Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Ségolène Royal

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, juin 11 2012

Cruelles législatives

Les élections législatives sont peut-être plus encore que les élections présidentielles, l'occasion de mesurer la cruauté inhérente à l'ambition politique. Une première constatation : il y a bien une logique dans ce vote de premier tour en faveur de la gauche, et les électeurs n'entendent pas renier leur vote présidentiel. Deuxième constation : le flou est difficilement accepté par les électeurs. Exit Rama Yade qui a après avoir opté pour le Parti radical a finalement soutenu à la dernière minute Nicolas Sarkozy lors des élections présidentielles pour finalement revenir faire campagne auprès de Jean-louis Borloo, de moins en moins convaincant. Très menacé François Bayrou, isolé, dont le parti MoDem a prouvé d'année en année son inexistence. "Il aurait mieux valu qu'il garde sa langue", dit-un homme de son village. Exit en très grand nombre les candidats qui se sont présentés avec une étiquette floue « divers droite ».

Enfin, cruelle législatives, les égos ne sont pas épargnés, la popularité ne sert plus Ségolène Royal, et la fougue n'aura pas suffit à Jean-Luc Mélenchon. Cruel aussi de voir des élus locaux qui font du bon boulot sur le terrain mais n'ont pas été choisis comme candidat par leur parti être éliminés dès le premier tour. En politique, on gagne ou on perd.

lundi, octobre 10 2011

« Fin d'une histoire »...et le début d'une autre : 2006-2012

« Fin d'une histoire » écrit le Figaro parlant de La chute de la Maison Royal, titre de l'article. Le Blog de la Ménagère a été crée le mercredi 27 septembre 2006, jour de la rencontre de la République des blogs. Le contexte : la campagne présidentielle 2007 L'idée me tente de reprendre ce "Journal politiquement incorrect d’une ménagère » quelques mois avant les élections présidentielles 2012.

La scène politique revisitée

Revisiter cinq ans après, la scène politique, en dit long sur la politique elle-même et ses retournements . « Entre 2007 et 2011, Ségolène Royal avait pourtant changé. Tous ses rivaux en convenaient : elle était beaucoup mieux préparée qu'il y a quatre ans. Mais sans doute n'était-elle plus entendue des électeurs, au-delà de ses supporteurs. » poursuit le Figaro du 10 octobre. La Ségolène Royal rayonnante de ce blog a commencé en 2006 pleure sur la vidéo de 2011. Ses larmes émeuvent Arnaud Montebourg. Il l'avait soutenu en 2007. Elle n'avait pas su le garder à ses côtés. Dommage. Il a su parler à l'électorat "classe moyenne" comme elle avait su le faire en 2007. « C'est dur », dit-elle, oui, c'est dur la politique. "Elle paye sa défaite", "elle n'a pas su rebondir", "on lui a volé le parti", "pionnière". On lui a aussi volé un certain nombre d'idées, reconnues...sans elle. C'est une double défaite pour Ségolène Royal, puisqu'elle voit son ex-compagnon François Hollande triompher, alors qu'en 2007 c'était lui qui voyait monter, impuissant, sa popularité. Oui, c'est dur l'amour et ses ruptures. Le score d'Arnaud Montebourg montre assez bien à la gauche classique que les héritiers de François Mitterrand doivent être radicalement plus « à gauche » pour répondre aux attentes des électeurs. Le mot-clef «démondialisation » ne doit plus leur faire peur. Bien au contraire il leur montre la voie. Pour ceux qui n'auraient pas encore voulu l'entendre.

Photos souvenirs

Ségolène Royal (PS), Quitterie Delmas (Modem) au temps de la "Républque des blogs". Deux femmes ayant eu l'intution del'impact des réseaux sociaux et de la démocratie participative... fusillées par leur propre parti. 

 

    

 

 

lundi, mai 7 2007

"MERCI SEGOLENE"!


"Merci Ségolène, merci Ségolène!"

Ce sont des milliers de jeunes hier soir qui s'étaient massés devant le GG du Parti Socialiste rue de Solférino, à Paris,  pour être aux côtés de la candidate socialiste et la remercier de sa campagne courageuse, magnifique. Une atmosphère festive et positive, malgré la défaite.

Merci, Ségolène Royal.

La vidéo sur dailymotion : http://www.dailymotion.com/video/x1wtpr_declaration-de-segolene-royal

dimanche, mai 6 2007

Mon tee-shirt Ségolène Royal m'attire des sympathies , c'est bon signe!

Le tee-shirt rose pâle avec Ségolène Royal m'attire des sympathies : sur le quai de la gare d'abord, où une presque retraitée entame la conversation en encourageant "les jeunes à se battre pour la liberté". Elle me confie que malheureusement "à la campagne beaucoup trop de femmes votent comme leur mari". Puis avec de charmants contrôleurs SNCF. Je cherchais mon billet, et ils m'ont dit "on vous fait confiance, vous avez le bon tee-shirt". Enfin à Paris où je suis revenue voter ce 6 mai : beaucoup de sourires de connivence.

Sauf qu'en arrivant au bureau de vote, on m'a demandé de le cacher! Pas de problème, c'est la règle!

Je continue donc à être persuadée que beaucoup, beaucoup de français vont voter Ségolène Royal.

Nous saurons ce soir s'ils ont été en nombre suffisant pour que la France ait une présidente et une rénovation de son système politique.

jeudi, mai 3 2007

Duel ou débat?

« Un face-à-face à contre-emploi », un duel « musclé », la presse a du mal à désigner un vainqueur : tous considèrent que les électeurs spectateurs auront été confortés dans leur choix.

« Les socialistes ont trouvé un leader » (Catherine Ney, Europe 1), « Une tigresse et un matou » (Sud-Ouest).

Nous reviendrons plus tard sur ce débat, mais je cite une réaction à chaud d’une militante PS interrogée par rmc à la sortie du visionnage collectif dans le 18ème : "c’est Ségolène Royal qui a eu la « hauteur » d’une présidente, et mis le débat à ce niveau". En choisissant l'attaque, elle a continué dans le registre de l'audace, elle a joué "le tout pour le tout", la sincerité, l'indignation, les valeurs et les idées. Nicolas Sarkozy, policé, courtois, a plutôt été dans le registre d'un débat télévisé ordinaire, se préoccupant de donner une bonne image et de séduire les journalistes sur le plateau.

Qui aura séduit la France? Sans doute ne faut-il pas exagérer l'importance de ce débat dans le choix des électeurs, choix déjà opéré avant le 2 mai pour la plupart des gens interrogés, même si des commentaires à l'emporte-pièce sur le réseau démontrent qu'il existe encore beaucoup (trop?) d'électeurs qui se fondent sur cet exercice imposé du face à face, alors que le choix devrait être muri par les informations qui ont été diffusées  par les équipes de campagne et par les divers médias depuis le début de la cette campagne présidentielle 2007, qui dans quelques jours touche à sa fin.

Dernière minute, déclaration de François Bayrou : je ne voterai pas pour Nicolas Sarkozy.

mercredi, mai 2 2007

Une belle Journée de 1er mai

mardi, mai 1 2007

La France qui respire à Charlety avec Ségolène Royal

La France qui respire, la France qui veut respirer : ni une caricature de la gauche, ni outrageusement anti-droite, la France qui est venue à Charlety dans ce chaud soleil du 1er mai est une France « bon esprit » qui veut de toutes ses forces sortir des années de plomb, et surtout ne pas les voir reconduire. Ségolène a réussi son pari, remplir le stade Charlety (40 000 personnes) et apparaître en femme neuve, porteuse d’espérance et de liberté.

 15h

Dès 15 h les militants commencent à arriver sur la pelouse. Tee-shirts rouges, roses pâle, blancs imprimés de mauve, couleur de la segosphère, le matériel militant est gai et créatif : ça aussi c’est un signe de rénovation!.  16h 30 : on annonce 20 000 personnes dans le stade. L’ambiance « Ségolène c’est elle » gagne la foule. Michel Delpech entame « une chanson de mai 68 » :

« C'est comme un soleil

Dans le gris du ciel

Wight is Wight »

Les bras se lèvent, couvrant la voix des invités. Et puis c’est Grand Corps Malade :

« J’espère donc je suis

J’espère donc ce soir je suis

Avec vous à Charlety »

Des extraits de déclarations de la candidate et aussi de citoyens ou d’invités : Patrick Weill, universitaire, « Ségolène Royal, c’est la garantie du pouvoir partagé. » « Une femme déterminée, claire, sûre de son projet » dira un autre invité qui, sans être de gauche, vient appeler à voter Ségolène Royal. « Ca va Charlety ? » interroge de temps à autre l’animateur. La réponse fuse de la foule « Ségolène Ro-Yal,  Ségolène Ro-yal ! ». Dans le stand de presse, même les journalistes dansent. « Nous recevons des coups de fil de toute la France » dira Cali, « Miossec, Lavilliers sont avec nous! » avant d’entamer son célèbre refrain « C’est quand le bonheur ? », « Aujourd’hui ! » Il quitte la scène en lançant un « A dimanche ! » tonique.

 
19h

Ségolène Royal arrive par l’allée qui lui a été ménagée par les jeunes socialistes, elle arrive sur scène presque en dansant, légère, tandis qu’une chanson sur mesure envahit le stade « Ségolène, tu peux compter sur nous, l’avenir sera au rendez-vous ! ». Minuscule dans l’immensité du stade Charlety maintenant rempli, en rouge et banc, elle commence ce qui sera un long discours « Je vous salue peuple de France » et elle enchaîne malgré les ovations qui couvrent sa voix un peu cassée : « peuple libre, peuple fier, insoumis »   Discours récapitulatif du pacte présidentiel, où personne n’est oublié, ni les étudiants, ni les artisans, ni l’otage en Afghanistan, ni Ingrid Betancourt. Quand elle arrive à « Je suis avec vous dans cette dernière ligne droite », nouvelle ovation « On va gagner, on va gagner ! ». Puis elle reprend en s’adressant directement à la foule : « quelques mots en confidence », « j’ai tenu grâce à vous » « parfois j’ai trébuché, mais avec vous je me suis relevée », « le courage du combat politique je l’ai construit avec vous pendant ces 18 mois de campagne. » « mon courage c’est pour vous, parce que simplement mon projet c’est vous » « parce que tout simplement nous nous aimons beaucoup ». Ce sera le moment à fort impact, le plus émouvant avant d’entrer dans les détails du pacte présidentiel.

Et c’est vrai que maintenant, on l’aime, Ségolène « Maintenant c’est elle». Après tous ces mois de contestation, elle a gagné la bataille de l’adhésion  : des siens, son parti, des réticents, des hésitants…enfin presque. Les gens ont compris qu’elle voulait « remettre les citoyens au cœur de l’action politique. »

 Elle apostrophe son adversaire : inutile de revenir 40 ans en arrière et de défiler contre Mai 68 sur les Champs Elysées : « Le palais Omnisport de Bercy, ce n’est pas les Champs Elysées,  Doc Gynéco n’est pas André Malraux, et Nicolas Sarkozy n’est pas le Général De Gaulle ! » Mai 68 reviendra plusieurs fois dans son discours, un héritage qu’elle défend, elle a compris que les français n’aiment pas qu’on attaque l’histoire de la France. Une France qu’elle veut « sans violence, qui prend à bras le corps toutes les énergies ». Dans les tribunes, on aperçoit Jack Lang, Noël Mamère, et quelques « people »: Dominique Beneshard à côté de Geneviève de Fontenoy, qui tout à l’heure agitait la banderole « Ségolène présidente ».

 
20h

Sur l’écran, Ségolène Royal est entourée des artistes présents. Et puis François Hollande aparaît, et à chaque fois la foule le salue par un chaleureux élan. Et voilà, c’est la fin, le soir tombe sur Charlety. « Ségolène, tu peux compter sur nous ! » reprend la foule en chœur « On va gagner ! On va gagner ! » .

dimanche, avril 29 2007

Départ de Ségolène Royale

Ségolène Royale s’en va à toute allure, je ne la vois que de dos et de trois-quarts :  elle sourit, comme elle a souri tout au long du débat.

 

samedi, avril 28 2007

Rencontre au sommet, Hôtel Westin, Paris

Bientôt un compte-rendu du débat Ségolène-Royal- François Bayrou, la Ménagère était au Westin, hôtel parisien qui a abrité l'évenement historique...

En attendant, il fait beau, je file au vernissage du nouvel espace de la Galerie Magda Danysz dans le Marais.

Un nouveau paysage politique français

Crédits image: Débat sur RMC BFMTV

"Un tremblement de terre, une rupture historique". Interrogé ce matin samedi 28 avril par Dominique Souchier sur Europe 1, Pierre Rosenvallon (La contre- démocratie, Le Seuil )

"La démocratie française ne sera pas après comme avant", "Avec cette nouvelle génération peut-être que ce sont de nouveaux projets qui peuvent émerger".

Prélude au débat :  commentaire de l’analyse du débat sur « Pourquoi Royal et Bayrou ont accepté un débat » (LCI, Renaud Pila)

 « sur le fond, certains ne digèrent pas le fait accompli d'un renversement d'alliance, avec un parti issu de la droite."Avec sa proposition de ministres UDF, elle a mis le feu aux poudres", confie un dirigeant de la rue de Solférino »

Le commentaire de la Ménagère :
Oui mais …le futur parti de François Bayrou sera-t-il encore un parti de droite, rien n’est moins sûr. «il entend bien présenter en juin dans les 577 circonscriptions des visages jeunes et nouveaux, notamment des déçus de la gauche orthodoxe » Ce « drigeant de la rue de Solferino » s’enferre dans les anciens clivages alors que se joue sous ses yeux une recomposition du paysage politique français. 

 « Mais comment faire en catastrophe ce que la gauche française n'a pas réussi en cinq ans d'opposition ? Mission impossible mais la victoire de Royal est à ce prix. »

 Le commentaire de la Ménagère
Ségolène Royal a des intuitions, des décisions de dernière minute, (comme faire jouer La Marseillaise dans son meeting à Lyon hier 27 avril), donc de l’audace, de la prise de risque jour après jour, c’est une « femme debout », elle a repris l’expression dans son meeting de ce jour alors que Nicolas Sarkozy joue la victimisation.

En conclusion d’une victoire « jouable » selon ses propres termes, Ségolène Royal a fait une victoire « probable », parce qu’elle a donné envie qu’elle gagne à de plus en plusde français, en accentuant le thème du changement mais aussi de la rigueur, de la fin de l'état-providence et de son laxisme. Nicolas Sarkozy donne l’impression de vouloir gagner, mais de ne pas avoir su communiquer cette envie à la France qui veut changer. Parti gagnant, il risque maintenant de perdre.

vendredi, avril 27 2007

Ségolène Royal, prête pour le second tour!



Pourquoi "prête pour le second tour"? Parce qu'elle a démontré ses qualités, parce qu'elle est ouverte  à une recomposition du paysage politique, parce qu'elle est portée par cette dynamique non arithmétique qui a fait dire ce matin aux dizaines de gens à qui des militants socialistes ont tendu des tracts  à l'entrée du métro : "Pas la peine, je vote Ségolène Royal!"

Info dernière minute : débat, pas débat? Dépêche de l'AFP 15h08, "le débat sera organisé dans un hôtel parisien et retransmis en direct samedi, à partir de 11H00, par BFM TV et RMC (groupe NextRadio TV), a annoncé de son côté BFM TV."

Pour faire face à une mobilisation qui prévoit d’être exceptionnelle, Ségolène Royal sera finalement le 1er mai  au stade Charléty.  L’ouverture des portes se fera à 15h.

Stade Charléty
99, boulevard Kellermann
75013 Paris
RER B Cité Universitaire
Métro Ligne 7 Maison Blanche ou Porte d’Italie
Tramway T3 Poternes Peupliers ou Porte d’Italie
Bus 184 Damesme ou Bus 57 Poterne des Peupliers



jeudi, avril 26 2007

Du côté de chez Bayrou et des autres : une soirée avec des Jeunes Libres

Au moment où se met en place avec difficulté le débat Ségolène Royal/François Bayrou (annoncé pour le samedi 28 avril, puis annoncé comme reporté), Quitterie Delmas, des jeunes libres de s'engager, UDF et proche de François Bayrou déclare hier 25 avril : « à titre personnel, j’annonce que je voterai au second tour pour Ségolène Royal ». Et elle ajoute « on est à l’ère du collaboratif et du coopératif ». On peut lire sur son blog le billet "Les raisons de mon choix personnel" "Si je vote à titre personnel aujourd’hui Ségolène Royal, c’est que dans sa liberté par rapport au PS, elle démontre aujourd’hui qu’une refondation des appareils politiques est possible".

L’entourage est aussi ce qui compte en politique. Suite à l’appel aux lecteurs du blog Jeunes Libres de se rencontrer autour d’un verre (voir billet précédent) j’ai eu l’occasion de parler avec les membres actifs des Jeunes Libres et de voir que certains sont assez mûrs et inventifs pour avoir toute leur place en politique.

Des Jeunes Libres

Grâce à cette campagne, à ces rencontres autour du réseau tissé par le blog Jeunes Libres et les actions de terrain, ils ont acquis une expérience politique très actuelle « Les rencontres, le point fort et le plus  enrichissant de cette campagne », confie Virginie, une des responsables des Jeunes Libres. A cette soirée dans un bar de la Bastille était venus de toute l’Ile de France et même de la France des jeunes de tous bords, avec lesquels le dialogue s’est noué de façon grave et souriante, sans obsession de savoir « qui votera pour qui », même s’il était intéressant de constater que le choix se portait soit sur blanc soit Royal. Ou encore orange  « avec une typographie à ma façon », pour Maddy, une jeune en apprentissage. Son site myspace vient d’être piraté, parce que, soupçonne-t-elle,  elle y a affiché ce slogan un peu brutal « ni la gourde ni la gourdin ».  « Bayrou » comme bulletin dans l’urne pour marquer le coup, pour Laurent Haddad un des piliers de Jeunes Libres, blog voyageenpolitique,   (lire ses semainoscopies !) encore sous le coup de la défaite de SON candidat…mais qui se relève et réfléchit  à la vitesse de l’éclair. Soit blanc soit Royal…mais point de vote Sarkozy, sauf pour les jeunes et sympathiques militants de l’UMP qui ont vite compris que la soirée ne pencherait pas de leur côté.

Quitterie

Quitterie Delmas a la voix cassée ce soir là mais elle virevolte d’un groupe à l’autre, la silhouette lumineuse, tee-shirt blanc –tiens, le blanc, ça me rappelle quelqu’un ! – a commencé sa journée tôt : à 6 h. A 7 heures elle a pris un café avec François Bayrou auquel elle a confié son choix.  Un peu plus tard elle devait être sur le plateau de i-télé. Là on lui annonce qu’aucun parlementaire UDF n’a souhaité s’exprimer, et qu’elle seule va parler au nom de l’UDF. Panique… mais « Allez, on y va ! » Car Quitterie ne fait pas partie de celles qui hésitent mais qui foncent! Selon elle, il y a des points de convergence qui pourrait exister entre François Bayrou et Ségolène Royal, à commencer par la réforme des institutions. Ce cheval de bataille de François Bayrou est aussi celui de Ségolène Royal, ils ont tous deux pris des distances avec leurs partis respectifs, tout en prenant garde à les ménager. Mais pour combien de temps ? L’annonce du nouveau Parti Démocrate par François Bayrou enchante les Jeunes Libres : « la vielle garde s’en va ! » ce qui est dans doute inéluctable pour l’ensemble des partis  « Ce qui compte, c’est la vitalité ! » dira encore Quitterie Delmas « si la ligne a autant bougé, c’est grâce à Internet ». Car le blog Jeunes Libres reçoit jusqu’à 40 000 visites par mois et les commentaires se comptent par centaines. Le blog leur a donné une formidable « carte de visite ». « Internet va bouleverser les hiérarchies » dit Quitterie. D’accord Quitterie, sauf que… sauf que les hiérarchies résistent, et ne sont pas décidées à laisser la place. Leur place, les Jeunes Libres n’ont pas attendu qu’on leur assigne dans un parti : « notre place, nous l’avons prise », disent Virginie et Quitterie. « Les meetings, ça ne sert pas forcement, ce qui compte aujourd’hui, c’est de lancer une dynamique ».  Elles sont de cette nouvelle génération de la net politique, actrices de cette formidable conversation en cours sur Internet qui aiguise les esprits  et les plumes.  « Un blog permet d’expérimenter des idées et de les ajuster » dit Quitterie Delmas. Tiens elle emploie le même mot que Ségolène Royal qui a toujours parlé de son programme qu’on peut « ajuster ». Pour Quitterie Delmas, il est essentiel « que le paysage politique se déverrouille ». Le « challenge » de Ségolène Royal et son côté femme libre ne lui a pas déplu, ça se sent.

Et les autres…

Au milieu de la soirée, Quitterie a un coup de génie et demande à chacun de se présenter, ils le font en toute transparence, devant la caméra de Pierre Abruzzini, des motsetdescouleurs François Alex, l’animateur du blog et de la liste gonordisk : « Ce qui m'a stupéfait dans cette soirée à la fois très jeune et très diversifiée (UDF-PS-UMP!), est la grande sérénité et le respect mutuel qui y régnaient. J'ai ressenti une grande confiance dans l'avenir et un engagement déterminé. »  L’un après l’autre, tous les participants ont décliné leur identité, personne n’a été diabolisé et tout le monde a applaudi et encouragé l’engagement dans sa diversité . Par exemple Pierre Nicolas Burel, engagé dans l’UDF grâce à François Bayrou lui-même, rencontré dans la rue il y a 6 ans … et qui a  interrompu sa conversation sur portable pour écouter ce jeune adhérent potentiel. Des dizaines de blogueurs déclinent leur identité et leur choix Nicolas Vinci, ou encore Luc Mandret  ou encore http://abadinte.canalblog.com. Un moment réussi de transparence spontanée, "son instinct" commente Laurent Haddad, "elle est très instinctive, c'est une qualité en politique".

Clou de la soirée, Quitterie Delmas annonce « officiellement » face caméra : « à titre personnel je voterai Ségolène Royal au second tour. » Nul doute qu’elle fait partie des « influenceuses » et que sa déclaration sera entendue.  Dans la recomposition accelérée du paysage politique français, souhaitée par tous les jeunes présents, il faudra compter avec cette nouvelle forme de démocratie, issue de la libre réflexion sur les réseaux. Alors Quitterie, à un de ces prochains jours à l’Assemblée nationale?

PS : de la part des blogueuses un grand merci à Versac et la République des blogs qui a permis la rencontre du Blog de la Ménagère avec Quitterie Delmas et les Jeunes Libres il y a (déjà!) plusieurs mois.

mercredi, avril 25 2007

Du côté de chez Bayrou

Source image : Quitterie Delmas en campagne, site des Jeunes Libres UDF

Citations du Figaro.fr mardi 24 avril au soir

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

  • Publié le 24 avril 2007 à 22h11

Royal pourrait enrichir son pacte

Ségolène Royal a déclaré aujourd'hui qu'il était concevable, dans le cadre de discussions avec François Bayrou, "d'ajouter des choses" à son pacte présidentiel, assurant que l'ouverture proposée n'était "pas du tout ou rien".

(Avec AFP).

  •  Publié le 24 avril 2007 à 21h26

« Royal prendrait des ministres UDF »

Ségolène Royal a déclaré à Rouen mardi soir que si François Bayrou rejoint le "pacte présidentiel" proposé aux Français, "bien sûr" il y aura des ministres UDF au gouvernement. »

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La Ménagère se rendra sans doute le 25 avril à l’invitation de Quitterie Delmas et des Jeunes Libres UDF  puisqu’ils sont eu la gentillesse de l’admettre à leur « apéro ».

Le mérite de ces campagnes présidentielles aura été de signifier « la fin des dinosaures », paix à Jacques Chirac et ses  7 comptes en banque et son appartement avec vue sur la Seine !

 La « fin des dinosaures », selon l’expression de Jacques Attali (voir billets précédent). doit marquer l’avènement  les « jeunes » trentenaires qui veulent avoir leur place dans la politique française et internationale. D'après PlUSnews, Quitterie Delmas "se présentera pour la 1ere fois, sous l’étiquette du futur parti démocrate de François Bayrou, dans la 10ème circonscription de Paris (13 et 14emes arrondissements)". A vérifier auprès de l'interéssée.

 PLACE aux jeunes, et si Ségolène Royal, jeune babyboomer, veut s’entourer de « ministres UDF au gouvernement » comme l’annonce le Figaro.fr, pour les cabinets ministériels et autres responsabilités politiques, qu’elle aille voir du côté des Jeunes Libres qui ont défendu François Bayrou. Elle y trouvera une équipe de jeunes femmes valeureuses  - et jeunes hommes aussi !- qui méritent de trouver toute leur place dans la rénovation de la classe politique française, tout simplement parce qu’ils sont en phase avec le XXIème siècle, qu’ils en possèdent le ressenti, la culture, y compris la culture technologique, ce qui n’est pas le cas de la faune politique du siècle dernier, dinosaures et éléphants confondus. 

mardi, avril 24 2007

Jacques Attali approuve l'appel de Ségolène Royal vers Bayrou : sur son blog et sur Europe1 il salue "Le printemps français"


Selon un des français anonymes qu'on entend dans les émissions "participatives", et qui s'apprête à voter à nouveau Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy a un programme pour la France, mais Ségolène Royal a un programme pour la France ET les français. Assez juste, cette parole de français : ce dont la France a besoin est d'un Président qui s'occupe au moins autant des français que de la "grandeur de la France", de leur souffrance comme de leur esprit d'entreprise, de leur frustration comme de leur sens de l'innovation,  une France qui en a plus qu'assez d'être freinée et contrainte par ses dirigeants,  et en ce sens l'expression de Nicolas Sarkozy "la France exasperée" est bien choisie, mais cette expaspération est "de gauche" également, assez d'une classe politique et d'un état qui n'ont pas su se moderniser au rythme de la frange de la société civile la plus innovante et dynamique, plus intuitive et prospective aussi que ses hommes politiques. Ségolène Royale a su capter ce désir de changement des français, être à leur écoute, il faut qu'elle l'élargisse et qu'elle le mette en mots encore plus forts et encore plus audacieux.

C'est aussi l'avis de Jacques Attali, interviewé par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1 ce mardi  24 avril dans "La Matinale des candidats": "le retard de la classe politique sur les Français vient enfin d'être comblé". Lui qui est à la fois ami de Nicolas Sarkozy et admirateur de la personnalité de Ségolène Royal ne conseille personne (il part en Inde pendant une semaine pour Planète Finance) qu'il dirige. Mais croit sur son blog  à un Printemps français:

« Le Printemps français », au fond c’est la mort des dinosaures (parti communiste, FN) avec des partis de gouvernement en situation de représenter le pays, grâce au réalisme des électeurs.  La modernisation tient à l’action des français et la classe politique était en retard : modernisez l’état !

Il répète (voir billet précédent) que l'élection se fera sur la personnalité, le caractère, la compétence du candidat, plus que sur un programme. Il juge "très habile et très cohérente la proposition de Ségolène Royale" à François Bayrou, elle agit dans la transparence, en "femme libre", la marque de son style. Il avait déjà noté lors le discours le 22 avril : " elle est en contact direct avec les Français".

Ségolène Royal est  celle qui qui aura fait "bouger les lignes "de la classe politique dans son ensemble,  en ne se reposant pas sur les mécanismes de parti les plus routiniers, et sur ceux qui ont été rejetés par les français, une gauche trop libérale (avec un zeste de gauche caviar...) et surtout trop "déjà vu". Elle a épuré la gauche de ses "clichés de gauche" qui avait exasperé les électeurs de gauche de 2002, elle a su reconquérir les classes moyennes qui avaient été abandonnées au profit des plus désherités.  Elle qui a su s'entourer pour arriver au premier tour d'une équipe aux concepts innovants, devra faire savoir qu'elle va s'entourer en tant que présidente d'hommes et de femmes "nouveaux"...peut-être avec un soupçon d'hommes et de femmes "expérimentés"... pour rassurer. Le "mix" est complexe et risqué,  entre innover et rassurer, la marge de manoeuvre est étroite, mais le second tour est "jouable", comme elle l'a dit  elle-même, avec  lucidité et combattivité.

Alors restons en effervescence, en mots et en actions, pour la France du changement, la France Présidente à l'écoute des français!

dimanche, avril 22 2007

"Ségolène Présidente !" En direct sur le site desirsdavenirs

21h45

« Chers compatriotes » Ségolène Royal parle déjà comme une présidente : « Un élan civique s’est levé ! » … « Le combat du changement pour que la France se relève » interruption : "Ségolène présidente, Ségolène, présidente…!" « qu’elle retrouve son optimisme et qu’elle fasse le choix de l’audace et de la serenité »…

 « Je tends la main à toutes celles et ceux qui pensent qu’il est non seulement possible mais urgent de quitte un système qui ne marche plus ».

Le discours de Ségolène Royal sur dailymotion et le direct QG socialiste site de desirsdavenirs la vidéo

Pour Jacques Attali, interviewé sur Europe 1, le ton est donné, "elle est en contact direct avec les Français".


vendredi, avril 20 2007

Ségolène Royal, la culture, l'esprit critique, l'innovation

"Moi, je veux que tous les jeunes puissent voir leur sensibilité et leur esprit critique s’éveiller, par le contact personnel avec les œuvres, la découverte des lieux de création, la rencontre avec les artistes. Je veux encourager les pratiques artistiques, notamment celles qui sont collectives, parce qu’elles sont le meilleur moyen de faire l’expérience de la vie en communauté, d’en apprendre les règles, et même de lutter contre la violence."

 
" Heureusement, l’interview accordée le 13 mars par Ségolène Royale aux Inrockuptibles marque une rupture nette et affirme une réelle ambition qui ringardise irrémédiablement ses concurrents ."

remarque André Rouillé dans l'éditorial du 19 avril 2007 de paris-art

"Dans son interview aux Inrockuptibles, Ségolène Royal adopte sur plusieurs points majeurs une posture radicalement différente de celle de ses deux adversaires. Sa vision de la culture est profondément ancrée dans l’actualité vivante, et ouverte vers le futur, à l’opposé de l’accent mis sur la culture d’hier, ossifiée dans le patrimoine et les «grandes œuvres» (dites) intemporelles.
Alors que Sarkozy et Bayrou privilégient le mécénat, c’est-à-dire l’abandon au privé d’une partie de l’action culturelle et artistique de la nation, Ségolène Royale se prononce résolument pour la création d’un «véritable service public de la culture» doté d’une «puissance sans précédent, artistique, politique, institutionnelle et budgétaire».
Elle affirme vouloir inverser la place subalterne actuellement dévolue à la culture afin de la «placer au centre, et non plus à la marge, de la réflexion sur les sujets de société, au même titre que l’économique et le social». Et pour cela faire de la culture «une des [ses] priorités budgétaires».

L'entretien est repris sur le site Segoleneroyal2007.

jeudi, mars 29 2007

"Nous sommes tous en campagne" : " "1000 Evénements du Changement".

En tout cas, la France bouge...plus d'électeurs, plus de débats...



Du côté de Ségolène Royal, une nouvelle campagne dans la campagne : "1000 Evénements du Changement", qui s'adresse particulièrement aux e-débatteurs et e-militants.

Chacun peut organiser un événement dans son quartier, dans sa famille ou en ligne pour convaincre les indécis. Moi j'organiserais bien un événement Ségolène Royal et l'intelligence collective.

Elle est la seule et la première à miser sur l'intelligence collective et citoyenne et à s'en donner les moyens humains et technologiques.

Pour mieux comprendre ce concept : "Les technologies de l'intelligence", l'avenir de la pensée à l'ère informatique, PIERRE LEVY La Découverte le Seuil 1990, en poche.

Aussi...Création artistique et Intelligence collective

Le Festival Malaupixel et le groupe Intelligence Collective de la Fing (http://ic.fing.org/) proposent une rencontre art et sciences sur la thématique de l’Intelligence Collective, domaine de recherche qui décrit entre autres la capacité d’un groupe à se comprendre, à s’organiser, à gérer ses interactions avec son environnement, à accomplir des taches collaboratives dans des buts communs.

Une conférence de Pierre Levy, directeur de la Chaire de Recherche du Canada en Intelligence collective et professeur en Communication à l’Université d’Ottawa, clôturera la journée sur le thème d’une nouvelle couche d’adressage de la mémoire numérique.

mardi, janvier 30 2007

Continuons le débat ! « La démocratie participative continuera après l’élection ! »

Illustration : le débat en cours et en 3D sur l'environnement, sur le site de segosphere.net, la jeune garde de Ségolène.

Dernière minute actu : Une réunion parisienne de restitution des débats participatifs aura lieu le samedi 3 février entre 14h30 et 16h30 au Musée Social, 5 rue Las Cases – 75007 Paris – Métro : Solférino. 

Pour Jacques Séguela ex-gourou politique et toujours fin publicitaire,  qui s’exprime dans DirectSoir du lundi 29 janvier, la campagne électorale est « révolutionnaire ». « C’est un choc générationnel, les élephants sont renvoyés au musée. »  Dans cette campagne « Ségolène Royal est partie avec deux copines et 25 000 euros ». Et elle est arrivée à être « la candidate » ! Elle a inventé l’écoute. « D’un côté il y aura  une société de l’autoritarisme que l’on connaît par cœur, c’est la suite de la chiraquie, de l’autre on aura une société de l’écoute ».

L’écoute et le débat participatif comme modes de fonctionnement de la démocratie et …du PS étaient au coeur de la réunion du Lundi 29 janvier 2007 organisée par desirsdavenir Paris, Forum sur la démocratie participative. 4 « référents » venaient rendre compte du débat thématique dont il est responsable : « la vie chère », « éducation et formation » . « la lutte contre la violence ». Tous trentenaires. A peine plus âgés que les jeunes « segosphere », organisateurs en tee-shirt aux couleurs mauves du site et au flyer parme  flamboyant : « IMPOSE-TOI DANS LE DEBAT ». Les référents  viennent rendre compte non tant des idées que de leur expérience de la méthode participative : « un travail participatif, c’est un investissement humain et matériel important » raconte Jean-François,  « un point très positif, le travail participatif met du lien social. Et encore : « il faut une réforme structurelle prioritaire au PS, il faut ouvrir les sections aux quartiers ». Le PS s’est endormi, la dimension participative doit le réveiller, même si, au final, il avoue peu de propositions révolutionnaires. Pour Damien dont les invités au débat sur l’éducation vont de Gérard Aschieri, FSU, à Bruno Julliard, de l’UNEF la semaine prochaine, le « travailler » ensemble » a amené des « propositions innovantes » et même surpenantes, loin des clichés de la gauche. Mais oui, les profs sont d’accord pour allonger le temps de travail, il suffit de discuter des modalités…

 
En conclusion : un « kit » participatif très bien conçu dont devraient s’emparer…nos administrations imbues de technocratie. Un public convaincu, et pas seulement des militants du PS, mais des gens, simplement désireux de faire de la politique. ..à condition d’être écoutés.

 A lre  La prise de l’Elysée, Jacques Séguéla et Thierry Saussez, éditions Plon.

lundi, janvier 29 2007

Encore un débat sur l'éducation : les suggestions (rapides) de La Ménagère!

L’éducation

J’ai apprécié le Débat participatif sur la formation tout au long de la vie dans le 18ème, Paris. De bonnes idées ont été émises, notamment par les professionnels de l’éducation invités, l’inspecteur général Jean-Marie Panazol, Gabriel Cohn Bendit, mais…il y a chaque année d’excellents rapports de l’inspection générale dont le système éducatif ne tient pas compte, pourquoi? 

Usages en éducation : peut-être faudrait-il examiner les programmes et les supports d’enseignement de l’éducation nationale.  La société civile est beaucoup plus avancée dans les usages que le système éducatif qui reste figé dans sa façon d’appréhender l’éducation et dont la formation tout au long de la vie.

En France voir par exemple la méthodologie d’un récent « wikischool » : http://ru3.com/

Voir les sites collaboratifs de certains enseignants comme L’école du possible :

http://www.c-possible.org/et  et tant d’autres dont les compétences en TIC sont sous-utilisées faute d’appliquer l’intelligence collective au système éducatif.

ARGENT : placer dans chaque académie un service  pour recueilir les fonds européens au lieu de se plaindre qu’il n’y a pas de moyens, allons les chercher !  Voir par exemple l’papel à proposition « Education et formation tout au long de la vie » : http://www.educnet.education.fr/actu/actualite.php?th=actu#G20070110

Formation tout au long de la vie : de récents ouvrages démontrent la nécessité de modifier les orientations des apprentissages tous les ans. Hors le système éducatif est trop lourd pour s’adapter à une évolution rapide des métiers. Quels sont les exemples à l’étranger ? A chercher des exemples sur le site gonordisk de François Alex….et sur les rappports des relations internationales d’educnet (Ministère). Les cadres de l’éducation se sont offert de multiples voyages à l’étranger du type « benchmarking » : où est l’application ?

L’éducation nationale n’est pas assez consciente des potentialités de  l’immatériel : voir le rapport de Maurice Levy L’économie de l’immatériel, la croissance de demain sur le site du Ministère des Finances qui pointe l’incapacité des services publics à tirer partie de leurs actifs immatiériels (dont les compétences humaines). Il serait intéressant de prendre certaines recommandations de ce rapport et de voir comment elles sont applicables au système éducatif et à la formation tout au long de la vie.

Suggestion  tenir compte de l’innovation ascendante, l’éducation nationale est trop « descendante » Les enseignants sont des experts non consultés : les compétences sont sous-utilisés et l’autoritarisme règne encore, là où il faudrait un dialogue. On ne consulte pas assez les enseignants experts qui font une veille dans leur discipline, ou encore en TIC :  ces enseignants qui tiennent des blogs ou des médias doivent s’exprimer en dehors du système, car il n'y a pas de dialogue entre les cadres et la "base". C'est une conception  anachronique de la gestion des compétences à l'intérieur d'une administration ou d'une institution. Elle repose encore sur la "pyramide hiérarchique" qui est souvent amenée à freiner (ce ne sont pas les personnes qui sont en cause, mais le système qui est caduque) les initiatives quand elles sont ascendantes. Pas de "bottom up"! Le fonctionnement en réseau interne reste théorique : il n'y a que très peu de politique de communication interne. Les chefs d'établissement sont parfois informés des décisions...par la presse! Les enseignants se sont organisés en réseaux parallèles, où ils peuvent alors s'exprimer en marge du système et trouver un public.

Suggestion nouveau rôle  : les enseignants entre 55 et 65 ans peuvent-ils faire le même métier qu’à 20 ans ? (voir pénibilité des métiers, point abordé ailleurs). N’y-a-t-il pas à étudier des fonctions de « coach » auprès des élèves pour leur intégration en entreprise ?De tutorat à distance auprès des élèves  en difficulté? Ces nouveaux rôles s’appuyant sur les technologies d’information et de communication  ne permettraient-ils pas  de diversifier les compétences des enseignants ? C'est le "privé" qui est en train d'investir ce champ du soutien scolaire. Commençons par appliquer "la formation tout au long de la vie" aux enseignants. S'ils en sont des exemples incarnés, ils pourront mieux transmettre le concept à leurs élèves On ne leur dit pas assez qu'au XXIème siècle on fait 4 ou 5 métiers différents dans une vie, grâce à la possibilité de reprendre des études et de faire des choix plus mature que dans la jeunesse.

Décalage et suggestion : l’éducation nationale met 7 ans et des sommes considérables à fabriquer un « bureau virtuel » « maison »  en mobilisant ses services informatiques (bureau virtuel qui n’a toujours pas atteint la communauté éducative de certaines académies)  alors que de petites PME et le Web 2.0 ont rendu opérationnelles des plateformes collaboratives. Suggestion : lancer des appels d’offre auprès de petites PME innovantes moderniserait le système.

mardi, janvier 2 2007

Cyber-voeux

Le 31 12 06 à 20h51 dans ma boîte aux lettres.

« Je suis très heureuse de vous présenter tous mes vœux pour cette année 2007 »

Voir le message vidéo :
http://www.desirsdavenir.org/index.php?c=actualites

 Meilleur décrypteur  des cyber-voeux des candidats : Jerôme Chapuis, Europe 1

 

- page 1 de 2