Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, octobre 4 2017

Citoyens et élus : interaction bienvenue!

source image :   http://consultation.mediation-numerique.fr/

Du monde, beaucoup de monde, pour assister a la rencontre organisée par make.org “Réinventer l'Assemblée nationale”. Une nécessité partagée par 200 députés qui ont manifesté leur intérêt annonce Axel Vauchez de make.org et par le Président de l'Assemblée nationale François de Rugy présent pour clore le débat “Grâce à vous, la rencontre entre les Civic Tech françaises et l'Assemblée nationale chez Make.org a été un énorme succès avec plus de 1.500 personnes, 200 Civic Tech, 80 députés (et 200 députés représentés)". Un échantillon de 11 innovations emblématiques pour réinventer l'Assemblée étaient là pour présenter applis et plateformes– Le Drenche, Acropolis, et LCP filmaient et un Facebook live suivre en direct le débat. Des dizaines d'autres innovations civic tech, des citoyens motivés auraient pu assister si l'hémicycle make.org avait été extensible. Ne pas sous-estimer l'intérêt des citoyens pour leur participation en politique!     Janique Laudouar

Evolution du débat : la participation citoyenne 

Il y a longtemps que Le Blog de la Ménagère suit les avancées de la participation citoyenne. Rappelons qu'en 2015 Démocratie Ouverte et Parlement et Citoyens avaient déjà imaginé un débat à l'Assemblée nationale entre élus et citoyens intéressés par le débat démocratique :  Démocratie Ouverte, une renaissance politique. Beaucoup de billets sur le sujet  pêle mêle : Mobilité citoyenneExpérimentations démocratiquesLes jours heureux, l'alternative citoyenneLa Démocratie, c'est maintenant , 2015, l'année de l'empowerment La politique c'est vous ! "Ils vous ont donné leur voix, donnez leur la parole" les citoyens veulent âtre consultés 

Depuis, les pionniers de la démocratie participative ont évolué avec des propositions concrètes. Pour les followers de la Civic Teh ce sont des retrouvailles plutôt que des découvertes, et le plaisir de voir progresser de façon positive associations et start-ups. L'objectif de tous : des applis pour faire la loi existent, pour reprendre l'expression de Jeremie Paret de Stig, utilisons les. Parlement & citoyens, Assembl, Fluicity, Voxebot de Voxe.org, qui souhaite simplifier et renforcer la relation entre la jeune génération et ses représentants via le VoxeBotKawa avec le concept de débat hors les murs, make.org avec l'idée d'utiliser  la Question Citoyenne au Gouvernement : “Une fois par semaine, à l’Assemblée nationale, une question citoyenne est posée au gouvernement. Durant la semaine qui précède la séance, Make.org consulte plusieurs dizaines de milliers de citoyens, qui peuvent ainsi avoir une chance de poser leur question au gouvernement.” Notre député avec la solution de brainlinks pour créer de l'engagement, Démocratie Ouverte avec L'incubateur système D, appel en cours et bien d'autre initiatives. Ci-dessous Valérie Petit, Nord (9e circonscription), séduit Florent Guignard (Le Drenche) et Armel Le Coz, Démocratie Ouverte.

Des députés de bonne volonté

Les outils sont la, la volonté politique parfois – mais pas toujours - mais comment s'assurer de l'engagement citoyen en dehors des périodes électorales? Une question dans la salle : Bercy a les mails de tous ceux qui payent leurs impôts en ligne, pourquoi l'AN ne les utiliserait pas pour dialoguer?
Pour les députés des français de l'étranger la question se pose. On leur reproche de ne pas vivre a l'étranger. Faux s'insurge Anne Genetet, Français établis hors de France (11e circonscription) qui facilite le dialogue avec ses administrés dont elle a tous les mails. Paula Forteza, Français établis hors de France (2e circonscription), LREM a poursuivi la croisade en faveur du numérique et de la transparence qu'elle avait exerçait déjà et encore maintenant en faveur de l'OGP. On retrouvera avec plaisir a un poste de collaborateur un développeur expérimenté Emmanuel Raviart devenu collaborateur parlementaire présenter le mandat : l'agenda et les comptes ouverts de la députée, et sa profession de foi “ouverture, transparence, participation numérique” avec la volonté “d'outiller les députés”. À cette fin, mon équipe et moi allons proposer des formations sur des outils numériques pouvant être utiles au cours d’un mandat." On trouvera dans le groupe de travail "Démocratie numérique”, qui a reçu récemment Loïc Blondiaux, des députés de bonne volonté de tous les partis. L'idée de la participation citoyenne fait son chemin, y compris par chez des députés LR comme Véronique Louwagie (Orne 61) qui ont la volonté d'élargir le cercle de leur contacts, et de ne pas rester dans “l'entre soi” des élus entre eux. L'idée d'associer les habitants du territoire à l'actualité législative pour avoir leur avis et leur ressenti, pourquoi pas?

Pacôme Rupin député du secteur de la Bastille où avait lieu le débat ( 7e circo de Paris (4e, 11e, 12e arrdt) trentenaire qui prône de nouvelles methodes de relation avec les citoyens via ateliers citoyens pour pouvoir en permanence dialoguer reinventer le role du deputé. “L'innovation politique c'est de renouveler le lien avec le citoyen mais aussi la manière de travailler entre Député.e.s” a-t-il tweeté sur le débat.

On citera encore Valérie Petit, Nord (9e circonscription) bardée de diplômes et armée d'une force de conviction à la hauteur de ses ambitions. Parmi les initiatives en faveur de l'engagement : aller trouver les citoyens en bus parcourant le territoire. Et bien sûr, une apparition remarquée de Cédric Villani,   chargé par le gouvernement d’une mission sur l’intelligence artificielle.

"Une assemblée nationale efficace"

Le président de l'Assemblée nationale François de Rugy nous donne sa feuille de route : réformer l'Assemblée nationale avec des groupes de travail constitués, mais dans le contexte d'une réforme ultérieure de la constitution. Le plus difficile ce n'est pas trouver les outils civic tech, qui sont opérationnels, mais l'engagement citoyen qu'il faut savoir susciter en l'impliquant. Il souhaite "davantage de données publiques" et moins d'"opacité et de secret". Et la co-construction de la loi? L'évaluation de la loi est évoquée par François de Rugy “je voudrais surtout qu'il y ait une clause de revoyure pour les cas où les décrets auraient dévoyé l'esprit de la loi. J'aimerais également que tous les rapports produits par les commissions de l'Assemblée ne restent pas lettre morte. Ils devraient se conclure par des préconisations : législatives, réglementaires et le cas échéant fiscales et budgétaires”. (Le Parisien, "Je veux une assemblée nationale efficace"). 

Eh oui, nos institutions ont vieilli et il y a maintenant des députés trop jeunes pour continuer à accepter de fonctionner avec les règles du vieux monde, et qui sont impatients de réinventer le rôle du député...et d'y associer les citoyens?   

Janique Laudouar

Et bien sûr il y a des dizaines d'initiatives pour une démocratie interactive on peut citer Democracy OS qui prône l'open source, Open Source Politics,  Civocracy "Ne laissez pas les autres décidés sans vous..."


jeudi, juin 12 2014

« Ils vous ont donné leur voix, donnez leur la parole » : les citoyens veulent être consultés

L'association concert-urbain "mène une action originale afin de mettre les nouvelles technologies au service du dialogue et de la concertation sociale" et répertorient les sites qui vont dans ce sens.

Parmi les applications repérées : http://www.tellmycity.com/

"Tellmycity permet à tous de signaler un problème, suggérer une idée ou féliciter une initiative à partir d’un smartphone ou d’un formulaire web" 

La demande est là, les citoyens veulent être consultés sur les décisions qui les concernent, et pas seulement tous les 5 ans! Les outils existent. Mesdames et messieurs les élus, à vous de jouer!


lundi, avril 15 2013

« Les premiers paradis fiscaux ce sont l'assemblée nationale et le sénat » (commentaire en ligne) 

Hausse des impôts ou baisse d'indemnités des élus ? Populisme ou réaction logique ?

La réponse à l'annonce de l'augmentation de 1% des impôts locaux par l'équipe municipale du Mans suscite une réaction sous forme de pétition: « Hausse des impôts au Mans ? ... Baisse des indemnités des élus ! » (http://www.mesopinions.com/fr) Dépenses publiques jugées indispensables par les élus locaux financées par plus d'impôts : voilà qui devient de plus en plus intolérable aux yeux des habitants. Les indemnités cumulées des élus tournent autour de 9000 euros mensuels –plus d'information voir le blog de René Dosière - grâce souvent au cumul des mandats,– alors que le plafond de ressources des retraités indiqué par la loi Fillon 2010 sur la réforme des retraites est de 1050 euros mensuels de ressources cumulées, sinon, coupe sombre du minimum contributif qui était versé jusqu'en 2012. C'est en rapprochant ces deux chiffres que s'accentue l'impression d'une France divisée en deux, celle des élites soucieux de conserver cumuls et avantages qui vont avec et celle des français sommés de subir des coupes dans leur budget quotidien. Face à des priorités et des décisions auxquelles ils participent de moins en moins, ils sont de plus en plus nombreux à considérer le lien de confiance est rompu. "Est-ce moral d'exiger des français ce qu'ils ne s'appliquent pas?" dit un commentaire.


« Les premiers paradis fiscaux ce sont l' assemblée nationale et le sénat » (commentaire en ligne suite à l'émission C dans l'air)

source image : plages de rêve http://www.tuxboard.com

L'exaspération des français vient très clairement que se dessine de plus en plus clairement une France de privilégiés dont les politiques feraient partie, et une France de sous-citoyens classe moyenne condamnée à subir les décisions sans participer à la concertation, puisque le referendum est ...perdu de vue. Le "mariage pour tous" qui figurait en deux lignes p 31 du programme de François Hollande candidat est devenue une priorité sociétale de François Hollande Président provoquant les remous qu'on sait. Le non cumul des mandats dont le rapport Jospin commandé en début de mandat et souhaité par la majorité des Français est reculé en 2017 provoquant l'indignation dans les commentaires sur les réseaux.

Ainsi ce commentaire d'elise89 suite à l'émission C dans l'air sur France 5: « vu d'un citoyen qui gagne le 1200 euros/mois, les premiers paradis fiscaux ce sont l' assemblée nationale et le sénat avec les avantages que leurs membres de tous les bords se sont votés . Est ce moral, d'exiger des français, ce qu'ils ne s'appliquent pas ? Frais de déplacements non justifiés, durée de cotisations de retraite minime, etc... »

Les élus ralentissent-ils significativement la dépense publique?

Un peu pris au hasard, comme exemple ce graphique des dépenses locales du site du Conseil général de l'Yonne qui a le mérite de la transparence  http://www.cg89.fr/Le-Conseil-General/Budget-2013. Les élus ont de bonne foi l'impression qu'il faut continuer comme avant ou presque  avec l'impression d'agir pour le bien public. «  En dépit de ce contexte défavorable, les élus ont souhaité que le territoire et ses habitants ne soient pas pénalisés et privés d’infrastructures et d’actions d’animation. » Continuent à être qualifiés d'incontournables les parkings des petits villages, salles des fêtes redondantes, parcs naturels aux 40 chargés de mission, gendarmeries neuves (pourquoi?) clochers d'églises etc. Et c'est tout le problème : chaque élu aura à coeur de prouver que les dépenses sociales ou d'aménagement du territoire restent à leurs yeux indispensables ...quitte à augmenter les impôts locaux de leurs habitants. L'incapacité  de remettre en cause "le système" pour « penser hors de la boîte »,  selon l'expression anglo-saxonne explique sans doute en partie la progression inexorable des dépenses publiques.

Source image : Conseil général de l'Yonne http://www.cg89.fr/Le-Conseil-General/Budget-2013 qu'on peut féliciter pour son souci de transparence.

Chaque politique regroupe l’ensemble des dépenses s’y rapportant ainsi que les dépenses du personnel départemental concourant à sa mise en œuvre.

Transparence

« Où trouver des informations sur la dette publique ? » : transparence des données

La transparence étant « tendance » on ne peut que se féliciter de la transparence des données de l'État, plus instructives à consulter sans doute que le patrimoine des élus qui va être dévoilé ce jour. Ainsi le site http://www.economie.gouv.fr/cedef/informations-dette-publique nous indique «Où trouver des informations sur la dette publique ?  « Au troisième trimestre 2012, la dette publique de la zone euro s'élève à 8 524,2 milliards et celle de l'UE 27 à 10 922,8 milliards selon les chiffres publiés le 23 janvier 2013. » De quoi donner le vertige et douter de l'efficacité de la politique d'austérité.

La France des sigles : le poids économique des agences et des « autorités »

Toujours dans l'idée de se pencher sur les documents et rapports officiels tel le projet de loi de Finances pour 2013. Des chiffres qu'on peut espérer exacts et qui attestent des augmentations « Sur la période 2002-2011, l’augmentation des dépenses des collectivités s’élève à 47 Md€ en euros constants 2011 et se décompose en une hausse des dépenses de 20 Md€ liée à la décentralisation et une augmentation de près de 27 Md€ hors mesures de décentralisation ») et des prédictions qu'on peut affirmer maintenant comme fausses, puisque elle affirmaient au conditionnel un ralentissement de la dépense publique alors qu'on sait qu'elle est en augmentation en 2013. En fin de rapport, une liste poétique des sigles traduits pour le lecteur lambda dévoile involontairement une France alourdie de mille instances, mille agences, mille « autorités » mille opérateurs, mille commissions. Ne serait pas là qu'il faut chercher des économies? Ci-dessous le listing des sigles (source : http://www.performance-publique.budget.gouv.fr/.) qui en dit long sur l'administration d'un pays.

AAH Allocation aux adultes handicapés

ACOSS Agence centrale des organismes de sécurité sociale

ADEME Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

AER Allocation équivalent retraite

AFF Allocation de fin de formation

AFITF Agence de financement des infrastructures de transport de France

AFNOR Association française de normalisation

AFPA Agence pour la formation professionnelle des adultes

AFT Agence France Trésor

AGIRC Association générale des institutions de retraite des cadres

ALS Allocation de logement social

AMF Autorité des marchés financiers

ANAH Agence nationale pour l’habitat

ANDRA Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs

ANR Agence nationale pour la recherche

ANRU Agence nationale de rénovation urbaine

APA Allocation personnalisée pour l’autonomie

APD Aide publique au développement

API Allocation parent isolé

APL Aide personnalisée au logement

APU Administrations publiques

APUL Administrations publiques locales

ARRCO Association des régimes de retraite complémentaires

ARS Agences régionales de santé

ASH Aide sociale à l’hébergement

ASP Agence de services et de paiements

ASS Allocation spécifique de solidarité

ASSO Administrations de sécurité sociale

BNF Bibliothèque nationale de France

CADES Caisse d’amortissement de la dette sociale

CAF Caisse d’allocations familiales

CANAM Caisse nationale d’assurance-maladie des professions indépendantes

CAS Compte d’affectation spéciale

CCAS Centres communaux d’action sociale

CCEN Commission consultative d’évaluation des normes

CDP Caisse de la dette publique

CEA Commissariat à l’énergie atomique

CHRS Centres d’hébergement et de réinsertion sociale

CHU Centres hospitaliers universitaires

CI Consommation intermédiaire57

Rapport suRla dépense publique et son évolution

CMU Couverture maladie universelle

CNAM Caisse nationale d’assurance-maladie

CNASEA Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles

CNAV Caisse nationale d’assurance vieillesse

CNC Centre national de la cinématographie

CNES Centre national d’études spatiales

CNRACL Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales

CNRS Centre national de la recherche scientifique

CNSA Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie

CSG Contribution sociale généralisée

CVAE Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises

DGFiP Direction générale des finances publiques

DMTO Droits de mutation à titre onéreux

EHPAD Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

ÉNA École nationale d’administration

EPCI Établissement public de coopération intercommunale

EPS Établissements publics de santé

ETP Équivalent temps plein

ETPT Équivalent temps plein travaillé

FBCF Formation brute de capital fixe

FCTVA Fonds de compensation de la TVA

FFIPSA Fonds de financement des prestations sociales des non-salariés agricoles

FMESPP Fonds de modernisation pour les établissements de santé publics et privés

FNAL Fonds national d’aide au logement

FNSA Fonds national des solidarités actives

FOREC Fonds de financement de la réforme des cotisations patronales

de sécurité sociale

FRR Fonds de réserve des retraites

FSI Fonds spécial d’invalidité

FSPOEIE Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels d’État

FSV Fonds de solidarité vieillesse

GVT Glissement vieillesse technicité

ICNE Intérêts courus non échus

IMA Institut du monde arabe

INED Institut national d’études démographiques

INERIS Institut national de l’environnement industriel et des risques

INPI Institut national de la propriété industrielle

INRA Institut national de la recherche agronomique

INSEE Institut national de la statistique et des études économiques

INSERM Institut national de la santé et de la recherche médicale

INTS Institut national de la transfusion sanguine

InVS Institut de veille sanitaire58

RappoRt suR la dépense publique et son évolution

IRCANTEC Institut de retraite complémentaire des agents non titulaires de l’État

et des collectivités publiques

ISBLSM Institution(s) sans but lucratif au service des ménages

LFSS Loi de financement de la sécurité sociale

LOLF Loi organique relative aux lois de finances

LPFP Loi de programmation des finances publiques

MSA Mutualité sociale agricole

ODAC Organismes divers d’administration centrale

ODAL Organismes divers d’administration locale

OGD Objectif global de dépense

ONERA Office national d’études et recherches aérospatiales

ONCFS Office national de la chasse et de la faune sauvage

ONDAM Objectif national des dépenses d’assurance-maladie

ONP Opérateur national de paye

PAJE Prestation d’accueil du jeune enfant

PCH Prestation de compensation du handicap

PSR Prélèvement sur recettes

RSA Revenu de solidarité active

RFF Réseau ferré de France

RGPP Révision générale des politiques publiques

RMI Revenu minimum d’insertion

RMN Réunion des musées nationaux

RSA Revenu de solidarité active

SAE Service des achats de l’État

SPE Services des pensions de l’État

SSIAD Services de soins infirmiers à domicile

SNCF Société nationale des chemins de fer

TIPP Taxe intérieure sur les produits pétroliers

lundi, juin 4 2012

Images d'élus. "Cherchez la femme ! "

                                                    

NOS ELUS 

Un conseil général,  ni meilleur ni pire qu'un autre mais ...la démonstration est faite. "Cherchez la femme!". Sans commentaire.

Commission des finances et de l'administration générale (1ère commission)

Commission des routes, des transports et des bâtiments (2ème commission)

Commission des affaires sociales et de l'habitat (3ème commission)

Commission de l'agriculture et du développement durable (4ème commission)

Commission de l'économie et de l'aménagement du territoire (5ème commission)

Commission de l'éducation, de la culture et du sport (6ème Commission)

Et en bouquet final liste des élus à la Commission permanente  10 Vice-présidents et de 12 autres membres dont 5 élus de la minorité. 

"OU SONT LES FEMMES...?" 

http://www.orne.fr/sites/www.orne.fr/files/imagecache/bandeau_competence/cp.jpg
Source image et texte : Conseil Général de l'Orne http://www.orne.fr/