Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - François Bayrou

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, juin 11 2012

Cruelles législatives

Les élections législatives sont peut-être plus encore que les élections présidentielles, l'occasion de mesurer la cruauté inhérente à l'ambition politique. Une première constatation : il y a bien une logique dans ce vote de premier tour en faveur de la gauche, et les électeurs n'entendent pas renier leur vote présidentiel. Deuxième constation : le flou est difficilement accepté par les électeurs. Exit Rama Yade qui a après avoir opté pour le Parti radical a finalement soutenu à la dernière minute Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles pour finalement revenir faire campagne auprès de Jean-louis Borloo, de moins en moins convaincant. Très menacé François Bayrou, isolé, dont le parti MoDem a prouvé d'année en année son inexistence. "Il aurait mieux valu qu'il garde sa langue", dit-un homme de son village. Exit en très grand nombre les candidats qui se sont présentés avec une étiquette floue « divers droite ».

Enfin, cruelle législatives, les égos ne sont pas épargnés, la popularité ne sert plus Ségolène Royal, et la fougue n'aura pas suffit à Jean-Luc Mélenchon. Cruel aussi de voir des élus locaux qui font du bon boulot sur le terrain mais n'ont pas été choisis comme candidat par leur parti être éliminés dès le premier tour. En politique, on gagne ou on perd.

jeudi, mai 3 2007

Duel ou débat?

« Un face-à-face à contre-emploi », un duel « musclé », la presse a du mal à désigner un vainqueur : tous considèrent que les électeurs spectateurs auront été confortés dans leur choix.

« Les socialistes ont trouvé un leader » (Catherine Ney, Europe 1), « Une tigresse et un matou » (Sud-Ouest).

Nous reviendrons plus tard sur ce débat, mais je cite une réaction à chaud d’une militante PS interrogée par rmc à la sortie du visionnage collectif dans le 18ème : "c’est Ségolène Royal qui a eu la « hauteur » d’une présidente, et mis le débat à ce niveau". En choisissant l'attaque, elle a continué dans le registre de l'audace, elle a joué "le tout pour le tout", la sincerité, l'indignation, les valeurs et les idées. Nicolas Sarkozy, policé, courtois, a plutôt été dans le registre d'un débat télévisé ordinaire, se préoccupant de donner une bonne image et de séduire les journalistes sur le plateau.

Qui aura séduit la France? Sans doute ne faut-il pas exagérer l'importance de ce débat dans le choix des électeurs, choix déjà opéré avant le 2 mai pour la plupart des gens interrogés, même si des commentaires à l'emporte-pièce sur le réseau démontrent qu'il existe encore beaucoup (trop?) d'électeurs qui se fondent sur cet exercice imposé du face à face, alors que le choix devrait être muri par les informations qui ont été diffusées  par les équipes de campagne et par les divers médias depuis le début de la cette campagne présidentielle 2007, qui dans quelques jours touche à sa fin.

Dernière minute, déclaration de François Bayrou : je ne voterai pas pour Nicolas Sarkozy.

dimanche, avril 29 2007

François Bayrou et la presse

 François Bayrou reste dans la salle du débat pour répondre aux questions des journalistes, Marielle de Sarnez n’est pas loin.

samedi, avril 28 2007

Rencontre au sommet, Hôtel Westin, Paris

Bientôt un compte-rendu du débat Ségolène-Royal- François Bayrou, la Ménagère était au Westin, hôtel parisien qui a abrité l'évenement historique...

En attendant, il fait beau, je file au vernissage du nouvel espace de la Galerie Magda Danysz dans le Marais.

Un nouveau paysage politique français

Crédits image: Débat sur RMC BFMTV

"Un tremblement de terre, une rupture historique". Interrogé ce matin samedi 28 avril par Dominique Souchier sur Europe 1, Pierre Rosenvallon (La contre- démocratie, Le Seuil )

"La démocratie française ne sera pas après comme avant", "Avec cette nouvelle génération peut-être que ce sont de nouveaux projets qui peuvent émerger".

Prélude au débat :  commentaire de l’analyse du débat sur « Pourquoi Royal et Bayrou ont accepté un débat » (LCI, Renaud Pila)

 « sur le fond, certains ne digèrent pas le fait accompli d'un renversement d'alliance, avec un parti issu de la droite."Avec sa proposition de ministres UDF, elle a mis le feu aux poudres", confie un dirigeant de la rue de Solférino »

Le commentaire de la Ménagère :
Oui mais …le futur parti de François Bayrou sera-t-il encore un parti de droite, rien n’est moins sûr. «il entend bien présenter en juin dans les 577 circonscriptions des visages jeunes et nouveaux, notamment des déçus de la gauche orthodoxe » Ce « drigeant de la rue de Solferino » s’enferre dans les anciens clivages alors que se joue sous ses yeux une recomposition du paysage politique français. 

 « Mais comment faire en catastrophe ce que la gauche française n'a pas réussi en cinq ans d'opposition ? Mission impossible mais la victoire de Royal est à ce prix. »

 Le commentaire de la Ménagère
Ségolène Royal a des intuitions, des décisions de dernière minute, (comme faire jouer La Marseillaise dans son meeting à Lyon hier 27 avril), donc de l’audace, de la prise de risque jour après jour, c’est une « femme debout », elle a repris l’expression dans son meeting de ce jour alors que Nicolas Sarkozy joue la victimisation.

En conclusion d’une victoire « jouable » selon ses propres termes, Ségolène Royal a fait une victoire « probable », parce qu’elle a donné envie qu’elle gagne à de plus en plusde français, en accentuant le thème du changement mais aussi de la rigueur, de la fin de l'état-providence et de son laxisme. Nicolas Sarkozy donne l’impression de vouloir gagner, mais de ne pas avoir su communiquer cette envie à la France qui veut changer. Parti gagnant, il risque maintenant de perdre.

jeudi, avril 26 2007

Du côté de chez Bayrou et des autres : une soirée avec des Jeunes Libres

Au moment où se met en place avec difficulté le débat Ségolène Royal/François Bayrou (annoncé pour le samedi 28 avril, puis annoncé comme reporté), Quitterie Delmas, des jeunes libres de s'engager, UDF et proche de François Bayrou déclare hier 25 avril : « à titre personnel, j’annonce que je voterai au second tour pour Ségolène Royal ». Et elle ajoute « on est à l’ère du collaboratif et du coopératif ». On peut lire sur son blog le billet "Les raisons de mon choix personnel" "Si je vote à titre personnel aujourd’hui Ségolène Royal, c’est que dans sa liberté par rapport au PS, elle démontre aujourd’hui qu’une refondation des appareils politiques est possible".

L’entourage est aussi ce qui compte en politique. Suite à l’appel aux lecteurs du blog Jeunes Libres de se rencontrer autour d’un verre (voir billet précédent) j’ai eu l’occasion de parler avec les membres actifs des Jeunes Libres et de voir que certains sont assez mûrs et inventifs pour avoir toute leur place en politique.

Des Jeunes Libres

Grâce à cette campagne, à ces rencontres autour du réseau tissé par le blog Jeunes Libres et les actions de terrain, ils ont acquis une expérience politique très actuelle « Les rencontres, le point fort et le plus  enrichissant de cette campagne », confie Virginie, une des responsables des Jeunes Libres. A cette soirée dans un bar de la Bastille était venus de toute l’Ile de France et même de la France des jeunes de tous bords, avec lesquels le dialogue s’est noué de façon grave et souriante, sans obsession de savoir « qui votera pour qui », même s’il était intéressant de constater que le choix se portait soit sur blanc soit Royal. Ou encore orange  « avec une typographie à ma façon », pour Maddy, une jeune en apprentissage. Son site myspace vient d’être piraté, parce que, soupçonne-t-elle,  elle y a affiché ce slogan un peu brutal « ni la gourde ni la gourdin ».  « Bayrou » comme bulletin dans l’urne pour marquer le coup, pour Laurent Haddad un des piliers de Jeunes Libres, blog voyageenpolitique,   (lire ses semainoscopies !) encore sous le coup de la défaite de SON candidat…mais qui se relève et réfléchit  à la vitesse de l’éclair. Soit blanc soit Royal…mais point de vote Sarkozy, sauf pour les jeunes et sympathiques militants de l’UMP qui ont vite compris que la soirée ne pencherait pas de leur côté.

Quitterie

Quitterie Delmas a la voix cassée ce soir là mais elle virevolte d’un groupe à l’autre, la silhouette lumineuse, tee-shirt blanc –tiens, le blanc, ça me rappelle quelqu’un ! – a commencé sa journée tôt : à 6 h. A 7 heures elle a pris un café avec François Bayrou auquel elle a confié son choix.  Un peu plus tard elle devait être sur le plateau de i-télé. Là on lui annonce qu’aucun parlementaire UDF n’a souhaité s’exprimer, et qu’elle seule va parler au nom de l’UDF. Panique… mais « Allez, on y va ! » Car Quitterie ne fait pas partie de celles qui hésitent mais qui foncent! Selon elle, il y a des points de convergence qui pourrait exister entre François Bayrou et Ségolène Royal, à commencer par la réforme des institutions. Ce cheval de bataille de François Bayrou est aussi celui de Ségolène Royal, ils ont tous deux pris des distances avec leurs partis respectifs, tout en prenant garde à les ménager. Mais pour combien de temps ? L’annonce du nouveau Parti Démocrate par François Bayrou enchante les Jeunes Libres : « la vielle garde s’en va ! » ce qui est dans doute inéluctable pour l’ensemble des partis  « Ce qui compte, c’est la vitalité ! » dira encore Quitterie Delmas « si la ligne a autant bougé, c’est grâce à Internet ». Car le blog Jeunes Libres reçoit jusqu’à 40 000 visites par mois et les commentaires se comptent par centaines. Le blog leur a donné une formidable « carte de visite ». « Internet va bouleverser les hiérarchies » dit Quitterie. D’accord Quitterie, sauf que… sauf que les hiérarchies résistent, et ne sont pas décidées à laisser la place. Leur place, les Jeunes Libres n’ont pas attendu qu’on leur assigne dans un parti : « notre place, nous l’avons prise », disent Virginie et Quitterie. « Les meetings, ça ne sert pas forcement, ce qui compte aujourd’hui, c’est de lancer une dynamique ».  Elles sont de cette nouvelle génération de la net politique, actrices de cette formidable conversation en cours sur Internet qui aiguise les esprits  et les plumes.  « Un blog permet d’expérimenter des idées et de les ajuster » dit Quitterie Delmas. Tiens elle emploie le même mot que Ségolène Royal qui a toujours parlé de son programme qu’on peut « ajuster ». Pour Quitterie Delmas, il est essentiel « que le paysage politique se déverrouille ». Le « challenge » de Ségolène Royal et son côté femme libre ne lui a pas déplu, ça se sent.

Et les autres…

Au milieu de la soirée, Quitterie a un coup de génie et demande à chacun de se présenter, ils le font en toute transparence, devant la caméra de Pierre Abruzzini, des motsetdescouleurs François Alex, l’animateur du blog et de la liste gonordisk : « Ce qui m'a stupéfait dans cette soirée à la fois très jeune et très diversifiée (UDF-PS-UMP!), est la grande sérénité et le respect mutuel qui y régnaient. J'ai ressenti une grande confiance dans l'avenir et un engagement déterminé. »  L’un après l’autre, tous les participants ont décliné leur identité, personne n’a été diabolisé et tout le monde a applaudi et encouragé l’engagement dans sa diversité . Par exemple Pierre Nicolas Burel, engagé dans l’UDF grâce à François Bayrou lui-même, rencontré dans la rue il y a 6 ans … et qui a  interrompu sa conversation sur portable pour écouter ce jeune adhérent potentiel. Des dizaines de blogueurs déclinent leur identité et leur choix Nicolas Vinci, ou encore Luc Mandret  ou encore http://abadinte.canalblog.com. Un moment réussi de transparence spontanée, "son instinct" commente Laurent Haddad, "elle est très instinctive, c'est une qualité en politique".

Clou de la soirée, Quitterie Delmas annonce « officiellement » face caméra : « à titre personnel je voterai Ségolène Royal au second tour. » Nul doute qu’elle fait partie des « influenceuses » et que sa déclaration sera entendue.  Dans la recomposition accelérée du paysage politique français, souhaitée par tous les jeunes présents, il faudra compter avec cette nouvelle forme de démocratie, issue de la libre réflexion sur les réseaux. Alors Quitterie, à un de ces prochains jours à l’Assemblée nationale?

PS : de la part des blogueuses un grand merci à Versac et la République des blogs qui a permis la rencontre du Blog de la Ménagère avec Quitterie Delmas et les Jeunes Libres il y a (déjà!) plusieurs mois.

mercredi, avril 25 2007

Du côté de chez Bayrou

Source image : Quitterie Delmas en campagne, site des Jeunes Libres UDF

Citations du Figaro.fr mardi 24 avril au soir

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  • Publié le 24 avril 2007 à 22h11

Royal pourrait enrichir son pacte

Ségolène Royal a déclaré aujourd'hui qu'il était concevable, dans le cadre de discussions avec François Bayrou, "d'ajouter des choses" à son pacte présidentiel, assurant que l'ouverture proposée n'était "pas du tout ou rien".

(Avec AFP).

  •  Publié le 24 avril 2007 à 21h26

« Royal prendrait des ministres UDF »

Ségolène Royal a déclaré à Rouen mardi soir que si François Bayrou rejoint le "pacte présidentiel" proposé aux Français, "bien sûr" il y aura des ministres UDF au gouvernement. »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Ménagère se rendra sans doute le 25 avril à l’invitation de Quitterie Delmas et des Jeunes Libres UDF  puisqu’ils sont eu la gentillesse de l’admettre à leur « apéro ».

Le mérite de ces campagnes présidentielles aura été de signifier « la fin des dinosaures », paix à Jacques Chirac et ses  7 comptes en banque et son appartement avec vue sur la Seine !

 La « fin des dinosaures », selon l’expression de Jacques Attali (voir billets précédent). doit marquer l’avènement  les « jeunes » trentenaires qui veulent avoir leur place dans la politique française et internationale. D'après PlUSnews, Quitterie Delmas "se présentera pour la 1ere fois, sous l’étiquette du futur parti démocrate de François Bayrou, dans la 10ème circonscription de Paris (13 et 14emes arrondissements)". A vérifier auprès de l'interéssée.

 PLACE aux jeunes, et si Ségolène Royal, jeune babyboomer, veut s’entourer de « ministres UDF au gouvernement » comme l’annonce le Figaro.fr, pour les cabinets ministériels et autres responsabilités politiques, qu’elle aille voir du côté des Jeunes Libres qui ont défendu François Bayrou. Elle y trouvera une équipe de jeunes femmes valeureuses  - et jeunes hommes aussi !- qui méritent de trouver toute leur place dans la rénovation de la classe politique française, tout simplement parce qu’ils sont en phase avec le XXIème siècle, qu’ils en possèdent le ressenti, la culture, y compris la culture technologique, ce qui n’est pas le cas de la faune politique du siècle dernier, dinosaures et éléphants confondus.