source photo  :  melty

Une part non négligeable de la victoire de François Hollande tient à un désir toutes tendances confondues de changement de valeurs. Comme si les français en avaient assez de ce que l'on leur impose de la base au sommet. Frimeurs, beaux parleurs, profiteurs, calculateurs, manipulateurs, menteurs, tricheurs, arnaqueurs, voleurs, cambrioleurs, tueurs, tous ligués par un même objectif : la course à l'argent. Assez de ceux qui confondent politique et privilège. Assez des people au pouvoir. Assez de cet hymne au fric, au luxe, aux happy few. Assez des soi-disant détenteurs de savoir, assez des élites et de leur cortège d'experts, assez d'une gouvernance européenne «entre soi» qui n'a mené qu'à la faillite d'un système.

Les français ont eu envie d'avoir au pouvoir « juste quelqu'un de bien ». Le plus sûr atout de François Hollande, c'est d'être l'homme du changement de valeurs. A l'échelle nationale, mais pourquoi pas, à l'échelle internationale.

« Juste quelqu'un de bien, le coeur à portée de main..."