Du réel et du virtuel : source image Réalité Virtuelle à Laval

En politique mieux vaut être le champion du peuple que le champion des sondages

« Fillon toujours champion des sondages » titre Europe 1.« c'est le meilleur candidat, comme tous les sondages le montrent « , c'est ainsi qu'un conseil de François Fillion continue à rêver à la victoire en s'appuyant sur la virtualité des sondages face à la réalité des urnes. Peut-être faut il examiner le grand couac ou fiasco de ces « primaires » de l'UMP par la distorsion entre les espoirs soulevés par les sondages qui donnaient François Fillon gagnant et le « score » bien plus serré qu'il n'était annoncé. La déception est d'autant plus grande que la victoire était soi-disant assurée. Hors les sondages et les urnes sont deux réalités distinctes comme l'ont expérimente bien des hommes politiques lors des législatives, par exemple. Les sondages restent du domaine de la réalité virtuelle et il semble que les hommes politiques l'oublient. Les médias également quand ils nous inondent de sondages sur le Président et son Premier Ministre. Quelle part de réalité, quelle part de virtualité, quelle part de vérité? En politique mieux vaut être le champion du peuple que le champion des sondages.

S'agissant d'un homme dont la stature devait être présidentielle François Fillon aurait peut-être du comprendre que la contestation prolongée, quand bien même elle serait légitime, ne grandit jamais celui qui la porte. En politique, on gagne ou on perd – et par tous les moyens, c'est la dure loi du genre.