Démocratie Numérique populaire débat 7 mars 2020 MSH Paris-Nord vidéo disponible sur QG Quatier Général page FB 

Loin des clichés médiatiques

"Loin des clichés médiatiques", c'est le parti pris d' Igor Galligo chercheur et fondateur de Noödesign pour cette journée débat du 7 mars 2020 entre chercheurs et Gilets Jaunes à la MSH Paris-Nord. L'objectif : cerner les outils qui ont contribué à cette "démocratie populaire numérique" et par quelles actions la prolonger.

Pour introduire le débat Igor Galligo adoptait un dress code approprié, pull jaune canari. Face au mouvement des Gilets Jaunes il a d'abord éprouvé "une jouissance esthétique". Ce mouvement a su frapper l'imaginaire par son choix du jaune fluo, cette couleur pop qui tout coup a envahi la France en novembre 2018. L'audace des manifestations s'ordonnant en Actes tous les samedis , l'occupation de l'espace public  dans la tradition de "Occupy Wall street", puis les inscriptions/revendications sur le dos des Gilets, les slogans, les cabanes poussant comme des champignons sur les ronds-points, les barbecues, la convivialité retrouvée. Et des dizaines et dizaines de groupes Facebook, des dizaines de milliers de followers  qui rejoignent La France en colère ou Fly Rider Infos Blocages et les pages FB  GJ locales de Bordeaux à Brest, de Montpellier à Nantes, partout des groupes qui permettent l'organisation rapide et la simultanéité dans toutes les régions. L'une des figures GJ Eric Drouet donne le lieu de la manifestation à la dernière minute sur sa page, ou publie un "faux" lieu, rusant avec les forces de l'ordre. Des Gilets Jaunes ultra connectés balayent le cliché d'une couche populaire sous-informée. Les formats se mutilplient : youtubeurs, "livers", l'usage de Facebook Live utilisés par les leaders pour s'adresser directement aux membres, l'usage  par de nouveaux journalistes professionnels comme Rémy Buisine de Brut, liver de 30 ans,  plébiscité par les Giiets Jaunes, pour plusieurs raisons détaillées dans cet article du Parisien : ente autres, parce qu'il leur donne du temps long qui est un choix de format journalistique, et leur permet de s'exprimer. Les médias mainstream font passer en boucle des commentaires d'experts et d'éditorialistes, un bavardage éditorial et un entre-soi qui à la longue insupporte. Facebook Live permet une forme d'interaction inédite,  puisque on peut poser des commentaires en temps réel en marge de la vidéo, et que le journaliste n'est plus seulement un observateur mais marche avec les manifestants, leur adresse ma parole, recueille leur témoignage, est molesté avec eux, parfois. Dominique Cardon, intervenant au débat, chercheur à Medialab (Sciences Po) se dit fasciné par Facebook live et y voit une forme innovante de "téléprésence". 

 Maxime Nicolle alia Fly Rider journaliste à QG, intervenant au débat Photo JL 

Gilets Jaunes : la montée en compétence

Une courte conversation avec Maxime Nicolle alia Fly Rider l'un des "leaders" du mouvement confirme  ce qu'on avait observé. La participation persévérante  au mouvement a permis la montée en compétence de ses acteurs. On découvre que Maxime Nicolle, actuellement journaliste pour Quartier Général, média libre fondé par Aude Lancellin, est bien plus diplômé qu on ne le croit, qu'il a été chargé de la direction de la logistique du Port de la Réunion, et qu'il est passionné d'aéronautique.Il a eu sa dose d'arrestations, de bad buzz et rumeurs. Il suit l'actualité des GJ, mais défend aussi des causes comme celle de Julien Assange, il s'est rendu à Londres pour le rencontrer.  Il est représentatif du profil "travailleur compétent" qu'on a pu rencontrer sur les ronds-points. Maxime Nicolle, c'est le contraire de l'image du du Gilet Jaune"sous-éduqué" qu'ont forgé les médias sans doute pour complaire au pouvoir. Femmes infirmières en EPHAD, assistantes maternelles, cuisinières, hommes ajusteurs ou chauffeurs routiers,  des "vrais métiers" peu connus des élites et qui ont pour point commun d'être tributaires du prix de l'essence en milieu rural, d'où la révolte contre la taxe carbone et  la hausse du carburant. 
Des femmes Gilets Jaunes "anonymes",  comme Véronique venue de Grolles pour intervenir dans la table ronde, s'expriment avec sincérité, et le message passe. Les femmes ont toute leur place dans le mouvement Gilets Jaunes, et pour elles aussi, c'est une montée en compétence. Pratiques réflexives et "conscientisation" disent les chercheurs, ce qui se traduit dans la réalité par le désir de prendre  part à la vie politique.  Lors des élections municipales, par exemple, on voit des femmes Gilets Jaunes constituer des listes citoyennes. La plus médiatisée étant sans doute Ingrid Levavasseur qui se présente avec liste "Changer Louviers".
Priscilla Ludosky était elle aussi intervenante au débat pour annoncer de prochaines initiatives dont La Ligue Citoyenne dont elle est cofondatrice avec Faouzi Lellouche Gilet Jaune actif en région parisienne. Sa pétition sur Change.org "Pour une basse du prix des carburants à la pompe" en octobre 2018 a été à l'origine du mouvement GJ. Elle n'a pas hésité à solliciter et même "harceler" les médias classiques pour lui donner de l'écho et obtenir plus d'1 million 250 000 voix. Elle a aussi utilisé les groupes Facebook en envoyant des messages aux administrateurs pour faire connaître l'argumentaire. 

"les Gilets Jaunes s'organisent" : mutualisation  

Les AG et Assemblées des Assemblées, dont la plus connue est Commercy,  continuent.  "Les Gilets Jaunes s'organisent". Ce jour du7 mars avait lieu à Toulouse une 
Assemblée des Assemblée. 399 propositions !
Didier Fradin qui a participé à #MaVoix, travaille sur divers projets de transformation politique, La Belle Démocratie, Les Jours Heureux, et suit entre autres l'Assemblée de Commercy. Lors du débat, il présente  le principe de l'Archipel,  une multiplicité d'îlots, c'est ainsi qu'on pourrait voir l'organisation des Gilets Jaunes. Inventer une nouveau récit désirable ...Il développe ses convictions dans des articles et blog où il détaille le projet du "municipalisme " et des "communs". En attendant  des listes se forment selon ce principe à Toulouse Archipel Citoyen "Ici commence une autre ville" https://www.larchipelcitoyen.org
Avec les intervenants, on découvre de nombreuses plateformes  et outils opérationnels : Gilets Jaunes coordination portail collaboratif des Gilets Jaunes" pourrait être un outil commun aux groupes locaux dispersés. Sa rubrique "département" permet d'ancrer l'actualité locale. La Ligne jaune plateforme citoyenne "Construisons démocratiquement la suite du mouvement".  La Ligue Citoyenne confondée par Priscilla Ludosky et d'autres Gilets Jaunes "lobby citoyen", "dans les départements militants/lanceurs d'alertes sont isolés et peu écoutés" . L'utilisation du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) est préconisée. Hakim Löwe expert et cofondateur d'Objectif RIC, intervenant au débat est déçu par la "disparition médiatique" du RIC. Pourtant le RIC est un sujet qui a été très souvent traité sérieusement  dans les assemblées groupes Gilets Jaunes lors de conférences citoyennes ici par la Team Chartres. Autre outil de lobby citoyen Risefor un outil plug in open source qu'on peut installer gratuitement et qui semble bien adapté aux groupes locaux, avec des fonctions plutôt bien vues, objectif "aider les groupes à se connecter entre eux". Avec aussi la possibilité d'inclure des élus dans la boucle. 

Auto-médias citoyens

Connaissez-vous "Le Canard Réfractaire" ? Ce "journal des Côte d'Armor" est un des nombreux médias "citoyens" présentés à Démocratie Numérique Populaire. Avec Bang Bang TV on fait connaissance avec des Youtubeurs en tous genres. Mais le véritable objectif de Natasha est de réaliser des documentaires collectifs. Le Pixel Mort, c'est "des zappings et l'analyse au vitriol de l'actu" .Mais peu de ces médias alternatifs vivent de leur production. Seul le Youtubeur Cemil avec Cemil choses à te dire commence à s'en sortir avec un appel à rejoindre sa chaine  . Mais a rappelé Hervé Kempf rédacteur en chef de Reporterre, il y a un savoir-faire journalistique auquel il faut se former. Dominique Cardon pose également la question des méthodes d'enquête journalistique. La spontanéité ne suffit pas.  Souhaitons que le nouveau groupe  collaboratif formé par les auto-médias présents (voir la liste sur le programme) à la suite du débat continue sa progression. Cemil a lancé un Framatim dans ce but, le contacter. 

De nombreux essais et communication de chercheurs ont été publiés. On peut citer Jojo le Gilet Jaune de Danielle Sallenave de l'Académie Francaise. Lorenzo Favia curateur assidu sur FB  me signale l'essai "Sur la Vague Jaune", l'un des auteurs, géographe,  est présent pour parler des ronds-points. Un furet qu'Yves Citton venu animer le débat n'ait pas livré son analyse. 

                                               Photo Gilets Jaunes d'Alençon, rond-point dans l'0rne (61)

"Mieux vivre" : quelle répartition de l'argent public ? 

"Quand on fait un rond-point à 2 millions d'euros et qu'on est pas capable de chauffer esclaffes dans les écoles, il y a un problème" fait remarquer Ingrid Levavasseur dans le Huffington Post; et c'est tout le malentendu entre les réformes et le manque  de prévision de leurs retombées sur le terrain qui a provoqué la colère des Gilets Jaunes, puis des organisation syndicales. Cette gouvernance à coup de hashtags mensongers  #mobilité sans penser aux usagers du train lésés et furieux, le manque d'empathie du gouvernement qui préfère laisser pourrir les grèves au détriment des français pour faire passer en accéléré une loi.  Les réformes dans tous les domaines font peu de cas des retombées pour les habitants : santé, services publics, éducation. Les français vivent une dégradation générale et une complexité croissante de l'administration, quand l'état veut donner l'impression d'une "transformation de la France"...sans les français.
L'opération "Grand débat" n'a pas voulu ou pu décrypter et diffuser toutes les propositions ingénieuses et pragmatiques, et malgré un énorme travail avec le même outil fourni par Cap Collectif et un moindre budget "Le vrai débat" David Prost n'a pas pu restituer correctement les propositions des citoyens. Ce qui tend à conclure que l'outil numérique qui pourrait conduite à une démocratie augmentée, existe, est opérationnel, mais que sans volonté politique réelle et sincère d'implication du citoyen, le numérique ne viendra pas révolutionner la politique.

Et les communs? 

Le concept des "communs" défendue ici par l'économiste Benjamin Coriat, et popularisé par un autre économiste, MIchel Bauwens fondateur de P2P Fondation, forme une communauté qui commence à peser internationalement. Et peser sur les élections municipales. 
 https://la-commune-est-a-nous.commonspolis.org