Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Présidentielles

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, mars 30 2017

La Discut' : soirée citoyenne à Préaux-du-Perche

         La Discut', tirage au sort des tables au Relais-Saint-Germain, Preaux-du-Perche

“Quand et comment écrivez-vous ? ”Je pose la question à Patrick Bard, photographe et auteur, accompagné de Marie-Berthe, photographe également venus à La Discut' au restaurant Relais-Saint-Germain à Préaux du Perche (Orne 61). Réponse :“Le matin tôt” “Comme Balzac, à 4 heures du matin”? Réponse : “Il faut écrire tous les jours, même quand on n'en a pas envie” C'est le secret de presque tous les écrivains.


Écrire, c'est ce que tous les participants ont fait pendant cette soirée placée sous le haut patronage d'Aristote et de son essai toujours actuel “Politique”. Objectif, “mutualiser la curiosité”, « susciter la discussion” « s'approprier la chose publique » en posant des questions autour des programmes des candidats à la présidentielle, tous partis confondus. Lire des extraits des programmes sans nommer qui est le candidat et essayer d'en dégager le sens et les ouvertures possibles. Tapas et apéro. Géraldine et Franck sont aux manettes de ce restaurant face à l’Église de Préaux, qui fait partie de ceux qui ont du succès dans le Perche. Ils ont su animer le lieu en proposant des soirées à thème, littéraires ou musicales

«Mutualiserla curiosité »

Règle du jeu de la soirée La Discut' : “la bienveillance et les réglés de savoir vivre”, “s’écouter les uns les autres”, “ne pas se juger” et des dispositifs inventifs issus de l'éducation populaire. On tire au sort sa table. Je dois me séparer de Fabrice Deschamps avec qui je suis venue, qui a fondé le Cercle du Pays Nogentais ; à côté de lui Ecopertica, qui a popularisé l'usage du chanvre comme isolant dans le Perche .Puis “présentations croisées”, chacun demandant à son voisin de gauche “Qu'est-ce que tu es venu faire là ce soir?” Ma blonde voisine se nomme Martine, et revient d'un voyage d'hiver, Asie, entre autres, et elle a envie de s'informer sur ce qui se passe en France. La politique? Après avoir envisagé le vote blanc, elle est comme beaucoup de français et ne sait toujours pas pourquoi elle va voter. En tout cas, “je ne voterai pas “utile”, ça non, on ne m'y reprendra plus, plus jamais!”. Nous sommes d'accord! Salomé fait partie des animatrice de la soirée. Chloé est venue discuter. Cécile espère être étonnée.

Celui qui nous surprend, c'est Thierry, qui habite Préaux et est plus connu comme chanteur sous un autre nom. D'abord il nous la joue sceptique et détaché “je suis venu boire une petite bière” et “je reste deux minutes pour voir”. Et peu à peu on découvre : “je m’intéresse a la politique depuis toujours”. Et son diagnostic est très clair, il y a maintenant deux France qui se côtoient, “Une France qui est déjà là, active, qui assiste à l'agonie d'une France archaïque, antédiluvienne”. “Il y a une prise de conscience, on sait maintenant que les gens en politique sont des gestionnaires ce ne sont pas des politiques”. En tout cas pas au sens d'Aristote. Et puis, dans une envolée lyrique, Thierry se lance dans une métaphore, celle “du promeneur qui se trouve devant un arbre qui tombe mais moi, je vois les mille arbres qui poussent sans avoir conscience qu'ils sont déjà une forêt”. Oui, mais cette France qui pousse, pèse-t-elle vraiment face à la France “verticale” qui fonctionne toujours du Haut vers le bas? Est-ce que toutes ces initiatives des français “agiles” et actifs vont arriver à former un réseau? “Le réseau”, nous dit Thierry, “il va s'auto-créer, il ne faut surtout pas fabriquer des réseaux factices.”

Quelles propositions dans les programmes ?

Et puis nous passons à l'exercice pratique de la lecture des propositions par thématique. Économie et travail. Tollé général ! Découpées en tranche les propositions nous apparaissent comme imprécises, “Davantage”, nous dit Salomé “des prises de positions”. De simples “constats” , de la “langue de bois”. “La dictature financière”? Lola “ceux qui ont le pouvoir sont aussi en liaison avec l'argent, la finance joue un rôle énorme, avantager le fric c'est ça, le pouvoir” La proposition de dégressivité des allocations et de leur suppression en cas de second refus d'un emploi? “Mais ça existe déjà!” “Le travail est-ce qu'on se pose la question sur ce qu'est le travail aujourd'hui?” Anne nous raconte l'histoire de cette femme, radiée avec son fils, car elle n'a pas d'ordinateur pour actualiser sa situation en ligne. Oui, mais parfaitement rodée au système, elle sait que ses allocations lui reviendront le mois d'après. Où est la logique? Lola nous recommande un film « Moi Daniel Blake. Santé, éducation, légalisation du cannabis, tous les sujets y passent. Puis peu à peu la table 1 fait des propositions innovantes, à la fois plus audacieuses et réalistes que les programmes des candidats.

Dehors, c'est le printemps, il fait bon, Franck nous parle de son rêve de désert, la Mongolie. « ne rien faire », « ne plus penser ». A chacun son utopie. A une autre table, on discute avec Élise des propositions de loi sur les semences et l'accès à l'eau. Et une fois de plus on s'aperçoit que les habitants d'un territoire sont souvent parfaitement informés, et donc mûrs pour participer à l'élaboration de la loi. Une conclusion ludique nous dévoile le nom des candidats attaché à chaque proposition.

A quand la prochaine réunion ?

On attend le compte-rendu de cette rencontre conviviale et citoyenne les propositions d'une prochaine réunion tournent autour de “la démocratie directe” et la présentation des collectifs citoyens hors parti comme #MaVoix. C'est sûr que tous sont convaincus qu'il va falloir trouver autre chose que la démocratie représentative avec un élu qui les représente sans les consulter pendant 5 ans. La participation citoyenne à la gouvernance est devenue une dimension nouvelle dont les candidats sont obligés de tenir compte.         Janique Laudouar

Alors, à la prochaine pour discuter de la démocratie et de la participation des citoyens ..;

                                                                                                                      

samedi, juin 11 2016

Ces candidat(e)s aux élections présidentielles 2017 sur LaPrimaire.org

La démocratie est sur la place publique en juin 2016 mais sait-on qui sont ces candidats citoyens? Une visite sur LaPrimaire.org

Ces citoyens candidat(e)s : audacieux

La France doit être le projet de tous les Français. Redonner envie de contribuer à un projet collectif. L'objectif : l'épanouissement. Mes priorités, Humain et lien social au cœur de la stratégie de l'emploi, le numérique pour rationaliser les dépenses publiques” Qui fait cette profession de foi, quel parti? Ou encore “Ma vision :Simplification, modernisation. "Les problèmes ne seront pas résolus par ceux qui les ont créés" - (Albert Einstein) 6e République: élire 4 ministres indépendants Numérisation de l'administration Revenu universel inconditionnel” Non, ce ne sont pas nos partis politiques. Il s'agit de candidates et candidats déclarés sur le site de LaPrimaire.org. Justine Henry est vétérinaire, habite Paris, est candidate depuis 67 jours.
“LaPrimaire.org est une primaire ouverte, organisée pour permettre aux Français de choisir librement, de manière transparente et démocratique, les candidats qu'ils souhaitent voir se présenter à l'élection présidentielle de 2017.” Rien de plus simple que de s'inscrire sur LaPrimaire.org, une gentille petite robote vous aide dans la démarche, votre identité sera vérifiée, et hop, vous n'aurez plus qu'a poster votre photo, votre vision de la France et les points prioritaires de votre programme. "Aujourd'hui en France, les partis politiques (365,000 personnes soit 0,5% de la population) désignent les candidats aux élections alors que les citoyens les rejettent massivement. L'objectif de LaPrimaire.org est d'insuffler un nouvel élan démocratique à notre pays en favorisant le renouvellement de notre classe politique.

“Faire de la France un pays libre, démocratique et visionnaire. Il est temps de vivre au 21e siècle.”

Rémi Arnaud, 25 ans, Développeur informatique, Paris, 75)

En faisant le tour des candidats déclarés – et je suis très loin d'avoir fait le tour des 187 candidatures a ce jour-, on s'apercevra vite que leur vision est bien plus audacieuse que celle des partis traditionnels : elle est porteuse de changement structurel. “Ma vision : remettre les citoyens au centre des priorités, mettre en place un parlement 100 % citoyen par tirage au sort et fin des cumuls des mandats” Mes priorités :démocratie participative, éducations , sécurité.” Ca va jusqu'à :”Supprimons la fonction présidentielle. Un objectif unique : en finir avec ce régime qui bloque la France Revenons au vrai débat politique. Mes priorités 1. supprimer la fonction présidentielle. 2. Pour cela : organiser un référendum national dès l'été 2017 3. Appliquer cette nouvelle constitution” “L'idée est de revoir tout le système actuel pour en faire un cohérent et surtout participatif !” Et aussi nous dit Laurent Roullier, 58 ans, Infirmier “Faire émerger une nouvelle classe politique désintéressée” Caroline Godard 32 ans, indépendante en communication habite le département 44 - veut des “Commissions collectives mixtes à la place des ministères”.Jean-Cyril Hubert, 42 ans, Disrupteur, habite le département 94 – Val-de-Marne est candidat depuis 66 jours et sa vision intègre la disruption comme moteur de l'evolution “Utilisons les INNOVATIONS pour modifier DISRUPTIVEMENT notre société et TRANSMETTONS à nos descendants une FRANCE VIVABLE ! Mes priorités 1. L'ENVIRONNEMENT est la PRIORITE pour vivre en PAIX! 2. Restaurer les EGALITES, la FRATERNITE et LES LIBERTES ! HUMANISME et INNOVATION afin de poursuivre notre EVOLUTION !

“Mettre fin au gaspillage de l'état”, “Un système participatif”

Ce qui revient souvent dans les points prioritaires : “mettre fin au gaspillage de l'état”. Alors qu'on nous fait croire que les français veulent “maintenir le modèle social” a n'importe quel prix, non, ca c'est le credo des politiques, il n'apparait pas ici, alors que le “revenu de base” revient souvent. Les français veulent “Des réformes structurelles pour mettre fin aux gaspillages “. Ils n'ont pas peur de la lucidité, “Mettre fin au mythe de la croissance économique”

Déraisonnables ces propositions? Elles semblent au contraire moins frileuses et plus tournées vers une vision d'avenir que celles que nous font actuellement les “politiques”. Les candidat(e)s n'ont peur ni de la démocratie liquide, ni de la 6eme République. Leurs visions veulent rassembler alors que les lois actuelles divisent et déchirent la France. Elles placent le citoyen de tout bord au coeur de la République et de la gouvernance. Sans oublier l'harmonie et l'humain. Ma vision : “Faire de la France un pays où il fait bon vivre” nous dit Blanche de Weerdt 73 ans, Formatrice à la retraite “Bouches du Rhône”. Comment vont-ils obtenir les 500 noms nécessaires a leur qualification? Peu de candidats qualifiés. Parmi eux Jean-Michel Billaud un des pionniers du Web 2. Ma vision : "Notre démocratie représentative 1.0 bat de l'aile. Ma vision et mon action : mettre en place une démocratie directe (2.0)." On trouve aussi un candidat atypique - soutenu par son réseau ou communauté? - Essayiste politique, Ismaël BOUDJEKADA, 20 ans, habite le département 92 – Hauts-de-Seine. "Un ennemi nommé, la finance folle non-régulée : l'argent s'y trouve,spéculation abusive sur les matières agricoles, une taxe Taubin dérisoire" Ce candidat axe sa campagne sur une autre vision de l'économie. A vous de voir et d'approfondir.  Il y a aussi des femmes élues locales qui font partie des candidates. Les femmes du Net, vous qui avez 2000 amis sur Facebook ou plus, vous n'êtes pas tentées? “Terminé les politiciens qui ne connaissent rien a la vie! Place aux citoyens qui savent ce qu'il faut faire!”dit Jennifer. En 2016 #ToutesCandidates !

LaPrimaire.org réussit a démontrer tout l'intérêt de candidatures hors système, candidatures désintéressées, délivrées de tous les petits arrangements entre amis et calculs électoraux, miroir d'une France qui prône la numérisation de l'administration, la fin du gaspillage, le projet collectif, d'une France prête a contribuer a l'innovation et au changement structurel.  Janique Laudouar

La Primaire.org en pratique  https://laprimaire.org

  • La liste des candidats est rafraichie une fois par jour, ce qui permet une rotation des candidats en premiere page.
  • Il y a aussi une liste de candidats plébiscités, que nous ne traitons pas dans ce billet.
  • Environ presque 50 000 citoyens inscrits, 49 % de l'objectif 100 000 citoyens inscrits, les chiffres et les comptes transparents.
  • Financement : financement participatif des plus petits dons mensuels aux dons importants, tout est tres bien expliqué et transparent 57, 721 euros a ce jour  https://laprimaire.org/financer
  • twitter : ‎@democratech

jeudi, mars 24 2016

Democratie DIY faites-là vous même : les solutions citoyennes

Le 19 mars, c'était à Paris, avant le 22 mars à Bruxelles, une journée positive, pleine d'enseignement et d'actions concrètes, une journée porteuse d'espoir, d'optimisme et de vision d'avenir.

Faire se rencontrer des porteurs de projets de renouveau démocratique était l'objectif de la journée Démocratie Do-it Yourself du samedi 19 mars, organisée par DO à la Maison du Paris durable, lieu dédié «  à la diffusion des solutions pour les porteurs de projets, confirmés ou débutants ». 100 participants étaient là pour formuler et examiner des solutions concrètes, innovantes. Au-delà de la convivialité des rencontres, « dans la vraie vie » de collectifs agiles à communiquer via le numérique, pour Démocratie Ouverte et l'Open Gouv. #OpenGovFr #DIYdemocratie,

L'équipe Démocratie Ouverte au presque complet ...dont le co-fondateur Armel Le Coz

Dispositifs imaginatifs et tempo d'enfer

Des dispositifs ludiques et efficaces donnaient à Démocratie Do-it Yourself un tempo d'enfer : speed dating, bar camp, « bol de poisson ». Le speed dating permettait un tête à tête avec un autre porteur de projet. Certains déjà très répertoriés, d'autres à découvrir. Je croyais connaître toutes les plateformes en cours de développement, et je découvre STIG actuellement en version beta. "Voter ne change que les joueurs.Changez le jeu. Participez à la création de la volonté générale avec Stig, l'app de démocratie participative" qui s'adresse également aux élus. A tester. Dans le domaine du « journalisme constructif » j'ai parlé à Florent Guignard de Le Drenche (ci-contre) : une façon originale de présenter les débats et sorti des "usual suspects" des plateaux télé. Dommage que les sujets traités restent pour l'instant trop souvent anecdotique.  J'avais échangé en ligne avec Simon Louvet (Aternatiba, Synergie Démocratique, ci-contre avec Antoine Vagnon Call For Team), autre foisonnement d'initiatives, et je fais enfin sa connaissance : très chaleureux IRL, dans la vraie vie. Je suis heureuse de retrouver l'équipe de Voxe.org, Léonore de Roquefeuil, Sébastien, Mon rôle était de présenter #MaVoix, un des premiers mouvements «civic tech » et de parler de son actualité : les élections partielles de Strasbourg en mai. Déjà deux candidat(e)s pour #MaVoix! Enfin, dialogue avec Loïc Blondiaux, politologue et professeur à l'Université Paris I. L'après-midi était consacré à un « marathon des pitchs », 1 minute 30 pour présenter son projet. ! Enfin la métaphore de Claude,  l'Archipel, a enthousiasmé les participants, chaque collectif étant considérée comme un îlot dont la multiplication va constituer un archipel, soit des mouvements tendant vers le même objectif. S'il y a nuance ou divergence de modalités entre les mouvements, l'archipel des archipels reste à construire. C'est parti!


Ateliers :  territoire et citoyens, stratégies électorales


Lors des ateliers thématiques on a vu à quel point l'action locale était primordiale. Territoires Hautement Citoyens fondé par Armel Le Coz a un dispositif très rôdé pour soutenir les collectivités vers la transition démocratique. Mais ils sont nombreux à s'ancrer dans leur région avec l'objectif de faire prendre en compte par les élus les initiatives citoyennes. Charles Deffrennes et Antoine Vagnon Call for Team, un très ingénieux dialogue avec les collectivités, qui ne les heurte pas mais travaille avec elles, et une solution proposée par Antoine Vagnon : glisser un ambassadeur du citoyen dans chaque collectivité. Clément Damiens avec Communecter. Un outil dans lequel les citoyens sont communectés, "connectés a leur commune". Local également Koom « agir localement pour un monde meilleur » Bulb in town déjà rencontré lors de mon premier billet sur l'économie collaborative. Telles sont quelques unes des solutions à disposition des élus. CitizenLab va faire campagne via La Primaire.org (présenté ici par David Guez) et a déjà préparé son Manifeste. Eliott Lepers présentait La Primaire de gauche, manifeste pour une transformation de l'intérieur d'un des partis classiques (PS). L'horizontalité est l'un des points commun à tous les mouvements et stratégies électorales : la fin de la France des « silos » et son fonctionnement hiérarchique archaïque, une gouvernance par et pour les citoyens.

Eliott Lepers venu présenter La Primaire de gauche

La révolution intérieure : altruisme, bienveillance, partage

« Rien ne serait possible sans la qualité de bienveillance et d'écoute entre les acteurs, leur volonté d'inclusion » note Loïc Blondiaux, professeur de science politique à l'université Paris I , confirmant ainsi notre intuition que la bienveillance est une nouvelle valeur dans une démocratie renouvelée. Cécile Calé (SCIC Coop-Cité / CitizenLab) a rappelé à quel point la révolution démocratique reposait d'abord sur une révolution intérieure : seule une prise de conscience de la responsabilité de chacun donnera un sens au mouvement collectif. Une action auprès des jeunes en particulier. Isabelle Lefort lors du Positive Economy Forum de Jacques Attali avait déjà défini l' « altruisme rationnel » comme une nouvelle valeur du politique et du citoyen digital. « Tel est le challenge qu’il nous faudra relever au XXIème siècle : redonner à l’altérité et l’altruisme toute la place qui leur revient, en nous appuyant sur la puissance de la révolution technologique. » Le don, la partage, l'échange l'entraide, autant de valeurs morales dont on voit le revival et qui vont à l'encontre des drames que nous vivons avec le terrorisme. Ce n'est pas fortuit si la Revue du Cube propose « La responsabilité » comme thème de son prochain numéro.

Loïc Blondiaux : conclusion, questions

Loïc Blondiaux, expert,  voit dans cette volonté de renaissance démocratique un retour à l'effervescence pré-révolutionnaire de 1789. La mise en cause de la démocratie représentative est le point commun des collectifs. Comment exister entre les élections, comment informer et former les citoyens, comment faire voir en temps réel la volonté générale, comment conserver un contrôle sur les institutions, comment contourner les partis politiques, voire les remplacer ? Comment inventer le journalisme politique ? A revoir : le vocabulaire d'initié « excluant » (néologismes, importations anglo-saxonne et). Il note aussi une « aristocratie du code » : la proportion des informaticiens, développeurs est un atout pour les collectifs, mais les modes d'emploi doivent être compris de tous. La volonté d'horizontalité, de transparence, rassemble les acteurs, tous « amoureux de la démocratie ». Mais, comme le soulignait aussi Caroline Hodak, communicante, cette renaissance a un problème de visibilité et de communication. Aucun de ces mouvements ne veut ou ne peut se rendre visible auprès des médias classiques « Les institutions résistent » commente Loïc Blondiaux prenant la métaphore d'un géant Gulliver figé, encerclé par de multiples piqures d'épingle de lilliputiens... mais nullement atteint. « Les institutions vont essayer de vous phagocyter, de vous instrumentaliser ». Elles vont vouloir « garder le logiciel intact » sans rien changer aux structures, en donnant un semblant de coup de neuf et d'idées nouvelles à des institutions archaïques.

Solutions citoyennes...et numériques

« Une enquête Harris Interactive, réalisée pour le jeune mouvement citoyen LRF, révèle que 8 Français sur 10 jugent que les citoyens sont plus capables de trouver des solutions que les hommes politiques. » (Le Figaro) Parmi les solutions concrètes pour que le lien tissé ne s'évapore pas : la newlsetter HappyDemocracy de Voxe.org pourrait donner des nouvelles de tous les mouvements citoyens et un agenda de même qu fédère déjà la "civic tech" sur meet up. L'idée d'un label pour l'ensemble des mouvements citoyens a été évoquée.  

Voxe a déjà une plateforme opérationnelle en en développement complémentaire, d'autres sont en cours d'expérimentation, Démocracy OS, Stig. « Comment le numérique peut associer les citoyens aux décisions budgétaires ? », telle est la solution proposée par Gilles via une plateforme numérique.http://budgetparticipatif.info. La méthode de fonctionnement de DO : la plus démocratique possible, des « cercles » thématiques peuvent être ouverts par les membres qui les animent. Une prochaine rencontre organisée par Synergie Démocratique le week-end du 16 et 17 avril à Saint-Ouen avec l'objectif similaire de rencontre entre collectifs. Et enfin une grande Fête de la Démocratie annoncée par DO.

Aux manettes vidéo : DEMOS XXI. Pas pu citer tous les groupes et initiatives, la vidéo (documentaire en préparation) complétera.

« Démocratie Ouverte http://democratieouverte.org/ regroupe les acteurs français et francophones du renouveau démocratique – start-ups civiques, associations, collectifs citoyens - qui développent des solutions innovantes au service de davantage de transparence et d’engagement dans notre système politique ».

mardi, mai 15 2007

Vacances et réflexion pour la Ménagère

La Ménagère prend quelques jours de vacances et de réflexion. Que doit devenir ce blog après les éléctions? Vous avez été 7000 à le visiter en avril 07.

vendredi, mai 11 2007

"Voyage dans la complexité" : "2020 Les scénarios du Futur", pour une équipe présidentielle prospective...

Entendu à Europe 1 il y a quelque temps le toujours très update Joël de Rosnay qui a le don de la pédagogie du complexe. Sortie le 20 avril 2007 de l'ouvrage présenté en ligne sous forme d'un blog documenté "2020 Les scénarios du Futur"

Rêvons : une équipe présidentielle prospective...au fait des enjeux à long terme ... cessant d'assainer des lois fondées sur une vision à court terme hâtivement concoctée dans les cabinets ministériels... ...une équipe présidentielle nous proposant des Scénarios pour 2020...et surtout acceptant d'entendre les nôtres...à l'écoute...

"Après vous avoir exposé les toutes dernières théories décrivant la façon dont la complexité est générée et se conserve/se stabilise/perdure, je vous guiderai à travers un chemin de traverse en m’autorisant une digression mettant en exergue la relation entre sciences et arts.
Enfin, ma conclusion fera la synthèse des lois les plus simples qui existent aujourd’hui pour tenter de comprendre l’émergence de la complexité."

Alors, Joël, à la tête d'un futur ministère du Futur? Agoravox et les  blogueurs ProAms comme relais des propositions citoyennes, débats réguliers sur Internet sur les sujets qui VOUS/NOUS concernent?

dimanche, avril 29 2007

Et maintenant, la question est...

"Peut-il perdre?"

samedi, avril 28 2007

Un nouveau paysage politique français

Crédits image: Débat sur RMC BFMTV

"Un tremblement de terre, une rupture historique". Interrogé ce matin samedi 28 avril par Dominique Souchier sur Europe 1, Pierre Rosenvallon (La contre- démocratie, Le Seuil )

"La démocratie française ne sera pas après comme avant", "Avec cette nouvelle génération peut-être que ce sont de nouveaux projets qui peuvent émerger".

Prélude au débat :  commentaire de l’analyse du débat sur « Pourquoi Royal et Bayrou ont accepté un débat » (LCI, Renaud Pila)

 « sur le fond, certains ne digèrent pas le fait accompli d'un renversement d'alliance, avec un parti issu de la droite."Avec sa proposition de ministres UDF, elle a mis le feu aux poudres", confie un dirigeant de la rue de Solférino »

Le commentaire de la Ménagère :
Oui mais …le futur parti de François Bayrou sera-t-il encore un parti de droite, rien n’est moins sûr. «il entend bien présenter en juin dans les 577 circonscriptions des visages jeunes et nouveaux, notamment des déçus de la gauche orthodoxe » Ce « drigeant de la rue de Solferino » s’enferre dans les anciens clivages alors que se joue sous ses yeux une recomposition du paysage politique français. 

 « Mais comment faire en catastrophe ce que la gauche française n'a pas réussi en cinq ans d'opposition ? Mission impossible mais la victoire de Royal est à ce prix. »

 Le commentaire de la Ménagère
Ségolène Royal a des intuitions, des décisions de dernière minute, (comme faire jouer La Marseillaise dans son meeting à Lyon hier 27 avril), donc de l’audace, de la prise de risque jour après jour, c’est une « femme debout », elle a repris l’expression dans son meeting de ce jour alors que Nicolas Sarkozy joue la victimisation.

En conclusion d’une victoire « jouable » selon ses propres termes, Ségolène Royal a fait une victoire « probable », parce qu’elle a donné envie qu’elle gagne à de plus en plusde français, en accentuant le thème du changement mais aussi de la rigueur, de la fin de l'état-providence et de son laxisme. Nicolas Sarkozy donne l’impression de vouloir gagner, mais de ne pas avoir su communiquer cette envie à la France qui veut changer. Parti gagnant, il risque maintenant de perdre.

mardi, avril 24 2007

Jacques Attali approuve l'appel de Ségolène Royal vers Bayrou : sur son blog et sur Europe1 il salue "Le printemps français"


Selon un des français anonymes qu'on entend dans les émissions "participatives", et qui s'apprête à voter à nouveau Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy a un programme pour la France, mais Ségolène Royal a un programme pour la France ET les français. Assez juste, cette parole de français : ce dont la France a besoin est d'un Président qui s'occupe au moins autant des français que de la "grandeur de la France", de leur souffrance comme de leur esprit d'entreprise, de leur frustration comme de leur sens de l'innovation,  une France qui en a plus qu'assez d'être freinée et contrainte par ses dirigeants,  et en ce sens l'expression de Nicolas Sarkozy "la France exasperée" est bien choisie, mais cette expaspération est "de gauche" également, assez d'une classe politique et d'un état qui n'ont pas su se moderniser au rythme de la frange de la société civile la plus innovante et dynamique, plus intuitive et prospective aussi que ses hommes politiques. Ségolène Royale a su capter ce désir de changement des français, être à leur écoute, il faut qu'elle l'élargisse et qu'elle le mette en mots encore plus forts et encore plus audacieux.

C'est aussi l'avis de Jacques Attali, interviewé par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1 ce mardi  24 avril dans "La Matinale des candidats": "le retard de la classe politique sur les Français vient enfin d'être comblé". Lui qui est à la fois ami de Nicolas Sarkozy et admirateur de la personnalité de Ségolène Royal ne conseille personne (il part en Inde pendant une semaine pour Planète Finance) qu'il dirige. Mais croit sur son blog  à un Printemps français:

« Le Printemps français », au fond c’est la mort des dinosaures (parti communiste, FN) avec des partis de gouvernement en situation de représenter le pays, grâce au réalisme des électeurs.  La modernisation tient à l’action des français et la classe politique était en retard : modernisez l’état !

Il répète (voir billet précédent) que l'élection se fera sur la personnalité, le caractère, la compétence du candidat, plus que sur un programme. Il juge "très habile et très cohérente la proposition de Ségolène Royale" à François Bayrou, elle agit dans la transparence, en "femme libre", la marque de son style. Il avait déjà noté lors le discours le 22 avril : " elle est en contact direct avec les Français".

Ségolène Royal est  celle qui qui aura fait "bouger les lignes "de la classe politique dans son ensemble,  en ne se reposant pas sur les mécanismes de parti les plus routiniers, et sur ceux qui ont été rejetés par les français, une gauche trop libérale (avec un zeste de gauche caviar...) et surtout trop "déjà vu". Elle a épuré la gauche de ses "clichés de gauche" qui avait exasperé les électeurs de gauche de 2002, elle a su reconquérir les classes moyennes qui avaient été abandonnées au profit des plus désherités.  Elle qui a su s'entourer pour arriver au premier tour d'une équipe aux concepts innovants, devra faire savoir qu'elle va s'entourer en tant que présidente d'hommes et de femmes "nouveaux"...peut-être avec un soupçon d'hommes et de femmes "expérimentés"... pour rassurer. Le "mix" est complexe et risqué,  entre innover et rassurer, la marge de manoeuvre est étroite, mais le second tour est "jouable", comme elle l'a dit  elle-même, avec  lucidité et combattivité.

Alors restons en effervescence, en mots et en actions, pour la France du changement, la France Présidente à l'écoute des français!

lundi, avril 23 2007

Versac et les blogueuses : « La politique et l’Internet relèvent avant tout du domaine masculin »

Citation : l’express.fr

Illustration   source empruntée à l’article de Tatiana de Rosnay sur Agoravox :  Les blogueuses

La République des blogs dimanche 22 avril, ni le « QG des blogueurs » ni surtout le « QG des blogueuses » !

Interviewée par ma voisine journaliste envoyée au « QG des blogueurs » l’express.fr, sur « quid des blogueuses ? », Versac a répondu par un silence radio sur les blogueuses présentes.  Il me semble que la moindre des choses eût été de répertorier et présenter les blogueuses qui s’étaient déplacées jusqu’au pavillon Baltard,  et d’avoir un minimum de curiosité quant au contenu de leurs blogs. Bien au contraire, la réponse de Nicolas a été : « La politique et l'Internet relèvent avant tout du domaine masculin. (…) Nous avons tout de même des blogueuses qui viennent à nos soirées,

Eh bien, cher Nicolas, un peu de curiosité intellectuelle vis-à-vis de ces liveblogueuses présentes à la République des blogs!

Les blogueuses m’ont paru systématiquement écartées des demandes d’interviews de la presse, ce qui n’était ni galant ni juste pour les blogueuses qui avaient opté pour la République des blogs, avec wifi mais sans petits fours. Heureusement les journalistes ne se sont nullement laissé impressionnées par cette discrimination, et ont interrogé le Blog de la Ménagère.

 Mais peut-être que pour Versac un blog comme Le blog de la Ménagère,  tenue par une femme c’est déjà difficile à digérer, et qu’un blog qui soutient Ségolène Royal n’a pas le droit de faire partie de la « diversité" de la République des blogs ?

Pointblog  avait déjà relevé l'autoqualification de cette soirée "QG des bloqueurs" comme abusive. La République des blogs le 22 avril  n’était ni le QG des blogueurs (qui visiblement avaient fait d’autres choix et brillaient par leur absence, malgré la présence de  quelques uns, Christophe Grébert, Carlo Revelli, Quitterie Delmas 30 secondes,  voir précedent billet en direct) et surtout pas le QG des blogueuses ! Celui de msn,  peut-être qui semble avoir été un parrain de cette soirée ?

Le dimanche 6 mai, Le Blog de la Ménagère  fera sans doute un autre choix pour livebloguer ...et avoir quelque chose à raconter!

Sans rancune! La République des blogs reste un lieu d’échange sympathique,…sauf le dimanche 22 avril !

 

dimanche, avril 22 2007

18h09 République des Blogs

Illustration en direct de la République des blogs : Michaelski, www.debat2007.fr

18 h 09, République des blogs : ça marche, le wifi, bonne nouvelle. On s'est tous installés, connectés  en rang d'onions, Natacha et Sacha QS de Mémoire vive, en bout de table, Nicolas (Versac) a trié les badges, la est à fond  musique, la télé est branchée sur eurosport, j'espère que ça va changer...Canal + est là, on est filmés, déjà, et à côté de moi, Anne-Laure Pham l'Express.fr, "en direct du QG des blogueurs". j'y lis que le "Le taux de participation au premier tour de l'élection présidentielle s'établissait à 73,87% à 17h, soit 15 points de plus qu'en 2002".

En face de moi, Christophe Grébert, monputeaux.com. De passage Quitterie Delmas me salue, souriante, elle est "dans le match", dit-elle, et ne décroche pas!

La suite dans un moment, le temps de prendre un café...on a des rumeurs de sondages...bon...

19h 05 : on sait que deux candidats se côtoient de très près....

Une partie des blogueurs a disparu, il ne reste plus que la presse qui demande "Où sont les leaders d'opinion?". Eh bien, ....ils ne sont pas vraiment au rendez-vous. En direct et pas loin " Je veux de l'objectivité, de l'intelligence, du contenu"...c'est "Les aventures de CyberMarianne" www.debat2007.fr
Très sympa...

19h40 : Une très forte participation...ça c'est sûr!

Christophe Grébert s'agite au téléphone, à côté de moi, encore un graphiste très sympa, Patrick, qui remet en scène et colorie des cartoons des années 30 sur politifulpeople.

19h58, ah là, ça s'agite à l'extérieur, je suis ravie d'AVOIR EU RAISON!

J'en étais sûre!

LE COEUR A SES RAIONS QUE LA RAISON ne connaît pas ...n'en déplaise aux tactitiens et en particulier ceux du PS...

Rue de Solférino Ségolène Royale est attendue vers 23 heures.

20 H moins quelques secondes dit la voix de Patrick Poivre d'Arvor...

SEGOLENE/SARKOZY!

Bon je quitte les lieux...mission accomplie, maintenant, la RUE et les amis!

En direct et en wifi (si ça marche) de la République des blogs dimanche 22 avril!

La Ménagère sera en direct et en wifi au rendez-vous proposé par versac ce dimanche 22 avril, République des blogs.

Jusque là, pas de commentaire ni de buzz.

Les blogueurs respectent la loi!

samedi, avril 21 2007

République des blogs en direct dimanche 22 avril

Blogueurs "Finissons cette campagne ensemble !"

à l'appel de Versac, très très respectueux de la loi du silence puisque le blog est fermé et observe le "silence radio" imposé aux médias jusqu'à dimanche 20h!

"La première fois qu'on réunit des blogueurs, avec du wifi, pour commenter directement, sur place et sur internet, les enjeux, les résultats. Partager un verre, se passer les infos, les bruits et les analyse"...dixit versac.

Bon, on va y aller alors...ne serait-ce que pour la parité hommes-femmes, la présence des blogueuses est un must...


vendredi, avril 20 2007

Ségolène Royal, la culture, l'esprit critique, l'innovation

"Moi, je veux que tous les jeunes puissent voir leur sensibilité et leur esprit critique s’éveiller, par le contact personnel avec les œuvres, la découverte des lieux de création, la rencontre avec les artistes. Je veux encourager les pratiques artistiques, notamment celles qui sont collectives, parce qu’elles sont le meilleur moyen de faire l’expérience de la vie en communauté, d’en apprendre les règles, et même de lutter contre la violence."

 
" Heureusement, l’interview accordée le 13 mars par Ségolène Royale aux Inrockuptibles marque une rupture nette et affirme une réelle ambition qui ringardise irrémédiablement ses concurrents ."

remarque André Rouillé dans l'éditorial du 19 avril 2007 de paris-art

"Dans son interview aux Inrockuptibles, Ségolène Royal adopte sur plusieurs points majeurs une posture radicalement différente de celle de ses deux adversaires. Sa vision de la culture est profondément ancrée dans l’actualité vivante, et ouverte vers le futur, à l’opposé de l’accent mis sur la culture d’hier, ossifiée dans le patrimoine et les «grandes œuvres» (dites) intemporelles.
Alors que Sarkozy et Bayrou privilégient le mécénat, c’est-à-dire l’abandon au privé d’une partie de l’action culturelle et artistique de la nation, Ségolène Royale se prononce résolument pour la création d’un «véritable service public de la culture» doté d’une «puissance sans précédent, artistique, politique, institutionnelle et budgétaire».
Elle affirme vouloir inverser la place subalterne actuellement dévolue à la culture afin de la «placer au centre, et non plus à la marge, de la réflexion sur les sujets de société, au même titre que l’économique et le social». Et pour cela faire de la culture «une des [ses] priorités budgétaires».

L'entretien est repris sur le site Segoleneroyal2007.

vendredi, mars 23 2007

LE CINQUIEME POUVOIR : en avoir ou pas, en être ou ne pas en être


Ceux qui tiennent des blogs et qui suivent les élections présidentielles savent à quel point il est devenu précieux d'avoir élaboré son self-média : blog, site, ressource en ligne. Agora a lancé la formule du blog collectif . Pour rencontrer des rédacteurs, allez ce samedi 24 mars après s'être inscrit en ligne aux ....

AGORAVOX LANCE LES PREMIERES RENCONTRES DU "5e POUVOIR"

Après presque deux ans d’existence, AgoraVox, le média citoyen en ligne, célèbre son succès et organise :

« Les premières rencontres du 5e pouvoir »

 

le 24 mars 2007
à L’Usine - Saint-Denis
http://journee.agoravox.fr

 

Par ailleurs, Carlo Revelli et Joël de Rosnay, les fondateurs et rédacteurs d’AgoraVox, présenteront « Présidentielle 2007 - L’irruption des internautes dans la campagne », premier ouvrage collectif ayant pour sujet la bipolarisation de la campagne 2007."

J'ai bien envie d'y aller...mais je ressens aussi le désir d'une parenthèse dans ma vie virtuelle ce week-end, aller à la campagne par exemple...même par temps de chien...

dimanche, février 4 2007

« Notre élection présidentielle 2007" : "pourinfos.org " en attente d’une réponse

Lettres aux candidats

La culture a été assez peu abordée par les candidats aux élections présidentielles 2007. Raison de plus pour relayer ici l’appel de pourinfos.org, un site et une lettre d’information de grande qualité que tous les professionnels de l’art connaissent bien, qui rencontre un vif succès en France et à l’étranger, et pourtant va devoir bientôt face à la même problématique que d’autres projets culturels : le développement. Rien n’est actuellement prévu pour ces sites qui contribuent pourtant à l’image de la France au plan international. Ils se sont développés dans l’artisanat, souvent initiés par des universitaires, et ne sont pas accompagnés dans leur montée en puissance. Il est vrai que nos institutions prisent peu les initiatives ascendantes.

Xavier Cahen et André Loz, les fondateurs et animateurs, tentent leur dernière chance en interpellant sur leur site et par courrier  les candidats. « Que pouvez-vous faire concrètement pour aider pourinfos.org à poursuivre son action et son développement afin de trouver des financements à la hauteur de son audience ? » Près 1 million de visiteurs en 2006. Que répondront les « présidentiables » 2007 ?

lundi, janvier 29 2007

Encore un débat sur l'éducation : les suggestions (rapides) de La Ménagère!

L’éducation

J’ai apprécié le Débat participatif sur la formation tout au long de la vie dans le 18ème, Paris. De bonnes idées ont été émises, notamment par les professionnels de l’éducation invités, l’inspecteur général Jean-Marie Panazol, Gabriel Cohn Bendit, mais…il y a chaque année d’excellents rapports de l’inspection générale dont le système éducatif ne tient pas compte, pourquoi? 

Usages en éducation : peut-être faudrait-il examiner les programmes et les supports d’enseignement de l’éducation nationale.  La société civile est beaucoup plus avancée dans les usages que le système éducatif qui reste figé dans sa façon d’appréhender l’éducation et dont la formation tout au long de la vie.

En France voir par exemple la méthodologie d’un récent « wikischool » : http://ru3.com/

Voir les sites collaboratifs de certains enseignants comme L’école du possible :

http://www.c-possible.org/et  et tant d’autres dont les compétences en TIC sont sous-utilisées faute d’appliquer l’intelligence collective au système éducatif.

ARGENT : placer dans chaque académie un service  pour recueilir les fonds européens au lieu de se plaindre qu’il n’y a pas de moyens, allons les chercher !  Voir par exemple l’papel à proposition « Education et formation tout au long de la vie » : http://www.educnet.education.fr/actu/actualite.php?th=actu#G20070110

Formation tout au long de la vie : de récents ouvrages démontrent la nécessité de modifier les orientations des apprentissages tous les ans. Hors le système éducatif est trop lourd pour s’adapter à une évolution rapide des métiers. Quels sont les exemples à l’étranger ? A chercher des exemples sur le site gonordisk de François Alex….et sur les rappports des relations internationales d’educnet (Ministère). Les cadres de l’éducation se sont offert de multiples voyages à l’étranger du type « benchmarking » : où est l’application ?

L’éducation nationale n’est pas assez consciente des potentialités de  l’immatériel : voir le rapport de Maurice Levy L’économie de l’immatériel, la croissance de demain sur le site du Ministère des Finances qui pointe l’incapacité des services publics à tirer partie de leurs actifs immatiériels (dont les compétences humaines). Il serait intéressant de prendre certaines recommandations de ce rapport et de voir comment elles sont applicables au système éducatif et à la formation tout au long de la vie.

Suggestion  tenir compte de l’innovation ascendante, l’éducation nationale est trop « descendante » Les enseignants sont des experts non consultés : les compétences sont sous-utilisés et l’autoritarisme règne encore, là où il faudrait un dialogue. On ne consulte pas assez les enseignants experts qui font une veille dans leur discipline, ou encore en TIC :  ces enseignants qui tiennent des blogs ou des médias doivent s’exprimer en dehors du système, car il n'y a pas de dialogue entre les cadres et la "base". C'est une conception  anachronique de la gestion des compétences à l'intérieur d'une administration ou d'une institution. Elle repose encore sur la "pyramide hiérarchique" qui est souvent amenée à freiner (ce ne sont pas les personnes qui sont en cause, mais le système qui est caduque) les initiatives quand elles sont ascendantes. Pas de "bottom up"! Le fonctionnement en réseau interne reste théorique : il n'y a que très peu de politique de communication interne. Les chefs d'établissement sont parfois informés des décisions...par la presse! Les enseignants se sont organisés en réseaux parallèles, où ils peuvent alors s'exprimer en marge du système et trouver un public.

Suggestion nouveau rôle  : les enseignants entre 55 et 65 ans peuvent-ils faire le même métier qu’à 20 ans ? (voir pénibilité des métiers, point abordé ailleurs). N’y-a-t-il pas à étudier des fonctions de « coach » auprès des élèves pour leur intégration en entreprise ?De tutorat à distance auprès des élèves  en difficulté? Ces nouveaux rôles s’appuyant sur les technologies d’information et de communication  ne permettraient-ils pas  de diversifier les compétences des enseignants ? C'est le "privé" qui est en train d'investir ce champ du soutien scolaire. Commençons par appliquer "la formation tout au long de la vie" aux enseignants. S'ils en sont des exemples incarnés, ils pourront mieux transmettre le concept à leurs élèves On ne leur dit pas assez qu'au XXIème siècle on fait 4 ou 5 métiers différents dans une vie, grâce à la possibilité de reprendre des études et de faire des choix plus mature que dans la jeunesse.

Décalage et suggestion : l’éducation nationale met 7 ans et des sommes considérables à fabriquer un « bureau virtuel » « maison »  en mobilisant ses services informatiques (bureau virtuel qui n’a toujours pas atteint la communauté éducative de certaines académies)  alors que de petites PME et le Web 2.0 ont rendu opérationnelles des plateformes collaboratives. Suggestion : lancer des appels d’offre auprès de petites PME innovantes moderniserait le système.

mardi, janvier 2 2007

Cyber-voeux

Le 31 12 06 à 20h51 dans ma boîte aux lettres.

« Je suis très heureuse de vous présenter tous mes vœux pour cette année 2007 »

Voir le message vidéo :
http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=actualites

 Meilleur décrypteur  des cyber-voeux des candidats : Jerôme Chapuis, Europe 1

 

mardi, décembre 26 2006

E-militant : plutôt "tchatcheur", "traceur" ou "mondain"?

E-militant : choisis ta web compétence.

"En quelques clics inscrivez-vous dans les différents groupes d'e-militants selon votre temps disponible, vos intérêts ou vos compétences."

http://beta.parti-socialiste.fr/pages/mobilisation.html

Mais dans son blog, Xavier Moisant, fondateur de Place de la démocratie,  posait à propos de l'UDF la problématique du e-militantisme, ouvert à tous et non aux seuls adhérents politiques. "

« on se demande si la militance virtuelle a vraiment acquis toutes ses lettres de noblesse : réservée aux seuls non adhérents ou non militants de l'UDF.  Ce ne sera donc pas un lieu de structuration en ligne des adhérents de l'UDF. Plutôt une version light de la militance sans les lourdeurs de la réalité : meeting réel longuet, tractage au marché... La virtualité a ça de bien qu'on échappe aux contingences (sic). »

L'avis de La Ménagère : Il peut s'agir aussi d'une nouvelle façon de recruter des adhérents plus jeunes, plus réactifs, plus "branchés" : "colleur d'affiche du Web" est sans doute un appel plus attractif que "militant du PS", même si l'un n'empêche pas l'autre.

L'analyse d'une consultante en marketing sur quip in touch : "scotchée!"

mercredi, décembre 20 2006

C'est VOUS qui pouvez parler : La "Vie chère" contre "pouvoir d'achat"

Détournement d'une campagne publicitaire par le site rebellyon , site d'info alternative lyonnaise.

En politique les mots chosis ou même inventés (innovons...) , les expressions-concepts, ont une extrême importance, ce n'est pas l'excellent Jean Veronis qui me contredira. Et je ne parle pas des petites phrases...
Il y a quelque temps un article d'Isabelle Mandraud  du 23 novembre 06 dans le journal LE MONDE a permis à Ségolène Royal de s'exprimer.
Lors d'un déjeuner avec près de 600 maires socialistes, Mme Royal les a incités à lui faire part des préoccupations des Français et surtout des mots qu'ils emploient pour en parler. Elle a tout de suite donné un exemple : "Si je dis "la vie chère" au lieu de "pouvoir d'achat", ce n'est pas un hasard, a-t-elle insisté avant d'expliquer en substance que, "la vie chère", tout le monde comprend ce que cela veut dire, tandis que le "pouvoir d'achat", lui, dépend de statistiques de l'Insee qui s'obstine à le voir en hausse."

Aujourd"hui ce soir mercredi 20 décembre à Paris c'est VOUS qui pouvez parler

samedi, décembre 9 2006

Objets Présidentiels by MOLUSK


Effigies des hommes politiques et des candidats. Les objets présidentiels conçus par MOLUSK sont disponibles sous forme de badge (2 euros l'unité, gros succès), de cartes postales, de tee-shirts (bientôt).

Oui, il manque encore François et les autres : François Bayrou va encore dire qu’on l’oublie. C’est prévu, François, tu auras ton badge toi aussi.

Acquisition : sur le site deMOLUSK info@molusk.net

Et voilà porté par La Ménagère (photo Timothée Rolin)

- page 1 de 2