Le blog de la ménagère

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - renseignement

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, mars 27 2018

La dissimulation comme arme


« L'art de la guerre est l'art de duper, et en donnant toujours l'apparence contraire de ce que l'on est, on augmente les chances de victoire. » (Sun Tse L'art de la guerre Agora Classiques 1993). 

Une simple Ménagère écrivait à propos de l'attentat de Charlie Hebdo le 21 janvier 2015 : l'art de la dissimulation fait partie de la communication d'autres civilisations qu'il faut tenter de comprendre. On saisit mal pourquoi cette réalité si évidente n'a pas été intégrée dans la lutte contre le terrorisme.

Comprendre les ressorts de la communication du terrorisme.

« Pour combattre, il faudrait commencer par comprendre à la fois leur message, sa redoutable efficacité, ses relais et ses vecteurs. «  peut-on lire à propos de l'essai  Daech : L’arme de la communication dévoiléede François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l’IRIS, spécialisé sur la communication, la cyberstratégie et l’intelligence économique, responsable de l’Observatoire Géostratégique de l’Information.

Aujourdhui j'ai de la peine pour ce gendarme, le lieutenant colonel Beltrame qui s'est tenu face à un tueur avant d'avoir la gorge tranchée, et qui, on l'apprend, venait de se marier. Tristesse. "Il avait la foi." Le problème c'est que face à lui, son meurtrier lui aussi avait la foi et la volonté de mourir en "martyre".. 

Une simple Ménagère écrivait à propos de l'attentat de Charlie Hebdo le 21 janvier 2015 que l'art de la dissimulation fait partie de la communication d'autres civilisations qu'il faut tenter de comprendre. On saisit mal pourquoi cette réalité si évidente n'a pas été intégrée dans la lutte. La messagerie Telegram, n'est qu'un des moyens techniques pour communiquer, mais, se fondre dans la normalité, l'invisibilité en est un autre plus redoutable.  

L'histoire est presque toujours la même "Les voisins ont encore du mal à croire qu'ils ont côtoyé un tueur. ". "Rien ne laissait présager" etc. La même histoire.  

"L'art de la dissimulation comme arme" 

« Rien ne permettait de distinguer les signes précurseurs » peut-on entendre à propos de Radouane  Ladkim auteur des meurtres de  Trèbes et Carcassonne. On devrait relire « L'Art de la guerre » de Sun Tzu, en particulier les chapitres sur la dissimulation, le mensonge, la tromperie comme arme de guerre au même titre que les armes blanches ou armes à feu.

 "Face au terrorisme, nous sommes meilleurs dans l’action-réaction que dans la prévention", Alain Bauer (BFM TV) – 08/01 « Ces fameux terroristes « hybrides » sont mal analysés par la société... » « la collecte du renseignement est d'une grande qualité, mais c'est l'analyse fait défaut.

Pour François-Bernard Huyghe, l’Etat islamique est passé maître dans l’art de la communication. Il écrit même (p. 68) : « Daech, c’est une machine à tuer plus un appareil à communiquer. » peut-on lire sur Polemia.  à propos de la critique de son essai.

Sans doute y-a-t-il eu une forme de mépris de la culture de l'autre dans l'analyse ethnocentrée qui a été faite. « Tout l'art de la guerre est basé sur la duperie. » et nous avions oublié ce que d'autres civilisations ont retenu et appliquent. 

mercredi, janvier 21 2015

"L'art de la guerre" : comprendre la culture de l'autre

"L'art de la guerre": la dissimulation comme arme

Avec le Traité sur la Tolérance de Voltaire, qui parait-il,  s'arrache, on devrait relire « L'Art de la guerre » de Sun Tzu, en particulier les chapitres sur la dissimulation, le mensonge, la tromperie comme arme de guerre au même titre que les armes blanches ou armes à feu. Dans son essai culte sur les types de harcèlement et de manipulations mentales,  Le Harcèlement moral (La Découverte Syros 1998) , Marie-France Hirigoyen le cite au chapitre « La communication perverse », sous le sous-titre « Mentir" soulignant que "le propre du pervers est d'avancer masqué"» :

« L'art de la guerre est l'art de duper, et en donnant toujours l'apparence contraire de ce que l'on est, on augmente les chances de victoire. » (Sun Tse L'art de la guerre Agora Classiques 1993) 

Ainsi nous avons jugé l'autre et analysé les données que nous possédions largement sur les assassins des victimes de Charlie Hebdo ou de la tuerie de l'Hyper Casher avec notre vision étroite de civilisés occidentaux : ils sont « disparu des radars », on n'en entend plus parler, donc, c'est que le risque a diminué... » Que s'est-il passé, quand on « savait » : par exemple que ces deux frères étaient sur la no fly liste, interdits de vol vers les États-Unis ? Erreur fatale, relevée d'ailleurs par le Premier Ministre Manuel Walls lui même qui a utilisé le terme « failles », et par certains anciens des services secrets. Alain Bauer criminologue et expert de sécurité, interviewé à chaud par Ruth Elkrief BFM TV le 8 janvier 2015 dès le lendemain de l'attentat à Charlie Hebdo l'analyse ainsi "Face au terrorisme, nous sommes meilleurs dans l’action-réaction que dans la prévention", Alain Bauer (BFM TV) – 08/01 « Ces fameux terroristes « hybrides » sont mal analysés par la société... » « la collecte du renseignement est d'une grande qualité, mais c'est l'analyse fait défaut. On n'a pas compris» C'est pourquoi on commence à suggérer qu'à des moyens supplémentaires on puisse adjoindre des chercheurs, des universitaires. Sans doute un vœu pieux, tant la tradition administrative française privilégie le cloisonnement.

La connaissance de l'autre :  une arme de guerre culturelle

On peut aussi trouver sur Internet d'autres citations de « L'art de la guerre » qui a de multiples fonctions, en particulier culturelles, sur babelio :

Qui connaît l’autre et se connaît lui-même, peut livrer cent batailles sans jamais être en péril. Qui ne connaît pas l’autre mais se connaît lui-même, pour chaque victoire, connaîtra une défaite. Qui ne connaît ni l’autre ni lui-même, perdra inéluctablement toutes les batailles.

Et suntzuFrance par exemple :

« Qui ne réfléchit pas et méprise l’ennemi sera vaincu. »

« Sois subtil jusqu'à l'invisible; sois mystérieux jusqu'à l'inaudible; alors tu pourras maîtriser le destin de tes adversaires. » conseille encore le traité rédigé il y a plusieurs siècles.

Sans doute y-a-t-il eu une forme de mépris de la culture de l'autre dans l'analyse ethnocentrée qui a été faite. « Tout l'art de la guerre est basé sur la duperie. » et nous avions oublié ce que d'autres civilisations ont retenu et appliquent. Aurait-on oublié que les civilisations sont mortelles ? Charles Consigny dans son éditorial du Point du 20 1 2015 « Le Réquisitoire » le souligne « L'Occident ne s'exonérera pas d'un examen de conscience. Il vit à front renversé des autres civilisations. Et ne peut plus prétendre en être le modèle. ».  Il conclut : « Nous avons été une civilisation immense parce que nous avons été durs avec nous-mêmes, exigeants avec nos enfants, respectueux de nos anciens. Aujourd'hui, nous abandonnons les vieux et nous n'attendons plus rien des jeunes, tout ça au nom de la liberté. À l'heure où chacun se soucie davantage de son bien-être que de sa bravoure, de son confort que de son effort, de son divertissement que de son œuvre, nous vivons au présent, individuellement, dans la seule quête de satisfaire nos désirs, et sur cet égoïsme vautré prospèrent des entreprises totalitaires."

Cet égoïsme commence à être questionné par les français qui adoptent l'économie de partage, l'économie sociale et solidaire.

Et maintenant?

A la question « Et maintenant ? » sans doute faut-il répondre par «  des moyens supplémentaires » mais aussi par la culture, par l'éducation, par l'alliance de l'armée et de la recherche universitaire, par la lecture des écrivains et essayistes experts du sujet, dont les musulmans, naturellement, et ré-apprendre qu'une meilleure connaissance d'autres civilisations que la civilisation occidentale, qu'elles viennent de Chine ou du Moyen-Orient, est aussi une arme de guerre.