« Depuis une vingtaine d'années, on entend dire qu'une « nouvelle économie » est en passe de supplanter les anciens modes d'échange des biens matériels - une économie dont l'attention constituerait la première rareté et la plus précieuse source de valeur » L'économie de l'attention, Nouvel horizon du capitalisme ? Yves Citton Editions La Découverte 2014

"The value of art"(2010)

Quel temps accordons nous à un tableau, un objet d'art, dans le flux de sollicitations contemporain? « L'économie de l'attention » est l'un des thèmes de l'exposition de Laurent Mignonneau et Christa Sommerer à la Galerie Charlot Paris. The value of art (2010) interroge l'arbitraire des prix fous du marché de l'art, ceux, dérisoires, des tableaux oubliés et vendus pour presque rien. On pense aussi à la compétition entre collectionneurs célèbres ou l'art devient trophée à la gloire du vainqueur autant qu'à celle de l'artiste. Christa Sommerer nous désigne un joli tableau figuratif représentant un chat acheté ...300 euros en salle des ventes. C'est le prix de départ...mais : « Nous avons équipé ces tableaux avec des capteurs qui peuvent mesurer le temps exact que les spectateurs passent devant une peinture. Une petite imprimante thermique est attachée au cadre de la peinture. À travers de nos capteurs intégrés, la peinture va constamment mettre à jour sa valeur, afin de rendre complètement transparent tout le processus de la création de valeur pour cette œuvre d’art. »   Au pied de chaque tableau le prix de l’œuvre progresse en temps réel sous regard des visiteur, matérialisé par un long « ticket de caisse ».

Dans la ligne directrice de la galerie Charlot qui mixe art numérique et art traditionnel Escape (2012) est composé d'un projecteur de film des années 40. Muni de capteurs il devient : « une installation média archéologique combinant vie artificielle et littérature. Similairement à certaines de nos œuvres précédentes où le texte fonctionne comme un code génétique pour créer des créatures artificielles (Life Spacies and Life Writer), les créatures se transforment ici en un texte. Nous voyons “Escape” comme une forme de poésie interactive et élargie, où les visiteurs peuvent choisir de créer un texte qui s'anime. »

Ces pionniers de l'art numérique, fondateurs de Interface Culture Linz University, ont eu l'intuition des interfaces interactives et tactiles. Dix ans de travaux d'étudiants présentés à Linz lors du festival Ars Electronica. On se souvient des premiers prototypes de table interactive. En 2002 @rt Outsiders à la Maison Européenne de la Photographie présentait Nano-Scape, interface interactive où la main munie de bagues opalescentes effleurait la surface d'un meuble en forme de table sculptait peu à peu des traces dans l'opacité bleue. L'objet ludique et interactif s'est des années après industrialisé. Devenu aujourd'hui objet technologique, la table tactile se vend comme outil de collaboration, de démonstration, d'orientation, d'information. 

Ici la table interactive concept en cours de développement par Pizza Hut (source image et information www.geeksandcom.com)  un nouveau marché.

Être attentif aux œuvres d'artistes utilisant ou détournant les technologies doit devenir l'un des paramètres de l'innovation, comme on l'aura souligné dans l'article «La troisième révolution industrielle » (Musique et Cultures Digitales 74,  juin juillet août sur le thème « Art et industrie ») inspiré du titre de l'ouvrage de Jeremy Rifkin qu'on pourra entendre le 24 septembre au Cube à Issy-les-Moulineaux dans le cadre des Rendez-vous du Futur

Galerie Charlot http://www.galeriecharlot.com 47 rue Charlot  75003 Paris +33 (0)1 42 76 02 67 info@galeriecharlot.com

Exposition Laurent Mignonneau & Christa Sommerer jusqu'au 11/10/2014, biographie des artistes sur le site de la galerie.

Interfaceculture  Institute of media studies, University of Art and Design, Linz,  Autriche

célébration de 10 ans :  http://www.interface.ufg.ac.at/blog/ars2014/ars2014_exhibition/