Le succès de Beppe Grillo

« Or en lisant plusieurs articles français, nous nous sommes rendu compte que le premier parti politique italien est une réalité profondément incomprise à l'étranger. En France notamment on le qualifie de "populisme de gauche" et on le compare au Front de Gauche de Mélenchon »

Un article de Pierre Lénel et Paolo Rotelli « Grillo dans le scope déformant des médias français » dans le Huffington Post du 9 mars 2013 redéfinit la victoire de Beppe Grillo dont le mouvement a été un peu trop rapidement qualifié de "populiste" par les médias français. Tout ce qui n'est pas issu de la politique politicienne invitée des plateaux est suspect. Beppe Grillo, c'est la politique agile, réactive, participative. «  Le mouvement est ouvert et participatif, « une plate-forme et un véhicule de discussion et de consultation »  peut-on lire dans la déclaration du Movimento, « le réseau Internet qui est reconnu comme ayant un rôle central dans le processus d'adhésion . «  Ce pure player de la politique et sesgrilli exposent pourtant clairement en quoi ils se démarquent des partis traditionnels et ne manquent ni de bon sens ni d'imagination ni d'innovation. On oublie un peu trop souvent que « populisme » n'est pas la seule déclinaison du mot « peuple », qui en a connu d'autres. Il y a la « vox populi », actuellement muselée tant par la démocratie représentative que par la technocratie européenne. Les politiques font de moins en moins appel au dialogue avec le citoyen. Lui demander ses idées? Danger! Plus de référendum, par exemple, au cas où la « vox populi » aurait le mauvais goût de s'exprimer en dehors du politiquement correct. Remember le « Non » au traité européen. La peur du politiquement incorrect a fini par supprimer les espaces de dialogue entre citoyens et gouvernance. La démocratie interactive n'est pas pour demain, même dans la France socialiste où il n'y a pas  espace de dialogue prévu  entre les citoyens et la gouvernance.

Quand les idées des citoyens deviennent ...le premier parti italien

« Le Movimento Cinque Stelle s'articule autour du combat contre les privilèges de la "classe politique italienne"en proposant de remplacer cette "classe politique", son train de vie, et ses privilèges, par des citoyens "lambda" Que des citoyens aient réussi à devenir le premier parti italien en faisiant non seulement un pied de nez aux partis classiques, mais aussi via Mario Monti à l'Europe, voilà qui ne passe pas en France . «  Mais il faut comprendre que sa vision de l'État ne correspond pas à la vision bureaucratisée à la française. Il ne souhaite pas créer des concours publics et une sorte d'ENA, il souhaite au contraire que tout citoyen, sans compétences particulières, puisse se présenter aux élections, être élu pour légiférer, ou nommé afin d'administrer. »

« Beppe Grillo a tout simplement compris que pour mobiliser les citoyens, il fallait leur permettre de participer à la première personne et que cela implique le renversement de la classe politique italienne actuelle, d'où son refus total de collaborer avec les autres partis politiques en dehors des points prévus par le programme du Movimento Cinque Stelle, programme réalisé à partir des commentaires et idées des citoyens. »

Citations extraites du Hufftington Post

Pierre Lénel sociologue, chercheur, est Vice-Président de Think Tank Different

Paolo Rotelli est un entrepreneur italien dans le domaine hospitalier (Gruppo Ospedaliero San Donato) et celui des nouvelles technologies (Kiwi Loca