Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, septembre 8 2014

Encore ...""un grand plan numérique pour l'école"...comme en 1998 ...

Des professeurs innovants du Collège Aliénor d'Aquitaine (Salles, Gironde) David Bouchillon et Sophie Aries inversent le concept traditionnel de l'école avec la "classe inversée" et utilisent le temps de présence de l'enseignant pour mettre  les élèves en activité.

(Encore!) "un grand plan numérique pour l'école"? Comme en 1998?

« Lors d'un déplacement dans un collège de la banlieue parisienne, le Président de la République a annoncé "un grand plan numérique pour l'école. » titrait un article du Monde le 2 septembre.

En cette rentrée scolaire un peu bousculée, il est de bon ton de ne pas oublier « le numérique » et la « formation des enseignants » - un peu comme si les enseignants faisaient partie d'un îlot à part dans la société resté à l'écart de toutes les innovations technologiques.

Et se souvenir grâce aux archives de Libération des enseignants qui en ....1998 étaient connectés et pratiquants et prônaient "L'écran bouclier anti-violence à l'école": « Les enseignants qui ont un peu de pratique pédagogique savent que l'écran est un bouclier non négligeable dans le combat contre la violence à l'école. L'élève auquel on présente pour la première fois l'Internet est un élève captivé: plus un mot, plus un geste, plus rien à voir avec le tableau noir. La vraie vie est là, toute en couleurs et en animations multimédia »

Les heureux « branchés » sur le « numérique » - en 1998 « multimédia »,  lançaient des alertes sur la nécessité de "Régénérer l'enseignement. Une intégration efficace des nouvelles technologies à l'école exige un changement profond de l'administration, de ses méthodes et de l'organisation du travail."

« les enseignants condamnés jusqu'ici à pratiquer les nouvelles technologies dans le cadre étroit de l'enseignement classique: les effectifs chargés des classes, le découpage horaire contraignant de 55 minutes, le cloisonnement disciplinaire peu compatible avec les «liens» entre savoirs à mettre en oeuvre sur les réseaux. » En ajoutant que :

« Certains s'en réjouissent et ne jurent que par l'Internet qui leur permettra d'informer en temps réel les cadres et d'entamer un dialogue interactif. D'autres rechignent et reculeront le moment où ils devront passer des «pyramides du pouvoir aux réseaux de savoirs».

Car le problème n'est pas celui de l'équipement ou même de la formation mais là encore la volonté d'une réforme structurelle et organisationnelle qui accompagnerait le "numérique à l'école".

Les enseignants innovants

Ce sont souvent certains « enseignants » avancés qui très tôt ont impulsé une révolution des usages et tenté d'en convaincre l'administration à laquelle ils sont soumis. On peut citer la réussite emblématique du «Café Pédagogique » de François Jarraud, devenu depuis éditeur à plein temps,  ou encore les sites Web pionniers en la matière de création de communautés comme Les Clionautes, Histoire, géographie et TICE ou  Weblettres. Depuis les initiatives innovantes des enseignants rodés aux usages du numérique se diversifient. David Bouchillon et Sophie Aries du collège Aliénor d'Aquitaine (Salles, Gironde) pratiquent "la classe inversée" : "la présence du professeur est utilisée au maximum pour réaliser des activités, mettre en activité les élèves".

 Mais "l'innovation ascendante" connait toujours un cheminement plus longs que les "grands plans" d'état...

Le code à l'école

Pour les élèves on reparle de l'apprentissage du code. «L'essor des formations de code informatique est un phénomène très urbain, reconnaît Xavier de Mazenod, fondateur de Ze Village. Mais il existe un vrai besoin et une forte demande dans les campagnes.»déclare Xavier de Mazenod au Figaro dans l'article de Géraldine Russel "Les campagnes, nouvel eldorado du numérique ?

"Mutinerie Village est à la fois un espace de travail, de formation et d’évènements." L'ambiance est ...mutine, plutôt geek mais pas que.... le vert appelle le foin, le potager et les légumes bio. Un peu pirate aussi, le nom mutin n'est pas neutre, selon l'un des fondateurs Xavier Jaquemet, il évoque la résistance. Les "mutins des champs" sont entrepreneurs, designers, développeurs, journalistes, graphistes, illustrateurs, consultants, investisseurs...hommes et femmes..« Situé dans une ferme du Perche, entre les bois et les champs, Mutinerie Village est un espace de travail, de formations et d'évènements. Mutinerie Village c'est 40 hectares de liberté, de création et de partage à moins de 2 heures de Paris" nous dit Antoine van den Broek, président de la Mutinerie dans le blog incwo.

L'école numérique de Simplon Village avance avec des candidatures déjà retenues. "il est encore temps de candidater... jusqu'au dimanche 14 septembre."

Et Xavier de Mazenod annonce également une nouvelle formation de ce type au Télécentre de Boitron (61) :" Lancement de la 1ère formation de développeurs informatiques web/mobile multimodale (en elearning + présentiel) rurale au télécentre de Boitron pour demandeurs d'emploi." Partenariat Zevillage.net et Simplon.co, ce format permet aux élèves d'appendre le code informatique à distance pendant 6 mois et chaque mois de se regrouper une semaine au télécentre de Boitron.

SIMPLONLINE http://simplon.co/foad une formation en ligne à distance qui débute le 6 octobre.


Un appel à projets est en cours pour « Développer l’approche de la maîtrise du codage informatique chez les jeunes du premier et second degré » nous informe Net Public. Date limite de réponse 15 septembre 2014.

Et aussi ...

Assises de la pédagogie organisées par le CRAP- Cahiers pédagogiques

"Le changement, c’est maintenu ?" Le mardi 21 octobre de 9h30 à 18h au lycée Edgar Quinet, 63 rue des Martyrs - Paris IXe

jeudi, juin 12 2014

« Ils vous ont donné leur voix, donnez leur la parole » : les citoyens veulent être consultés

L'association concert-urbain "mène une action originale afin de mettre les nouvelles technologies au service du dialogue et de la concertation sociale" et répertorient les sites qui vont dans ce sens.

Parmi les applications repérées : http://www.tellmycity.com/

"Tellmycity permet à tous de signaler un problème, suggérer une idée ou féliciter une initiative à partir d’un smartphone ou d’un formulaire web" 

La demande est là, les citoyens veulent être consultés sur les décisions qui les concernent, et pas seulement tous les 5 ans! Les outils existent. Mesdames et messieurs les élus, à vous de jouer!


vendredi, septembre 14 2007

L'accomplissement de soi : une soirée d'éveil et de gomme parfumée aux apéros du jeudi

Source illustration : boîte métallique Milou Bubble gum http://tintinomanie.chez-alice.fr/boite.htm

En cette rentrée où la presse féminine nous questionne « Etes-vous romantico-vintage, glam goth ou fashion addict ? » (Elle) Pourquoi tu cours, l’agence des idées,  nous entraîne vers d’autres hauteurs : « La vie ...c'est un peu comme un chewing-gum, elle est élastique dans le sens ou on peut choisir quelle vie on veut vivre et la vivre. »  Quelles sont les surprises qui vous attendent à la soirée bubble gum du 27 septembre? Le thème en sera …du chewing-gum participatif à l’accomplissement de soi. L’activité : faire des bulles, échanger, penser, être en état réceptif et s’ouvrir aux autres. « Face à la globalisation et l'uniformisation qui en résulte, à la pression que nous subissons quotidiennement pour être heureux, amoureux, adulant/adulé, séduisant/séduit, participant, euphorique, dynamique, et "successful"... le théme de "l'accomplissement de soi" prend une portée intéressante ... »

Au-delà de l’aspect toujours ludique et pétillant qui attire plus de 300 personnes des médias à ces désormais incontournables apéros du jeudi, une réflexion plus profonde est engagée par Jeremy Dumont et l’équipe qui animera ce thème. Qu’est-ce qu’être soi aujourd’hui ? Devenir soi-même ? Construire son mythe ?  Une rupture réussie avec le « vieil homme » ? Le courage ? Une spiritualité assumée? La conception au services des marques engagée par Pourquoi tu cours se veut fondée sur le ressenti, l’émotion, les vraies valeurs à dégager. Ces valeurs, le peuple éclectique des créatifs culturels les pressentent et les partagent, chacun selon leur mode d’expression. Fanny Granger créatrice du site A nos enfants qui interviendra pour exposer sa nouvelle façon de travailler ou encore Lionel Guesnet  « producteur et éleveur d’idées » co-auteur avec Brice Quaincé de « Ma vie sans bug » et bien d’autres encore. Les annonceurs sont à l’écoute, et viendront flairer dans le sillage des malabars acid cerise de nouvelles postures à adopter d’urgence.

Dans la même veine  Eric Seulliet, qui aura quelques jours auparavant invité les Fabricants du Futur à se réunir et à faire émerger les scénarios les plus fous et les plus efficaces.

 Ca bouge..

 Note : lesaperosdujeudi font se rencontrer les professionels des médias, marketing, creation, communication par secteurs professionnels un jeudi par mois pour faire avancer la réflexion et la création dans un monde sans idées neuves. S’inscrire sur le site.

samedi, juin 30 2007

La Ménagère court partout et n'a plus le temps d'écrire!

Logo du site de l'association Penser Public,  Auteur concepteur du site  Patrick Croquet

La Ménagère à fort à faire et elle dira pourquoi bientôt.

Ce samedi 30 juin, La Ménagère sera à l'assemblée générale de PENSER PUBLIC, à l'invitation de David Clair. Il y aura une intervention de Selim Allili (OFTT) sur les think tanks
(http://www.oftt.eu/)

Et quelques problématiques dont une qui m'est chère sur l'intelligence collective :

"Un Etat qui favorise et s’appuie sur l’intelligence collective de ses acteurs. L’enjeu est double.  Il s’agit d’abord de parvenir à des services publics décloisonnés caractérisés par leur intelligence collective, c'est-à-dire excellent dans sa capacité à faire émerger entre ses agents et ses structures des coopérations intellectuelles et opérationnelles efficaces. Un des corollaires de ce développement de l’intelligence collective est l’entrée de l’Etat de plain pied dans l’économie du savoir, tant dans son fonctionnement interne que dans ses relations avec les usagers et citoyens. Cela signifie qu’un des enjeux du management des services publics sera à l’avenir l’investissement dans la formation, dans la capacité des agents à coopérer de façon réelle entre eux et avec leur environnement en s’appuyant sur un recours accru aux nouvelles technologies. L’ère du « combien de divisions ? » a vécu et l’on ne pourra plus à l’avenir juger la capacité d’un service public à être efficace par son importance numérique mais par le niveau de ses compétences individuelles et collectives.

 

Il s’agit ensuite de construire un Etat dont le management libère l’initiative, la créativité de ses agents, et permette l’expérimentation. Cette possibilité d’expérimenter est fondamentale pour garantir l’existence de services publics réactifs et en phase avec les attentes de la société. En la matière, la logique d’amélioration continue actuellement privilégiée et qui consiste, au travers des méthodes d’audit ou de contrôle interne, à améliorer un tout petit peu ce qu’on faisait la veille atteint ses limites. L’Etat du XXIème siècle devra non seulement être capable d’évoluer mais aussi de révolutionner ses organisations. « On n’obtient pas la richesse en perfectionnant le connu, mais en tentant, tant bien que mal, de s’approprier l’inconnu » (Kevin Kelly).

"se pose la question de la politisation des services publics. Par tradition, les modèles sociologiques nient à l’administration un pouvoir autonome. Au contraire, la fonction publique est présentée comme un objet au service de la société, exécutant les décisions souveraines du pouvoir politique".

(....) "L’efficience, c’est l’efficacité au meilleur coût. Il s’agit d’une valeur essentielle en raison des masses financières en jeu dans les services publics, de leur nature (ressources prélevées sur la collectivité nationale) et du poids actuel de la dette publique. Il s’agit également d’un impératif pour renforcer la confiance des citoyens dans leurs services publics et, partant, restaurer le lien social.

(...)

"Dans toute organisation, l’innovation s’inscrit dans des processus multiples dont la coordination échappe le plus souvent aux niveaux centraux. Il est donc essentiel que les acteurs locaux disposent toujours d’une autonomie, d’une initiative aux marges des procédures formelles et des injonctions venant « d’en haut » et d’une capacité de proposition."

(c'est moi qui souligne)

Yeaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhh!!!!!

dimanche, juin 10 2007

La Ménagère le Retour. Incursions numériques et humaines diverses

Source image: un des travaux d'étudiants de l'ENSCI dans le cadre du partenariat avec la FING initié par Jean-Louis Fréchin, designer et directeur de l’atelier de design numérique de l’Ensci.

Mes dernières incursions : vendredi 8 juin à l'invitation de Jean-Michel Cornu j'ai pu assiter à l'Assemblée générale de la FING (Fondation Internet Nouvelle Génération) dans les locaux de la CCI de Paris place de la Bourse. Nous présentions le travail de la liste "Intelligence collective" qui a porté essentiellement sur le groupe et son comportement, un bel outil de travail pour animation en entreprise.

Parenthèse : par ailleurs Pierre Levy, qui fait partie de cette liste "IC", et a une chaire universitaire sur le sujet de l'intelligence collective au Canada  avait présenté quelques jours avant au laboratoire Paragraphe le langage IEML (Information Economy Meta Language) . Un wikimetal (comme métalanguage) est en ligne :  plateforme collaborative pour alimenter et enrichir.

On aurait pu croire que la FING, qui avait une démarche de précurseur à l'arrivée d'Internet en France allait être débordée par le Web 2,  dont l'expertise est l'affaire de tous. Eh bien non, l'annonce de 5 grands partenaires, le renouvellement du Conseil d'administration, des actions  dans le cadre de la mise en oeuvre de "Fing 2010", des co-éditions comme "Culture d'univers,  les jeux en réseau précurseurs des mutations numériques" sous la direction de Franck Beau, avec le soutien du GET,  un récent voyage en Chine effectué par Daniel Kaplan, le scénarios du futur du très sélect Ci'Num, une passionnante étude sur musique numérique et l'innovation en ligne sur le site de la FING et un Internet Actu étoffé d'une équipe de journalistes pros : du bon, du beau, du nouveau.  Et puis encore :  "La 27e Région est une Région virtuelle, à la fois ressource et plate-forme de mise en commun de moyens au service des Régions réelles."

Etaient présents des personnalités influentes comme le charismatique Marcel Desvergne Président d'Aquitaine Europe Communication, Serge Bergamelli de la Caisse des Dépôts et Consignation, partenaires de la FING. L'arrivée de Jean-Louis Fréchin au Conseil d'administration renforce les liens avec l'ENSCI.

Des projets mûris, à la fois ambitieux dans leurs concepts et modestes dans leur énoncé - pas d'esbrouffe - la FING reste une valeur sûre.

mardi, janvier 2 2007

Un appel à projet innovant en éducation : l'éducation dans Second Life. En France? NON, au Royaume-Uni!

Veruka (source le site de Second Life) : un futur professeur dans une salle de classe sur Second Life?

L'innovation s'affiche en France mais se pratique-t-elle? Sans doute, au prix de mille obstacles à surmonter. Relévé sur un site britannique cet appel à projet innovant :

Un appel à projets de EDUSERV Foudation Grants Programme:

"Enseigner et apprendre dans les mondes virtuels. L’exemple de Second Life. Recherche et applications sur l’utilisation d’univers en 3D comme Second Life pour enseigner et apprendre. Les projets qui incluent la dimension sociale, politique, l’usage, l’accessibilité, l’inclusion, le genre, sont particulièrement encouragés."

Sur Second Life voir aussi notre récent billet dans Klaxxx. "Une deuxième vie".

Egalement l"Des concerts réeels dans Second Life" dans le blog de Loïc Le Meur.

L'appel à projets en anglais, destiné aux éducateurs britanniques.

Eduserv Foundation Grants Programme  http://www.eduserv.org.uk/foundation/rapp0607/

Teaching and learning opportunities in 3-D virtual worlds such as Second Life. Investigations and/or practical work into the use of 3-D virtual worlds such as Second Life for teaching and learning. Projects that consider social, political, usability, accessibility, inclusion or gender issues in this area are particularly encouraged.

Established in July 2003, the Eduserv Foundation undertakes activities that support the effective application of information and communication technology (ICT) in education.

Why are we in SL? Partly to try to evaluate what is happening in SL, particularly with regards to its use in education, and partly with the intention of providing help and support to educators and librarians as they begin to make use of SL as part of thier service delivery to end-users.