Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - François Hollande

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, novembre 14 2013

La Ménagère avait raison : «Ne multipliez pas les lois que personne ne demande »...

« Moi Président de la République", j'arrêterais de multiplier les lois que personne ne demande ..."

Dans son billet du 3 mai 2012, tout en soutenant François Hollande, la Ménagère écrivait : « Moi Président de la République", j'arrêterais de multiplier les lois que personne ne demande ...sans me soucier des moyens de les appliquer et j'aurais le souci de me pencher sur le gigantesque dysfonctionnement de la Justice en France, dénoncé par l'Europe et les syndicats de la magistrature, par les Procureurs de la République eux-mêmes et par les magistrats qui ont fait grève. 

Trop de lois en France partent d'une bonne intention et sur le terrain s'avèrent inapplicables et désastreuses et induisent des effets pervers . Jean-Pierre Bel, Président du sénat a eu la bonne idée de réactiver la Commission des lois pour vérifier l'application de toutes ces lois récentes mal ficelées et sans moyens pour les appliquer. Il faudrait consulter davantage les citoyens sur ces lois qu'ils subissent dans leur vie quotidienne, ces lois "théoriques" de fait inapplicables sur le terrain. » 

Mais on l'aura vu, le Sénat, bien qu'alerté par de multiples sources sur les failles de certaines lois mal ficelées ou non appliquées, comme la loi actuelle sur la protection des majeurs, ne semble pas pressés de les réformer. D'où l'importance de prendre l'habitude d'expérimenter avant de légiférer.

Ségolène Royal s'interroge : « "Il aurait fallu expérimenter avant de généraliser"

Dans ses déclarations à la presse sur la loi sur la réforme des rythmes scolaires Ségolène Royal remet en cause le caractère uniforme des lois et l'habitude du législateur du législateur de raisonner en terme global sans tenir compte de la diversité des territoires. On se souviendra de la « taxe carbone » abandonnée sous le précédent gouvernement qui prétendait taxer de façon nationale tous les automobilistes prenant préférant leur voiture aux transports en commun...en oubliant que certaines régions, rurales ne particulier, n'ont tout simplement pas de transport en commun. La révolte de la Bretagne contre l’écotaxe est en partie de même nature : comment taxer de la même façon une métropole où les transports ferroviaires sont présents avec plusieurs gares et un coin reculé du Finistère où le train n'existe pas ?

Dans un entretien accordé à Sud-Ouest « La présidente de Poitou-Charentes a pointé un "déficit de méthode" dans son application. "C'est une forme de brutalité, l'uniformité, parce qu'on ne peut traiter de la même façon les écoles urbaines dans lesquelles il n'y a pas de problème de transports scolaires et des petites écoles rurales (...) avec des heures fixes pour les transports scolaires."

« 15 français en colère » dans Le Parisien : "il y a trop d'injustices!"

Un des « 15 Français en colère qui s'exprime dans Le Parisien du 14 novembre 2013 soulève le déficit d'adaptation du droit et sa non application « l'arsenal judiciaire n'est plus adapté à notre temps » en parlant de la sécurité et des braquages à répétition et prônant « Il serait temps de responsabiliser les parents. Une absence non justifiée, c'est tant en moins sur les allocations familiales » oubliant que la loi existe, mais qu'elle est rarement appliquée. Laxisme ? Une femme médecin de Strasbourg opposante au « mariage pour tous » lance « Arrêtez de passer en force ».

Ce n'est pas tant le Président de la République François Hollande qui est à blâmer que son administration, qui légifère à tour de bras sans suffisamment se soucier en amont des conditions d'application de lois nouvelles. « On croule sous le travail administratif » pour ce directeur d'agence de transport routier « on est à bout, broyés par la paperasse, les devis, les taxes les normes, l'administration ! Déclare en écho un chef d'une petite entreprise de plomberie entreprise »

« Deux tiers des entreprises estiment que les services publics ne sont pas à leur écoute. Les procédures judiciaires sont jugées les plus complexes, montre un sondage BVA. » note un article des Echos du 26 octobre « Choc de simplification » : les entreprises veulent du concret" (Marie Bellan)

Face à l'expression du vécu de terrain et à l'instabilité juridique décriée par tous, le « choc de simplification » annoncé » par le chef de l'état reste à ce jour très ...confidentiel.

dimanche, mai 27 2012

De la participation en politique : "Vous et moi", le "modèle Obama"

Source illustration : site http://www.ecobase21.net

« Vous et moi »

« You and I together we are going to change this country and we are going to change the world. » Vous et moi allons changer ce pays et allons changer le monde »

« Vous et moi » : d'emblée Barack Obama a associé dans son discours de candidat en 2008 ses électeurs au changement. Copié et même singé pendant la campagne présidentielle par les candidats, le modèle participatif d'Obama qui a su utiliser les nouveaux modèles issus d'Internet n'a pas encore trouvé sa place dans la gouvernance politique au quotidien. La participation, fera-t-elle partie de la vie politique?   François Hollande a bien su associer ses électeurs à sa campagne présidentielle mais les associera-il à sa gouvernance de président et comment?

 Sur un plan politique, l’idée d’une délégation ou d’une représentation de pouvoir n’a plus de sens pour nos contemporains, et ceux qui en doutent encore font régulièrement l’expérience douloureuse de l’abstention massive." ("Imaginaire social et innovation participative" Stéphane Hugon

Ce constat de l'obsolescence d'une forme de gouvernance n'est jamais fait par les centaines d'analystes conviés sur les chaines de télévision, qu'elles soient publiques ou privées. On a très peu entendu la parole citoyenne même sur la chaîne « parlementaire » dont le rôle pourrait être de compenser ce déficit d'expression publique. Et pourtant "

"C’est la mort du spécialiste, de l’ingénieur minutieux, du savant fou, ou du despote éclairé qui sait ce qui est bon pour nous."

« Il n’est désormais plus un espace social qui ne soit impacté par les transformations des modèles de l’innovation — pensons au politique, avec le modèle Obama —, jusqu’à des processus d’innovation scientifiques ou industriels — crowdsourcing, RSE, wiki et autres open hardware, en passant par les fonctions marketing ou RH, qui vont ménager une place au consommateur/collaborateur comme elles ne l’ont probablement jamais fait. »

Le site et magazine Eranos rappelle la montée de la participation dont les marques ont su tenir compte dans leur stratégie de marketing, mais très insuffisamment les politiques.

A quand l'innovation sociale?

 Une règle d’or de l’Internet est qu’il y aura toujours plus de compétence dans l’ensemble d’un réseau ouvert qu’il ne peut y en avoir dans le cerveau d’un seul développeur, fût-il le meilleur du moment. »

Ce qui a été vrai pour l'essor du logiciel libre ou les usages qui se sont mondialement répandus sur les réseaux devrait l'être pour les décisions politiques. Décider au sommet et à l'emporte pièce n'est plus tolérable pour les citoyens qui ne peuvent plus être seulement des consommateurs de politique dont il faudrait faire des citoyens/collaborateurs, à l'image des consommateurs/collaborateurs. L'innovation ne se décrète pas, elle s'adopte par et se propage avec les consommateurs. L'innovation sociale  et le design thinking sont bien connus des sociologues de pointe, comme Dominique Cardon l'un des premiers à analyser « l'innovation ascendante » et à en déduire l'impact politique. Cet impact n'a pas encore réussi à bouleverser le monde de la politique comme il a bouleversé le monde des médias.

Nous sommes dans un moment charnière où, plutôt que d’opposer en chiens de faïence les professionnels de l’information et de la politique, d’une part, et les internautes, amateurs et citoyens, de l’autre, nous devons explorer les interdépendances qui sont en train de se constituer entre ces deux mondes. » 

La participation, gouvernance du futur?

Trop de décisions et pas assez de consultation : la gouvernance 2007-2012 a montré les limites d'un système de gouvernance fondé sur la seule représentation, loin du terrain. La participation doit trouver sa place en politique, dans une alliance réelle avec la représentation. Le consommateur/collaborateur est mûr pour une gouvernance participative qui ferait des citoyens des collaborateurs des décisionnaires politiques et européens. Moins technocratique, plus proche du terrain, elle évitera bien des maux de la politique : les lois parachutées et mal ficelées, les tours d'ivoire dont l'Europe est un modèle, les décisions hâtives, les déclarations intempestives, les engagements financiers régionaux qui ne visent qu'à l'auto-proclamation des élus ou à maintenir des baronnies. Inventer de nouveaux liens entre élus et citoyens pourrait être la forme de gouvernance du futur.






"Juste quelqu'un de bien"

 source photo  :  melty

Une part non négligeable de la victoire de François Hollande tient à un désir toutes tendances confondues de changement de valeurs. Comme si les français en avaient assez de ce que l'on leur impose de la base au sommet. Frimeurs, beaux parleurs, profiteurs, calculateurs, manipulateurs, menteurs, tricheurs, arnaqueurs, voleurs, cambrioleurs, tueurs, tous ligués par un même objectif : la course à l'argent. Assez de ceux qui confondent politique et privilège. Assez des people au pouvoir. Assez de cet hymne au fric, au luxe, aux happy few. Assez des soi-disant détenteurs de savoir, assez des élites et de leur cortège d'experts, assez d'une gouvernance européenne «entre soi» qui n'a mené qu'à la faillite d'un système.

Les français ont eu envie d'avoir au pouvoir « juste quelqu'un de bien ». Le plus sûr atout de François Hollande, c'est d'être l'homme du changement de valeurs. A l'échelle nationale, mais pourquoi pas, à l'échelle internationale.

« Juste quelqu'un de bien, le coeur à portée de main..."

vendredi, mai 4 2012

L'innovation et la complexité technocratique : l'exemple des fonds structurels européens

L'Europe, la France et la complexité technocratique

François Hollande mentionne à juste titre dans son programme l'utilisation des fonds structurels européens.

Un article publié le 28 avril 2012,  Michel Abhervé dans Alternatives économiques nous confirme : « un quart des fonds non attribués."

Le 30 janvier 2012, lors du Conseil européen, le président de la Commission, José Manuel Barroso, a annoncé que 82 milliards d’euros, sur un budget total de 347 milliards d’euros des fonds structurels pour la période 2007-2013, ne sont pas encore attribués et pourraient être redéployés.

Nous en sommes à pratiquement un quart des fonds structurels non attribués. Quant on sait le nombre de porteurs de projets qui se sont vu opposer l’insuffisance des moyens disponibles, on croit rêver. Et cela confirme qu’il est indispensable de faire aboutir, rapidement,  le travail de simplification des démarches, indispensable à un engagement effectif des crédits disponibles."

Les porteurs de projet sont freinés, découragés, dissuadés par la complexité technocratique tant française qu'européenne. Qu'on parcourt ce décret signé par nos actuels ministres et on comprendra pourquoi les entreprise hésitent à s'engager pour obtenir des fonds...elles n'en ont ni le temps ni la ressource humaine.


A quand la simplification ?

jeudi, mai 3 2012

"Moi président de la république" de François Hollande phrase star de twitter

"Moi président de la République" de François Hollande fait mouche sur twitter 

"Moi président de la République", le premier slam de François Hollande #LeDébat


François Hollande tellement il gère le débat face à Sarko qu'il a le temps de lancer un hashtag:

Parmi les twittos celui qui nous a fait rire (Denis Descours)

"Je tiens à prévenir Sarkozy : s'il faut faire des tests de français pour entrer en France, il aura du mal à revenir"


 Dans ce débat l'avantage est allé à la maîtrise du langage et à l'assurance du ton, supériorité sans conteste de François Hollande.
Arnaud Montebourg
"Francois Hollande a, minute après minute, remplacé par son autorité le Président sortant 
 


mercredi, mai 2 2012

"Ripostes parties" organisées au PS pour le débat du 2 mai

Source : PS

"Ce soir à partir de 21h se tient le débat d'entre deux tours avec François Hollande. A travers toute la France, des Riposte-parties s'organisent pour vous permettre de regarder le débat ensemble et de riposter en ligne.

Sur Twitter, utilisez le hashtag #riposteparty "

Source : http://www.parti-socialiste.fr

Pour Paris c'est à la Bellevilloise et déjà les claviers s'apprêtent à crépiter sur Twitter ...

Mais avons nous besoin d'un débat pour choisir...c'est un autre débat !


samedi, janvier 28 2012

Votez Anonymous?

Anonymous | Lettre ouverte « Appel Aux Armes ! » En 2012, Anonymous invite tous les êtres humains à créer quelque chose et le présenter au monde. Ceci est un appel pour apporter votre brique à l'édifice, pour que le monde puisse le voir. Un appel pour ne jamais se taire. Un appel pour toujours faire preuve d'audace.

Précédant le débat pendant lequel François Hollande a exprimé ses propositions face à Alain Juppé, France 2 avait présenté le 23 janvier 2012 un reportage sur  Anonymous, le collectif qui fait parler de lui. On peut penser ce qu'on veut sur Anonymous mais on ne peut nier  la créativité, le talent, l'imagination dans la forme, qualités qui font trop souvent défaut à la classe politique. Une tenue dans écriture laisse supposer que le groupe n'est pas composé que de « ces hackers de génie », qualification dans laquelle ils ne se reconnaissent pas, mais aussi de « sensibilités » correspondant aux attentes. 

Réponse cinglante à l'adresse de France 2 « ?ous sommes outrés.; » Anonymous ne saurait être réduit de la sorte à un groupe de pirates du web, aussi géniaux soient-ils. « Anonymous est le peuple. Anonymous est partout. »

« Recherchez-nous et vous nous trouverez. Nous sommes parmi vous. Nous sommes vous. »

A suivre?  L'appel est relayé, entre autres,  par rezocitoyen