Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, septembre 28 2012

Jean-Marc Ayrault, je vous aime, et vive la slow politique !

Slow Politique

J'écris ce billet sans avoir consulté les « commentaires », ni Twitter, ni Google, ni Facebook, en me fondant sur ma propre impression, ma propre écoute....Comme la slowfood combat le gaspillage alimentaire, il est salutaire de s'opposer à la fast politique dictée par le rythme des médias ! Vive la slow politique !

"Alors, vous allez augmenter la CSG en 2013?" NON!

Jean-Marc Ayrault, je vous aime, Monsieur le Premier Ministre, je vous ai trouvé authentique, sincère, combatif, face aux tirs croisés de journalistes plus agressifs qu'offensifs, tous décidés à vous bombarder de questions convenues et redondantes. Je vous ai trouvé beau, avec votre chevelure argenté, vos yeux bleus et votre emportement légitime face au répétitif « Alors, vous allez augmenter la CSG? » revenu au moins cinq fois au cours de ce «Des paroles et des actes » animé sur France 2 par David Pujadas. Hervé Gattegno rédacteur en chef du Point, choix tout sauf impartial, probablement distrait pendant l'émission est revenu à la charge en conclusion, « Vous allez augmenter donc la CSG pour financer la dépendance ? » prouvant qu'il n'avait eu aucune écoute de vos réponses claires et précises.

Le "temps lent" de la consultation et de la négociation :  une salutaire résistance à la fast politique

Oui, chers confrères des médias, il y a d'autres pistes de réflexion que la pensée unique sur la protection sociale, soi-disant chère aux français, discours qui masque la volonté d'acheter une paix sociale qui n'existe plus. Oui, mesdames et messieurs les journalistes, qui voulez imposer au politique de « trancher », ignorant "les grands chantiers" qui demandent du temps", oui, il y a une volonté de gouverner en consultant, les « corps intermédiaires », "les acteurs de la société, les régions, les grands villes"  et la société civile. Vous, médias, addicts à la vitesse,  insistez en demandant à l'homme politique de décider et de décider en permanence et à toute allure, comme on l'a fait trop souvent dans une gouvernance précédente. Vous reprochez, en somme, le temps lent de la consultation et de la réflexion, en médias habitués au rythme effréné qui leur convient : les annonces et les décisions quotidiennes à l'emporte pièce, qui ensuite à se retrouver avec des lois inapplicables aux effets pervers. Alors que indiquez à François Lenglet, des pistes précises pour le système de santé ou sur la fiscalité, il n'est pas tenu compte de vos réponses. Vous avez même osé apostrophé David Pujadas en personne et ses questions négatives, pointant son "défaitisme". Oui Jean-Marc Ayrault vous m'avez rassuré en confirmant – enfin une question pertinente – que vous alliez tenir compte du rapport récent de l'Inspection générale des Finances qui pointe la cohorte coûteuse des multiples agences d'état. Plus difficile d'analyser ces satellites de l'état, souvent bras armés des élus, dont l'efficacité est contestée, que s'attaquer aux retraités et aux salariés comme d'habitude. Jean- Marc Ayrault, j'ai aimé votre ironie et votre mordant face à la talentueuse Nathalie Kosciusko-Morizet ce soir là un peu piteuse et à court d'arguments, se retirant sur la pointe des pieds. Au diable votre timidité ... vous avez fait dans la superbe.

Vive la slow politique qui "laisse du temps au temps"

Jean-Marc Ayrault, je vous aime et j'écris ce billet sans avoir consulté les « commentaires », ni Twitter, ni Google, ni Facebook, en me fondant sur ma propre impression, ma propre écoute, je vous crois sérieux, honnête, capable,connaissant les dossiers, et je ne crois pas les sondages qui prétendent un peu trop rapidement à une baisse de côte de cette nouvelle gouvernance. Il est toujours facile dans les médias de parler au nom des français quand on les interroge si peu ou avec des questions piégées et pauvres « Alors, vous approuvez un gouvernement qui va augmenter la CSG? » La réponse à la question truquée est non, bien sûr.

Oui je suis rassurée, face à une gauche combative mais qui n'a pas oublié ce slogan qui a marqué la gouvernance de François Mitterand : « laisser du temps au temps ». Comme la slowfood combat le gaspillage alimentaire, il est salutaire de s'opposer à la fast politique dictée par le rythme des médias. Vive Jean-Marc Ayrault! Vive la slow politique!

source image : site parti socilaiste

lundi, octobre 10 2011

« Fin d'une histoire »...et le début d'une autre : 2006-2012

« Fin d'une histoire » écrit le Figaro parlant de La chute de la Maison Royal, titre de l'article. Le Blog de la Ménagère a été crée le mercredi 27 septembre 2006, jour de la rencontre de la République des blogs. Le contexte : la campagne présidentielle 2007 L'idée me tente de reprendre ce "Journal politiquement incorrect d’une ménagère » quelques mois avant les élections présidentielles 2012.

La scène politique revisitée

Revisiter cinq ans après, la scène politique, en dit long sur la politique elle-même et ses retournements . « Entre 2007 et 2011, Ségolène Royal avait pourtant changé. Tous ses rivaux en convenaient : elle était beaucoup mieux préparée qu'il y a quatre ans. Mais sans doute n'était-elle plus entendue des électeurs, au-delà de ses supporteurs. » poursuit le Figaro du 10 octobre. La Ségolène Royal rayonnante de ce blog a commencé en 2006 pleure sur la vidéo de 2011. Ses larmes émeuvent Arnaud Montebourg. Il l'avait soutenu en 2007. Elle n'avait pas su le garder à ses côtés. Dommage. Il a su parler à l'électorat "classe moyenne" comme elle avait su le faire en 2007. « C'est dur », dit-elle, oui, c'est dur la politique. "Elle paye sa défaite", "elle n'a pas su rebondir", "on lui a volé le parti", "pionnière". On lui a aussi volé un certain nombre d'idées, reconnues...sans elle. C'est une double défaite pour Ségolène Royal, puisqu'elle voit son ex-compagnon François Hollande triompher, alors qu'en 2007 c'était lui qui voyait monter, impuissant, sa popularité. Oui, c'est dur l'amour et ses ruptures. Le score d'Arnaud Montebourg montre assez bien à la gauche classique que les héritiers de François Mitterrand doivent être radicalement plus « à gauche » pour répondre aux attentes des électeurs. Le mot-clef «démondialisation » ne doit plus leur faire peur. Bien au contraire il leur montre la voie. Pour ceux qui n'auraient pas encore voulu l'entendre.

Photos souvenirs

Ségolène Royal (PS), Quitterie Delmas (Modem) au temps de la "Républque des blogs". Deux femmes ayant eu l'intution del'impact des réseaux sociaux et de la démocratie participative... fusillées par leur propre parti. 

 

    

 

 

mercredi, septembre 26 2007

Rebelles à gauche : les militants socialistes de Jean-Baptiste Clément 18ème au travail

Un esprit dynamique anime cette section importante du PS du 18ème  arrondissement de Paris, « fief de Bertrand Delanoë et de Lionel Jospin, la fameuse« bande duXVIIIe » d'où est partie la conquête de Paris », comme la qualifie le site Paris d'avenir dans le billet "Municipales : A Paris rien n'est simple".  Les élus en place semblent souhaiter reconduire la candidature de l’actuel maire Daniel Vaillant, ancien ministre et député, et maire depuis 1995. Mais les militants PS de JBC 18 font de la résistance. Les ahérents de cette section et en particulier les adhérents récents montrent leur volonté de ne pas se laisser dicter leur conduite et de refuser le cumul des mandats.

Décidés à faire bouger les choses, ils soutiennent la candidature à la mairie du 18ème d’une nouvelle figure de la gauche, Didier Guillot . Nouvelle figure mais militant de longue date discret et estimé, comme le présente un article du Parisien du lundi 24 septembre.