ».

Si 2016 aura été l'année de l'exploration en matière de démocratie, 2017 on l'espère sera celle du regroupement de mouvements porteurs d'un vrai changement des institutions, d'une innovation démocratique réelle fondée sur la participation des citoyens à la gouvernance.

« Le Colloque débouchera sur la rédaction d’un « Manifeste » définissant les nouvelles orientations 2017-2021 du Gis Démocratie et Participation et ses modes de coopération avec les acteurs de la participation. »

Janique Laudouar

Le programme complet du colloque peut être téléchargé sur le site de Démocratie et Participation 

mardi, janvier 17 2017

Heimtextil 2017 : Explorations

Source image : Carlin International/Exalis, Ambiance 2001 Odyssée de l'espace, vers l'inconnu...

HEIMTEXTIL 2017  :  A LA RECHERCHE DE L'INCONNU @heimtextil

Janique Laudouar

Au thème du bien-être présent en 2015 puis en 2016 a succède le thème Explorations en 2017 au salon Heimtextil (du 10 au 13 janvier 2017) Un titre qu'on devrait à l’alpiniste Italien Simone Moro : « le temps de l’exploration n’est pas fini ! »
En 2016, le thème du "bien être", relax, ralentir  ici l'installation du designer hollandais Harm Rensik massage des pieds  Photo J.L
En 2017 Explorations : à la recherche de l'inconnu...mais l'essentiel reste "faites tout avec amour"...

Explorations

Avant Davos ( ce mardi 17 janvier s’ouvre à Davos la 47e édition du Forum économique mondial) les responsables politiques devraient se rendre début janvier à Heimtextil, le plus grand salon international de textiles à Francfort (Allemagne). Une fréquentation en hausse, 70 000 visiteurs de tous les pays, la Chine en force, l'Afrique, les pays arabes, 2963 exposants venus de 67 pays, encore en hausse par rapport à l'année dernière. Ici on ne parle pas seulement de tissus et de literie, mais de tendances et d'aspirations des consommateurs, de bouleversement dans la conception du design d'hôtel, d'innovation dans les matériaux mais aussi dans les usages. Il faut pouvoir quitter son stand et se rendre auTheme Park niveau 6 où sont exposés par thématique et par couleur les tendances repérées par les agences internationales convoquées pour imaginer le futur..

"Tous ceux qui explorent les nouveaux champs des possibles pour renouveler le Retail, l’Hotellerie, le Transport et l’Habitation."

Cette année c'est Carlin, bureau de style français, qui donne le ton. Six agences internationales  oeuvrent pour le  Theme Park, avec toujours la présence incontournable de Anne-Marie Commandeur ( Fondatrice et Creative direktor Stijlinstituut Amsterdam). Le Theme Park offre un espace d'exposition, des conférences, un catalogue.  Au thème du bien-être présent en 2015 puis en 2016 succède le thème de Explorations en 2017. « Décoder le marketing » dans ses formes les plus nouvelles, plonger dans l'inconnu pour de nouvelles sensations, cerner les atmosphères attendues, prendre la posture du chercheur à l'affut du monde qui vient, telle est l'attitude adoptée par les tendanceurs. Exploration virtuelle en 3D, exploration des planètes ou de la nature et des animaux. Rien de très nouveau par rapport à 2016, où ce pistes étaient déjà présentes, sauf peut-être le mariage réussi du tissu et de la lumière grâce à de réelles innovations.

Ci-contre Malin Bobeck, designer textile et artiste, 30 ans, Suède, Stockholm

Depuis sa création nous avons eu un coup de coeur pour Glowee (France) qu'on avait déjà repéré comme une des plus prometteuses start-up française, un site inspirant et poétique. 

"Glowee, c'est la mer qui nous éclaire. Une source de lumière vivante, qui fonctionne sans consommer d'électricité, et en émettant peu de pollution lumineuse et de CO2"

La bioluminescence est à la base de cette "innovation de rupture bio-inspirée" qui utilise "les propriétés naturelles bioluminescentes d’organismes marins." De façon très concrète, cet éclairage naturel peut être utilisé pour l'habillage des vitrines la nuit.

Source image : site Glowee. Dès ce mois janvier 2017, il devrait être possible d'éclairer les vitrines de nuit par ce procédé.

Qui, en 2017, n'a pas envie de voir enfin la vie en rose ? Mon coup de coeur pour le rose

Carlin a proposé un workshop pendants le salon qui permet aux participants de s'approprier le best of du salon. Le catalogue Heimtextil est imprimé et édité chaque année. Pantone est là, bien sûr, pour rappeler que tout est dans la nuance. Pour ma part, je donne le premier prix à la couleur rose (ci-contre Kas International, Autriche), dans toutes ses gammes, du rose veille tuile au rose simili Schiaparelli et aussi aux imprimés de rose et rouge.
Janique Laudouar



Sources images : 

KAS International Autriche, Presse Heimtextil 2017, - Messe Frankfurt Exhibition GmbH / Pietro Sutera Theme Park,

Messe Frankfurt Exhibition GmbH / Jean-Luc Valentin,Messe Frankfurt Exhibition GmbH / Jochen Günther Theme Park



mardi, novembre 29 2016

Social Good Week 2016 : on participe!

Participez à la Social Good Week 2016, découvrez le programme:
http://www.socialgoodweek.com/programme/

Rejoignez le web social et solidaire et découvrez les dizaines d'événements prévus partout en France du 30.11 au 06.12.2016. "La Social Good Week, c’est une semaine d’événements partout en France pour encourager, fédérer et mettre en lumière les initiatives qui mettent le numérique au service de l’intérêt général." Propulsée par HelloAsso et tous ceux qui ont proposé des événements.   Janique Laudouar

En savoir plus : lire le manifeste.

Découvrir le programme:

Lancement 30 Novembre 18:30 · Liberté Living-Lab · Paris, Ile-de-France, QG 2016

Un programme participatif

Le 30 Novembre : de l'apprentissage du code (Ateliers d’initiation au code animés par des étudiants de la Web@cadémie ), au potager qui « se refait une beauté » à la Recyclerie dans le 18ème, en passant par une matinée de réflexion de HelloAsso et Facebook, le numérique au service de l’éducation et de la formation, et web-pratiques : coding, logiciels libres, blog et site internet, etc. la mission est remplie. le numérique au service au service de l'intérêt général, trop souvent oublié dans les programmes politiques. C'est encore la société civile et les associations qui semblent au plus au plus proche du « web social et solidaire », retour à l'éthique original de la création d'Internet et du Web,

Jusqu'au 7 décembre, entrainez-vous à devenir un citoyen agile. Plus de 80 événements au programme de la Social Good Week !

"Qui vous représente le mieux?"

C'est #MAVOIX qui ouvrira la soirée de lancement le 30 novembre 2016 au Living Lab, Paris, une présentation à 4 voix de contributrices actives  : pourquoi et comment hacker l'Assemblée nationale en 2017? La Ménagère y participe.

"#MAVOIX, c'est quoi ? C'est une expérimentation démocratique qui vise à « hacker » l'Assemblée Nationale en juin 2017, faire entrer des citoyens volontaires et tirés au sort qui relaieront les décisions des citoyens à travers une plateforme de vote électronique en logiciel libre. #MaVoix ce sont des citoyens et citoyennes qui co-construisent la gouvernance de façon organique. Pas de porte parole, pas de chef."et Action! " Nous allons lancer les appels à candidatures pour les futur.e.s député.e.s de façon imminente : oui, vous, vous ici, pourrez y participer !Nous préparons des formations pour les futur.e.s député.e.s et les citoyens acteurs des lois et nous continuons à co-construire les outils qui nous permettront d'agir une fois les députés en place, à l'Assemblée Nationale."
#MaVoix a déjà eu une expérience concrète du vote en  participant au printemps 2016  à des législatives partielles organisées à Strasbourg et obtenu 4.25% des voix, pas mal!

"Faire société – Quel sens?"La Revue du Cube n°11 lancement émission débat  le 1er décembre 19h30, pour participer 

La Ménagère participe  : "La Société du bien vivre"

Le 1er décembre lancement au Cube à Issy-les-Moulineaux en partenariat avec la Social Good Week du n° 11 de la Revue du Cube sur le thème ."Faire société, quel sens?" . la problématique énoncée par Nils Aziosmanoff, président du Cube "Quel Sens ?"  est le point de départ de contributions d'auteurs venant d'horizons divers.  "Si les infrastructures réseaux sont au cœur de la nouvelle économie, les investissements publics mobilisés posent la question de la réelle plus value sociale, citoyenne, culturelle ou éducative qu’ils produisent à l’échelle locale. Le changement n’est pas une fin en soi, il n’est qu’un outil pour agir. C’est donc bien le progrès humain issu de la révolution numérique qui est questionné."

Lancé dans le cadre de la Social Good Week le 1er décembre, avec un plateau qu'on peut suivre en direct et auquel on peut bien sûr participer, et commenter via twitter. La Ménagère a participé à ce numéro très attendu de La Revue du Cube avec un article "La société du bien vivre".
"Comment se dégage le sens dans la multitude d’initiatives et d’efforts individuels et collectifs ? C’est peu à peu, pas à pas, que le sens chemine et nous contamine. La multitude d’initiatives qui, à l’échelle planétaire, s’entrecroisent et s’échelonnent dans l’espace et dans le temps, pose un objectif commun : retrouver du sens à nos vies. Des actions qui semblent dispersées sont les pièces d’un gigantesque puzzle, le paysage d’un monde nouveau qui commence se dévoiler où l’intelligence collective et le pouvoir d’agir deviennent des réalités."

Et à propos des élections, sujet d'actualité,on retrouve Julien Letailleur, une récente rencontre avec ce candidat virtuel et fictif à la Présidence de la République, donnait lieu à des ateliers où s’ébauchait la problématique d’un État agile.

Un personnage symbolique se veut un simple porte-voix des propositions citoyennes, réunissant autour de lui des entrepreneurs du numérique, des acteurs de l'innovation publique, mais aussi tout citoyen (connecté) de bonne volonté. 


Autre aperçu des contributeurs
de La Revue du Cube :

http://cuberevue.com/category/quel-sens/perspectives-quel-sens

"Faire société – Manifeste de la Social Good Week", bien sûr,Léa Thomassin et Ismaël Le Mouël (photo ci-contre).

« Au bout des doigts le monde entier (« Empêcher que le monde se défasse ») Véronique Anger-de Friberg

Quelle sagesse, au présent et au futur, pour une humanité en mutation?  de Abdennour Bidar


http://cuberevue.com/category/quel-sens/point-de-vue-quel-sens

    Aux actes, citoyens !  Dominique Sciamma,  "Le territoire des « faiseurs » ne se limite évidemment pas qu’à celui des objets et de la matière, même si tout finit un jour par se matérialiser. La société elle-même devient l’objet de nos projets, et c’est au quotidien, et à nos échelles, que nous devons alors construire les conditions de nos relations sociales et de leur développement."

qui rejoint La Société du Bien vivre, Janique Laudouar, "Le temps est venu pour les citoyens de co-construire une société de « l’intérêt collectif et de la joie de vivre ».

«  Search for Terrestrial Intelligence – STI@home », Olivier Auber,

"L’existence de formes de vies extraterrestres intelligentes parmi les milliers de milliards de galaxies qui dansent dans l’Univers ne fait aucun doute"

D’une possible constitution intime du sens, Étienne Armand Amato..."Galopante innovation. Fabuleuse constellation d’étoiles filantes. Essaim de Réseaux tout en lumières et informations."

et deux échapées du Web Summit de Lisbonne Evénement incontournable des acteurs du numérique, le Web Summit, qui s’est tenu pour la première fois à Lisbonne (Portugal)
Le Web Summit 2016 surfe sur la vague des Social Good Tech,  Jeanne Bretécher et Flora Clodic-Tanguy

Sans oublier les «Presque Fictions » http://cuberevue.com/category/quel-sens/presque-fiction-quel-sens

Les Récifs : Le sens de la vie. (E-Th@ï- suite)

Yann Minh :  “Le sens de la vie, c’est la survie.” Portée par les spirales à 40° des flux de nanorobots, Leslie voltigeait en apesanteur dans le bain bio-modificateur qui transformait le corps parfait de grande femme guerrière qu’elle s’était choisie il y a plusieurs décennies.

Bref, vous aurez compris, la Social Good Week est faite pour VOUS, acteurs du changement et décidés à ce qu'il advienne.

Janique Laudouar


Les deux lieux cités
(mais il y en a beaucoup d'autres) :
Liberté Living Lab
https://liberte.paris/ 9 rue d’Alexandrie 75002 Paris
Le Cube : Le Cube, centre de création numérique20, Cours Saint Vincent - 92130 Issy-les-Moulineaux
Tél : 01 58 88 3000

dimanche, octobre 23 2016

#LesJoursHeureux : l'alternative citoyenne

#LesJoursHeureux conférence de presse à la Recyclerie pour la sortie du livre le 2 novembre 2016 (Actes-Sud)

“Et nous vivrons des jours heureux” Le titre est poétique, mais le livre qui parait le 2 novembre chez Actes Sud n'a rien d'utopique : un constat assez court, celui que nous faisons tous sur la nécessité d'une autre vie, d'une autre démocratie, mais surtout un livre de solutions. 100 auteurs et 120 actions. #LesJoursHeureux est un mouvement intergénérationnel “qui vise a faire advenir une société du bien vivre en actualisant le programme “Les Jours Heureux" du Conseil National de la Resistance.”  (Claude Alphandery, résistant, a contribué au programme)  Janique Laudouar

Resister et créer” : l'alternative attendue

120 mesures pour résister et créer par 100 auteurs issus de la société civile, c'est une réponse forte a ceux qui qui prétendraient qu'il n'y a “pas d'alternative” (Rappel : TINA There is no alternative, slogan attribue au Premier Ministre britannique Margaret Thatcher). Les TINA francais d'aujourd'hui vont finir par l'admettre : la société civile est riche d'expertise, de propositions. L'un des mérites du mouvement #LesJoursHeureux est d'être l'un des premiers a faire cet effort de reliance dont rêvent tous les collectifs afin de peser enfin sur la société. Sortir de l'entre soi des réseaux sociaux et même des réseaux solidaires pas toujours connus du grand public, dépasser aussi le mouvement civic tech, qui joue un rôle capital dans la transition numérique, mais qui ne peut a lui seul accomplir une révolution démocratique. #LesJoursHeureux réalisent cette transition de terrain avec la Marche commencée "le 7 octobre sur les routes de France à la rencontre de citoyen.ne.s et de résistants." Ils nous invitent a faire 700 km avec eux et nous retrouver le 5 novembre a Paris, pour un grand événement festif auquel est associé NuitDebout. et bien d'autres.

LE LIVRE

Un petit livre, un peu du même format que le livre culte “Indignez-vous!” de Stéphane Hessel, Christiane Hessel soutient d'ailleurs le mouvement et était présente. Le contenu : des propositions concrètes sur les grands enjeux l'emploi et le travail, la transition, écologique énergétique, agricole, l'éducation, le logement, la santé et la justice, traités par des experts des sujets. Ce qui conditionne tout : l'exigence d'un renouveau démocratique. Là tout le monde est d'accord, y compris les 80 % de français las de voir toujours les mêmes hommes politiques au pouvoir et si peu d'écoute des citoyens. Le livre a donne lieu a un travail éditorial professionnel assez classique, avec comité de lecture, priant les auteurs de raccourcir leur texte,

Question de la Ménagère aux auteurs : quelle méthodologie a été adoptée pour que collaborent efficacement 100 auteurs venus d'horizons différents, et comment surmonter les divergences d'opinion?

“Par l'exercice des désaccords féconds, pour reprendre l'expression de Patrick Viveret” répond , répond Thierry Salomon, ingénieur énergeticien (Negawatt), “L'objectif était d'avoir un petit livre”donc on a décidé de raccourcir les contributions, entre 3000 et 5000 signes”. Un comite éditorial s'est constitué. “ Chaque thème a eu un auteur pilote” Un exercice d'intelligence collective. En ce qui concerne la reliance, précise Fanny Charrasse, co-fondatrice et on a du relier sur le même thème des gens qui étaient opposés comme par exemple Corinne Lepage et Francois Ruffin. On a contacté les auteurs en octobre 2015.

“Quant a la reliance des réseaux, le lien avec d'autres mouvements” déclare Yvan Richard, nous avons choisi la reliance de préférence a la convergence. Dire “Venez nous rejoindre”, ca ne marche plus! Il faut d'abord se rencontrer se connaitre, respecter l'identité de l'autre et ensuite on peut parler de se relier. Ont participé, entre autres, La Belle Démocratie, Le Pouvoir citoyen en marche, Synergie Démocratique, #2017AgirEnsemble.” Les #JoursHeureux ont dans leur statuts juridiques l'organisation en cercles de compétence, la sociocratie.

40 réseaux partenaires du livre, une étape vers la reliance des collectifs. Ci-contre Sophie de NuitDebout.

La consultation des citoyens

“On aurait preferé associer les citoyens des le départ”, dit Yvan Richard, “mais  compte tenu des délais c'était plus efficace de commencer par 100 auteurs puis de soumettre à une consultation ouverte."  Avec le site, une grande consultation citoyenne va commencer autour des propositions de loi, les commenter, les ré- écrire. Ce sera possible sur la plateforme de consultation avec #2017 Agir Ensemble et l'Association des Paralysés de France.

On peut dès maintenant s'exprimer sur 9 mesures essentielles http://les-jours-heureux.fr/category/9-mesures-essentielles/.

“Cette démarche, avec sa plateforme collaborative ouverte à toutes les citoyennes et tous les citoyens, a pour ambition de co-construire des propositions qui seront présentées auprès des candidats à l’élection présidentielle et aux législatives de 2017.” “Comment faire parvenir ces propositions aux candidats à l'élection présidentielle “ est une question posée par Christiane Hessel, qui en cours d'organisation. Pas simple de poser la question du “renouvellement des institutions” à ceux qui en font partie. Les personnalités politiques seront interrogées sur les 9 mesures essentielles

Des Pyrénées à Paris, la marche des Jours Heureux  http://lesjoursheureuxlepacte.fr/marche  Source la Gazette Debout https://gazettedebout.fr/2016/09/21/pyrenees-a-paris-marche-jours-heureux/

Questions à Yvan Richard (comédien) et co-organisateur  #LesJoursheureux

Q Comment est venu l'idée de ce livre?

YR Invités par un collectif citoyen dans le Vercors, une centaine d'auteurs ont rédigé un diagnostic assortis de principes de loi dans le but de bâtir une société démocratique.

Q Quel est l'enjeu, alors que les élections présidentielles et législatives approchent?

YR Ce qui compte pour nous, ce ne sont pas les personnes, c'est le cadre qu'on va créer, c'est une stratégie à long terme de réappropriation, d'empowerment, l'enjeu, c'est changer de système. Nous allons rencontrer des élus en ce sens. Nous sommes pour que les citoyens , la société civile travaillent ensemble.

RELIANCE

La reliance des collectifs va être l'enjeu majeur des mois qui précèdent les élections. Il n'y a que peu de différence d'objectif entre "LesJoursHeureux, et, par exemple, La Primaire.org “Ici, pas de parti politique mais des citoyens engagés pour réinventer le système traditionnel » ou Synergie Démocratique “rendre aux citoyens leur place en politique”. Le Collectif Roosevelt, https://collectif-roosevelt.fr/ partenaire des Jours Heureux, fait cette même proposition “Reconnaître la place des citoyens, leurs compétences, leurs capacités à produire des analyses et des propositions alternatives et ce dès le début des grands projets publics”

Prochain rendez-vous le 5 novembre : l'arrivée de la Marche à Paris sera fêtée lors d'une soirée en compagnie de nombreuses associations et autres marches citoyenne.

Janique Laudouar

lundi, septembre 12 2016

Changer le monde? Oui, mais ....

Les collectifs citoyens sont nombreux à travailler dur comme #MaVoix, ici en visite à l'Assemblée Nationale, à hacker en 2017. Objectif : reprendre le pouvoir sur nos vies, co-construire nos lois, proposer une alternative aux partis politiques classiques. Oui mais...arriverons-nous à changer le monde? Faut-il passer par une transformation personnelle? Comment convaincre? Et comment se démultiplier pour soutenir efficacement ces multiples initiatives citoyennes?

C'est un pavé dans la mare qu'a lancé Pierre Fournier en publiant dans Ouishare Magazine un article à contre-courant   « Pourquoi j'ai décidé d'arrêter de changer le monde. «  « L’engagement et la volonté de changer le monde ont le vent en poupe. Mais le petit monde de l’innovation sociale est encore et toujours un milieu où règne l’entre-soi. Cela fait dix ans que je m’investis comme bénévole auprès de divers mouvements, et je connais trop bien leurs côtés sombres. »J'exprime mon désaccord : je lui réponds du tac au tac via un commentaire sur Facebook « la plupart des collectifs dont ‪#‎MaVoix‬sont parfaitement conscients des écueils et les anticipent par un fonctionnement interne qui en tient compte. Par ailleurs on peut aussi faire la démonstration inverse que l'engagement collectif passe nécessairement par un regard plus rigoureux sur soi qui peut conduire à un épanouissement "augmenté". Lui même d'ailleurs le prouve, avec une belle citation de Mathieu Ricard. « A l’exception des catastrophes naturelles, la majorité des souffrances humaines sont dues à la malveillance, l’avidité, la jalousie, l’indifférence, bref à l’attitude égocentrique qui nous empêche de penser au bonheur d’autrui."

L'article a un impact : 4700 partages en une semaine Pierre Fournier a assisté au  à Montréal au Forum Social Mondial 2016, vient de passer avec succès sa première année de Master 2 en management des organisations ESS au Mans. Il hésite entre continuer ou entrer dans la vie active, comme consultant, pourquoi pas, il en a l'expérience. Du coup, on a envie d'échanger avec Pierre Fournier, 23 ans, qui pourrait bien être un exemple de la relève politique qu'on attend...si on laisse la place à sa génération.                                                                                                                          Janique Laudouar

  • JL Pourquoi mettre l'accent sur le côté sombre, au moment où on a tant besoin que les collectifs et la civic tech pèsent de tout leur poids dans la vie sociale et politique ?
  • PF Ce n'est pas un ras le bol du bénévolat, je ne le condamne pas, au contraire, je condamne les fondateurs, dirigeants, cadres, que ce soit association éducation populaire, entreprise sociale.
  • JL A #MaVoix, nous faisons une chasse aux egos peut-être excessive. Dans ton article tu dénonces l’égocentrisme, le goût du pouvoir, la socialisation de l'individu au sein de l'organisation, avec risque de «  perte d’identité personnelle au profit du collectif », une vision qui se rapproche un peu de la secte !
  • PF J'ai revu film La Vague,tiré du récit d'une expérience américaine. Un professeur d'histoire dans les années 60, avait du mal à faire comprendre à ses élèves pourquoi le peuple allemand s'était soumis au régime nazi. Pendant une semaine, il réussit à fédérer 200 jeunes et les mener à l'autocratie, étape par étape. Dans les collectifs le processus est le même. Il y a un risque de dérive sectaire.
  • JL C'est vrai qu'il y a dans ces groupes un problème de reconnaissance du travail fourni au sein d'un collectif, qui peut mener au désenchantement. Tu écris dans l'article «une reconnaissance de façade» Quel forme de reconnaissance pour que le bénévole ne se sente pas « utilisé » ?
  • PF La reconnaissance peut se faire dans un cadre « hiérarchique » : monter en grade. Au bout d'un certain temps, on propose du travail aux personnes qui sont sont très engagées. Dans ces nouvelles structures économie solidaire, collaborative, il faudrait créer un cadre assez bienveillant dont l'objectif serait ...ne pas se foutre sur la gueule!
  • JL Là où je suis d'accord avec toi, on peut avoir l'impression d'occuper une place dans une hiérarchie« fictive » d'un collectif qui ne rapporte pas de moyens d'existence au bénévole.
  • PF Dans mon article j'écris «Nombreux sont les jeunes qui sont en quête de sens et désirent avant tout que leur action ait un impact social et environnemental positif. »  Je viens de rencontrer énormément de jeunes qui veulent changer le monde, mais au final combien resteront ? Il ne doivent pas se laisser happer par ces structures.
  • JL Tu dis que tu as rencontré des gens «inspirants», donc tu as tiré parti du bénévolat ?
  • PF Il faut être un peu «égoïste», rencontrer des personnes inspirantes qu'on n'aurait pas pu rencontrer ailleurs, et construire un capital relationnel, humain.
  • JL Tu as raison de mentionner l'humain, il faut davantage d'altruisme.
  • PF Un des problèmes à Nuit Debout, c'est que le changement personnel n'est pas traité. Pourquoi tu fais ça, quelles sont tes motivations, il faut poser la question.
  • JL OuiShare Fest 2016 comportait des ateliers sur le changement personnel. Et peut-être une nouvelle façon d'aborder le travail ?
  • PF Oui à Ouishare, on réfléchi pendant des mois sur le sujet. J'ai été en stage dans une petite coopérative, Social Media Squad, en mode communication non violente, entreprise libérée, bonheur au travail, j'ai pu avoir l'expérience de travailler différemment.
  • JL Est-ce que ce n'est pas la question que les jeunes comme toi se posent ? Est-ce que justement il n'est pas temps de définir les principes d'une nouvelle approche du travail ?
  • PF Constat : votre génération ne nous laisse aucun espace ! Il faut une posture de transmission et laisser la place. C'est ce qui est compliqué en France.
  • JL Tu peux me parler de l'éducation populaire ?
  • PF Je l'ai découvert quand j'avais 16 ans, ça existe depuis un siècle et demi, ils ont crée Pôle emploi, les foyers de jeunes travailleurs, les centres d'information et d'orientation,
  • JL Quel lien avec le numérique et les nouvelles écoles ?
  • PF J'ai rencontré des gens qui montent des écoles alternatives. Mais...quel est l'intérêt d'un état de donner à ces jeunes différentes voies, de les rendre acteurs de leur propre vie, les politiques ne peuvent plus contrôler la population Il y a eu l’expérience de Céline Alvarez qui a réussi a rendre des jeunes plus murs, ils ont pu savoir lire et écrire en 2 ans . Il devrait y avoir une culture du résultat, qui est exceptionnel, pourquoi le pouvoir en place n'en veut pas ? . Faire bouger ces mammouths de l'administration, c'est aborder la question politique, si on veut un changement d'échelle.
  • JL que vois-tu comme avenir politique, dans les 2 années qui viennent quand les sondages nous répètent que 83 % des français rejettent les partis classiques qu'ils trouvent trop centrés sur les élections?
  • PF Je ne vois pas le monde de demain, je vois plutôt le monde d'après-demain. Je fais l'analogie avec les années 30, la peur entre les communautés qui a amené Hitler au pouvoir. On sait que ça peut se passer. La base de 83% est prête à changer, mais les 17%, de l'élite vont-ils avoir le courage de dire qu'ils sont incompétents ?
  • JL Une raison de sourire ?
  • PF Ce qu'il y a de positif, ce que j'ai découvert pendant mon stage, c'est ce qu'Internet permet, et c'est là la révolution, n'importe qui peut créer et diffuser sa propre information, aucun pouvoir ne peut contrôler ça, on peut sensibiliser les citoyens qui peuvent devenir acteurs de leur vie exprimer leur point de vue . Jamais je n'aurais pensé écrire un article qui a fait 4700 partages ne moins d'une semaine et touché 10 000 personnes dans le monde. D'où l’intérêt de sensibiliser au web. Les gens font confiance à leur proches, à leur amis, à leurs réseaux les plate formes comme airbnb ont su faire émerger des tiers de confiance, on peut décliner le même principe dans l'économique, le politique, le social. En tirant tout le fil, on change radicalement la société.                                               Janique Laudouar

Bientôt : Pierre Fournier prépare une conférence Tedx au Mans, où Sarthois, habitants du pays de la Loire, seront conviés ainsi que des experts nationaux sur un thème qui nous concernera tous : agir ensemble.

Montréal Forum Social Mondial 2016 : https://fsm2016.org/

dimanche, juillet 17 2016

7 janvier 2015-14 juillet 2016

7 janvier 2015-14 juillet 2016 et puis ...?

14 juillet 2016, Nice  source image Gazette Debout
7 janvier 2015, Paris, Charlie Hebdo,  13 novembre 2015, Bataclan, Paris, Saint-Denis, 22 mars 2016, Bruxelles, et bien d'autres dans le monde

« L'art de la guerre est l'art de duper, et en donnant toujours l'apparence contraire de ce que l'on est, on augmente les chances de victoire. »

(Sun Tse L'art de la guerre Agora Classiques 1993) 

« Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu. »

(http://suntzufrance.fr/les-meilleures-citations-de-lart-de-la-guerre/

"L'art de la guerre" : comprendre la culture de l'autre

Et l'art de la paix?

Photos prises sur les murs de Paris en janvier 2015 (Photo Janique Laudouar)

lundi, juillet 4 2016

Congrès du Futur #2 « optimisme offensif »

Mathieu Baudin entouré des facilitateurs du Congrès du Futur #2 à la Gaité Lyrique : rencontre des Réinventeurs

C'est l'été – ou ça devrait l'être – et les pages Facebook se couvrent de photos de barbecue ou de tables en bois dans des décors bucoliques.

Le mois de juin a vu un florilège de manifestations qu'on peut ranger sous le signe de lacivic tech. Le 10 juin Personal Democracy nous invitait au « Printemps de la Civic Tech » à la Gaité Lyrique, puis c'était au tour de l'Institut des Futurs souhaitables le 24 juin de privatiser tout un étage, dédié au Congrès du Futur #2, qui rassemblait tout l'« écosystème » : 300 participants attendus. Les Réinventeurs sont nombreux mais parfois isolés. Là, ils se rencontrent. "Cet événement est accompagné d’une plateforme web qui cartographie et donne à voir 200 « conspirateurs positifs » Mission de ce think tank et do tank  : "Contribuer à l’émergence de ce nouveau Monde qui s’esquisse, en reliant dans un même écosystème ces explorateurs et volontaires du siècle qui vient, leur offrant un espace singulier d’ « empowerment », une « ressourcerie », une fabrique à questionnements fertiles où l’on prend collectivement le temps de la complexité afin d’expérimenter ici et maintenant des solutions pour demain."

Janique Laudouar

Ci-contre la journaliste Flora Clodic en immersion comme facilitatrice. Lire son article sur Medium "Le 2ème Congrès du Futur a rechargé nos batteries"

Tous #conspirateurspositifs

Le Blog de la Ménagère, invitée au tire de « média positif » a été dès son entrée dans le hall de la Gaité Lyrique accueillie par un « hug », un calin. Le ton de la journée était donné : sous le signe du « care », le soin apporté à l'autre, de la bienveillance décidément une valeur montante, d'un « optimisme offensif ». ‪#‎demain‬ ‪#‎joie‬ ‪#‎réinvention‬. Le code couleur cette fois : vert d'eau comme les gentils facilitateurs de la rencontre qui arborent un tee-shirt « L'avenir ne se prévoit pas, il se prépare."

Des ateliers étaient organisés afin de définir les contours du Futur. Face à Vincent que je n'avais pas vu depuis longtemps je suis embarquée avec mon partenaire de binôme dans un dispositif dont l'IFs a le secret pour dérouter le participant et débusquer l'intime. Nos contributions seront ensuite recueillies via des post-its pour constituer une vision collaborative du Futur. Nous devons choisir 3 obstacles que nous avons rencontré et les ressources que nous avons mobilisé pour les surmonter. J'écoute Vincent, l'interroge, puis ce sera à son tour. Tous nous sommes assis à terre, face à face. A côté de moi David Guez, de LaPrimaire.org, face à Jean-Pierre Goux, auteur de l'essai « Siècle Bleu, Pour changer le XXIème siècle » (2016). Plus loin, Antoine Brachet co-fondateur des 100 Barbares, et Forent Guignard Le Drenche, que je croise souvent ces temps-ci. L'expérience est intéressante, l'ambiance à mi-chemin entre grand-messe dans un espace cathédralisé et un confessionnal intime, tant le domaine spirituel est présent.

Les mots pour le dire

Le sens des formules et un certain goût pour le littéraire est l'une des valeurs ajoutées de l'IFs qui mérite son titre de «Fab Lab intellectuel». Sur le site on cite Antonio Gramsci «Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres" .  J'avais déjà rencontré Mathieu Baudin, directeur de l'IFs, au Cube à Issy-les-Moulineaux lors d'un des Rendez-vous du Futur citant « Ecouter la forêt qui pousse plutôt que l'arbre qui tombe."Le Récit fait aussi partie de la panoplie. « Récit du Monde d’Après, inspirer un Nouveau Récit sur l’avenir, plus positif, afin de montrer à la société civile que Demain est déjà là."   Il y a d'ailleurs des auteurs, artistes ; plasticiens, poètes parmi les experts qui accompagnent le voyage « Art is our weapon » Elyx, petit personnage fictif et héros transmedia qu'on retrouve mis en situation http://elyx.net/ était au rendez-vous ainsi que son créateur Yak, Yacine AIT KACI. L'après-midi des ateliers étaient organisés selon le principe duWorld Café

Et puis l'instant de contemplation de «la Blue Marble, la célèbre photo de la Terre. Celle-ci fut prise le 7 décembre 1972 par les astronautes de l’équipage d’Apollo 17 à 45 000 km de la Terre pendant ce qui fut le dernier voyage vers la Lune » C'est cette photo du Siècle Bleu qui sera projetée dans le noir en conclusion de la journée, avec un peu de l'histoire de Jean-Pierre Goux encore ébloui par sa rencontre avec la Nasa, Un autre explorateur de l'intime à la télévision et expert en « parenthèse inattendue », Fréderic Lopez intervient comme « grand témoin » pour conclure la soirée.

Vous êtes super!

«Vous êtes super!» : une vidéo propose un moyen à la portée de tous pour prévenir l'agressivité ambiante, se promener avec une pancarte « Vous êtes super ! »Parmi ses complices l'Institut des Futurs souhaitables compte Patrick Viveret, Cynthia Fleury, ou Jean-Paul Delevoye, Mathieu Baudin insiste sur le côté « décalé »de ce qui pourrait être un outil de formation et un dispositif d'aide au changement classique pour les entreprises ou les institutions. « Plutôt une école », précise-il « L'Ecole du Futur » ». C'est une expérience vivifiante que fait vivre ce dispositif participatif avec l'objectif de « recharger les batteries » car il fait basculer l'écosystème vers le monde qui vient et ses nouvelles valeurs, Sur le grand panneau des ressources que chacun peut mobiliser « se reconnecter avec l'essentiel », « revaloriser le spirituel et le relationnel » «éducation positive », « rencontrer d'autres cultures non consuméristes »Une restitution ultérieure des productions de la journée prévue en septembre 2016.Combien ça coûte ? Le tarif est un peu « à la Robin des Bois », précise Mathieu Baudin : pour les participants un tarif ajusté à leurs moyens, pour les partenaires un prix normal. Prochaine exploration : la Lab Session "25 décideurs voyageurs vont décaler leur regard, détecter les signaux faibles et porter leur attention sur des expérimentations porteuses d’avenir ici et maintenant," Janique Laudouar

Prochain rendez-vous ! Petit déjeuner de présentation de la Lab SessionMardi 5/07 9h-10h30

8h45 : café d’accueil

9h-9h30 : intervention sur "L'Art d'imaginer les Futurs" par Mathieu Baudin, historien et prospectiviste, directeur de l'Institut des Futurs souhaitables

9h30-10h : présentation de la Lab Session, cycle Prospective, Innovation et Développement Durable de l'IFs, un voyage aller-retour vers le monde d’après - La Prospective au service de l’innovation

10h-10h30 : témoignages d’anciens participants de la Lab Session et échanges avec l’auditoire

En Pratique :http://www.futurs-souhaitables.org

« L’IFs s’adresse à tous ceux qui se questionnent sur notre société et qui aimeraient participer d’une manière ou d’une autre à la construction de futurs souhaitables, que cela soit au sein d’entreprises, d’organismes publiques ou privés, de collectivités territoriales, des grands corps d’État, des mondes associatifs ou encore des métiers des arts et de la culture."

samedi, juin 11 2016

Ces candidat(e)s aux élections présidentielles 2017 sur LaPrimaire.org

La démocratie est sur la place publique en juin 2016 mais sait-on qui sont ces candidats citoyens? Une visite sur LaPrimaire.org

Ces citoyens candidat(e)s : audacieux

La France doit être le projet de tous les Français. Redonner envie de contribuer à un projet collectif. L'objectif : l'épanouissement. Mes priorités, Humain et lien social au cœur de la stratégie de l'emploi, le numérique pour rationaliser les dépenses publiques” Qui fait cette profession de foi, quel parti? Ou encore “Ma vision :Simplification, modernisation. "Les problèmes ne seront pas résolus par ceux qui les ont créés" - (Albert Einstein) 6e République: élire 4 ministres indépendants Numérisation de l'administration Revenu universel inconditionnel” Non, ce ne sont pas nos partis politiques. Il s'agit de candidates et candidats déclarés sur le site de LaPrimaire.org. Justine Henry est vétérinaire, habite Paris, est candidate depuis 67 jours. Gireg de Kerdanet a 24 ans, est entrepreneur habite le département de la Gironde.
“LaPrimaire.org est une primaire ouverte, organisée pour permettre aux Français de choisir librement, de manière transparente et démocratique, les candidats qu'ils souhaitent voir se présenter à l'élection présidentielle de 2017.” Rien de plus simple que de s'inscrire sur LaPrimaire.org, une gentille petite robote vous aide dans la démarche, votre identité sera vérifiée, et hop, vous n'aurez plus qu'a poster votre photo, votre vision de la France et les points prioritaires de votre programme. "Aujourd'hui en France, les partis politiques (365,000 personnes soit 0,5% de la population) désignent les candidats aux élections alors que les citoyens les rejettent massivement. L'objectif de LaPrimaire.org est d'insuffler un nouvel élan démocratique à notre pays en favorisant le renouvellement de notre classe politique.

“Faire de la France un pays libre, démocratique et visionnaire. Il est temps de vivre au 21e siècle.”

Rémi Arnaud, 25 ans, Développeur informatique, Paris, 75)

En faisant le tour des candidats déclarés – et je suis très loin d'avoir fait le tour des 187 candidatures a ce jour-, on s'apercevra vite que leur vision est bien plus audacieuse que celle des partis traditionnels : elle est porteuse de changement structurel. “Ma vision : remettre les citoyens au centre des priorités, mettre en place un parlement 100 % citoyen par tirage au sort et fin des cumuls des mandats” Mes priorités :démocratie participative, éducations , sécurité.” Ca va jusqu'à :”Supprimons la fonction présidentielle. Un objectif unique : en finir avec ce régime qui bloque la France Revenons au vrai débat politique. Mes priorités 1. supprimer la fonction présidentielle. 2. Pour cela : organiser un référendum national dès l'été 2017 3. Appliquer cette nouvelle constitution” “L'idée est de revoir tout le système actuel pour en faire un cohérent et surtout participatif !” Et aussi nous dit Laurent Roullier, 58 ans, Infirmier “Faire émerger une nouvelle classe politique désintéressée” Caroline Godard 32 ans, indépendante en communication habite le département 44 - veut des “Commissions collectives mixtes à la place des ministères”.Jean-Cyril Hubert, 42 ans, Disrupteur, habite le département 94 – Val-de-Marne est candidat depuis 66 jours et sa vision intègre la disruption comme moteur de l'evolution “Utilisons les INNOVATIONS pour modifier DISRUPTIVEMENT notre société et TRANSMETTONS à nos descendants une FRANCE VIVABLE ! Mes priorités 1. L'ENVIRONNEMENT est la PRIORITE pour vivre en PAIX! 2. Restaurer les EGALITES, la FRATERNITE et LES LIBERTES ! HUMANISME et INNOVATION afin de poursuivre notre EVOLUTION !

“Mettre fin au gaspillage de l'état”, “Un système participatif”

Ce qui revient souvent dans les points prioritaires : “mettre fin au gaspillage de l'état”. Alors qu'on nous fait croire que les français veulent “maintenir le modèle social” a n'importe quel prix, non, ca c'est le credo des politiques, il n'apparait pas ici, alors que le “revenu de base” revient souvent. Les français veulent “Des réformes structurelles pour mettre fin aux gaspillages “. Ils n'ont pas peur de la lucidité, “Mettre fin au mythe de la croissance économique”

Déraisonnables ces propositions? Elles semblent au contraire moins frileuses et plus tournées vers une vision d'avenir que celles que nous font actuellement les “politiques”. Les candidat(e)s n'ont peur ni de la démocratie liquide, ni de la 6eme République. Leurs visions veulent rassembler alors que les lois actuelles divisent et déchirent la France. Elles placent le citoyen de tout bord au coeur de la République et de la gouvernance. Sans oublier l'harmonie et l'humain. Ma vision : “Faire de la France un pays où il fait bon vivre” nous dit Blanche de Weerdt 73 ans, Formatrice à la retraite “Bouches du Rhône”. Comment vont-ils obtenir les 500 noms nécessaires a leur qualification? Peu de candidats qualifiés. Parmi eux Jean-Michel Billaud un des pionniers du Web 2. Ma vision : "Notre démocratie représentative 1.0 bat de l'aile. Ma vision et mon action : mettre en place une démocratie directe (2.0)." On trouve aussi un candidat atypique - soutenu par son réseau ou communauté? - Essayiste politique, Ismaël BOUDJEKADA, 20 ans, habite le département 92 – Hauts-de-Seine. "Un ennemi nommé, la finance folle non-régulée : l'argent s'y trouve,spéculation abusive sur les matières agricoles, une taxe Taubin dérisoire" Ce candidat axe sa campagne sur une autre vision de l'économie. A vous de voir et d'approfondir.  Il y a aussi des femmes élues locales qui font partie des candidates. Les femmes du Net, vous qui avez 2000 amis sur Facebook ou plus, vous n'êtes pas tentées? “Terminé les politiciens qui ne connaissent rien a la vie! Place aux citoyens qui savent ce qu'il faut faire!”dit Jennifer. En 2016 #ToutesCandidates !

LaPrimaire.org réussit a démontrer tout l'intérêt de candidatures hors système, candidatures désintéressées, délivrées de tous les petits arrangements entre amis et calculs électoraux, miroir d'une France qui prône la numérisation de l'administration, la fin du gaspillage, le projet collectif, d'une France prête a contribuer a l'innovation et au changement structurel.  Janique Laudouar

La Primaire.org en pratique  https://laprimaire.org

  • La liste des candidats est rafraichie une fois par jour, ce qui permet une rotation des candidats en premiere page.
  • Il y a aussi une liste de candidats plébiscités, que nous ne traitons pas dans ce billet.
  • Environ presque 50 000 citoyens inscrits, 49 % de l'objectif 100 000 citoyens inscrits, les chiffres et les comptes transparents.
  • Financement : financement participatif des plus petits dons mensuels aux dons importants, tout est tres bien expliqué et transparent 57, 721 euros a ce jour  https://laprimaire.org/financer
  • twitter : ‎@democratech

samedi, mai 21 2016

OuiShare Fest 2016 : avançons ensemble!

Duc Ha Duong, Officience, un des entrepreneurs emblématiques du numérique, les 100 Barbares, photoJL

A OuiShare #OSFEST16, on ne « suit » pas simplement 3 jours d'innovation  : on y « fait sa part », pour reprendre l'expression de Colibris . Chacun contribue à construire « le monde que nous voulons » guidé par l'époustouflante programmation. Pendant 3 jours on travaille dans un décor rudimentaire et une sobriété voulue (zéro waste), probablement plus vite et mieux qu'aucun parti politique ne le fait actuellement. C'est ici qu'on peut s'informer mais aussi apprendre des autres dans un gai partage du savoir fidèle à la philosophie de OuiShare. Et comme l'observe actuellement l'Université de Paris-Saclay qui mène une enquête (Sharing Networks) sous la conduite de Antonio A.Casili, (i3, Mines-Telecom),  et Paola Tubaro (LRI, CNRS) les participants forment un réseau national et international. ( Résultats publiés dans OuiShare Magazine). Ce réseau informel et spontané, connecté à l'innovation, imprégné de valeurs humaines, semble prêt à faire vivre de nouvelles gouvernances en entreprise, dans la ville, et en politique.  

                                                                          Janique Laudouar

Nous reviendrons sur le sujet de la Civic Tech et de ses valeurs dans une seconde partie. Lire le billet de Lison de Happy Democracy, Voxe sur Medium.

 

Avançons ensemble!

« La République du XXIème siècle ne doit pas dire à ces gens ce qu'ils ont à faire : elle doit leur offrir l'écrin à partir duquel ils auront le droit de passer de l'expérimentation à la grande échelle » pouvait-on lire dans l'éditorial de Usbek et Rica à partager sur le stand de la MAIF, partenaire de OuiShare Fest 2016. La « Super République » rêvée en couverture, « les gens » sont en train de la faire. « Ce pays est génial et on ne le sait pas » dit encore Usbek et Rica. Elus qui créent un écosystème propice à l'innovation sur leur territoire, grands groupes qui osent tout changer et bousculer l'inertie de leur organisation interne, comme l'a décrit, entre autres, Sébastien Bazin de la chaîne d'hôtel Accor Hotels, et toute cette société civile qui s'active partout dans le monde – OuiShare garde son caractère international – CEO, PME, entrepreneurs, start-ups, corporates, fonctionnaires, universitaires, scientifiques, communautés, collectifs politiques, activistes, ONG, geeks, codeurs, hackers, changemakers, doers, slashers ou tout simplement esprits curieux. Si l'expérimentation est toujours là 4 ans après le lancement de OuiShare comme think tank de la société collaborative, aujourd'hui le pragmatisme semble indiquer la ligne de conduite : avançons ensemble !

Le changement d'échelle semble être un désir partagé par les participants venus non pas seulement humer l'ambiance du futur, mais travailler au présent, bosser, échanger, écouter les propositions, trouver des solutions, établir des passerelles, créer des liens entre tribus qui hier s'ignoraient encore et aujourd'hui ont envie de se rencontrer, de savoir comment ça marche de l'autre côté, et de voir si on peut avancer ensemble. 

Images : Workshop Civic Tech : Will the Revolution be Uberized?  Julien Bayou, élu et porte porole des Verts, Heloise de Civocracy, Julie de Pimodan de Fluicity, Léonore de Roquefeuil Voxe, Maria Mella LaPrimaire.org . Participants au workshop.
Le 21 mai était une journée ouverte à tous et de nombreux collectifs étaient là

Partage de la valeur

Et enfin on comprend le titre, «After the Gold Rush», après la Ruée vers l'or, métaphore restée quelque peu mystérieuse. Oui, il y a ces formidables mutations, mais qu'en fait-on ? Oui il y a ce territoire à explorer, tel l'Ouest de la Californie à l'heure des pionniers. L'Or, promesse de bonheur est mis en parallèle avec cette économie de partage qui devait être par tous et pour tous. Il y a des réussites éclatantes mais qui demandent à être revisitées. Rappelons avec Paul Valery que les « les faits sont têtus » et que le salaire des grands patrons jugé disproportionné par tous sauf par les intéressés, n'a en rien évolué, au contraire, il devient de plus en plus choquant et révoltant : il symbolise une création de valeur de plus en plus centralisée et de moins en moins partagée. Hors le discours de OuiShare se doit toujours d'avoir un temps d'avance et questionne aujourd'hui la création de valeur issue du changement de modèle économique et sa répartition. La technologie Blockchain déjà présente lors du précédent Fest est cette année abordée de façon plus concrète via plusieurs experts et projets, («Blockchain beyond bitcoin » Stephane Tual, Slock.It, «Blockchain : the end of corporations or its reinvention , Nadia Filali, Caisse des dépôts, Arno Loeven, Philips Healthcare Blockchain Lab, Claire Balva, Blockchain France. Vincent Fily, Microsoft. Une technologie qui, selon Antonin Léonard peut être une solution pour la décentralisation de la valeur créée via les plateformes. La DAO (Decentralized Autonomous Organization) est abordée avec la même logique de répartition. «La montée inexorable de la DAO » titre Slock it «loue, vend ou partage «  à peu près tout, mais sans intermédiaire objectif qui lui a permis une levée de fond spectaculaire. « C'est la future infrastructure de l'économie de partage » annonce le site qui vient de se voir attribuer l'IoTAwards (internet des objets connectés) Vers Le Réseau Universel de Partage ? (Universal Sharing Network).

Partage du savoir

La mise en danger des « vieux modèles » peut être stimulante pour les organisations qui en ont compris les enjeux. Mais pour un état qui « semble dépassé par une vision court-termiste » et « dans l'incapacité de saisir les enjeux du numérique » (MAIF) , le réflexe est plutôt conservateur : sauver à tout prix des modèles condamnés et des professions sinistrées, et alourdir encore la dette publique. Pour les jeunes millenials, ces trentenaires agiles avec le numérique qui ont déjà tout compris du parti qu'ils pouvaient en tirer, la lourdeur de l'état et de son administration, les contraintes archaïques, le déluge législatif, génèrent de la colère et du mépris, quand ce n'est pas de la violence. Finie, la paix sociale, quand il y a un tel décalage entre la jeunesse et ses gouvernants, entre la société souhaitée et celle qu'on tente de leur imposer. Mais patience, grâce à leur maîtrise des plateformes digitales, leur usage pertinent des algorithmes, leur aspiration à de nouvelles valeurs, ils construisent la « politique collaborative » qui va changer nos institutions. Les millenials n'attendent plus que le système s'adapte, ils créent des écoles et des cours en ligne A Ouishare nombreux sont venus avec de nouveaux modèles de méthodologie éducative (Jeremy Lamri, Monkey Tie) ou d'écoles autonomes (Ramin Faranghi Ecole autonome) plus adaptées au XXIème siècles que nos systèmes d'éducation classiques

Partage de la gouvernance en entreprise

Démocratie dans l'entreprise?
Peut-on instituer une véritable démocratie dans l'entreprise ? Y a-t-il des similarités avec la démocratie politique qui nous est familière ? Quelles sont les solutions proposées par les coopératives et les mutuelles implantées depuis longtemps en France ?

« La démocratie dans l'entreprise »Jean-Louis Bancel Président (Crédit coopératif), Catherine Coupet (CEO Up Group) Dominique Mahé (Président Maif) moderé par Marguerite Grandjean (OuiShare). L'entreprise ajoute une corde à son arc : elle devient purpose-driven, objectif d'intéret général. Les mots-clefs du management ont changé : confiance, écoute, fluidité surgissent de la table ronde modérée par Marguerite Grandjean, OuiShare connector, expert sur le sujet de la gouvernance. La démocratie dans l'entreprise, fait partie de la mutation et tient compte du désir des jeunes d'une société moins verticale et plus collaborative. La MAIF opère la mutation de son modèle coopératif en prenant des parts dans des start-ups (guest-to-guest) et comme partenaire de Ouishare vers une société collaborative. Partenaire de l'Université Jean Monnet, de l'Institut Mines Telecom, pour un MOOC « Comprendre l'économie collaborative » qui sera lancé en septembre www.fun-mooc.fr : un entretien filmé avec Antonin Léonard avait lieu sur la terrasse MAIF où on prolonge les débats du « Circus ». Un effort reste à faire pour impliquer les clients mutualistes MAIF pas toujours informés de ces avancées. Chez Up, (les chèques-déjeuners, 3 millions de sociétaires) on accorde beaucoup d'importance au partage de la décision. Mais comment faire vivre cette démocratie dans l'entreprise ? La question est posée « Ecouter la voix des silencieux » En organisant des éspaces d'échanges . Le Crédit coopératif a l'ambition d'instaurer la traçabilité pour ses clients, important de savoir « où va l'argent ?. Pour la Maif les mots clefs sont audace et confiance . « D'abord la confiance en nous » dit Dominique Mahé, « en notre modèle. »

L'entreprise entre Horizontalité et verticalité : l'exemple de Accor Hotels

Comment le management des start-ups influence les grands groupes ? L'horizontalité est une des valeurs plébiscitées à OuiShare.Tout n'est pas si simple. Car les grands groupes ont un héritage « d'inertie » comme le pointe Sébastien Bazin Président directeur général d'Accor Hotels face à une jeune start-upeuse Celine Lazorthes Founder & CEO, MANGOPAY qui le « challenge » en posant d'emblée la question de la concurrence airbnb . « Je ne suis pas contre eux », répond Sébastien Bazin, « c'est le futur et je veux en faire partie. Je suis ici pour apprendre. Nous avons raté trop d'étapes depuis 12 ans, Expedia et Booking, Trip advisor. Je ne veux plus être un spectateur. Nous, chaîne d'hôtel, nous nous sommes concentrés sur le produit, la marque. Hors c'est le client qui est au centre. Facebook interagit des millions de fois avec ses clients, et nous, combien de fois par an ? Je veux qu'ils viennent à Accor pour faire du co-coworking, qu'ils invitent des amis, pas seulement pour y dormir. airbnb c'est une idée forte, mais elle a déjà 7 ans, ils devront s'adapter. Ils proposent plus davantage de volume à un prix inférieur au nôtre, nous devons faire un effort dans ce sens. » Céline fait remarquer qu'avec les taxis de type Uber, quand elle arrive de l'aéroport, elle trouve un prix fixe, une bouteille d'eau et peut recharger son portable. Que propose Accor pour marquer le changement ? Sébastien Bazin souligne l'obstacle de l'inertie dans les grands groupes, dirigés par des plus de 50 ans. Joël de Rosnay, qu'il estime, lui a fait remarquer que les jeunes«millenials», les trentenaires, n'attendent pas  : « Je sais ce que je veux, et je le veux maintenant. » Et s'ils ne le trouvent pas, ils l'inventeront. C'est pourquoi il a été décidé à Accor de monter un comité directeur parallèle, un shadow cabinet, composé de jeunes, 8 femmes et 7 hommes. C'est eux qui portent une vision du futur. D'instaurer la transparence. Et l'horizontalité" Action : le personnel d'Accor, venu avec la responsable Talents et Compétences Arantxa Balson. « We will survive » conclut Sébastien Bazin, « Nous survivrons » Voir  : « Flat or Hierarchical Organization ? Breaking the binary with Buffer and Accor Hotels, modéré par Antonin Léonard. (image).

A OuiShare on fait un travail sérieux mais on ne se prend pas au sérieux. Diana Filippova et team OuiShare

Le travail à l'ère digitale, nos institutions à l'âge de l'algorithme : évangélisons!

Pour la communauté OuiShare, qui a mis en pratique ses convictions en faisant toute la CR transparence sur l'organisation, quelle conclusion ? Pour Diana Filippova (OuiShare/microsoft) , la question du travail reste centrale et nombre de conférences y étaient cette année dédiées («The ( Present) Future of Work », « Challenging our traditional beliefs in work and business», «Prêt à travailler à l'ère post-industrielle?» Esko Kilpi Company, Tim Leberecht Founder, The Business Romantic Society, Nilofer Merchant Author, The Social Era, Harvard Business Review modéré par Arthur de Grave) . Pour Diana c'est «l'âge de la maturité et l'établissement de points clefs. Le sujet principal, c'est le travail» Assez du brassage de concepts. il faut maintenant «entrer dans le dur» des vraies transformations. C'est aussi l'avis de l'auteur de ecobase21.net «Evitons le piège des généralités dans les débats et entrons dans les détails» Michel Giran a recensé « de multiples réseaux d'acteurs du changement». Les compétences et les solutions existent, il faut maintenant les mettre en œuvre à une échelle significative et Ouishare peut y contribuer.  «L'âge de la maturité, c'est aussi vivre dans la conversation plutôt que dans le divergence». Et pour y arriver, «créer des espaces de dialogue, des agoras. A Ouishare, c'est important d'accueillir les nouveaux participants de manière naturelle, les «confirmés» connaissent, «ils savent où trouver les gens, ils savent que ça se passe autant sur le green qu'à l'intérieur ». Alors, l'événement et son futur ? Lever des fonds pour un événement est ardu.«Il y a une crise de l'événementiel en France » note Diana. Et il vrai que les participants ont critiqué ces conférences arrogantes qui prolifèrent un peu partout avec Super Héros du Net et Big ideas, et qui leur semblent relever d'un registre archaïque. Image : Domenico di Siena Civic Wise rend hommage a Nuit Debout place de la République en parlant des agoras (Gentrification from below)

Le challenge de la rencontre entre organisations et start-ups est-il un pari gagné? Pour Arthur de Grave, co-fondateur et éditeur de OuiShare magazine, «nous avons l'habitude de l'hybridation, c'est la quatrième édition. Nous faisons en sorte que ceux qui n'ont pas l'habitude d'interagir ne soient pas perdus, nous créons des espaces de dialogue» Après les tables rondes, des lieux sont aménagés pour prolonger le dialogue. «On a appris à être pédagogue, cette année nous avons indiqué pour chaque session des niveaux d'expérience, ça va de «Découverte» à«Avancé». Le Fest est un moment d'accélération, de catalyseur. OuiShare Fest reste un événement à taille humaine, 1500 participants inscrits, 2000 personnes qui ont suivi les conférences en live, 3000 attendus pour la journée ouverte du samedi 21 mai.» L'évolution, après «le souffle naïf de la première édition»? (Cette année 2016 est la 4ème édition) «Au départ c'est le culturel néo libéral qui nous a poussé à bout, il fallait trouver un nouveau cadre». Et c'est vrai qu'à OuiShare c'est le côté «nulle part ailleurs» qui séduit, une vraie originalité dans les sujets mais aussi dans la préservation d'une ambiance unique dans ce brassage de publics différents mais animés d'une curiosité commune. Malgré ce défi d'équilibriste entre tribus diverses «Ouishare vieillit bien» conclut Arthur de Grave.

Partage et Bien Commun


"Le Bien Commun, le Bien Commun! Il faut ancrer vos productions dans les communs" martele en conclusion Yochai Benkler (Harvard), Si le mot « partage » est toujours omniprésent, le rôle de OuiShare en 2016 est plutôt cette année un rôle de partage du savoir, sortir de « l'entre-soi » de l'innovation débridée et de l'élite hyperconnectée, pour endosser encore davantage un rôle constructif d'accompagnement des institutions et des entreprises dans la transition numérique, d'acculturation des organisations de bonne volonté, qu'elles soient publiques ou privées. Sans oublier l'individu qui doit s'armer de compétences adaptées à l'ère des réseaux (Building indivividual Capabilities for the Network era). Non, tout ne depend pas des réseaux et des plateformes. « It's all about people, skills, wishes and beliefs ». « Tout dépend des gens, de leur savoir-faire, de leurs désirs, de leurs convictions. »

                                                                                Janique  Laudouar  

A suivre  dans la partie 2 a venir "Civic Tech : les nouvelles valeurs de la démocratie"

Un compte-rendu partie 2 sera consacré  a la Civic Tech et aux collectifs en train de se constituer partout dans le monde.

 

samedi, mai 14 2016

OuiShare Fest 2016 : la Révolution sera-t-elle Uberisée ?

"Le OuiShare Fest rassemble chaque année des entrepreneurs, leaders d'opinion, et communautés du monde entier prêts à explorer les limites émergentes de notre société. » Révolution dans la gouvernance, le travail, l'entreprise, la société. http://2016.ouisharefest.com/ #OSFest16 . Venez!
Workshop participatif proposé par La Ménagère « Civic Tech : la Révolution sera-elle Uberisée? » mercredi matin, 11h30, Lab, dans la catégorieDigital Insitutions and the City.    Janique Laudouar

OuiShare Fest 2016 : la Révolution sera-t-elle Uberisée?

Comme l'année dernière Le Blog de la Ménagère va suivre la TOTALE des 4 jours du OUISHARE FEST 2016 du mercredi 18 au 21 sur le thème La Ruée vers l'or et après ?  Je suis certaine de trouver à OuiShare du neuf, du stimulant, de la prospective, du constructif, et  une ambiance unique, électrisante, qui mêle convivialité et haut niveau de réflexion, jeunes bénévoles et experts internationaux. Le programme est articulé autour de thèmes au plus près de nos interrogations,le futur du travail, civic tech et les communautés en réseau,  les organisations du 21ème siècle...et il y a toutes sortes de goodies, dont un mode d'emploi.  Trois jours de fête, d'ébullition des cerveaux et de coolitude, mais qui cette année prendront parfois un aspect plus grave : ce monde va mal, il faut que les solutions imaginées par la société civile et les entrepreneurs agiles voient le jours. L'économie collaborative, faisons le point, elle est passée dans les mœurs, avec ses réussites incontestables et ses failles à rectifier. Et surtout élargissons le débat vers la société collaborative  : le monde semble s'être mis en mouvement, DEBOUT, et pas seulement en France où Nuit Debout continue, progresse. 

Les GENS progressent, ils sont connectés et en réseau. Il y a des digital natives, nés dans le numérique, d'autres seniors, pionniers connectés depuis l'arrivée d'internet en France, porteurs de 20 ans de culture numérique. L'échange est transgénérationnel et international. Civic tech : l'expression regroupe tous ces collectifs citoyens qui sont beaucoup plus articulés, avancés et structurés qu'on ne le croit dans l'élaboration d'une nouvelle démocratie, liquide, ouverte, participative et numérique. Ils travaillent dans une relative discrétion loin des médias classiques. Ils inventent un rêve collectif, et comptent bien le mettre en œuvre dans la gouvernance, dans l'entreprise, dans le management, dans le travail, dans l'éducation. Venez voir « les utopies se transformer en décisions » Pour reprendre l'expression de Régis Debray à propos de son engagement ( invité d'Anne Sinclair sur Europe 1 le 14 mai). NuitDebout Roma source image twitter citée par Francesco Brancaccio

Partout dans le monde...et #Chemin Faisant

Partout dans le monde on voit comme dans un jeu vidéo les gouvernances remises en question, et les têtes tomber pour avoir triché, Bang Bang. A l'ère de la transparence et des Panama Papers, difficile de masquer ces détestables dérives dont les gens ne veulent plus, c'est vérité versus mensonge, intégrité versus, corruption versus, confiance versus défiance, action versus immobilisme, horizontalité versus hiérarchie, société civile connectée versus élite déconnectée, intérêt général versus intérêts particuliers, collectifs politiques versus partis classiques. Ouishare a défini une charte des nouvelles valeurs. Ce sont ces nouvelles valeurs qui se mettent en place, de nouveaux espoirs portés par la jeunesse. On peut compter sur OuiShare non pour donner le cap, mais pour nous inviter à le co-construire.

Inviter aussi les autres mouvements, comme les collectifs qui tiendront un stand le samedi 21 mai, journée gratuite, #MaVoix et Voxe.org avec Curious, les 100 Barbares communauté de plus en plus Open et inventive avec un stand Roman Collectif Un peuple totalitaire où vous ferez la connaissance de Julien Letailleur avec "Romançons ensemble la démocratie dont nous rêvons" samedi à 16h30,

Et en Bonus le dimanche 22 mai, une invitation à avancer ensemble dans la nature parisienne, autour du Lac Daumesnil. Les 100 Barbares,  vous vous souvenez : ce groupe d'entrepreneurs du numérique qui avait fait le buzz et s'était réuni à l'Archipel en 2015. Vous vous souvenez de cette conférence à The Family qui avait pour thème « Les barbares attaquent la démocratie » avec Nicolas Colin qui partageait sa vision des choses, une « culture différente », et prédisait l'avenir de la démocratie En 2015, ils étaient 500, ils sont aujourd'hui 5000 sur les réseaux et veulent se rencontrer dans la vraie vie. En 2016 Marchons #Chemin Faisant avec les 100 Barbares, et un nouvel axe, avec Sandrine qui propose un BarbEngagetoi, ou Lune et son Rêve Collectif! Avec Alexandra « un espace BarbaKids !!! Mon fils a toujours rêvé d'une école en plein air » Que vous soyez Babarattentif ou Babaracteurs, le dimanche 22 mai, venez!

L'engagement citoyen : devenez le décideur!

La Révolution sera-t-elle Uberisée? Mercredi 18 mai 11:30am - 12:15pm 50 personnes de toutes les nationalités se sont inscrites à ce Lab. A Ouishare et dans ce workshop, oui il y aura du blockchain, oui il y aura des start-ups, oui, il y aura de la décentralisation, oui il y aura les digital cities et comment faire participer les citoyens, oui il y aura de la démocratie ouverte et participative, oui il y aura des plates-formes numériques de votes. Oui, on parlera de Nuit Debout et qui a mis au point sa plate-forme de propositions,  http://questions.nuitdebout.fr/69marsLe Blog de la Ménagère a invité Leonore de Roquefeuil, CEO et co-fondatrice de Voxe.org, Happy Democracy newsletter  http://newswatch.voxe.org/. Voxe fera (peut-être) une annonce surprise sur sa nouvelle plate-forme, Julien Bayou militant social et politique, élu régional, EELV, qui suit de très près toutes les manifestions actuelles, Julie de Pimodan Fondatrice et CEO de Fluicity http://www.flui.city/ qui travaille au dialogue entre territoires, élus et citoyens« Donnez votre avis et dialoguez facilement avec vos élus. », David Guez et Maria Mella pour faire le point : LaPrimaire.org https://laprimaire.org Et Héloïse et Chloe de Civocracy viendront peut-être nous rejoindre. Le sujet central sera comment inciter à l'engagement citoyen, maintenant que nous avons les plates-formes, les applis, que nous avons appris à nous rencontrer dans la vraie vie, à échanger ? Nous travaillons tous beaucoup à une nouvelle gouvernance, celle que les gens attendent, arriverons nous à la mettre en place ? Et comme c'est un atelier participatif on votera ensemble pour les nouvelles valeurs. Et le même jour à 17h 45, The Future of Democracy, un Fish bowl, ce dispositif de 4 chaises où tout le monde peut s'assoir et prendre la parole, alors Exprimez-vous !

                                                                                                                                Janique Laudouar

Source : Nuit Debout Instagram  Laury-Anne (Gazette debout) : "reprenez la parole grâce au journal indépendant de la Nuit Debout"Une très belle image comme il y en a sur les plateformes Nuit Debout, wiki, tumblr, Gazette Debout, Convergences des Luttes

#MaVoix sera là le 18 mai au Fishbowl de Ouishare et à Strasbourg pour les élections partielles le 22 mai.

Open Source Politics, "la communauté Civic Tech en France", Valentin Chaput 

samedi, avril 30 2016

L'Effet Nuit Debout

L'effet Nuit Debout : mon journal

"Nuit Debout n’appartient à personne. Nuit Debout appartient à nous tous". (Gazette Debout.). Restez éveillés https://gazettedebout.org/ 

Le 8 avril : Rêve Général

« Ainsi, il arrive aux classes « populaires » de revenir du néant où on a voulu les enfouir, et d’en revenir avec quelque fracas. » (Frédéric Lordon « Un film d'action directe » dans Le Monde Diplomatique de février 2016 à propos de "Merci Patron" de François Ruffin et éditeur du journal Fakir.

Un mois après Nuit Debout est toujours dans la place note le journal Le Monde ce 30 avril.

Où comment j'ai vécu les premières Nuit Debout : un contre-commentaire. Cet article a été écrit le lendemain du 8 avril, avant la polémique sur la violence qui s'est exercé sur le philosophe Alain Finkielkraut. «On aurait voulu discréditer un mouvement positif mais fragile qu’on ne s’y serait pas pris autremen (Le Blog de Fédé Davout) sur Mediapart. Depuis, c'est la violence qui semble avoir focalisé l'attention des médias et du monde politique. Des blessés. Des casseurs. De la violence à juste titre dénoncée. Il faut revenir à l'origine de Nuit Debout, il faut l'avoir vécu, pour comprendre. C'est toute l'agilité de la société civile et des "digital natives" qui se déploie sous nos yeux. Le pouvoir d'aller vite et bien en collectif, réseaux, collaboration, connexions, échanges, wiki, tumblr, web TV (hello Mehdi) ringardise nos processus politiques. "

On peut parler de l'effet Nuit Debout. La manifestation a enfin attiré l'attention sur les milliers d'initiatives en France et dans le monde qui sous le label de «civic tech» ont pour objectif de proposer un autre système de gouvernance. Une gouvernance où les citoyens seraient écoutés, où les lois ne seraient plus assenées, où le déluge de législatif ne serait plus le seul moyen de gouverner, où la démocratie reprendrait tout son sens. Tout son bon sens dont elle a cruellement manqué toutes ces dernières années. Nuit Debout agit comme un révélateur de ces « révolutions invisibles ». Avec le résultat qu'on ne peut plus ignorer le mouvement Civic Tech. En ignorant largement le monde en mutation, en s'accrochant aux vestiges d'un autre siècle, le monde politique n'a pas compris que l'agilité citoyenne et les plateformes numériques étaient les nouveaux attributs de la démocratie. Le Rêve Général va s'étendre.  #Globaldebout                                                                                                       Janique Laudouar

Le manifeste de Nuit Debout

"Sais-­tu ce qui se passe là ? Des milliers de personnes se réunissent Place de la République à Paris, et dans toute la France, depuis le 31 mars. Des assemblées se forment où les gens discutent et échangent. Chacun se réapproprie la parole et l’espace public."

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le mouvement est plus organisé qu'il le paraît, avec régulation des prises de parole, validation des créations de commission, des compte-rendus d'assemblée, et surtout une certaine conception de « l'intelligence des foules »qui accorde l'égalité à tous : pas de meneur. "« Nuit debout n’est pas un phénomène spontané. Même s’il n’est piloté ou téléguidé par aucun leader, il s’agit d’un mouvement organisé" analyse le politologue  Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l’université ­Paris-I-Panthéon-Sorbonne, dans un entretien accordé à Catherine Vincent (Le Monde Idées 14 04 2016).  Et partout une atmosphère de partage, de bienveillance et même d'amour. Le vendredi 8 avril, j'assiste à une prise de parole sous un dôme éphémère. Le dôme se dégonfle brusquement et menace de tomber sur nous. Aussitôt des dizaines de bras se soulèvent pour le soutenir. "Un symbole du partage" s'exclame une jeune femme. Est-ce le succès du film« Merci Patron » et le journal de François Ruffin « Fakir » qui ont allumé la mèche ? : «  les gens avaient envie d'agir » répond-t-il dans Télérama. « On ne veut plus de politiques qui trichent », explique Louis de Gouyon-Matignon militant et soutien de Nuit Debout interrogé par Europe1. Hugo veut « agir jusque dans les racines du système ». Nuit Debout a demandé une nouvelle autorisation de manifester.

Le 9 avril Place de la République

 "Permis de rêver" «Je rêve que les gens se sourient et se regardent dans le métro.»

Ce matin on vide la place les cabanes et les tentes, et les derniers occupants. En douceur, semble-t-il. Mais les voix demeurent. Elles commencent même à se faire entendre ailleurs que sur les réseaux sur les médias classiques, ce matin sur Europe1, un joli montage en musique (« Retiens la nuit! ») et des paroles fortes.

Et Nuit Debout s'organise... En France Nuit Debout se propage à la vitesse de la viralité  ...Les médias alternatifs et participatifs se multiplient. "A Nuit Debout on m'a dit écris tes rêves"  http://www.la-zep.fr/cest-lactu/a-nuit-debout-on-ma-dit-ecris-tes-reves/

Le 15 avril Numa Paris

NuitDebout fait irruption à la fin du débat dont l'objectif est de présenter divers projets citoyens qui donneront lieu le lendemain à un hackathon organisé par Open Law et Open Source Politics. Les développeurs vont se déchaîner pour faire progresser des plateformes numériques de vote ou de débat citoyen. NuitDebout lance un appel : dimanche, commission numérique. Nous avons besoin de vous !

Le16 avril Numa Paris

Le lendemain on teste: comment retenir les meilleurs décisions ? Le hackhaton s'est réparti en ateliers. Autour de la table plusieurs développeurs dont Open Gov, le chef développeur d'Etalab. Loomio? On visite le site de NuitDebout Bruxelles

« Le choix d’un outil adapté pour mener les campagnes de donation est éminemment stratégique, poursuit Maxime Blondeau. Les mouvements contestataires récents ont essuyé les plâtres avec plus ou moins de succès : Occupy Wall Street a périclité au moment où la question s’est posée. Les Indignés, en revanche, se sont renforcés et ont engendré une offre politique parce qu’ils ont su être plus pragmatiques sur la question des donations. »

"Salons de discussion :Venez prêter main forte à la commission Accueil et Sérénité"Le manifeste est là : 
« Ni entendues ni représentées, des personnes de tous horizons reprennent possession de la réflexion sur l’avenir de notre monde. La politique n’est pas une affaire de professionnels, c’est l’affaire de tous. L’humain devrait être au cœur des préoccupations de nos dirigeants. Les intérêts particuliers ont pris le pas sur l’intérêt général. »
Janique Laudouar

Lire entre autres le billet de Flora Clodic-Tanguy : "Les défis démocratiques de Nuit Debout"

Lire l'entretien « A Nuit debout, la qualité du débat démocratique est l’enjeu prioritaire » dans le Monde Idées de Catherine Vincent avec le politologue Loïc Blondiaux 14-04-2016 "

Premier mai : ==14h00/15h30 == Programme (source https://www.convergence-des-luttes.org/

* L'ère du numérique, l'ouverture d'une voie vers une économie de la coopération
Intervenants:
- Yann Le Pollotec: spécialiste de la révolution numérique et ses impacts économiques
- Sébastien Broca: sociologue, postdoctorant à l’université Paris- 1 Panthéon-SorbonneHervé
- Le Crosnier: enseignant-chercheur à l'Université de Caen spécialiste des technologies du web et la culture numérique.

== 15h00 ==
* Manifestation du 1er mai et pour le retrait de loi El Khomri. Départ de Bastille, en direction de Nation.

Programme de la rencontre internationale de #Globaldebout week-end du 7 et 8 mai 2016 à Paris, place de la République


jeudi, mars 24 2016

Democratie DIY faites-là vous même : les solutions citoyennes

Le 19 mars, c'était à Paris, avant le 22 mars à Bruxelles, une journée positive, pleine d'enseignement et d'actions concrètes, une journée porteuse d'espoir, d'optimisme et de vision d'avenir.

Faire se rencontrer des porteurs de projets de renouveau démocratique était l'objectif de la journée Démocratie Do-it Yourself du samedi 19 mars, organisée par DO à la Maison du Paris durable, lieu dédié «  à la diffusion des solutions pour les porteurs de projets, confirmés ou débutants ». 100 participants étaient là pour formuler et examiner des solutions concrètes, innovantes. Au-delà de la convivialité des rencontres, « dans la vraie vie » de collectifs agiles à communiquer via le numérique, pour Démocratie Ouverte et l'Open Gouv. #OpenGovFr #DIYdemocratie,

L'équipe Démocratie Ouverte au presque complet ...dont le co-fondateur Armel Le Coz

Dispositifs imaginatifs et tempo d'enfer

Des dispositifs ludiques et efficaces donnaient à Démocratie Do-it Yourself un tempo d'enfer : speed dating, bar camp, « bol de poisson ». Le speed dating permettait un tête à tête avec un autre porteur de projet. Certains déjà très répertoriés, d'autres à découvrir. Je croyais connaître toutes les plateformes en cours de développement, et je découvre STIG actuellement en version beta. "Voter ne change que les joueurs.Changez le jeu. Participez à la création de la volonté générale avec Stig, l'app de démocratie participative" qui s'adresse également aux élus. A tester. Dans le domaine du « journalisme constructif » j'ai parlé à Florent Guignard de Le Drenche (ci-contre) : une façon originale de présenter les débats et sorti des "usual suspects" des plateaux télé. Dommage que les sujets traités restent pour l'instant trop souvent anecdotique.  J'avais échangé en ligne avec Simon Louvet (Aternatiba, Synergie Démocratique, ci-contre avec Antoine Vagnon Call For Team), autre foisonnement d'initiatives, et je fais enfin sa connaissance : très chaleureux IRL, dans la vraie vie. Je suis heureuse de retrouver l'équipe de Voxe.org, Léonore de Roquefeuil, Sébastien, Mon rôle était de présenter #MaVoix, un des premiers mouvements «civic tech » et de parler de son actualité : les élections partielles de Strasbourg en mai. Déjà deux candidat(e)s pour #MaVoix! Enfin, dialogue avec Loïc Blondiaux, politologue et professeur à l'Université Paris I. L'après-midi était consacré à un « marathon des pitchs », 1 minute 30 pour présenter son projet. ! Enfin la métaphore de Claude,  l'Archipel, a enthousiasmé les participants, chaque collectif étant considérée comme un îlot dont la multiplication va constituer un archipel, soit des mouvements tendant vers le même objectif. S'il y a nuance ou divergence de modalités entre les mouvements, l'archipel des archipels reste à construire. C'est parti!


Ateliers :  territoire et citoyens, stratégies électorales


Lors des ateliers thématiques on a vu à quel point l'action locale était primordiale. Territoires Hautement Citoyens fondé par Armel Le Coz a un dispositif très rôdé pour soutenir les collectivités vers la transition démocratique. Mais ils sont nombreux à s'ancrer dans leur région avec l'objectif de faire prendre en compte par les élus les initiatives citoyennes. Charles Deffrennes et Antoine Vagnon Call for Team, un très ingénieux dialogue avec les collectivités, qui ne les heurte pas mais travaille avec elles, et une solution proposée par Antoine Vagnon : glisser un ambassadeur du citoyen dans chaque collectivité. Clément Damiens avec Communecter. Un outil dans lequel les citoyens sont communectés, "connectés a leur commune". Local également Koom « agir localement pour un monde meilleur » Bulb in town déjà rencontré lors de mon premier billet sur l'économie collaborative. Telles sont quelques unes des solutions à disposition des élus. CitizenLab va faire campagne via La Primaire.org (présenté ici par David Guez) et a déjà préparé son Manifeste. Eliott Lepers présentait La Primaire de gauche, manifeste pour une transformation de l'intérieur d'un des partis classiques (PS). L'horizontalité est l'un des points commun à tous les mouvements et stratégies électorales : la fin de la France des « silos » et son fonctionnement hiérarchique archaïque, une gouvernance par et pour les citoyens.

Eliott Lepers venu présenter La Primaire de gauche

La révolution intérieure : altruisme, bienveillance, partage

« Rien ne serait possible sans la qualité de bienveillance et d'écoute entre les acteurs, leur volonté d'inclusion » note Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l'université Paris I , confirmant ainsi notre intuition que la bienveillance est une nouvelle valeur dans une démocratie renouvelée. Cécile Calé (SCIC Coop-Cité / CitizenLab) a rappelé à quel point la révolution démocratique reposait d'abord sur une révolution intérieure : seule une prise de conscience de la responsabilité de chacun donnera un sens au mouvement collectif. Une action auprès des jeunes en particulier. Isabelle Lefort lors du Positive Economy Forum de Jacques Attali avait déjà défini l' « altruisme rationnel » comme une nouvelle valeur du politique et du citoyen digital. « Tel est le challenge qu’il nous faudra relever au XXIème siècle : redonner à l’altérité et l’altruisme toute la place qui leur revient, en nous appuyant sur la puissance de la révolution technologique. » Le don, la partage, l'échange l'entraide, autant de valeurs morales dont on voit le revival et qui vont à l'encontre des drames que nous vivons avec le terrorisme. Ce n'est pas fortuit si la Revue du Cube propose « La responsabilité » comme thème de son prochain numéro.

Loïc Blondiaux : conclusion, questions

Loïc Blondiaux, expert,  voit dans cette volonté de renaissance démocratique un retour à l'effervescence pré-révolutionnaire de 1789. La mise en cause de la démocratie représentative est le point commun des collectifs. Comment exister entre les élections, comment informer et former les citoyens, comment faire voir en temps réel la volonté générale, comment conserver un contrôle sur les institutions, comment contourner les partis politiques, voire les remplacer ? Comment inventer le journalisme politique ? A revoir : le vocabulaire d'initié « excluant » (néologismes, importations anglo-saxonne et). Il note aussi une « aristocratie du code » : la proportion des informaticiens, développeurs est un atout pour les collectifs, mais les modes d'emploi doivent être compris de tous. La volonté d'horizontalité, de transparence, rassemble les acteurs, tous « amoureux de la démocratie ». Mais, comme le soulignait aussi Caroline Hodak, communicante, cette renaissance a un problème de visibilité et de communication. Aucun de ces mouvements ne veut ou ne peut se rendre visible auprès des médias classiques « Les institutions résistent » commente Loïc Blondiaux prenant la métaphore d'un géant Gulliver figé, encerclé par de multiples piqures d'épingle de lilliputiens... mais nullement atteint. « Les institutions vont essayer de vous phagocyter, de vous instrumentaliser ». Elles vont vouloir « garder le logiciel intact » sans rien changer aux structures, en donnant un semblant de coup de neuf et d'idées nouvelles à des institutions archaïques.

Solutions citoyennes...et numériques

« Une enquête Harris Interactive, réalisée pour le jeune mouvement citoyen LRF, révèle que 8 Français sur 10 jugent que les citoyens sont plus capables de trouver des solutions que les hommes politiques. » (Le Figaro) Parmi les solutions concrètes pour que le lien tissé ne s'évapore pas : la newlsetter HappyDemocracy de Voxe.org pourrait donner des nouvelles de tous les mouvements citoyens et un agenda de même qu fédère déjà la "civic tech" sur meet up. L'idée d'un label pour l'ensemble des mouvements citoyens a été évoquée.  

Voxe a déjà une plateforme opérationnelle en en développement complémentaire, d'autres sont en cours d'expérimentation, Démocracy OS, Stig. « Comment le numérique peut associer les citoyens aux décisions budgétaires ? », telle est la solution proposée par Gilles via une plateforme numérique.http://budgetparticipatif.info. La méthode de fonctionnement de DO : la plus démocratique possible, des « cercles » thématiques peuvent être ouverts par les membres qui les animent. Une prochaine rencontre organisée par Synergie Démocratique le week-end du 16 et 17 avril à Saint-Ouen avec l'objectif similaire de rencontre entre collectifs. Et enfin une grande Fête de la Démocratie annoncée par DO.

Aux manettes vidéo : DEMOS XXI. Pas pu citer tous les groupes et initiatives, la vidéo (documentaire en préparation) complétera.

« Démocratie Ouverte http://democratieouverte.org/ regroupe les acteurs français et francophones du renouveau démocratique – start-ups civiques, associations, collectifs citoyens - qui développent des solutions innovantes au service de davantage de transparence et d’engagement dans notre système politique ».

mardi, mars 8 2016

Loi, travail et numérique : les ministres lisent-ils les rapports?

« On a manqué une occasion historique de repenser le travail au 21ème siècle » Diana Filippova Ouishare .  On parlera aussi du Travail ce soir 8 mars 2016 à Paris à la Mutinerie  "Human After All - #1 La fin du salariat" et table ronde "CPA" à Numa Paris animée par Diana Filippova et Arthur de Grave (Ouishare)

Travail : que fait-on de notre expertise numérique ?

« On a manqué une occasion historique de repenser le travail au 21ème siècle » Diana Filippova de Ouishare, auteur de La Société collaborative La fin des hiérarchies ( Ouishare 2015),lors de l'émission de Frédéric Taddéï Ce soir ou jamais dont le thème était " La loi Travail : un débat historique ?"Cette phrase de Diana Filippova explique l'ampleur de la controverse autour de la loi sur le travail. En 2016 cette loi sur le travail apparait comme étriquée aux yeux des experts du numérique, inadéquate pour les syndicats, et finalement inacceptable aux yeux de tous. Ironie, c'est Martine Aubry qui rappelle qu'une loi sur le travail ne peut faire l'impasse sur «les nouvelles technologies » et que « il faut parler de l'ubérisation de la société » 

Lors du Ouishare Fest 2015, axé sur la société collaborative, nous écrivions « Consommation collaborative, open source, plate-formes, makers, fablabs, coworking, crowdfunding, impact, monnaies alternatives, gouvernance horizontale, holocratie, démocratie liquide » le champ lexical de la « sharing economy » a peu de chance de rencontrer celui du « retour de la croissance » de l'économie traditionnelle. »

Ouishare Fest 2016 fera le point, avec, nouveauté, une organisation interne reposant sur la technologie blockchain. «Internet a permis l’émergence de formes d’organisation où la valeur n’est plus produite par une entité centrale, mais par tout le monde. Les intermédiaires coordonnent les individus et agrègent la valeur en un service. » (Primavera de Filippi, expert blockchain).Nous avons des chercheurs, nous avons des think tanks de tout bord. Citons The Family, avec la publication de Nicolas Colin et Henri Verdier qui a fait dateL'âge de la multitude: Entreprendre et gouverner après la révolution numérique (2012, Armand Colin). Le collectif Les 100 Barbares, qui avaient réagi pour la prise en compte des entrepreneurs du numérique. Nous avons des pionniers comme Le Cube à Issy-les-Moulineaux qui propose Les rendez-vous du futur et édite la revue prospective La Revue du Cube.  "Vous ne perdrez pas vos 59' à regarder cet échange vidéo entre 2 pointures", nous recommande Xavier de Mazenod : Michel Serres et Bernard Stiegler débattent pour la revue Philosophie. Parmi les philosophes qui ont écrit sur le sujet, Bernard Stiegler, « L'emploi est mort, vive le travail » Nous avons la French Tech, nous avons des écoles du code, même en milieu rural, Nous avons des Commissions, nous avons des Délégations, nous avons des Hautes Autorités et des Hautes Ecoles, de multiples débats sur la place publique initiés par des trentenaires actifs et entrepreneur.  Que fait-on de l'expertise de notre écosystème numérique ?

Loi sur le travail et numérique : les ministres lisent-ils les rapports qu'ils commandent ?

On pourrait en douter . On peut lire sur le site du Ministère du Travail : « Le DRH d’Orange, Bruno Mettling, a remis mardi 15 septembre son rapport « Transformation numérique et vie au travail » à Myriam El Khomri, Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social. » 36 préconisations. L’auteur du rapport voit la transformation numérique comme « une opportunité pour permettre la mise en place progressive de nouvelles organisations du travail plus transversales, plus souples, de nouveaux modes de fonctionnement, plus coopératifs et plus collectifs ». Puis, c'est Benoît Thieulin, entrepreneur (Netscouade) et expert, qui lui succède en tant que Président du Conseil National du Numérique à l'époque. 20 recommandations. « A l’occasion de la remise du rapport “ Travail, Emploi, Numérique, les nouvelles trajectoires ” à Myriam El Khomri le 6 janvier 2016, le Conseil national du numérique (CNNum) présente 20 recommandations pour ouvrir de nouvelles trajectoires au travail et à l’emploi à l’heure du numérique. » Trois axes : "Quels nouveaux métiers, quelles nouvelles compétences et comment conduire la transformation numérique des entreprises ?"quelles sont les pratiques des services publics dans le monde". « Comment l'automatisation et la numérisation des activités agissent-elles sur le travail et ses conditions ? »

Tenir compte de la métamorphose décryptée dans les rapports, cesser de nommer crise un changement de paradigme, analyser le travail dans le contexte d'une mutation majeure, les solutions sont en grande partie dans l'écosystème numérique que nous avons tous contribué à bâtir.

Janique Laudouar



- page 1 de 11