Voir aussi dans les billets précédents image par image ma matinée au débat, Hôtel Westin, Paris

Cette femme est une bosseuse. Ce débat, elle l’a voulu, elle l’a eu, et elle l’a préparé. Ceux qui ont l’habitude de faire la moue à propos des  discours de Ségolène Royale en seront pour leur frais. : elle se montre magistrale, dans le sérieux et la décontraction, dans la connaissance des dossiers comme dans le sens de la répartie, sans jamais oublier de sourire. C’est en vain qu’Olivier Mazerolle (BFM TV)essaie de lui rappeler le chronomètre et l’hypothétique égalité du temps de parole. Quand elle prend la parole, elle la garde et ne la lâche pas. François Bayrou, beau joueur, fait savoir, qu’il n’aura pas l’esprit comptable.

L'intégralité du dbat sur BFM TV , RMC, (dailymotion)

 « Je mets au premier rang la démocratie participative ». Cette phrase semble éclairer la totalité du débat Ségolène Royal/François Bayrou du 28 avril dont on peut retrouver la restransription dans les médias. « Nous ne sommes pas ici au nom des partis politiques », dit encore Ségolène Royal. Et de fait l’un et l’autre sont ici réunis sur un point de convergence majeur : la nécessité du retour de la démocratie en France. « Rien n’est plus nécessaire dans la vie politique française que de faire bouger les lignes » dira François Bayrou.  Ce que Ségolène Royale ne cesse de répeter, le mot-clef de ce débat, : consultation. « Je fais respirer la société française ». La France respire, …

 Gouverner au XXIème sicècle

Examiner point par point, sur les grands dossiers sélectionnés par les journalistes chargés de les interpeller, les convergences/divergences est important, mais il  plus essentiel encore de comprendre à quel point quelque chose de nouveau se déclenche enfin : Ségolène Royal et François Bayrou savent qu’on ne peut plus s’adresser au citoyen du XXIème siècle, qui grâce à Internet  a accès à l’expertise mondiale en matière d’économie, de sociologie, de travail et d’emploi, comme on s’adressait  à celui du XXIème siècle. Le citoyen blogueur est devenu acteur, comme on l’aura vu avec des personnalités comme Christophe Grébert, qui vient de gagner son procès contre la Mairie de Puteaux (qui affiche une façon « hauts-de-Seine de gouverner, dirait François Bayrou) , ou encore Etienne Chouard, qui a mené depuis son blog le « non » à la constitution europénne. Le pot de terre commence à gagner parfois contre le pot de fer, et ça c’est nouveau.

François Bayrou, qui a arpenté les soirées des blogueurs (j’ai eu l’occasion d’échanger avec lui lors de sa venue à la République des blogs), et Ségolène Royal en reprenant le concept de « l’intelligence collective », ont capté l’essence d’un nouveau paradigme, d’une profonde mutation. Nicolas Sarkozy, en s’entourant d’abord de Xavier Moisant, puis de Loïc le Meur, a  lui aussi compris l’importance du numérique, mais de façon plus généraliste, « apprise », moins incarnée, comme en témoigne le discours sur « La France à l’ère numérique » visiblement rédigé par un professionnel de l’Internet. Il n’a pas su appliquer l’impact du numérique à sa vision de la démocratie.

Moderniser la démocratie

François Bayrou l’avait déclaré la veille à Jean-Michel Aphatie sur RTL « Il y a 7 millions de personnes qui ont choisi de voter pour moi. Ces 7 millions de personnes représentent la Droite modérée pour une part, le Centre pour une grande part, une partie de la Gauche républicaine pour une autre part et des gens venus de l'écologie ou d'ailleurs. Ils ont tous un point commun. Ils pensent que pour réformer notre pays, il faut qu'il se modernise et que pour se moderniser, il est important qu'il accepte enfin, des règles démocratiques qu'il n'a jamais acceptées jusqu'à ce jour. »

La France a pris de mauvaises habitudes, ce que Julien Dray interrogé par la presse à la fin du débat du 28 avril nommera «la régression du débat instititutionnel »   : celle d’une gouvernance sûre d'elle et autoritaire, d’un parlement qui n’a plus son mot a dire, d’une administration qui coupe des têtes à chaque changement politique (combien de ministres de l’éducation nationale en 10 ans !) , celle d’une répression voilée pour qui n’est pas « du bon côté du manche », c’est-à-dire du parti majoritaire. Le coût économique de cette « placardisation » tacite est sans doute extravagant. Ceux qui ne sont pas du côté du pouvoir dominant ne sont pas éliminés, bien sûr quand il s’agit d’entrepreneurs ou de hauts fonctionnaires, c’est impossible : il sont simplement ignorés, freinés, voient leurs projets stagner, et savent qu’ils n’ont qu’une solution, attendre la prochaine majorité pour refaire surface . Cette façon de pratiquer  a toujours eu cours, dans le service public, comme dans le monde des affaires.

Il y a aussi le fait que trop de décisions lourdes de conséquence sont prises par les élus sans consultation, au seul motif qu’ils sont élus  : on aura vu le « tollé » qu’a soulevé la décision de Jean-Paul Huchon decidant (après un débat interne, certes) la gratuité des transports en Ile-de-France pour les Rmistes et leur famille, décision qui ne semble avoir fait l’objet d’aucune annonce préalable d’aucun débat public. Même méthode pour le CPE de Dominique de Villepin, le lundi de Pentecôte de Jean-Pierre Raffarin, la loi sur les retraites de Jean-François Fillon, réforme nécessaire, mais dans la façon dont elle a été menée, continue à pénaliser très injustement, comme l’a fait remarquer Ségolène Royal, ceux qui sont contraints au temps partiel, en majorité des femmes, et disqualifie ceux qui ayant fait des études longues, se voient proposer rétrospectivement des sommes astronomiques et indécentes pour le rachat de leurs années d’études. Cette façon de procéder, asséner des lois sans les affiner, sans en mesurer la casse et les effets pervers est devenue insupportable aux français.

 Consulter, associer, négocier

Ce que Ségolène Royale n’a cessé de répeter, le mot-clef de ce débat, : consultation. « Je fais respirer la société » se traduit par le souci constant de ne plus édicter des lois sans associer à la réflexion et à la décision les citoyens et les partenaires sociaux. Le pacte présidentiel, elle l’a toujours presenté non comme un dogme, mais comme un contrat « ajustable » entre la Présidence et les Français, et ça aussi c’est nouveau. Tant d’hommes – ou de femmes -  politiques s’accrochent à une mesure inefficace au seul motif qu’ils en revendiquent la paternité : le droit à l’ajustement, le droit à l’erreur ou à la révision devrait faire partie de la vie politique.

 Convergences/divergences…mais une même volonté de « faire bouger les lignes »

Les détailler, est sans doute utile, et la presse reprend les points essentiels, mais à patir du moment où il a semble évident que le PS comme le futur Parti démocrate plaçait l’écoute des français  et le dialogue. En ce sens il s’agit de relativiser l’importance des convergences/divergences : ce ne sont que des points de départ à une discussion. « l’affrontement bloc contre bloc ça ne marche pas »,dit encore Ségolène Royal. Certes, s’il y a désaccord, sur, par exemple, la loi Fillon sur les retraites, que le parti socilaiste voudrait remettre à plat, on sent que rien n’est fermé, que Ségolène Royal comme François Bayrou se sont affranchis du dogme des partis sans pour autant les désavouer. Qu’il s’agisse de trouver de nouvelles sanctions pour les primo-délinquants -Ségolène Royale est favorable à un travail d’intérêt général, trop peu employé à son avis, ou de débattre de la carte scolaire, sujet de divergence, un dialogue se noue. Même si François Bayrou conclut : « je ne sais pas encore pour qui je voterai le 6 mai », le rapprochement a eu lieu, dans l’aisance, l’humour, le sérieux. Et surtout, les français auront compris qu’ils seront consultés : référendum, jurys citoyens.

Par contraste, la gouvernance de l’UMP, annoncée par François Fillon, interviewé sur Europe 1 le dimanche 29 avril semble glaciale et surtout inchangée. Il annonce « Dès le mois de juillet on fera voter des réformes » …ça on connaît, les réformes pendant l’été, concoctées à toute allure « par ceux qui savent », sans concertation, débat public. « Tous les pouvoirs resteront entre les mains d’un seul parti dominant » selon l’expression de François Bayrou. Et alors peu importe les idées UMP énoncées, la méthode restera la même, réformer dans l'auto-satisfaction et la précipitation, pour le soi-disant « intérêt général », avec la conviction qui semble maintenant bien archaïque qu’une poignée de dirigeants peuvent faire avancer la France…sans les français.