On peut voir la séquence de la Conférence Citoyenne du 15 février à Chartres filmée en vidéo sur la page FB Allan Bouet l'un des organisateurs ou  Gilets Jaunes Loiret 45.

"La Famille"

 Quand on pose la question à Jérôme Rodrigues : "Quel a été le point positif pour vous depuis le début du mouvement?" la réponse est immédiate :  " Les Gens!" et il ajoute, "Les gens, c'est bon meilleur médicament". Jérôme Rodrigues, Gilet Jaune, est ce soir du 15 février l'un des intervenants très attendu à la Conférence Citoyenne" GJ28 à Chartres. 

 A peine arrivé, il est submergé par les demandes de selfies. Et c'est vrai que depuis son accident (il a perdu un oeil lors d'une manifestation) il fait figure de héros avec son physique tout droit sorti du roman "Les Trois Mousquetaires", le poing levé, il a le panache d'un d'Artagnan contre le Cardinal Richelieu. Il est modeste, humain, proche des gens qu'il appelle par leur prénom  et plus tard dans la soirée il incitera les Gilets Jaunes à mieux se connaître. "La Famille", c'est inscrit sur son sweat shirt jaune.

Cette conférence citoyenne proposée par les GJ28 à Chartres  marque peut-être un tournant dans l'évolution du mouvement. Si la salle et les intervenants étaient d'accord pour décider que la mobilisation dans la rue devait continuer, elle semble aussi se poursuivre sous d'autres formes. Jerôme Hny, chartrain lui aussi blessé à l'oeil, Hakim Lowöwe expert en intelligence collective pour parler du RIC, Laetitia Dewalle porte-parole Gilet Jaune du Val d'Oise et Jerôme Rodrigues labellisé "figure incontournable des Gilets Jaunes". Plus un invité surprise en fin de soirée Eric Drouet. Avec cette belle brochette  d'intervenants, les Gilets Jaunes de Chartres ont réuni 400 personnes attentives, et réactives. Montée en compétence citoyenne et dans la qualité des actions, tel était l'axe de la soirée.   

                                             Les Héros du changement "le bonnet que je porte chaque samedi"

Les Héros du Changement

 Jérôme, lui aussi a perdu un oeil. Il raconte. "Isolé, face aux CRS j'ai voulu fuir, mais un tir de LBD40 m'a atteint  à la tempe. Il a fallu 3 heures et demi pour arriver à la clinique". Et pourtant il a l'intelligence de nous dire de ne pas faire de généralisation sur les forces de l'ordre. Il n'a pas l'intention d'arrêter les manifs "même si on sait ce qui nous attend, surtout dans les villes de plus de 100 000  habitants, le blocage le nassage. Contrairement à la rumeur sur l'indifférence des Gilets Jaunes en matière d'écologie  Jerôme  se préoccupe de la biodiversité, du respect de la vie animale, trouve qu'on mange trop de viande et qu'il vaudrait mieux diminuer notre consommation pour la partager avec ceux qui ont faim. Il souligne l'aspect négatif des batteries des voitures électriques et propose un moyen original de générer de l'électricité "propre",  expérimenté lors d'un séjour dans la neige. Vélo plus alternateur de voiture et ça marche! Il'a expérimenté  avec un ami dans un chalet enneigé. Il se méfie du transhumanisme, de l'intelligence artificielle, de la puce RFID. Il se méfiées médias mais salue les médias indépendants. Quand dans sa conclusion il s dit "admiratif de cet éveil collectif, vous êtes toutes et tous les héros du changement!"

Pouvoir d'achat et pouvoir d'agir

"Pour le pouvoir, nous ne sommes que des consommateurs, réduits au pouvoir d'achat" nous dit  HakimLöwe. Avec les Gilets Jaunes on retrouve le pouvoir d'agir. il y aura un avant et un après Gilets Jaunes, un moment historique au regard de la France mais aussi au regard du monde. "Il y a une volonté des gens de sortir de leur léthargie et de leur isolement mental. "On est à l'âge de pierre de la démocratie"  Les gouvernants eux, savent exactement  sur quels leviers agir en plaçant les individus dans un état de "servitude volontaire". La France n'est plus l'exemple en matière de démocratie d'après le classement des pays selon  l'indice démocratique établi en 2019, elle est 29ème -derrière le Botswana -alors qu'elle était 8ème avant." Il faudrait que nos représentants  nous représentent vraiment au même titre qu'un avocat représente son client."
Sur le RIC, Hakim Löwe confirme que ce n'est pas un danger pour la démocratie, au contraire  un moyen de donner leur avis sur un sujet qui les concerne. On connait maintenant les 4 formes du RIC revendiqué par les Giles Jaunes. Le RIC révocatoire existe dans un certain nombre de pays. Le recall aux USA permet de révoquer un agent avant le terme de son mandat. En France quel est le moyen pour un citoyen de faire entendre sa voix ? Les normes actuelles du RIP referendum d'initiative partagée sont impraticables. Il n'a d'ailleurs jamais été pratiqué. Plusieurs lois "scélérates" sont là pour faire barrage au RIC, il suffit d'un article, d'un amendement ...."Et pourtant il faut des lois qui correspondent aux attentes des citoyens." Dans la salle Carole et Cathy d'origine canadienne mentionne l'OGP - le sommet mondial  pour un gouvernement ouvert bien eu lieu à Paris, sous une forme d'événement participatif, mais qu'en est-il  dans les faits? Enterré ! Comme tant d'instances internationales,  commissions...de hautes autorités. Et Hakim Löwe conclut par une citation d'origine mexicaine alors que les mains se lèvent dans la salle pour une série de questions : "Ils pensaient nous enterrer  mais ils ne savaient  pas que nous étions des graines".

Une sympathisante de 85 ans  

Héroïne de la soirée et peuvent du respect des Gilets Jaunes pour les "anciens" cette dame de 85 ans qui prend la parole pour dire qu'elle a connu la guerre et les privations de viande , qu'elle est devenue végétarienne et qu'elle est toujours très bien portante. Agricultrice et propriétaire de terres elle a vendu une centaine de terrains pour que des habitants puissent avoir leur jardin potager. Elle prône des habitations avec un petit jardin de 500 m2 pour faire un potager afin que chacun puisse se nourrir. Mais "le maire ne permet pas la construction d'abris de jardins", encore une contrainte imposée pour contrecarrer les habitants d'un territoire. Elle constate que "les maires ne sont pas toujours à la hauteur. Et c'est vrai que les "élus" - et les lois - font trop souvent barrage aux initiatives citoyennes. Elle propose de se joindre à la grève illimitée, une demande de certains, en mettant à disposition ses terres et ses granges pour que les Gilets Jaunes puissent stocker des provisions leur permettant de tenir dans la durée. Applaudie, embrassée, elle soulève l'émotion. Eric Drouet lui aussi  bavarde avec elle. Respect.
Et ce n'est pas Laetitia Dewalle qui va la contredire, quand elle entame le sujet "comment améliorer le pouvoir d'achat?" "On est tout le temps en train de se saigner pour tout" Elle aussi défend l'écoute des personnes âgées "notre mémoire, celle qui n'a pas été ré-écrite" Dans la salle un cri du coeur "Ils nous emmènent  dans une société faite à leur manière, faite pour eux, mais pas pour nous!

Jérôme Rodrigues : "se fédérer"...et voter!

Dans son pitch et conclusion de la conférence Jérôme Rodrigues commence par marquer sa reconnaissance aux Gilets Jaunes "c'est votre compétence, votre polyvalence" qui rend les choses possibles "jamais je n'aurais cru que je pouvais organiser une manif, jamais je n'aurais imaginé prendre la parole au micro comme ce soir. J'aimerais vous remercier pour le boulot, pour ce dont vous êtes capable. Et surtout ne vous démotivez pas!" Il engage à voter et à marquer son opposition lors des élections européennes. Et aussi "avant qu'on atteigne le point de rupture, il faut se fédérer!". "En 2008, les banques nous ont pris notre pognon, c'est là qu'on aurait du commencer à se révolter". Dans la salle on suggère l'idée d'une grande fête Gilets Jaunes. Jérôme Rodrigues confirme que c'est dans les projets. Et il appelle à la fraternité, "connaissez-vous mieux les uns les autres, personnalisez les rencontres, frappez chez votre voisin pour savoir ce qui se passe!". 


Désenchantement au rond-point  

Le matin je suis encore à Chartres et je veux saluer les Gilets Jaunes dont certains rencontrés la veille qui se réunissent le samedi matin. sur un rond-point proche. Et là, mauvaise surprise, je dois faire face à la colère. Une grande jeune femme déchaînée me menace, Contre les "médias"?  Contre moi? Mais personne ne me connait...
- "Casse-toi, qu'est ce que tu viens faire ici, qui t'a donné le droit de venir là?" "
 -"Eh bien j'étais hier à la conférence citoyenne, je viens dire bonjour!"  
- "Tire-toi, je te connais on t'a déjà viré ..." 
"-Non, vous vous trompez on ne se connait pas et je n'ai été viré de nulle part, et ne me parlez pas comme ça!" . Virée, moi? Fake news. Au contraire invitée à la conférence  par les organisateurs...Incompréhensible.
Et là la Walkyrie se fait plus menaçante , avance sur moi, le poing levé ....comme le rond-point est en pierre je m'imagine déjà finir ma vie lapidée ...heureusement  un Gilet Jaune l'arrête. 
Si je retrace cet épisode négatif, qui n'efface en rien toute la "fraternité" ressentie dans la conférence,  c'est pour témoigner, oui la colère peut surgir et pas seulement contre la police mais contre n'importe qui, n'importe qui, celui qui vous déplait. La haine contre l'autre, l'inconnu, celui qui ne me ressemble pas, celui qui ne parle pas comme moi "T'aime pas, casse-toi" peut-on parfois lire dans les commentaires des vidéos en direct. Vigilance, Gilets Jaunes, ne pas laisser la haine de classe s'installer.  Ne pas reformer un "entre-soi".
"On est des êtres humains" dirait Jérôme Rodrigues, et tant d'autres, qui ont trouvé au rond-point une nouvelle fraternité.