Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Participatif

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, mars 30 2017

La Discut' : soirée citoyenne à Préaux-du-Perche

         La Discut', tirage au sort des tables au Relais-Saint-Germain, Preaux-du-Perche

“Quand et comment écrivez-vous ? ”Je pose la question à Patrick Bard, photographe et auteur, accompagné de Marie-Berthe, photographe également venus à La Discut' au restaurant Relais-Saint-Germain à Préaux du Perche (Orne 61). Réponse :“Le matin tôt” “Comme Balzac, à 4 heures du matin”? Réponse : “Il faut écrire tous les jours, même quand on n'en a pas envie” C'est le secret de presque tous les écrivains.


Écrire, c'est ce que tous les participants ont fait pendant cette soirée placée sous le haut patronage d'Aristote et de son essai toujours actuel “Politique”. Objectif, “mutualiser la curiosité”, « susciter la discussion” « s'approprier la chose publique » en posant des questions autour des programmes des candidats à la présidentielle, tous partis confondus. Lire des extraits des programmes sans nommer qui est le candidat et essayer d'en dégager le sens et les ouvertures possibles. Tapas et apéro. Géraldine et Franck sont aux manettes de ce restaurant face à l’Église de Préaux, qui fait partie de ceux qui ont du succès dans le Perche. Ils ont su animer le lieu en proposant des soirées à thème, littéraires ou musicales

«Mutualiserla curiosité »

Règle du jeu de la soirée La Discut' : “la bienveillance et les réglés de savoir vivre”, “s’écouter les uns les autres”, “ne pas se juger” et des dispositifs inventifs issus de l'éducation populaire. On tire au sort sa table. Je dois me séparer de Fabrice Deschamps avec qui je suis venue, qui a fondé le Cercle du Pays Nogentais ; à côté de lui Ecopertica, qui a popularisé l'usage du chanvre comme isolant dans le Perche .Puis “présentations croisées”, chacun demandant à son voisin de gauche “Qu'est-ce que tu es venu faire là ce soir?” Ma blonde voisine se nomme Martine, et revient d'un voyage d'hiver, Asie, entre autres, et elle a envie de s'informer sur ce qui se passe en France. La politique? Après avoir envisagé le vote blanc, elle est comme beaucoup de français et ne sait toujours pas pourquoi elle va voter. En tout cas, “je ne voterai pas “utile”, ça non, on ne m'y reprendra plus, plus jamais!”. Nous sommes d'accord! Salomé fait partie des animatrice de la soirée. Chloé est venue discuter. Cécile espère être étonnée.

Celui qui nous surprend, c'est Thierry, qui habite Préaux et est plus connu comme chanteur sous un autre nom. D'abord il nous la joue sceptique et détaché “je suis venu boire une petite bière” et “je reste deux minutes pour voir”. Et peu à peu on découvre : “je m’intéresse a la politique depuis toujours”. Et son diagnostic est très clair, il y a maintenant deux France qui se côtoient, “Une France qui est déjà là, active, qui assiste à l'agonie d'une France archaïque, antédiluvienne”. “Il y a une prise de conscience, on sait maintenant que les gens en politique sont des gestionnaires ce ne sont pas des politiques”. En tout cas pas au sens d'Aristote. Et puis, dans une envolée lyrique, Thierry se lance dans une métaphore, celle “du promeneur qui se trouve devant un arbre qui tombe mais moi, je vois les mille arbres qui poussent sans avoir conscience qu'ils sont déjà une forêt”. Oui, mais cette France qui pousse, pèse-t-elle vraiment face à la France “verticale” qui fonctionne toujours du Haut vers le bas? Est-ce que toutes ces initiatives des français “agiles” et actifs vont arriver à former un réseau? “Le réseau”, nous dit Thierry, “il va s'auto-créer, il ne faut surtout pas fabriquer des réseaux factices.”

Quelles propositions dans les programmes ?

Et puis nous passons à l'exercice pratique de la lecture des propositions par thématique. Économie et travail. Tollé général ! Découpées en tranche les propositions nous apparaissent comme imprécises, “Davantage”, nous dit Salomé “des prises de positions”. De simples “constats” , de la “langue de bois”. “La dictature financière”? Lola “ceux qui ont le pouvoir sont aussi en liaison avec l'argent, la finance joue un rôle énorme, avantager le fric c'est ça, le pouvoir” La proposition de dégressivité des allocations et de leur suppression en cas de second refus d'un emploi? “Mais ça existe déjà!” “Le travail est-ce qu'on se pose la question sur ce qu'est le travail aujourd'hui?” Anne nous raconte l'histoire de cette femme, radiée avec son fils, car elle n'a pas d'ordinateur pour actualiser sa situation en ligne. Oui, mais parfaitement rodée au système, elle sait que ses allocations lui reviendront le mois d'après. Où est la logique? Lola nous recommande un film « Moi Daniel Blake. Santé, éducation, légalisation du cannabis, tous les sujets y passent. Puis peu à peu la table 1 fait des propositions innovantes, à la fois plus audacieuses et réalistes que les programmes des candidats.

Dehors, c'est le printemps, il fait bon, Franck nous parle de son rêve de désert, la Mongolie. « ne rien faire », « ne plus penser ». A chacun son utopie. A une autre table, on discute avec Élise des propositions de loi sur les semences et l'accès à l'eau. Et une fois de plus on s'aperçoit que les habitants d'un territoire sont souvent parfaitement informés, et donc mûrs pour participer à l'élaboration de la loi. Une conclusion ludique nous dévoile le nom des candidats attaché à chaque proposition.

A quand la prochaine réunion ?

On attend le compte-rendu de cette rencontre conviviale et citoyenne les propositions d'une prochaine réunion tournent autour de “la démocratie directe” et la présentation des collectifs citoyens hors parti comme #MaVoix. C'est sûr que tous sont convaincus qu'il va falloir trouver autre chose que la démocratie représentative avec un élu qui les représente sans les consulter pendant 5 ans. La participation citoyenne à la gouvernance est devenue une dimension nouvelle dont les candidats sont obligés de tenir compte.         Janique Laudouar

Alors, à la prochaine pour discuter de la démocratie et de la participation des citoyens ..;

                                                                                                                      

samedi, juin 11 2016

Ces candidat(e)s aux élections présidentielles 2017 sur LaPrimaire.org

La démocratie est sur la place publique en juin 2016 mais sait-on qui sont ces candidats citoyens? Une visite sur LaPrimaire.org

Ces citoyens candidat(e)s : audacieux

La France doit être le projet de tous les Français. Redonner envie de contribuer à un projet collectif. L'objectif : l'épanouissement. Mes priorités, Humain et lien social au cœur de la stratégie de l'emploi, le numérique pour rationaliser les dépenses publiques” Qui fait cette profession de foi, quel parti? Ou encore “Ma vision :Simplification, modernisation. "Les problèmes ne seront pas résolus par ceux qui les ont créés" - (Albert Einstein) 6e République: élire 4 ministres indépendants Numérisation de l'administration Revenu universel inconditionnel” Non, ce ne sont pas nos partis politiques. Il s'agit de candidates et candidats déclarés sur le site de LaPrimaire.org. Justine Henry est vétérinaire, habite Paris, est candidate depuis 67 jours.
“LaPrimaire.org est une primaire ouverte, organisée pour permettre aux Français de choisir librement, de manière transparente et démocratique, les candidats qu'ils souhaitent voir se présenter à l'élection présidentielle de 2017.” Rien de plus simple que de s'inscrire sur LaPrimaire.org, une gentille petite robote vous aide dans la démarche, votre identité sera vérifiée, et hop, vous n'aurez plus qu'a poster votre photo, votre vision de la France et les points prioritaires de votre programme. "Aujourd'hui en France, les partis politiques (365,000 personnes soit 0,5% de la population) désignent les candidats aux élections alors que les citoyens les rejettent massivement. L'objectif de LaPrimaire.org est d'insuffler un nouvel élan démocratique à notre pays en favorisant le renouvellement de notre classe politique.

“Faire de la France un pays libre, démocratique et visionnaire. Il est temps de vivre au 21e siècle.”

Rémi Arnaud, 25 ans, Développeur informatique, Paris, 75)

En faisant le tour des candidats déclarés – et je suis très loin d'avoir fait le tour des 187 candidatures a ce jour-, on s'apercevra vite que leur vision est bien plus audacieuse que celle des partis traditionnels : elle est porteuse de changement structurel. “Ma vision : remettre les citoyens au centre des priorités, mettre en place un parlement 100 % citoyen par tirage au sort et fin des cumuls des mandats” Mes priorités :démocratie participative, éducations , sécurité.” Ca va jusqu'à :”Supprimons la fonction présidentielle. Un objectif unique : en finir avec ce régime qui bloque la France Revenons au vrai débat politique. Mes priorités 1. supprimer la fonction présidentielle. 2. Pour cela : organiser un référendum national dès l'été 2017 3. Appliquer cette nouvelle constitution” “L'idée est de revoir tout le système actuel pour en faire un cohérent et surtout participatif !” Et aussi nous dit Laurent Roullier, 58 ans, Infirmier “Faire émerger une nouvelle classe politique désintéressée” Caroline Godard 32 ans, indépendante en communication habite le département 44 - veut des “Commissions collectives mixtes à la place des ministères”.Jean-Cyril Hubert, 42 ans, Disrupteur, habite le département 94 – Val-de-Marne est candidat depuis 66 jours et sa vision intègre la disruption comme moteur de l'evolution “Utilisons les INNOVATIONS pour modifier DISRUPTIVEMENT notre société et TRANSMETTONS à nos descendants une FRANCE VIVABLE ! Mes priorités 1. L'ENVIRONNEMENT est la PRIORITE pour vivre en PAIX! 2. Restaurer les EGALITES, la FRATERNITE et LES LIBERTES ! HUMANISME et INNOVATION afin de poursuivre notre EVOLUTION !

“Mettre fin au gaspillage de l'état”, “Un système participatif”

Ce qui revient souvent dans les points prioritaires : “mettre fin au gaspillage de l'état”. Alors qu'on nous fait croire que les français veulent “maintenir le modèle social” a n'importe quel prix, non, ca c'est le credo des politiques, il n'apparait pas ici, alors que le “revenu de base” revient souvent. Les français veulent “Des réformes structurelles pour mettre fin aux gaspillages “. Ils n'ont pas peur de la lucidité, “Mettre fin au mythe de la croissance économique”

Déraisonnables ces propositions? Elles semblent au contraire moins frileuses et plus tournées vers une vision d'avenir que celles que nous font actuellement les “politiques”. Les candidat(e)s n'ont peur ni de la démocratie liquide, ni de la 6eme République. Leurs visions veulent rassembler alors que les lois actuelles divisent et déchirent la France. Elles placent le citoyen de tout bord au coeur de la République et de la gouvernance. Sans oublier l'harmonie et l'humain. Ma vision : “Faire de la France un pays où il fait bon vivre” nous dit Blanche de Weerdt 73 ans, Formatrice à la retraite “Bouches du Rhône”. Comment vont-ils obtenir les 500 noms nécessaires a leur qualification? Peu de candidats qualifiés. Parmi eux Jean-Michel Billaud un des pionniers du Web 2. Ma vision : "Notre démocratie représentative 1.0 bat de l'aile. Ma vision et mon action : mettre en place une démocratie directe (2.0)." On trouve aussi un candidat atypique - soutenu par son réseau ou communauté? - Essayiste politique, Ismaël BOUDJEKADA, 20 ans, habite le département 92 – Hauts-de-Seine. "Un ennemi nommé, la finance folle non-régulée : l'argent s'y trouve,spéculation abusive sur les matières agricoles, une taxe Taubin dérisoire" Ce candidat axe sa campagne sur une autre vision de l'économie. A vous de voir et d'approfondir.  Il y a aussi des femmes élues locales qui font partie des candidates. Les femmes du Net, vous qui avez 2000 amis sur Facebook ou plus, vous n'êtes pas tentées? “Terminé les politiciens qui ne connaissent rien a la vie! Place aux citoyens qui savent ce qu'il faut faire!”dit Jennifer. En 2016 #ToutesCandidates !

LaPrimaire.org réussit a démontrer tout l'intérêt de candidatures hors système, candidatures désintéressées, délivrées de tous les petits arrangements entre amis et calculs électoraux, miroir d'une France qui prône la numérisation de l'administration, la fin du gaspillage, le projet collectif, d'une France prête a contribuer a l'innovation et au changement structurel.  Janique Laudouar

La Primaire.org en pratique  https://laprimaire.org

  • La liste des candidats est rafraichie une fois par jour, ce qui permet une rotation des candidats en premiere page.
  • Il y a aussi une liste de candidats plébiscités, que nous ne traitons pas dans ce billet.
  • Environ presque 50 000 citoyens inscrits, 49 % de l'objectif 100 000 citoyens inscrits, les chiffres et les comptes transparents.
  • Financement : financement participatif des plus petits dons mensuels aux dons importants, tout est tres bien expliqué et transparent 57, 721 euros a ce jour  https://laprimaire.org/financer
  • twitter : ‎@democratech

lundi, septembre 14 2015

Nouvelle Démocratie : la relève politique

"Vite, faites entrer les barbares" : "la démocratie face à la révolution numérique, transformer les relations entre la puissance publique et les citoyens" "réinventer les élections" étaient parmi les thèmes de la conférence sur la démocratie de Nicolas Colin du 9 juillet 2015 à The Family en partenariat avec l'Institut Montaigne. Qui sont les "Barbares"? A l'origine des entrepreneurs du numérique décidés à "débloquer la France". Une élite éclairée et rompue au digital, certes, mais cet automne c'est la société civile "ordinaire" qui partout en France semble vouloir se mettre en ordre de marche et "hacker" la démocratie.

La société civile en ordre de marche pour renouveler la politique

Il y a quelques mois, ils étaient encore invisibles. « Hors du radar ». Mais en cette rentrée politique, impossible de les ignorer. Qui ? Nous, vous et moi, la société civile, citoyens qui agissons, porteurs de nouvelles valeurs. Il y a plusieurs mois nous les annoncions. Ils sont là et bien là. Et pas seulement en France. Le phénomène est international. Podemos en Espagne, Syriza en Grèce, DemocracyOS s'étend dans le monde, El partido de la Red en Argentine, Islande, Tunisie. Et il sonne comme un avertissement. Et un espoir : une renaissance politique.

(Image : à OuishareFest 2015 trois femmes en politique  , Pia Mancini DemocracysOS, Léonor de Roquefeuil, Voxe, Primavera de Filippi (chercheuse expert blockchain), discutent des plateformes numériques!

L'émission C dans l'air le 25 août sur la 5 avait pour sujet «La tentation Varoufakis», citant l'ex ministre grec comme exemple de dissidence des gouvernances classiques. Sur le plateau seule Corinne Lepage semblait avoir conscience de la profonde mutation politique en marche « "On est au début d'une uberisation de la politique". Et de décrire une classe politique « hors sol » qui continue à penser en terme d'échéance électorale. Quand elle souligne le foisonnement de mouvements porteurs d'idées en marche et d'actions en cours, immédiatement l'un des intervenants les qualifie de « populisme », et de masquer par une connotation négative son incompréhension du phénomène. Car le plus stupéfiant c'est qu' « ils » ignorent l'explosion ou font semblant de l'ignorer. « Ils », le pouvoir, la classe politique « classique », les élus, les « élites déconnectées », bref le petit monde politico-médiatique, celui qui devrait être le plus informé, le plus à l'écoute

« Pas sans nous ! »

« Pas sans nous !» (nom de la Coordination Nationale « Pas sans nous »http://www.passansnous.org ) semble être le cri du cœur des citoyens las des lois qui continuent à tomber comme des couperets sans consultation autre que le traditionnel va et vient entre Assemblée nationale et Sénat. Las des annonces non suivies d'effet. Las du dysfonctionnement récurrent d'une administration « centrale » demeurée par nature conservatrice, dont la force d'inertie exaspère. Las d'une justice dont la lenteur et les délais hors norme ne semblent jamais remis en cause. Las enfin des mesurettes là où ils attendaient des changements structurels. Les gouvernances semblent devenues peu à peu inadaptées pour faire face au monde présent et au monde qui vient. C'est à la fois un constat politique mais aussi un ressenti exprimé ou tacite dans les populations qui ne sentent pas écoutées et dont les préoccupations prioritaires ne sont pas prises en compte.

Avant l'été plusieurs débats et séminaires ont dénoncé cette fausse démocratie et la nécessité d'aller vers un autre type de gouvernance, une nouvelle démocratie. « Les vieilles pratiques démocratiques se périment à toute vitesse et l’essoufflement de notre modèle politique appelle une réponse, sous peine de voir les mouvements contestataires se multiplier. » prédit Nicolas Colin co-fondateur de The Family où avait lieu la conférence très suivie « Les barbares attaquent...la démocratie » en partenariat avec l'Institut Montaigne. Etaient intervenants,Thierry Favre, fondateur de Democratech, Arthur Muller, Co-founder de Liegey Muller Pons,Camille Vaziaga, déléguée générale de Renaissance Numérique.  Le Forum « Changer d'ère » organisé à la Villette donnait des pistes concrètes et exposait les solutions expérimentées par les citoyens. Joël de Rosnay et d'autres y présentaient un avenir imaginatif et porteur d'espoir. Joël de Rosnay figure parmi les contributeurs de La Revue du Cube avait choisi pour thème de son dernier numéro #8 de mai 2015 « Révolution positive ». Le prochain thème sera encore plus précis : « Refondation ». « Le 14 juillet 2015, le Conseil économique social et environnemental (CESE) et l’Institut des Futurs souhaitables se sont unis pour mettre en lumière ces héros et héroïnes, ces « révolutionnaires positifs » . « 150 collectifs porteurs d’une vision alternative, optimiste et inclusive de l’avenir » http://congresdufutur.org/     

La nouvelle démocratie : la relève politique est assurée

Croire en la refondation de la démocratie, oui mais avec qui ? Et là c'est plutôt réjouissant car la relève semble assurée. Face au déluge législatif, lois ficelées à la hâte et qui révèlent ensuite leur inadéquation au «terrain » et leurs failles, Parlement & citoyens propose la co-gouvernance et la co-construction des lois. Avec certains élus conscients de la nécessité de co-gouverner. Une nouvelle plate-forme en ligne et son mode d'emploi permet de s'inscrire et de faire des propositions. Des députés ont rejoint le projet. Le rapport du maire-adjoint de Lille à la secrétaire d’État en charge du numérique Axelle Lemaire prône un véritable « partenariat public-privé-population ». Mais ces préconisations seront-elles adoptées par le gouvernement? Les collectifs, eux, sont libres d'agir MAINTENANT. Démocratie Ouverte grandit vite et de vient de fusionner avec le groupe animé par Michel Briand, Gouvernance contributive. Selon Armel Le Coz : «D’une poignée de co-fondateurs passionnés et de porteurs de projets démocratiques » le mouvement fédère de « de plus en plus de citoyens qui cherchent des espaces pour s’engager et agir concrètement en faveur de la transition démocratique. » VOXE recrute et cherche des passionnés de démocratie participative « intéressés par la politique, autonomes et qui ont envie d'agir dans la transition démocratique. » La transition se prépare dès maintenant : « en 2017, nous n'avons pas envie de voter pour vous » déclare https://democratech.co/ «  Autre collectif, Regards Citoyens, dont les membres « se sont rencontrés sur Internet dans un désir commun de proposer un accès simplifié au fonctionnement de nos institutions démocratiques à partir des informations publiques. » « Inventer la démocratie du XXIe siècle, un débat à la fois: DemocracyOS arrive en France. « Ré-inventer la Démocratie c'est possible. Partons à la rencontre d'idées, de personnes, d'outils, pluriels et innovants » affiche DEMOS XXI le web-documentaire qui espère réunir les fonds sur Kiss kiss bang bang.

L’Institut des Futurs souhaitables « participe de cette dynamique à un moment clef où partout dans le monde, les porteurs d’innovations concrètes se révèlent et se rassemblent. » Le tirage au sort est un dispositif qui revient souvent comme alternative à la démocratie représentative. Etienne Chouard milite depuis longtemps en sa faveur, et pour l'écriture d'une nouvelle constitution écrite par les citoyens. En Belgique « Le député Peter Vanvelthoven, c’est son nom, veut que les sièges du sénat ne soient plus occupés que par des citoyens tirés au sort ! » Le collectif #MaVoix (lancé au printemps) par Quitterie de Villepin souhaite aussi le tirage au sort. Une simple page sur Facebook au printemps a fait boule de neige. On peut y lire le manifeste du collectif qui lui aussi grandit. Des députés volontaires éduqués par des MOOC puis ensuite désignés par tirage au sort pour défendre les demandes citoyennes. Dans #MaVoix, des compétences, des têtes bien faites comme Valentin Chaput qui pratique l' « open source politics » transparence, échange d'information, réunions ouvertes grâce à l'application meet up. DEMOS réclame une chose simple : 6 Lois par an, décidées par et pour le peuple. Les citoyens exigent le remplacement du Sénat par des Assemblées Démocratiques dont les membres pourront être vous et moi. Mais cette « chose simple » est-elle souhaitée par les gouvernants en place ?

Et pendant ce temps là...la classe politique

« Et pendant ce temps là », écrit Jacques Attali dans l'Express du 26 août au 1 septembre, « la classe politique prépare benoitement sa rentrée sur le mode le plus traditionnel et le plus éloigné des enjeux -bref le plus nul, le plus indigne du pays. » Cynisme, ignorance ou indifférence, le manque d'écoute de la société civile devient criant et le silence des élus assourdissant face à l'explosion des aspirations et actions citoyennes. « Ici à Brest en fin de mandat la gouvernance contributive et l'innovation sociale ouverte ont été inscrites dans le programme de l'équipe élue. Mais dans la réalité, très peu d'élus s'approprient ce changement de paradigme vers une société contributive » nous dit Michel Briand, membre du Conseil national du numérique, initiateur du Forum des Usages Coopératifs à Brest qui en en 2014 avait anticipé la mutation politique et le nouveau rôle de l'élu. « Ceux qui gouvernent n’ont pas intérêt à soulever la question du bon gouvernement. Gouverner aujourd’hui, c’est essayer de survivre, c’est séduire. L’intérêt des gouvernants est de rester dans une telle conception archaïque du pouvoir comme propriété personnelle, comme outil de manutention des esprits et d’élimination des adversaires. »constate Pierre de Rosanvallon, professeur au Collège de France auteur de nombreux ouvrages sur la démocratie et fondateur du projet« Raconter la vie », donner la parole aux « invisibles »,  « pour remédier à la mal-représentation qui ronge le pays. » Il vient de publier « Le Bon gouvernement ». « Le centre de gravité est aujourd’hui la relation gouvernés-gouvernants. »

Et Demain? 

« Facebook a compté un milliard d’utilisateurs connectés en un seul jour » soit « 1 habitant de la terre sur 7 »(http://www.presse-citron.net/lundi-un-habitant-de-la-terre-sur-sept-etait-sur-facebook/. La civilisation du numérique rend caduque l'actuelle relation gouvernants avec tout pouvoir, gouvernés qui subissent. Avec l'arrivée d'Internet en France l'interactivité est entrée depuis 20 ans dans les usages des citoyens qui sont mûrs pour une vraie démocratie qui inclut leur participation et leur expertise. « Chacun, citoyen, journaliste, webmaster ou autre peut s’emparer de la plateforme et l’enrichir. » affiche Voxe. « Parlement & Citoyens «  permet aux citoyens et aux parlementaires de rechercher ensemble les solutions aux problèmes de notre pays » grâce à une plate-forme où il suffit de s'inscrire pour proposer ou commenter une loi. Une interaction permanente entre gouvernés-gouvernants, grâce aux plate-formes numériques et aux applications qui rend la fluide, est la nécessaire condition de la démocratie aujourd'hui.

Voxe.org est finaliste de GoogleImpactChallenge 2015. Vous pouvez voter : https://impactchallenge.withgoogle.com/france2015/charity/voxe

La 4ème édition du LHFORUM / Positive Economy Forum au Havre du 16 au 19 septembre 2015
http://positiveeconomy.co/fr/positive-economy-forum-le-havre-2015-2/

L'émergence des communs populaires http://tempsdescommuns.org/
http://tempsdescommuns.org/jardins-partages-en-communs/
  Festival francophone des communs du 5 au 18 octobre 

"Curieuses démocraties" Saillans, 18-20 septembre 2015 http://www.curieusesdemocraties.org/

http://www.ted.com/talks/pia_mancini_how_to_upgrade_democracy_for_the_internet_era?language=en

http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20141219.OBS8339/start-up-ces-barbares-qui-veulent-debloquer-la-france.html

vendredi, janvier 2 2015

Si j'étais présidente …mes voeux 2015

Si j'étais présidente …

Dans un récent article pour la Revue du Cube, j'imagine une « presque fiction » ACTION , une France en 2017 sans gouvernance où les citoyens AGISSENT et se passent très bien des politiques. Il est temps d'appliquer l'analyse de Nils Aziosmanoff dans son éditorial AGIR : «Issues de la révolution numérique, deux puissantes forces œuvrent aux transformations du monde : « les machines qui pensent » et « l’énergie créative de la multitude ». Pour ces premiers jours de l'année, j'imagine une autre fiction « Si j'étais présidente... ». Voilà quel serait mon discours pour les vœux adressés aux français.

                                                                                                                     Janique Laudouar

Ce que j'aurais dit aux français : mes vœux pour 2015.

« Chers compatriotes, je sais que vous êtes en avance, que la société civile va vite, aussi j'ai décidé de vous écouter. Tous les ministres, tous les parlementaires seront en 2015 attentifs à vos initiatives comme à vos propositions. Chaque maire, chaque président de communauté de communes , chaque député, chaque sénateur, tant que ces missions existeront, ouvrira une plate-forme dédiée aux propositions des habitants de leur territoire. Chaque parlementaire répondra à vos remarques et l'Assemblée nationale se saisira en priorité de vos propositions de lois ou de modifications de lois existantes. La vie quotidienne des français sera au centre de mes préoccupations. Permettez-moi d'indiquer des pistes qui vous permettront en 2015 de regarder le futur avec lucidité et d'y faire face.

L'écosystème "Imagination for people" une plateforme qui recense et accompagne les projets de demain,

Une vision à long terme

« Le règne de l’urgence caractérise l’économie actuelle et domine la société dans son ensemble. Or, sans la prise en compte du long terme, la vie de nos contemporains deviendra un enfer. »Jacques Attali Pour une économie positiverapport remis en  2014 à François Hollande

Si j'étais présidente, j'innoverai : j'arrêterai les inaugurations à la René Coty et je passerai davantage de temps à imaginer. J'arrêterai de pensées en terme d'année pour penser en terme de décennies. Bref, j'aurai à cœur de laisser à d'autres les commémorations pour me concentrer sur une vision d'avenir à long terme et anticiper. J'aurai conscience que pour beaucoup de citoyens l'enfer prédit par Jacques Attali est peut-être déjà là...

Plus belle la vie...

« Des citoyens de plus en plus persuadés que les politiques ne s'occupent pas d'eux » 88% des français sont persuadés que les gouvernants ne s'occupent pas de leur préoccupations" Rapport annuel sur l'état de la France en 2014 CESE Conseil Économique Social et Environnemental Publié le : 10/12/2014

Que veulent les français, que voulons-nous ? La réponse est simple : plus belle la vie. Et plus SIMPLE ! Que la vie soit plus belle demain qu'hier, c'était la logique du progrès. Hors aujourd'hui un parfum de nostalgie semble signifier que « c'était mieux avant », qu'avant, il n'y a pas si longtemps, la vie était plus plus libre, plus joyeuse, avec moins de contraintes. Un même cri du cœur réunit les entrepreneurs et les simples citoyens : trop de lois, trop de directives, trop de contraintes. La complexité et l'instabilité juridique et l'archaïsme de certaines administrations alourdit la vie quotidienne des français, qui ont l'impression de vivre dans un océan de dysfonctionnement en perpétuel tsunami juridique.

Démocratie : un Ministère de la Participation 

« En démocratie, il y a toujours une alternative »Daniel Cohn-Bendit Europe 1 02/01/15. 

"À travers le numérique, une génération qui a changé de mentalité apprend à se prendre en main. Elle modifie les règles sans même s’en apercevoir. L’empowerment, c’est la responsabilisation. Les technologies apportent le temps réel, les moyens humains et parfois également financiers. Le citoyen actif veut s’impliquer et non plus déléguer. La réponse ne vient plus d’en haut ». Natacha Quester-Séméon Journaliste, vidéo blogueuse, chroniqueuse radio et entrepreneure, La revue du Cube décembre 2014

 La réponse ne vient plus d'en haut »est une évidence, un constat dont il convient de prendre acte.La participation des citoyens à la gouvernance devient le pivot de la nouvelle démocratie. La politique, c'est VOUS ! « Co-construire les politiques publiques avec les citoyens » devient une urgence. La consultation sera organisée, accompagnée. sera de présenter des solutions alternatives dans tous les domaines de la gouvernance. Nous sortons de trop d'années où on vous présente, chers compatriotes, des solutions uniques, une pensée unique et peu d'alternatives. Le budget de ce nouveau Ministère sera dégagé grâce à la suppression progressive des agences d'état  et autres institutions para-publiques dont le surnombre est acté et dont l'utilité reste à démontrer et Les moyens techniques d'expression citoyenne existent depuis longtemps avec le Web et les réseaux sociaux et ont été sous-estimés .

Vous pouvez encore contribuer par vos commentaires à la consultation en cours https://contribuez.cnnumerique.fr/

Sur le travail : « Le travail va devenir une rareté »

« Le travail salarié, vieux de 200 ans, va disparaître. Le travail en lui-même va devenir une rareté. Faut-il pleurer sa disparition ? Non. Rappelons-nous que, sous Louis XIV, il était interdit de travailler 220 jours par an, à tel point que même les paysans s’en plaignaient. Plus la société s’est sédentarisée, plus il a fallu travailler dur pour survivre, et le travail a été littéralement mythifié. Il est temps de repenser son utilité, à l’instar de Jeremy Rifkin qui prédit « La fin du travail » dans un de ses ouvrages. Il est aussi temps de reconstruire de nouveaux contrats sociaux, car dans la société de la connaissance qui émerge, l’utilisation du capital et son accumulation pourraient être remis en cause.

Nous vivons une période de bascule, de destruction créatrice au sens de Schumpeter, qui va être douloureuse car ces périodes sont celles où il faut tout réinventer. Au lieu de nous lamenter sur la fin des métiers peu qualifiés, au lieu d’interdire les recherches en matière de séquençage du génome, interrogeons-nous sur la société que nous voulons pour 2035 : la Rome antique et ses esclaves, ou une société libérée des notions même de travail et, pourquoi pas, de propriété ? » (Gilles Babinet, digital champion pour l'Europe et entrepreneur dans l'étude l'EY La révolution des métiers)

Le télétravail  et les tiers lieux 

Le télétravail  et les tiers lieux « Le télétravail peut comporter des risques d’isolement pour le salarié. L’une des solutions pour remédier à cet inconvénient consiste à travailler dans un « tiers lieu » entre le bureau et la maison pour y retrouver un collectif de travail, choisi et non subi. » Xavier de Mazenod, fondateur de Zevillage et du télécentre de Boitron, revue Kaizen 11 décembre 2014.

(Ici tiers lieu "LeVillage", Paris et "Mutinerie Village" dans le Perche) deux conceptions d'un lieu pour se réunir, échanger, travailler, se former, inventer...

L'économie 

L'économie numérique

« Le numérique peut être une chance pour la France. La transformation numérique est la chance que la France doit saisir. » (Philippe Lemoine, Rapport Lemoine | président du Forum d'action modernités et président de la Fondation internet nouvelle génération « La nouvelle grammaire du succès - La transformation numérique de l'économie française » - novembre 2014)

En 2015 j'arrêterai de tenir à bout de bras notre veille économie à bout de souffle, comme le conseille Jeremy Rifkin, je tiendrai compte des rapports et ouvrages existants. De nouveaux modèles économiques et organisationnels doivent se substituer à une France pyramidale et hiérarchique qui bride l'innovation émanant « du bas ».

D'autres économies sont possibles 

" Des modèles innovants émergent ainsi et génèrent des richesses à la fois financières et positives, extra-financières. En se fixant d’autres objectifs, notamment sociaux et environnementaux,que celui exclusivement financier, et en les plaçant au même niveau que le profit, ces organisations sont d’ores et déjà des acteurs de l’économie positive." Jacques Attali,  Positive Forum Economy

L'économie sociale et solidaire

Je tiendrai compte de l'essor de l'économie sociale et solidaire et de la volonté des citoyens comme des entreprises de travailler dans un contexte qui a du sens.

L'économie collaborative.

Je connaîtrai le prix de la vie : qui peut prendre un taxi aujourd'hui avec 7 euros au départ du compteur ? Qui peut payer un loyer de 800 euros mensuels ? Je favoriserai l'économie de partage le co-voiturage, l'habitat participatif, je modifierai les règles archaïques des lobbys et des agences d'état dans ces domaines et dans de nombreux autres. Je sais que les français s'organisent pour partager et échanger.

L'économie circulaire

Elle est déjà adoptée par beaucoup d'entre vous et donne lieu à des innovations. « L’économie circulaire est un système économique qui vise à optimiser l’utilisation des ressources naturelles et à réduire les impacts environnementaux de notre production et consommation. Partout en France, des initiatives socialement innovantes répondent à ces objectifs.http://www.lelabo-ess.org/?Economie-circulaire-et-innovation Le recyclage dans de nombreux domaines ont déjà abouti à de belles réussites.

La sobriété heureuse

Dans son essai "Vers la sobriété heureuse" le philosophe agriculteur Pierre Rabhi raconte son parcours : comment dès l'âge de 20 ans "la modernité m'est apparue comme une immense imposture" et encore ""On a le sentiment d'un immense gâchis, qui aurait pu être évité si on avait adopté un modèle de société alliant intelligence et générosité". (Vers la Sobriété heureuse, Actes Sud 2010). C'est pourquoi je ne ferai pas reposer pas la croissance au sens traditionnel du terme comme vision d'avenir. C'est une notion du siècle dernier, je préfère donner de la visibilité aux jeunes start-ups créatives qui font l'économie du XXIème siècle en multipliant l'accès à des financements inventifs. Intelligence collective, partage, imagination, innovation sont des mots plus puissants que "croissance".

Sur l'innovation de rupture

« Quand je parle de la démocratisation de l'innovation, je veux dire que les utilisateurs des produits et des services – firmes et consommateurs individuels – sont de plus en plus capables d'innover par eux-mêmes. » Eric Von Hippel, professeur au MIT (Massachusetts Institute of Technology) et auteur deDemocratizing Innovation, cité par Dominique Cardon, sociologue et auteur de La démocratie Internet. Promesses et limites, Éditions du Seuil, coll. « La république des idées », 2010.

Je tiendrai compte du fait que les utilisateurs sont aujourd'hui des innovateurs. Chaque région sera tenue de mettre en valeur sous une forme de données dynamique les actions innovantes de la société civile, qu'il s'agisse de particuliers, de chercheurs ou de start-ups, de scientifiques ou d'artistes.

Je tiendrai compte du fait que les utilisateurs sont aujourd'hui des innovateurs. Chaque région sera tenue de mettre en valeur sous une forme de données dynamique les actions innovantes de la société civile, qu'il s'agisse de particuliers, de chercheurs ou de start-ups, de scientifiques ou d'artistes.

Trop d'innovations de rupture ont encore ignorées par nos administrations parce qu'il n'y a pas d'expertise pour les analyser et parce qu'elles viennent bouleverser l'ordre établi. L'administration n'a que trop tendance à rejeter ce qu'elle ne connaît pas et ce qui ne correspond pas aux règles établies, qui datent parfois des années 50 et de l'après -guerre. Chaque Préfet de Région aura une cellule « Innovation » qu'il tiendra à jour, et chaque député aura à recenser les avancées innovantes des citoyens de son territoire, particuliers, association, entreprises, et non des structures institutionnalisées et coûteuses qui ont trop tendance à monopoliser l'innovation et à en accaparer les financements.

Chers compatriotes, je ne peux pas tout développer dans cette courte intervention, et je vous propose de vous recevoir non pas à l'Elysée, mais sur la plate-forme collaborative en ligne où vous serez mes invités. Je vous la promets pour très bientôt en 2015. Et vous savez que je tiens toujours mes promesses...

A suivre...d'autres propositions ...Vous pouvez aussi collaborer à @PoliticMenage

Source image en tête de l'article :  Source image :http://www.syrobo.org  Veronique-Syrobo le 17 03 2014

dimanche, mars 10 2013

Beppe Grillo : un regard Différent

Le succès de Beppe Grillo

« Or en lisant plusieurs articles français, nous nous sommes rendu compte que le premier parti politique italien est une réalité profondément incomprise à l'étranger. En France notamment on le qualifie de "populisme de gauche" et on le compare au Front de Gauche de Mélenchon »

Un article de Pierre Lénel et Paolo Rotelli « Grillo dans le scope déformant des médias français » dans le Huffington Post du 9 mars 2013 redéfinit la victoire de Beppe Grillo dont le mouvement a été un peu trop rapidement qualifié de "populiste" par les médias français. Tout ce qui n'est pas issu de la politique politicienne invitée des plateaux est suspect. Beppe Grillo, c'est la politique agile, réactive, participative. «  Le mouvement est ouvert et participatif, « une plate-forme et un véhicule de discussion et de consultation »  peut-on lire dans la déclaration du Movimento, « le réseau Internet qui est reconnu comme ayant un rôle central dans le processus d'adhésion . «  Ce pure player de la politique et sesgrilli exposent pourtant clairement en quoi ils se démarquent des partis traditionnels et ne manquent ni de bon sens ni d'imagination ni d'innovation. On oublie un peu trop souvent que « populisme » n'est pas la seule déclinaison du mot « peuple », qui en a connu d'autres. Il y a la « vox populi », actuellement muselée tant par la démocratie représentative que par la technocratie européenne. Les politiques font de moins en moins appel au dialogue avec le citoyen. Lui demander ses idées? Danger! Plus de référendum, par exemple, au cas où la « vox populi » aurait le mauvais goût de s'exprimer en dehors du politiquement correct. Remember le « Non » au traité européen. La peur du politiquement incorrect a fini par supprimer les espaces de dialogue entre citoyens et gouvernance. La démocratie interactive n'est pas pour demain, même dans la France socialiste où il n'y a pas  espace de dialogue prévu  entre les citoyens et la gouvernance.

Quand les idées des citoyens deviennent ...le premier parti italien

« Le Movimento Cinque Stelle s'articule autour du combat contre les privilèges de la "classe politique italienne"en proposant de remplacer cette "classe politique", son train de vie, et ses privilèges, par des citoyens "lambda" Que des citoyens aient réussi à devenir le premier parti italien en faisiant non seulement un pied de nez aux partis classiques, mais aussi via Mario Monti à l'Europe, voilà qui ne passe pas en France . «  Mais il faut comprendre que sa vision de l'État ne correspond pas à la vision bureaucratisée à la française. Il ne souhaite pas créer des concours publics et une sorte d'ENA, il souhaite au contraire que tout citoyen, sans compétences particulières, puisse se présenter aux élections, être élu pour légiférer, ou nommé afin d'administrer. »

« Beppe Grillo a tout simplement compris que pour mobiliser les citoyens, il fallait leur permettre de participer à la première personne et que cela implique le renversement de la classe politique italienne actuelle, d'où son refus total de collaborer avec les autres partis politiques en dehors des points prévus par le programme du Movimento Cinque Stelle, programme réalisé à partir des commentaires et idées des citoyens. »

Citations extraites du Hufftington Post

Pierre Lénel sociologue, chercheur, est Vice-Président de Think Tank Different

Paolo Rotelli est un entrepreneur italien dans le domaine hospitalier (Gruppo Ospedaliero San Donato) et celui des nouvelles technologies (Kiwi Loca

mercredi, avril 4 2007

En réponse à Alain Duhamel sur « La perplexité française » ("Rebonds", Liberation)

Lien sur l’article d’Alain Duhamel à la date du mercredi 4 avril 2007 « La perplexité française »

http://www.liberation.fr/rebonds/245351.FR.php

Si cet article, apprécié et pertinent, attirant des commentaires intéressants, reflète bien l'ambiance, il n'en détaille pas assez les causes : si les français sont "exaspérés" (selon Nicolas Sarkozy) c'est parce que les élites n'ont pas appréhendé la profonde mutation venue des technologies qui depuis plus de dix ans, arrivée d'Internet en France en 1995, a transformé nombre de citoyens en experts éduqués et éclairés, informés et interactifs.

Ils veulent, et c'est légitime, être consultés, participer, et non plus êtres soumis de façon autoritaire à un déluge de lois et de mesures dont les effets pervers ne sont pas suffisamment analysées par ceux qui les fabriquent, à l'abri des soucis matériels dont souffre la majorité des français.

Ségolène Royal, en misant sur "l'intelligence collective", a parfaitement compris ce besoin et elle a fait bouger les lignes. François Bayrou s'est promené longuement chez les blogueurs.

Non, on ne peut plus faire de la politique comme avant, voilà le seul espoir des français, c'est que le prochain président en soit persuadé : "la démocratie représentative est malade".

 Nos grandes institutions sont à la traîne, malgré l'affichage de leurs sites web, les salariés sont freinés dans leur volonté d'innover par la pyramide hiérarchique et les contraintes de toutes sortes.

Ajoutez les scandaleux salaires des patrons, la violence et l'incivilité, le camembert menacé par l'Europe, et la France est devenu un pays où il fait moins bon vivre qu'avant...et où  on ne trouve cet esprit pas de prospective et de perspective qui devrait être le propre d'un gouvernement.

Alors on peut parler d'Europe ou de planète, tant que la vie quotidienne des français moyens ne sera pas améliorée, ils resteront mécontents.

Et pour l'améliorer, ils ont beaucoup d’idées, encore faut-il leur laisser l'initiative ...

La Ménagère n'est plus ce qu'elle était ..elle veut PARTICIPER.

mardi, janvier 30 2007

Continuons le débat ! « La démocratie participative continuera après l’élection ! »

Illustration : le débat en cours et en 3D sur l'environnement, sur le site de segosphere.net, la jeune garde de Ségolène.

Dernière minute actu : Une réunion parisienne de restitution des débats participatifs aura lieu le samedi 3 février entre 14h30 et 16h30 au Musée Social, 5 rue Las Cases – 75007 Paris – Métro : Solférino. 

Pour Jacques Séguela ex-gourou politique et toujours fin publicitaire,  qui s’exprime dans DirectSoir du lundi 29 janvier, la campagne électorale est « révolutionnaire ». « C’est un choc générationnel, les élephants sont renvoyés au musée. »  Dans cette campagne « Ségolène Royal est partie avec deux copines et 25 000 euros ». Et elle est arrivée à être « la candidate » ! Elle a inventé l’écoute. « D’un côté il y aura  une société de l’autoritarisme que l’on connaît par cœur, c’est la suite de la chiraquie, de l’autre on aura une société de l’écoute ».

L’écoute et le débat participatif comme modes de fonctionnement de la démocratie et …du PS étaient au coeur de la réunion du Lundi 29 janvier 2007 organisée par desirsdavenir Paris, Forum sur la démocratie participative. 4 « référents » venaient rendre compte du débat thématique dont il est responsable : « la vie chère », « éducation et formation » . « la lutte contre la violence ». Tous trentenaires. A peine plus âgés que les jeunes « segosphere », organisateurs en tee-shirt aux couleurs mauves du site et au flyer parme  flamboyant : « IMPOSE-TOI DANS LE DEBAT ». Les référents  viennent rendre compte non tant des idées que de leur expérience de la méthode participative : « un travail participatif, c’est un investissement humain et matériel important » raconte Jean-François,  « un point très positif, le travail participatif met du lien social. Et encore : « il faut une réforme structurelle prioritaire au PS, il faut ouvrir les sections aux quartiers ». Le PS s’est endormi, la dimension participative doit le réveiller, même si, au final, il avoue peu de propositions révolutionnaires. Pour Damien dont les invités au débat sur l’éducation vont de Gérard Aschieri, FSU, à Bruno Julliard, de l’UNEF la semaine prochaine, le « travailler » ensemble » a amené des « propositions innovantes » et même surpenantes, loin des clichés de la gauche. Mais oui, les profs sont d’accord pour allonger le temps de travail, il suffit de discuter des modalités…

 
En conclusion : un « kit » participatif très bien conçu dont devraient s’emparer…nos administrations imbues de technocratie. Un public convaincu, et pas seulement des militants du PS, mais des gens, simplement désireux de faire de la politique. ..à condition d’être écoutés.

 A lre  La prise de l’Elysée, Jacques Séguéla et Thierry Saussez, éditions Plon.

lundi, janvier 29 2007

Encore un débat sur l'éducation : les suggestions (rapides) de La Ménagère!

L’éducation

J’ai apprécié le Débat participatif sur la formation tout au long de la vie dans le 18ème, Paris. De bonnes idées ont été émises, notamment par les professionnels de l’éducation invités, l’inspecteur général Jean-Marie Panazol, Gabriel Cohn Bendit, mais…il y a chaque année d’excellents rapports de l’inspection générale dont le système éducatif ne tient pas compte, pourquoi? 

Usages en éducation : peut-être faudrait-il examiner les programmes et les supports d’enseignement de l’éducation nationale.  La société civile est beaucoup plus avancée dans les usages que le système éducatif qui reste figé dans sa façon d’appréhender l’éducation et dont la formation tout au long de la vie.

En France voir par exemple la méthodologie d’un récent « wikischool » : http://ru3.com/

Voir les sites collaboratifs de certains enseignants comme L’école du possible :

http://www.c-possible.org/et  et tant d’autres dont les compétences en TIC sont sous-utilisées faute d’appliquer l’intelligence collective au système éducatif.

ARGENT : placer dans chaque académie un service  pour recueilir les fonds européens au lieu de se plaindre qu’il n’y a pas de moyens, allons les chercher !  Voir par exemple l’papel à proposition « Education et formation tout au long de la vie » : http://www.educnet.education.fr/actu/actualite.php?th=actu#G20070110

Formation tout au long de la vie : de récents ouvrages démontrent la nécessité de modifier les orientations des apprentissages tous les ans. Hors le système éducatif est trop lourd pour s’adapter à une évolution rapide des métiers. Quels sont les exemples à l’étranger ? A chercher des exemples sur le site gonordisk de François Alex….et sur les rappports des relations internationales d’educnet (Ministère). Les cadres de l’éducation se sont offert de multiples voyages à l’étranger du type « benchmarking » : où est l’application ?

L’éducation nationale n’est pas assez consciente des potentialités de  l’immatériel : voir le rapport de Maurice Levy L’économie de l’immatériel, la croissance de demain sur le site du Ministère des Finances qui pointe l’incapacité des services publics à tirer partie de leurs actifs immatiériels (dont les compétences humaines). Il serait intéressant de prendre certaines recommandations de ce rapport et de voir comment elles sont applicables au système éducatif et à la formation tout au long de la vie.

Suggestion  tenir compte de l’innovation ascendante, l’éducation nationale est trop « descendante » Les enseignants sont des experts non consultés : les compétences sont sous-utilisés et l’autoritarisme règne encore, là où il faudrait un dialogue. On ne consulte pas assez les enseignants experts qui font une veille dans leur discipline, ou encore en TIC :  ces enseignants qui tiennent des blogs ou des médias doivent s’exprimer en dehors du système, car il n'y a pas de dialogue entre les cadres et la "base". C'est une conception  anachronique de la gestion des compétences à l'intérieur d'une administration ou d'une institution. Elle repose encore sur la "pyramide hiérarchique" qui est souvent amenée à freiner (ce ne sont pas les personnes qui sont en cause, mais le système qui est caduque) les initiatives quand elles sont ascendantes. Pas de "bottom up"! Le fonctionnement en réseau interne reste théorique : il n'y a que très peu de politique de communication interne. Les chefs d'établissement sont parfois informés des décisions...par la presse! Les enseignants se sont organisés en réseaux parallèles, où ils peuvent alors s'exprimer en marge du système et trouver un public.

Suggestion nouveau rôle  : les enseignants entre 55 et 65 ans peuvent-ils faire le même métier qu’à 20 ans ? (voir pénibilité des métiers, point abordé ailleurs). N’y-a-t-il pas à étudier des fonctions de « coach » auprès des élèves pour leur intégration en entreprise ?De tutorat à distance auprès des élèves  en difficulté? Ces nouveaux rôles s’appuyant sur les technologies d’information et de communication  ne permettraient-ils pas  de diversifier les compétences des enseignants ? C'est le "privé" qui est en train d'investir ce champ du soutien scolaire. Commençons par appliquer "la formation tout au long de la vie" aux enseignants. S'ils en sont des exemples incarnés, ils pourront mieux transmettre le concept à leurs élèves On ne leur dit pas assez qu'au XXIème siècle on fait 4 ou 5 métiers différents dans une vie, grâce à la possibilité de reprendre des études et de faire des choix plus mature que dans la jeunesse.

Décalage et suggestion : l’éducation nationale met 7 ans et des sommes considérables à fabriquer un « bureau virtuel » « maison »  en mobilisant ses services informatiques (bureau virtuel qui n’a toujours pas atteint la communauté éducative de certaines académies)  alors que de petites PME et le Web 2.0 ont rendu opérationnelles des plateformes collaboratives. Suggestion : lancer des appels d’offre auprès de petites PME innovantes moderniserait le système.

mardi, décembre 26 2006

E-militant : plutôt "tchatcheur", "traceur" ou "mondain"?

E-militant : choisis ta web compétence.

"En quelques clics inscrivez-vous dans les différents groupes d'e-militants selon votre temps disponible, vos intérêts ou vos compétences."

http://beta.parti-socialiste.fr/pages/mobilisation.html

Mais dans son blog, Xavier Moisant, fondateur de Place de la démocratie,  posait à propos de l'UDF la problématique du e-militantisme, ouvert à tous et non aux seuls adhérents politiques. "

« on se demande si la militance virtuelle a vraiment acquis toutes ses lettres de noblesse : réservée aux seuls non adhérents ou non militants de l'UDF.  Ce ne sera donc pas un lieu de structuration en ligne des adhérents de l'UDF. Plutôt une version light de la militance sans les lourdeurs de la réalité : meeting réel longuet, tractage au marché... La virtualité a ça de bien qu'on échappe aux contingences (sic). »

L'avis de La Ménagère : Il peut s'agir aussi d'une nouvelle façon de recruter des adhérents plus jeunes, plus réactifs, plus "branchés" : "colleur d'affiche du Web" est sans doute un appel plus attractif que "militant du PS", même si l'un n'empêche pas l'autre.

L'analyse d'une consultante en marketing sur quip in touch : "scotchée!"

vendredi, décembre 22 2006

La Ménagère a dit...


Source : site Paris d'avenir

Contre le tabou de l'euro en politique et sur la "vie chère" :
Rebondissant sur l'un des commentaires (fp) du forum participatif Paris dont le thème était  "la vie chère" LA MENAGERE A DIT :

"L'alimentation : elle avait pris une place moins importante dans le budget total, mais on multiplie les campagnes prônant la consommation de fruits et légumes frais, ou de pains complets et autres,dont les prix s'envolent."
Je rebondis sur ce ce commentaire de fp pour parler du TABOU DE L'EURO, qui est le mensonge politique le plus évident : bien sûr que l'arrivée de l'euro a pourri la vie des européens (Italiens, par exemple), et que l'Europe aurait pu anticiper, prendre des mesures, protéger, au lieu du laisser-faire liberaliste. Que faire maintenant pour faire baisser les prix de la "vie chère" au quotidien? Que fait l'Europe?"

En savoir plus sur les forums participatifs :

A STRASBOURG sur Ségolène TV :

 http://www.segolene.tv/index.php?name=segolene-alsace

A PARIS : http://www.segoleneparis.fr/

jeudi, décembre 7 2006

F.L.T.M.S.T.P.C ...."Fais le toi-même si t'es pas content" le slogan de la nouvelle démocratie?


Illustration source : site http://www.shoboshobo.com

"Fais le toi-même si t'es pas content"

Tel pourrrait être le slogan de la nouvelle démocratie  participative, active et réactive mais c'est le nom d'un éditeur et d'un site.

En attendant c'est une curiosité suivie d'une performance musicale. Les sites valent la peine d'être visités.

Jeudi 7 décembre à l'Espace Eof
15 rue St Fiacre 75002
à partir de 17h -free

Les éditions Fais Le Toi Même Si T'es Pas Content présentent
:
BAZAR n° 37 > Julien Carreyn "California web"
BAZAR n° 38 > Grégory Wagheneim
BAZAR n° 39 > Nicolas Muller
BAZAR n° 40 > SHOBOSHOBO
bonus !!! performance musicale du RANDOM COVER ORCHESTRA

http://www.artsfactory.net
http://faisletoimeme.free.fr
http://shobo.free.fr/rco
http://www.shoboshobo.com

lundi, décembre 4 2006

Les « 2 S » et l’éducation

Du côté de Ségolène

Débat sur "l'éducation, la formation et l'accès au travail" les comités Désirs d’Avenir de Paris invitent à une réunion participative autour de Gérard Aschieri, secrétaire général de la FSU, premier syndicat enseignant.  

Ce débat, de forme strictement participative, aura lieu le mardi 5 décembre prochain à 20h00à l’AGECA – 177 rue de Charonne – Paris 11 M° Charonne ou M° Alexandre Dumas

Postez vos idées concernant l’éducation, à partir d’aujourd’hui et jusqu’à la date de cette réunion, sur le site :www.parisdavenir-education.blogspot.com

Les idées, propositions, témoignages, seront regroupés et débattus à l’occasion de cette réunion participative.

Du côté de Sarkozy

Sur le site de l’UMP www.u-m-p.org
La video  le discours de Nicolas Sarkozy à Angers le 1 decembre sur le thème Education : le devoir de réussite

 «  Je vous propose de libérer la parole de ceux qui souffrent, à commencer par celle des enseignants et des chefs d’établissements.

 Je vous propose de dénoncer les faux-semblants, les mensonges, la pensée unique, l’hypocrisie »

jeudi, novembre 30 2006

"Vous êtes blogueuse?" (Encore) une soirée chez les blogueurs politiques...

Illustration : Vinvin en Amerique, source site Bonjour Americahttp://www.bonjour-america.com/

Arrivée tard au pavillon Baltard, Soirée des blogueurs politiques du 29 novembre, je suis happée dès mon arrivée :
  • Vous êtes blogueuse ?
  • Oui.
  • Alors venez je vous enregistre.

Là , surprise, je retrouve André Bercoff, ami de toujours etIvann, nouvel ami, webmestre de Perche-web http://perche-web.over-blog.com.

Un jeu nous est proposé, sur les élections présidentielles. De charmantes « Jeunes et libres », fans de l’UDF  répondent les premières. Il faut commenter l’expression « ordre juste ». Puis Bercoff enchaîne en démontrant avec brio comment ces deux mots s’annulent l’un l’autre, l’ « ordre juste » est totalitaire, et il n’y a pas de justice ordonnée.

Bref, nous voilà transformés en débateurs politiques, comme si chacun ici devait prendre parti. Une frange de blogueurs sont des observateurs sans carte politique…et prennent…le parti des blogueurs et de la démocratie interactive. Puisqu’il faut faire un commentaire, je dis quand même « Bien joué, Ségolène !». André Bercoff s’en sort, avec acuité et humour. Il prépare d’ailleurs un nouvel essai politique. Et est aussi directeur de campagne du mystérieux candidat Catherine de Médicis, qui s’explique dans  « J’arrive » http://vanb.typepad.com/versac/2005/11/qui_est_catheri.html

Et tout cet enregistrement pour qui ? Eh bien pas pour la chaîne ARTE, présente, mais pour quelqu’un qui n’a pas encore commencé son blog mais qui nous jure que nous serons sur Internet demain.

Ensuite approchée par Europe 1, très attentif aux blogs et qui a ouvert sur son site un Blog Politique  http://www.europe1.fr/blogs/presidentielles/index.jsp . On peut constater à la rubrique Top Recherche Ségolène 1759,  Sarkozy 990. Pas un sondage naturellement…mais un indicateur.

Donc je fais un « son » pour Europe 1 en compagnie d’un autre blogueur, Jerôme,  que me présente Cathy Nivez. « Jérôme à Paris » http://www.eurotrib.com/ et http://jerome-a-paris.dailykos.com/  est plus connu aux Etats-Unis qu’en France. Nous reviendrons sur ces blogs et nous nous retrouverons prochainement dans les studios d’Europe 1.

Last but not least nouvelles de Vinvin http://www.bonjour-america.com/ (voir vidéo entretien avec une French Lady sur la séduction, ça plait beaucoup! ) et http://cdelasteyrie.typepad.com/.

Cyrille de Lasteyrie cherche à professionnaliser ses médias, avec un projet de chaîne de contenus diffusée en priorité sur Internet et sur tous les médias. Il a déjà un sponsor pour Bonjour Amercia season 2 "Les six premiers épisodes de cette deuxième saison (jusqu’au 31 décembre), j’ai la chance d’avoir trouvé un “sponsor”, comme les américains ! Je suis super content que ce soit Cashstore qui ait eu l’audace de se jeter à l’eau." Pour la suite, politique et humour. Après tout, « les Guignols le font depuis 20 ans » et ont démontré que le genre pouvait perdurer. La ligne éditoriale ? « Qualité et liberté » Mais encore ? La catégorie « politique » se fera avec des journalistes professionnels introduits dans le milieu, d’où la nécessité de recherche de fonds au minimum 4, 5 millions d’euros. Eh oui, le gratuit peut être ingrat, à la longue, le temps de la convergence va-t-il enfin advenir pour que ces nouveaux talents du Web ?

dimanche, octobre 1 2006

A la recherche du mot "participatif" sur les sites des candidat(e)s

Participatif ?

Page d’accueil des sites et blogs des candidats à la candidature  (florilège non exhaustif). C'est moi qui souligne.

« Bonjour, Ce site est un forum participatif. » 
« La campagne de 2007 devra être participative »
Ségolène Royal réunissait
mardi 19 septembre à Bondy les représentants des 500 Comités locaux de Désirs
d’Avenir, les 250 personnes-ressources qui l'aident à élaborer ses
propositions, ainsi que les membres du Conseil d’animation politique.
« La campagne de 2007 devra être participative. C'est beaucoup plus difficile que d'aller faire
des suites de meetings où on arrive, on est sur la tribune, on délivre un
discours, on se fait applaudir. Il y a quelques cornes de brume : on
replie les tréteaux et on recommence dans la ville voisine. Ça viendra le
moment venu, mais je pense qu'une campagne ne se conduit aujourd'hui plus du
tout comme ça.
Source "La
lettre" n°18 - Vendredi 22 septembre
Mercredi 4 octobre de 8h30 à 18h00
Suivez et participez en direct à la 17ème convention thématique de l'UMP intitulée

"Société de la connaissance :la nouvelle frontière"
  •  http://www.blogdsk.net/dsk/

    Participez à la campagne du site http://www.dsk2007.net/ …
    « Pour quoi JE suis candidat » J’AI été maire (..) J’AI commencé à faire de la politique (…) JE  mène un combat (...) JE sens etc.

  •  http://www.laurent-fabius.net

    2007 La Gauche Réussir ensemble le changement
    Sur MON blog MES engagements (…)  JE veux agir pour MON pays(...) et
     
Sans commentaire.

vendredi, septembre 29 2006

Participez!

L'homme ou la femme politique qui saura capter et intégrer à son programme l'immense 'désir de participer des citoyens gagnera les élections. Tout le reste est dépassé.
L'artiste Fred Forest invite les artistes à  participer à la Biennale 3000 de Sao Paulo "qui se veut en opposition à la 27eme Biennale officielle une biennale numérique, planetaire, participative et démocratique (sans commissaire et sans selection !)".  Oui Fred, d'accord on t'aime bien, mais toi tu es au soleil à Sao Paulo, et nous on est là, en France, à ramer, et à ne pas participer aux décisions qui pèsent sur notre vie quotidienne.

Pour participer  et envoyer une image : www.biennale3000saopaulo.org/imagens.php

Illustration : le message c'est le medium
Roland Baladi (Source : une des images envoyées sur le site de la Biennale 3000)